Ajouter ma contribution
  • Améliorer la sureté des déplacements

    ANDRE PASQUET - 12 Décembre 2017 - 11h11
    Remettre à niveau et moderniser rapidement les voies ferrées existantes pour diminuer les risques d'incidents/accidents ,augmenter la ponctualité/sureté des déplacements et de fait l'attrait du rail/route.
    Augmenter le transport du fret par rail en remettant en service des voies actuellement abandonnées et en créant partiellement des voies dédiées. Le réseau routier ainsi délesté s'en trouverait sécurisé.
    Augmenter les pôles d'échanges multimodaux afin d'avoir le mode de déplacement le mieux adapté ,le moins polluant et le plus sure pour chaque secteur géographique.
    Créer plus de pistes cyclables sécurisées pour développer les modes de déplacements doux.
    Augmenter les équipements et personnels de sécurité afin de favoriser le développement des transports en commun et le respect de la réglementation par tous.
    Développer les véhicules de transports en commun propres et améliorer la qualité des infrastructures

  • Enseignement de la conduite, valorisation du contrôle technique, réforme du dépannage-remorquage PROPOSITIONS 2

    Edouard Bourdot - 11 Décembre 2017 - 17h45
    Réformer le dépannage-remorquage:
    - Réformer l’arrêté du 30 septembre 1975
    - rendre obligatoire l’apposition d’une plaque fixée au véhicule de dépannage et visible de l'extérieur indiquant le numéro de la carte blanche ainsi que son ressort géographique
    - Mise en œuvre de cahiers des charges type pour le dépannage hors autoroutes
  • Enseignement de la conduite, valorisation du contrôle technique, réforme du dépannage-remorquage PROPOSITIONS 1

    Edouard Bourdot - 11 Décembre 2017 - 17h44
    Renforcer la filière de l’enseignement à la conduite à titre onéreux :
    - renforcer le contrôle de l’activité de moniteur indépendant et des plateformes en ligne et poursuites judiciaires systématiques
    - préserver le niveau d’accès à la profession d’enseignant de la conduite

    Valoriser la mission de service public du contrôle technique:
    - Le maintien du rôle préventif et informatif du contrôle technique auprès des usagers.
    - La reconnaissance du Contrôle Technique comme un véritable acteur de la sécurité routière.
    - L’envoi aux usagers par les pouvoirs publics d’un premier courrier les informant de la date de leur première visite.
    - La mise en place concertée avec l’ensemble des acteurs sur 5 ans du contrôle technique des deux roues et assimilés.
    - L’annualisation du contrôle technique pour les véhicules de plus de 8 ans.
    - Première visite technique obligatoire dès les 160 000 km atteints, notamment en ce qui concerne les VUL.
    - Autoriser des formations en alternance dans le CT
  • Enseignement de la conduite, valorisation du contrôle technique, réforme du dépannage-remorquage CONSTAT

    Edouard Bourdot - 11 Décembre 2017 - 17h41
    Quel que soient les évolutions technologiques des véhicules et l’émergence de nouvelles formes de mobilité, la sécurité routière doit guider les pouvoirs publics dans la définition des nouvelles réglementations qui viendraient réformer l’usage des voies de circulation. Les grands axes que nous avançons à ce sujet résident dans la bonne formation des conducteurs, le bon état des véhicules et la lutte contre les sur accidents. Ce fil conducteur répond de l’intérêt général, mais il semble avoir été éludé ces dernières années. Nous en voulons pour preuve, les menaces qui pèsent actuellement sur la filière de l’enseignement de la conduite, la faible reconnaissance du contrôle technique comme acteur de la sécurité routière ou l’impasse dans laquelle se trouvent les dépanneurs remorqueurs dont le texte fondateur date de 1975 !
  • approche piétonnière de nuit

    LOCQUET - 11 Décembre 2017 - 11h21
    Favoriser la lisibilité de nuit sur les approches de giratoire en utilisant des dispositifs encore peu utilisés (lumière de couleur bleue)
  • Ouvriers et auto entrepreneurs

    Chrycap - 10 Décembre 2017 - 20h04
    Il est tout simplement inacceptable que les ouvriers et les autoentrepreneurs meurent plus sur les routes que les autre catégories sociaux professionnelles. C''est bien la raison pour laquelle il faut réduire le nombre et la vitesse des véhicules sur les routes.
    pierre2
    Bof ! Le nombre de véhicules a été multiplié par 3 en 40 ans, et le nombre de tués par 5. Il n'y a pas de relation entre les deux. Quant à la vitesse, vu l'échec de l'expérimentation 80 km/h, sur laquelle le gouvernement n'a même pas la décence de communiquer, inutile d'insister. Il y a des solutions plus urgentes et plus efficaces.
    • Pas d'accord
      1
    pierre2
    nombre de tués divisés par 5...
    • Pas d'accord
      1
    Stéphane Ascoët
    N'importe quel véhicule à moteur est un révélateur de conflits personnels.
    • Pas d'accord
      0
  • La simplification de la répartition des compétences concernant la sensibilisation à la sécurité routière

    Nantes Métropole-Département Déplacements - 07 Décembre 2017 - 15h29
    Clarifier les compétences entre l'Etat, le département, les agglomérations, les communes, qui s'occupent toutes de la sensibilisation entraînant un manque de lisibilité et une efficience globale à optimiser
  • L'adaptation de la réglementation aux nouveaux modes de déplacements

    Nantes Métropole-Département Déplacements - 07 Décembre 2017 - 15h20
    Proposer une réglementation spécifique pour les nouveaux engins de déplacement personnel type monoroues, trottinettes électriques …
    Rmy Jcquemot
    Et aussi interdire les voitures sans permis sur les axes principaux (nationales)
    • Pas d'accord
      0
    Pascal
    la réglementation est déjà bien fournie. Elle sera toujours en retard sur les usages. Prévention, éducation ,respect. La loi n'est là que pour règler des cas de conflits.
    • Pas d'accord
      0
    pierre2
    Pas d'accord. Sauf si on veut bien sûr étouffer dans l'oeuf, ces nouveaux modes de transports doux et électriques. Il n'y a aucune raison que ces engins soient plus pénalisés ou plus réglementés que le plus banal des vélos (électriques ou pas).
    • Pas d'accord
      0
  • La sécurisation des véhicules

    Nantes Métropole-Département Déplacements - 07 Décembre 2017 - 15h16
    Les accidents impliquant des ouvertures de portière (Véhicules Légers) sont en augmentation depuis que les véhicules sont équipés de dispositifs de rabattage automatique des rétroviseurs. Il faudrait interdire ces dispositifs tant que le conducteur est dans la voiture et ne les autoriser qu'à la fermeture de l'extérieur du véhicule
    De la même manière, il serait intéressant pour éviter les accidents impliquant des Poids Lourds, de rendre obligatoire en agglomération l'installation de rétroviseurs de classe V pour tous les véhicules de plus de 7,5 tonnes
  • A chacun ses risques

    Cap au Nord Entreprendre - 07 Décembre 2017 - 10h49
    Pour les transports en commun :
    - Renouveler le parc qui est vétuste
    - Favoriser la circulation en voie propre

    Pour les automobilistes :
    - Réorganiser les temps de travail pour réduire les flux
    - Les former tout au long de la vie sur la sécurité routière
    - Encourager les déplacements groupés
    - Revoir aménagement et urbanisme qui impactent directement sur l'accidentologie
    - Faciliter l'achat de véhicules propres et sécures

    Pour les modes doux :
    - Créer des voies dédiées
    - Former les cyclistes, "trottinettistes", etc. au code de la route et aux précautions nécessaires pour se déplacer le plus sûrement possible

  • Accidents de la route...

    pierre2 - 07 Décembre 2017 - 00h56
    J'observe que depuis que la DSR (direction de la sécurité routière) est passée de la tutelle du ministère des transports au ministère de l'intérieur :
    - la mortalité routière a tendance à stagner
    - rarement j'ai assisté à des décisions aussi incongrues dans le domaine... (des gants obligatoires pour les motards, à l'éthylotest obligatoire dans la boîte à gant, en passant récemment par la volonté de faire rouler tout le monde à 80 km/h).

    Enfin, je dis ça, je dis rien...
  • Elargir les trottoirs

    vope33 - 06 Décembre 2017 - 17h31
    Lors des restructurations de voirie, il faudrait élargir les trottoirs afin de réduire la largeur des chaussées.
    Les trottoirs larges et la plantation d'arbres le long des rues ou des routes ont un impact direct sur la réduction de la vitesse
    JAJA40
    Les trottoirs pour piétons doivent faire plus de 1,50m Des pistes cyclables séparés de la chaussée par une bande enherbée et plantée permettraient en plus de -securiser et favoriser les circulations douces -zone plantées stockage carbone et biodiversité -réduction des surfaces imperméabilisées -reduction de la chaleur des villes -qualité de vie des espaces désirables
    • Pas d'accord
      0
  • Interdire les panneaux publicitaires et les enseignes imposantes le long de routes

    vope33 - 06 Décembre 2017 - 17h18
    Pour ne pas déconcentrer les conducteurs, il faudrait interdire les panneaux publicitaires et autres dispositifs publicitaires, ainsi que les enseignes imposantes, le long des routes
    Pascal
    En fait il me semble que c'est déjà interdit dans la plupart des cas !
    • Pas d'accord
      0
    vope33
    l'interdiction n'est pas appliquée par les maires et les préfets
    • Pas d'accord
      0
  • Privilégier les mesures de fonds

    Automobile Club Association - 06 Décembre 2017 - 14h59
    Pour lutter contre l'insécurité routière, il faut:
    - instaurer une phase post-permis obligatoire pour les jeunes conducteurs.
    - instaurer une formation continue des conducteurs. Cela permettrait au conducteur de suivre, sans remise en cause de son titre, différents ateliers de formation (réflexion en groupe sur accidents, audits conduite, remise à niveau du Code de la route, éco-conduite…).
    - mettre en œuvre une politique de sécurité routière + globale avec renforcement des moyens de lutte contre l’alcoolémie, les stupéfiants, les distracteurs et l’hypovigilance.
    - coordonner les actions des pouvoirs publics et des acteurs privés et associatifs pour multiplier les campagnes "positives" associées à des personnalités emblématiques dont la parole porte auprès du public des jeunes conducteurs.
    - renforcer les mesures d’accompagnement des entreprises.
    - de mettre en œuvre un processus d'audit indépendant sur le réseau routier.
    pierre2
    Il y a de bonnes idées. En tout cas, vous avez raison, il faut changer de paradigme. Aujourd'hui, pour les autorités, point de salut en dehors de la répression. Et c'est encore plus vrai depuis que la DSR est passée sous la tutelle de l'Intérieur. Tout ressemble à un clou pour qui n'a qu'un marteau ! Pour moi, il faut d'abord commencer par sortir la DSR de la tutelle du ministère de l'Intérieur...
    • Pas d'accord
      0
  • Mortalité routière... (2)

    pierre2 - 04 Décembre 2017 - 19h21
    Il me semble qu'à minima, si on ne veut pas revenir sur ces "cadeaux", des opérations de prévention/sensibilisation/communication pourraient être réalisées à leur attention expresse, au lieu de reporter systématiquement la faute sur le relâchement des conducteurs, qui, par contraste, leur donne à penser, à ces piétons et à ces cyclistes, qu'ils ne sont responsables de rien, qu'ils ont tous les droits et que les principes de la plus élémentaire prudence quand ils se déplacent sur la voie publique ne s'adressent pas à eux.
    Christophe Collard
    Je vois que vous n'avez jamais été piéton ? Tant que les voitures occuperont 90 % de la voirie et plus puisque les conducteurs se garent sur les trottoirs et les voies réservées aux cyclistes, nous n'aurons aucun crédit pour donner la leçon à ces cyclistes et piétons.
    • Pas d'accord
      0
  • Mortalité routière... (1)

    pierre2 - 04 Décembre 2017 - 19h19
    Comme on le sait, comment pourrait l'ignorer, avec des piqures de rappel mensuelles (quand celles du chômage sont passées au trimestre), la mortalité routière stagne.
    Or, l'analyse des chiffres indique que cette stagnation est due à une augmentation de la mortalité des piétons et des cyclistes (quand tous les autres modes de déplacements enregistrent des chiffres à la baisse).
    C'est du, semble-t-il, à l'imprudence de certains d'entre eux, qui traversent, pour les piétons, la rue sans regarder, le casque ou le téléphone à l'oreille, ou qui naviguent dans la circulation, pour les cyclistes, sans trop se soucier de leur environnement, brulant parfois quelques feux rouges, remonter des sens interdits, chose que le législateur, fort sympathique, les a désormais autorisés à faire.
    Alexis Fraisse
    Petit détail à prendre en compte : les cyclistes et les piétons sont la plupart du temps tués par des voitures ou des camions. Donc moins de voitures et de camions sur les routes = moins de cyclistes et de piétons tués.
    • Pas d'accord
      0
    Christophe Collard
    Tant que les voitures occuperont 90 % de la voirie et plus puisque les conducteurs se gareront sur les trottoirs et les voies réservées aux cyclistes, nous n'aurons aucun crédit pour donner la leçon à ces cyclistes et piétons.
    • Pas d'accord
      0
    Pascal
    respect tolérance ... attention aux autres ...
    • Pas d'accord
      0
  • Etrange paradoxe

    pierre2 - 04 Décembre 2017 - 19h11
    Sans nier l'intérêt et le désir collectif de rendre les transports, notamment routiers, plus sûrs, je reste perplexe devant les efforts qui sont consentis pour lutter contre la mortalité routière, qui représente pourtant l'une des plus faibles causes de mortalité humaine.
    Perplexe aussi devant les objectifs sortis du chapeau, imposés par l'Europe (?), tels que la division par 2 de la mortalité routière en moins de 10 ans. Et que la France s'évertue à vouloir respecter, le petit doigt sur la couture du pantalon...
    Je n'ai entendu personne demander la division par 2 du nombre de suicides (12000/an), la division par 2 des morts par accident domestiques (20000/an), la division par 2 des morts de maladies nosocomiales (5000/an). Aucun homme politique ne s'est jamais hasardé non plus à promettre la division par 2 du nombre d'homicides, pas même les plus "sécuritaires" d'entre eux !
    Alors d'où vient cet étrange 2 poids 2 mesures ?
    Christophe Collard
    les homicides par accident causés par les conducteurs de véhicules motorisés ne sont jamais condamnés à la hauteur qu'ils devraient être. Toujours des sursis alors qu'il s'agit de la mort de une plusieurs personnes. Des travaux d'intérêt général au minimum devraient être imposés à ces personnes si on veut éviter la prison.
    • Pas d'accord
      0
  • respect du code de la route et aménagements modes doux

    adsg - 04 Décembre 2017 - 10h53
    Faire respecter le code de la route (vitesses, distances de sécurité,…) notamment par les camions
    Faire des trottoirs et des aménagements pour les vélos
  • Vitesse dynamique

    Aurelie Brugière - 03 Décembre 2017 - 19h41
    Il serait intéressant de voir sur les grands réseaux struturants plus de dispositifs de modulation de la vitesse en fonction du trafic, cela nécessite surement un investissement en matière de panneaux à messages variables mais cela serait bien utile en période de fort trafic pour adapter la vitesse et limiter ainsi les bouchons.
    Rmy Jcquemot
    Cela marche dans la théorie... Mais il faudrait adapter le code de la route à ça. On se retrouve vite tous sur la voie de droite et personne ne se double (pour 70km/h sur une rocade), donc des filles plus longues car les conducteurs ne doublent plus
    • Pas d'accord
      0
  • Bientôt les assises de l'immobilité !?

    suspicieux - 01 Décembre 2017 - 18h07
    Il paraît que ce gouvernement veut passer la limitation à 80 km/h, alors que l'expérimentation faite sur quelques tronçons n'a donné aucun résultat positif.
    En haut-lieu, sont-ils sourds (80 % des Français ne veulent pas de cette mesure) et bêtes, pour rester poli (la lutte contre la vitesse, à grands coups de radars, n'a manifestement pas porté ses fruits en termes de sécurité routière ces dernières années, le seul impact ayant été sur le portefeuille du contribuable) ?
    J'en ai marre de ce pays livré aux mains des idéologues autophobes et bêtement anti-vitesse. Je crois que je vais bientôt aller m'installer au Portugal ou en Espagne. Là-bas, sur les routes, la vitesse y est limitée à 90 ou 100 km/h sur les routes, et les chiffres de la sécurité routière sont meilleurs que chez nous.
    Il y a aussi l'Allemagne (100 km/h sur les routes et vitesse illimitée sur une partie des autoroutes), mais le climat y est moins clément. Ce sera donc le bassin méditerranéen.
    Christophe Collard
    suspicieux ment : la limitation à 80km/h a un effet positif partout où elle est mise en place
    • Pas d'accord
      0
  • Transports en commun en site propre, mobilités actives sécurisées, révolution numérique

    CESE ADT - 01 Décembre 2017 - 12h25
    Pour le CESE, le développement des transports en commun en site propre et des mobilités actives en participent. L’aménagement de pistes cyclables en site propre est à encourager pour l’usage sécurisé du vélo et de la marche.
    La révolution numérique permet des progrès. Le numérique embarqué facilite localisation rapide du véhicule et appel des secours. L’analyse de l’environnement permet de déclencher les bornes d’alerte pour réduire les risques de sur-accident. Les systèmes radars embarqués dans les véhicules pour assister les conducteurs devraient devenir obligatoires d’ici quelques années avec freinage d’urgence et régulateur de vitesse.
    Outre de nouvelles générations d’équipement embarqué, systèmes interconnectés entre véhicules et connexion véhicules infrastructures sont à l’étude et participeront de ces évolutions. A terme, la voiture autonome pourrait diminuer les accidents, mais la technologie est chère, en avance sur la législation et pose des questions de responsabilité.
    Christophe Collard
    L’aménagement de pistes cyclables en site propre et voies vertes urbaines pour l’usage sécurisé du vélo et de la marche sera beaucoup plus efficace et moins couteux que l’hypothétique révolution numérique et la course à la technologie qui coutera cher en terme de consommation d'énergie et de ressources naturelles qui nous sont de plus en plus comptées
    • Pas d'accord
      0
    Pascal
    bien d'accord avec Christophe Collard, nous attendons de la science qu'elle trouve une solution à nos travers. Pourquoi ne pas voir ce que nous pouvons déjà faire : moins se déplacer, vélos, transports en commun, covoiturage, toutes les solutions peuvent être utiles selon le contexte et selon le déplacement. La solution ne sera pas unique. Pour le CESE : l'équipement des véhicules a fait augmenter très significativement le poids des véhicules et donc l'énergie nécessaire pour les faire avancer, mais aussi les énergies mides en jeu en cas de choc. (c'est de la science !)
    • Pas d'accord
      0
  • Sécurité

    joliemome - 01 Décembre 2017 - 11h49
    Transport Ferroviaire:
    Cesser de faire des économies sur le personnel pour assurer une maintenance préventive.
    Cesser de faire des économies sur la qualité du matériel.
    Revenir à la notion de service public:, mettre en avant l'intérêt général plutôt que la rentabilité.

    Vélos:
    Lors de l'achat mise à disposition d'un livret édité par le ministère des transports pour rappeler les règles de partage de la route, expliquer la vulnérabilité des cyclistes: angle mort des camions, anticiper l'ouverture d'une porte, et insister sur obligations gilets jaunes, éclairages.
    Obliger les villes à faire des pistes cyclables sécurisées.
    Résoudre le casse-tête des ronds-points.

    Routière:
    Camions sur les trains.
    Baisser les tarifs du train. Rétablir les trains de nuit, trains auto-couchettes, trains du quotidien.
    Réorganiser le transport fluvial.
    Gratuité des autoroutes, et en 1er, les tronçons de contournement des villes.
    En campagne revoir le financement du réseau routier.
  • La pollution et la sédentarité tuent plus que les accidents de la route

    Alexis Fraisse - 28 Novembre 2017 - 15h26
    Pour ceux qui douteraient de l'intérêt de réduire l'usage des véhicules motorisés au profit des modes de déplacement actifs, voici quelques rappels.
    - Les maladies cardiovasculaires, en partie dues au manque d'exercice physique, sont la première cause de mortalité en France (environ 150 000 décès/an),
    - La pollution de l'air, dont une bonne moitié est due aux véhicules motorisés, tue environ 40 000 personnes par an en France (10 fois plus que les accidents de la route),
    - Les émissions de gaz à effet de serre des voitures représentent environ 15 % des émissions totales de notre pays et participent donc largement au réchauffement climatique et à ses conséquences.
    - Les accidents de la route ont tué 3500 personnes en France en 2016.
    Parlonsvelo78
    Et vous pouvez rajouter la diminution de 25% des capacités cardio-vasculaire des jeunes en 40 ans ! La bronchiolite est une maladie qui était inconnue il y a 40 ans. Elle remplit maintenant les cabinets de kinésithérapie.
    • Pas d'accord
      0
  • Réduire les vitesses

    Alexis Fraisse - 27 Novembre 2017 - 23h26
    Moins de vitesse c'est : plus de sécurité, moins d'accidents, moins de consommation, moins de pollution, moins de bruit, moins de stress, des véhicules plus légers et moins chers, plus de vélos, plus de piétons, des transports en commun plus concurrentiels, des infrastructures moins lourdes, plus de partage de la route, une économie plus locale, plus de vie.

    Autoroutes : 110 km/h (et 90 km/h près des agglomérations)
    Nationales : 80 km/h
    Réseau secondaire : 70 km/h
    Villes et villages : 30 km/h
    Centres villes : 20 km/h (zones de rencontre)
    Hypercentres : piéton

    La mesure prioritaire est celle des villes et villages à 30 km/h.
    Christophe Collard
    le piéton doit devenir le roi de la ville ! bravo Alexis
    • Pas d'accord
      0
    Rmy Jcquemot
    C'est très stéréotypé... 30 en agglo augmentera significativement la pollution par exemple
    • Pas d'accord
      3
  • Un éclairage efficace sur tous les vélo

    Alexis Fraisse - 27 Novembre 2017 - 19h19
    L'obscurité constitue souvent un frein à l'utilisation du vélo. La réglementation française est insuffisante concernant l'éclairage des vélos. Les feux amovibles à piles montés sur beaucoup de vélos ne permettent pas de rouler en sécurité dans l'obscurité. Fragiles, faciles à perdre et à voler, fonctionnant avec des piles ridiculement petites, ils sont la plupart du temps inefficaces, hors service ou absents lorsque le cycliste se retrouve dans l'obscurité.
    Il faudrait obliger les fabricants et les vendeurs à fournir des vélos équipés :
    - de feux fixés solidement et à demeure sur le vélo,
    - d'une source d'énergie autonome sur le vélo (moyeu dynamo) ou à défaut d'une réserve d'énergie rechargeable avec une autonomie d'au moins 10 heures,
    - d'un système d'allumage qui n'oblige pas à descendre du vélo pour commander les feux,
    - d'un système permettant aux feux de rester allumés quelques minutes lorsque le vélo est à l'arrêt,
    Le tout avec une durée de vie sans panne d'au moins 10 ans.
    Alexis Fraisse
    Désolé pour la faute d'accord : "Un éclairage efficace sur tous les vélos"
    • Pas d'accord
      0
    Quentin Porcherot
    Ces mesures seraient souhaitables pour les vélos dits "de mobilité", qu'il faudrait distinguer de vélos "sportifs" qui ne veulent pas d'éclairages à demeure qui alourdissent les bécanes et ajoutent des frottements incompatibles avec la recherche de performance. On pourrait également créer un label lumière pour des vélos équipés d'éclairage correct et pérenne. Il ne faut pas négliger non plus les éclairages clignotants par induction, peut-être plus voyants en ville que des éclairages fixes.
    • Pas d'accord
      0
    Alexis Fraisse
    Tous les vélos "sportifs" sont potentiellement des vélos "de mobilité" puisqu'ils sont inévitablement amenés à rouler sur la chaussée et parfois dans l'obscurité. A moins de transporter systématiquement son vélo "sportif" sur une voiture jusqu'au terrain de sport. Mais là, la chasse au gramme et au quart de watt devient contradictoire avec l'utilisation d'une voiture de 1500 kg avec des frottements partout. Si nous cherchons réellement la performance et l'efficacité, cherchons-là dans notre vie quotidienne, et pas que sur le terrain de sport. C'est le paradoxe de l'esprit "français" du vélo : tout le monde veut imiter les coureurs du tour de France, mais peu de gens se déplacent à vélo. Changeons de mentalité.
    • Pas d'accord
      0
  • réduire la vitesse en ville, verbaliser l'usage du telephone portable

    minard - 25 Novembre 2017 - 18h00
    La réduction de vitesse des voitures en ville (30 km/h) est nécessaire pour la circulation plus sûre des autres modes de déplacement, piétons et vélos. Et pour le développement des déplacements à vélo.

    L'usage du téléphone au volant, en ville, est facteur d'inattention, et source d'accident. Il faut VER-BA-LI-SER.

    Les réaménagements des voiries principales doivent s'accompagner de l'implantation de facilités pour la circulation à vélo. Les préfets doivent sanctionner, sans attendre d'hypothétiques recours des usagers, les manques systématiques des communes sur ce plan (application de la loi sur l'air, "LAURE".
    Parlonsvelo78
    La Loi Laure doit être réactualisée afin de trouver pleinement son emploi. Les collectivités locales qui l'enfreignent la plupart du temps sciemment doivent être pénalisées sur leur dotations après audit pas une agence spécialisée.
    • Pas d'accord
      0
  • Journée : j'ouvre ma portière, je regarde.

    villenvrai - 21 Novembre 2017 - 21h53
    Campagne de prévention portières ouvertes/cyclistes.
    Journée portières automobiles: aujourd'hui je regarde quand j'ouvre ma portière, l'impact sur le cycliste est terrible.
    Leroro83
    Risque supprimé si voies réservées et séparées par des barrières ...
    • Pas d'accord
      0
  • Inciter et gouverner le développement des voies vertes

    ASGUM Roller et Skateboard - 21 Novembre 2017 - 15h27
    - Soutenir les collectivités techniquement et financièrement pour que les voies vertes ne soient plus un gouffre financier mais un vrai projet de développement local et touristique.

    - Prolonger les pistes cyclables dans les ronds points au lieu de les interrompre, avec priorité aux cycles et autres modes de transports rapides (roller, etc.).

    - Prioriser systématiquement la priorité aux usagers des voies vertes lors des croisements. Rare en France, Généralisé dans d'autres pays.

    - Réduire les vitesses autorisées sur les tronçons de route partagés ou les tronçons intermédiaires entre deux voies cyclables.

    - Prioriser les voies "propres", clairement séparées de la chaussée.
    Leroro83
    Rajouter des vraies barrières entre les voies à vitesse et types de véhicules différents ou bien séparer physiquement voitures, vélos, piétons
    • Pas d'accord
      0
    Leroro83
    profiter de tous les travaux publics ou privés sur voirie ou à proximité pour installer des voies séparées, quitte à rendre les voies automobiles à sens unique ou supprimer des parkings automobiles pour récupérer de l'espace
    • Pas d'accord
      0
    Leroro83
    Rajouter des passerelles "légères" pour piètons et vélos aux carrefours chaque fois que possible avec concours d'artistes et paysagistes pour l'esthétique
    • Pas d'accord
      0
  • Réduire la vitesse

    titinawack - 18 Novembre 2017 - 19h07
    Cela a l'air insurmontable (la barrière psychologique est la plus forte), mais les avantages sont trés trés nombreux. Accessoirement cela fait diminuer le nombre de morts
    hervec
    Oui, 80 km/h sur les nationales et les camions sur autoroute. 110 maximum sur autoroute. Les accidents seront moins violents.
    • Pas d'accord
      1
    hervec
    Cela aura pour consequence de rediriger le transport des personnes et du fret vers le train, beaucoup plus sur.
    • Pas d'accord
      1
    Muriel Sassoulas
    En centre ville 30km/h devrait être la norme.Certains zones de croisement entre usagé devraient être limité à 30km/h( pont canal, via rhona,écoles, lycée,...)
    • Pas d'accord
      1
    suspicieux
    On ne peut pas dire que l'expérimentation de la limitation de vitesse à 80 km/h sur quelques départements ait donné de bons résultats. C'est même plutôt le contraire. Ca me rappelle d'ailleurs une autre décision assez ubuesque : l'année où le périph est passé à 70 km/h au lieu de 80, on est passé de 4 à 7 morts !! Cette idéologie anti-vitesse ne résiste pas à l'épreuve des faits.
    • Pas d'accord
      1
    suspicieux
    Accessoirement, la réduction des vitesses sur nos routes aurait bien un impact, un seul, mais celui ne fera pas la joie de nos gouvernants. Le passage de la vitesse limite de 90 à 80 km/h nous couterait deux points de PIB, comme l'avait montré un économiste. Je ne suis pas sûr qu'on ait ce luxe, en ces temps de crise.
    • Pas d'accord
      1
    Alexis Fraisse
    Pour Monsieur suspicieux. Entre deux points de PIB (indicateur complètement arbitraire et néfaste) et l'avenir de notre planète, mon choix est vite fait. Entre l'argent et la vie, je choisis la vie.
    • Pas d'accord
      0
    pierre2
    @ Titinawak. Ne croyez pas tout ce qu'on dit. La limitation à 80 expérimentée dans 3 départements français n'a donné aucun résultat. Ce sont des faits et des chiffres. Et cela révèle bien que cette idée de réduire la mortalité routière en abaissant sur les routes la vitesse limite à 80 km/h, est stupide.
    • Pas d'accord
      0
  • Signalétique intelligente

    Christophe Clement - 17 Novembre 2017 - 21h19
    Bien que relevant d'un important investissement, une signalétique intelligente serais une solution à bien des problèmes.
    Par exemple, en ville, des dos d'âne qui se lèverais uniquement lorsque les véhicule dépasse la vitesse autorisé. Chaque fois que cela à été testé, cela a été très concluant.
    Autres exemple, les limitations de vitesses. Déjà en place dans certains endroit, cela permet de faire fluctuer la vitesse en fonction du trafic, mais avec une modification. Lorsqu'une autoroute est libre de circulation, une vitesse plus élevé pourrait être accepter, ainsi les limitations actuel serait mieux comprises.
    En campagne, une meilleur signalétique visuelle des croisements. Comme dans d'autres Pays d'Europe, indiquer le côté de la route rencontrer permet une meilleur préparation, de même que de doublement des panneaux (le même de chaque côté de la route)
    suspicieux
    Tout à fait d'accord. J'observe hélas depuis quelques années la multiplication des panneaux de limitation de vitesse, au détriment de ceux qui expliquent la nature du danger. Avant, on mettait des panneaux "virages", des panneaux "épingle", des panneaux "croisements"... Aujourd'hui, ces panneaux ont disparu. On ne trouve plus que des panneaux "50" ou "70" sans rien connaître parfois de la surprise qui nous attend au coin de la route...
    • Pas d'accord
      0
    Christophe Collard
    des mesurettes qui couteront cher pour un gain limité; tout cela pour ne pas mettre en œuvre une solution qui a fait ses preuves : l'abaissement de toutes les vitesses autorisées de 20 km/h .
    • Pas d'accord
      0
  • Contrôle technique des conducteurs

    Christophe Clement - 17 Novembre 2017 - 21h09
    Partant du principe que les conducteurs sont plus dangereux que les véhicules eux même, je propose une remise à niveau et un test de conduite tous les deux ans dès que la quatrième années de permis.

    A titre personnelle j'effectue environ 1 500 km/ semaines et pourtant je me rend bien compte que je peux être dangereux dans certaines conditions, mais j'évite encore plus d'accident par la non compréhension du code de la route, qui évolue régulièrement, de certaines personnes.
    hervec
    Oui.verifier la vue, les reflexes et la compréhension des conducteurs trés regulierement dès 50 ans.
    • Pas d'accord
      0
    suspicieux
    Qui va payer ? Pour info, les conducteurs sont dangereux quand ils ont pris de l'alcool, sont sous anxiolytiques, quand ils sont fatigués... Par ailleurs, nos ainés ne sont globalement pas plus dangereux que nous sur la route. Bref, il n'y a pas lieu de se focaliser sur les conducteurs à jeun, quel que soit leur âge...
    • Pas d'accord
      0
  • Construire des infrastructures de transports sûres

    Club des Stéphanois de Paris - 17 Novembre 2017 - 15h15
    Pour réduire les accidents dans les transports, nous pensons qu'il faudrait d'abord construire des infrastructures solides permettant d'accueillir le trafic qui transite par elles chaque jour. Avec pour exemple, un trajet que nous connaissons bien, le trajet Saint-Etienne / Lyon, que chaque stéphanois ou lyonnais redoute. L'A47 ne permet pas pour l'instant de circuler dans des conditions de sécurité acceptables, quand on sait le nombre d'accidents ou d'incidents de toutes natures qui s'y produisent chaque année. Une nouvelle infrastructure, comme l'A45 qui a reçu sa DUP depuis 9 ans déjà, permettrait à coup sûr de résoudre ce problème de sécurité.
    Alexis Fraisse
    Chaque nouveau tronçon de route réalisé augmente le trafic, donc augmente le nombre d'accident et la pollution.
    • Pas d'accord
      1
    Christophe Collard
    Il y a moins d'accidents sur l'A47 que sur l'A6 au km; devrons nous aussi doubler l'A6 et toutes les autoroutes qui génèrent autant d'accidents que l'A47 ? Les vraie solutions sont d'améliorer l'A47, de faire respecter le 90 km/h , de proposer des alternatives : train, covoiturage ... La plupart des véhicules sur l'A47 ne transportent qu'une seule personne; quel gâchis d'énergie, de temps et d'espace ! Non le lobby autoroutier arrosé par Vinci et ses affidés ne passera pas !
    • Pas d'accord
      1
  • Accidents dansles transports ...

    DL - 17 Novembre 2017 - 11h40
    Ou accidents de voiture ?!!! La priorité de ces dernières décennies n'a-t-elle pas été d'augmenter la sécurité des seuls automobilistes dont les accidents sont souvent liés aux "excès" de vitesse, par ex. : l'augmentation de 50% de la masse des voitures n'est-elle pas liée aux critères de sécurité, l'abattage des arbres ou la mise en place de "barrières de sécurité" se préoccupe-t-elle des autres usagers (cyclistes, …) ?
  • Rendre obligatoire su second éclairage indépendant de celui existant à l’arrière des vélos

    Claude MARZAT - 16 Novembre 2017 - 12h30
    Trop souvent les éclairages vendus avec les vélos ne sont pas fiables soit parce que le contact avec la pile est oxydé ou interrompu par les chocs du revêtement soit encore et c’est le plus souvent le cas parce que ladite pile est en fin de vie et s'éteint sans que le cycliste en soit averti lorsqu'il roule.
    Il faut comme on l'a fait pour les voitures qui au départ n'avait qu'un seul éclairage arrière rendre obligatoire un second soit identique soir sur un accessoire mobile comme sur un sac à dos par exemple sachant que ces éclairages amovibles sont de quelques euros.
    On pourrait aussi suggérer aux équipementiers qu'ils sortent un modèle de feu arrière avec deux LEDS et deux piles boutons distinctes de façon à en avoir toujours au moins une en état de marche. Parions que le premier qui le fera verra ses ventes doubler !.
    suspicieux
    Evitons la surmutiplication des règlementations farfelues, surtout quand les actuelles ne sont même pas respéctées. Peu de vélos sont aujourd'hui aux normes mais les cyclistes ne sont pas inquiétés parce que le vélo bénéficie, c'est un euphémisme, d'une mansuétude importante de l'Etat. La visibilité des cyclistes, c'est d'abord leur affaire. S'ils veulent prendre le risque de circuler de nuit avec une lumière faiblarde, ça les regarde. A un moment, il faut arrêter de vouloir que l'Etat se mêle de tout. En revanche, il pourrait être utile de communiquer sur cette question (spots télévisés, campagne d'information...).
    • Pas d'accord
      1
    Alexis Fraisse
    Le meilleur système d'éclairage est le moyeu dynamo alimentant des feux performants (à leds avec réserve d'énergie pour les arrêts) fixés à demeure sur le vélo. La réglementation pourrait pousser vers cela. Personne n'imaginerait une voiture sans phares (ou avec des phares amovibles), sans alternateur pour recharger la batterie ou avec une pile jetable à la place de la batterie. Sans une réglementation un peu plus sérieuse qu'actuellement, les vélos continueront a rouler avec (ou sans) les gadgets à piles bouton fourni avec les vélos neufs.
    • Pas d'accord
      0
  • Bandes colorées pour rappel limitation de vitesse

    Claude MARZAT - 16 Novembre 2017 - 12h25
    Trop souvent les vitesse maximales changent dans des très courts espaces. Il suffit de doubler un véhicule pour qu'un panneau de changement de vitesse échappe à la vue ou que l'on soit quelques instants distrait de la vision du bord de route.
    Des colorations différentes des pointilles marquant les bas côtés éviteraient des excès de vitesses non voulus et des risques d'accidents sans comptés des pénalités

    Par exemple 90 ou 130 on reste en blanc 70 en orange et 50 en rouge
    suspicieux
    Il y a quelques expériences menées en ce sens dans certains coins de France. Le problème, c'est que dès que la peinture n'est pas récente, ni blanche, elle devient vite invisible. Et quelque chose me dit que ça doit être assez couteux. Idée ? Peindre non pas les bas-côtés, mais les lignes médianes ?
    • Pas d'accord
      0
  • expérience en Norvège et vitesse

    Dominique Bied - 14 Novembre 2017 - 17h34
    En tant qu'intervenant sécurité routière, je peux dire que la sécurité routière et le sentiment de sécurité qui rendrait agréable la route est lié à la réduction des vitesses maximum sur tous les réseaux et au respect des distances de sécurité. Je reviens de Norvège qui est un des meilleurs élèves en Europe et dans le monde. Les vitesses y sont très sages et les modes doux sont respectés au delà de ce qu'on peut imaginer en France.
    Je roulais à 7km/h à vélo dans un col de Norvège. 100% des motorisés, les poids lourds plus encore que les voitures, attendaient à distance derrière moi, pour doubler, que la voie d'en face soit libre. Je n'ai jamais essuyé un quelconque coup de Klaxon, ni un appel de phare. Ce petit exemple montre comment ce pays, avec la réduction des vitesses et de la formation continue a réussi à obtenir des résultats exceptionnels en matière de sécurité routière. Nous pouvons suivre cet exemple, il suffit de le vouloir.
    suspicieux
    A 130 km/h sur l'autoroute, le facteur premier d'accident, c'est l'endormissement ! C'est normal, elles ont été conçues à l'origine pour rouler beaucoup plus vite que ça. Je pense que vous confondez deux choses : le respect du code de la route et des autres usagers, d'une part, et la vitesse d'autre part. Pour info, la réduction de la vitesse sur le périph parisien ou l'expérimentation à 80 décidé sous le gouvernement précédent n'a donné aucun résultat positif. Le seul cas de figure où la vitesse réduite donne de bons résultats c'est en ville et entre 50 et 30. Mais vous ne pouvez pas demander à rouler à 30 sur des rocades à 4 voies.
    • Pas d'accord
      1
  • Limiter le permis de conduire dans le temps

    Franck Bennehard - 14 Novembre 2017 - 13h37
    Le permis ne devrait plus être acquis pour la vie. Il faudrait limiter sa validité à un certain nombre d'années (10 ans par exemple) et pouvoir le renouveler par le simple passage d'un petit examen, genre code la route. Je vous laisse débattre sur le fait que cet examen soit payant ou non, là n'est pas mon propos.
    Cela permettrait à beaucoup de personnes de réapprendre le code de la route qu'elles oublient avec le temps.
    hervec
    Oui, plus controle de vue et de reflexe.
    • Pas d'accord
      0
    suspicieux
    En fait, votre raisonnement ne tient pas la route. Car c'est dans les premières années de permis que l'on a le plus d'accidents. Conduire, c'est pas juste une affaire de code la route, ou de théorie. C'est avant tout une question de pratique. C'est pour ça que les personnes matures, voire même celles du troisième âge ont moins d'accidents que les jeunes permis.
    • Pas d'accord
      0
  • Dissocier les 2 roues, piétons et circulation carbonée

    Gilles92400 - 13 Novembre 2017 - 22h56
    Pour réduire les situations de conflits (et donc d'accidents) entre usagers vulnérables et moins vulnérables, il n'est qu'à chercher les solutions dans les pays qui y réussissent depuis 50 ans (Pays-bas, Allemagne...).

    Le principe : créer des voies dissociées et sécurisées où les vulnérables côtoient le moins possible la circulation motorisée, ou alors dans des espaces sécurisés (croisements orthogonaux, protégés et visibles-lisibles). Les solutions à l'économie (bandes cyclables peintes en bord de route) ne servent qu'à générer le risque en se donnant bonne conscience.

    Tant que ces espaces ne seront pas dissociées, il est fondamental de changer les états d'esprit (apprentissage, communication) de tous les usagers : abandonner les comportements guidés par "le droit", en favorisant l'analyse du risque et en intégrant le droit à l'erreur, ainsi que la protection du plus vulnérable, voire le droit au remerciement...
  • des transports plus sûrs

    fnautpl - 13 Novembre 2017 - 16h33
    Contrôler plus sérieusement les camions (un tiers en infraction, du fait de temps de conduite dépassé, de non respect des temps de repos, de surcharge, de vitesse ...)
    Réduire les vitesses, en s'alignant sur des pays voisins (120 km/h sur autoroute). Beaucoup de petites routes sont à 90 km/h, ce qui est manifestement dangereux.
    Trop de cyclistes tués en zone rurale: La distance pour dépasser (1,5 m) n'est pas respectée, tout comme les vitesses limites. Les départements, en charge des routes, tout comme les petites villes, doivent mettre en place une politique pour l'usage quotidien du vélo (et non seulement tournée vers le vélo loisir). En ville, il est prouvé que plus de vélos fait baisser les vitesses et profite à tous.
    Le risque "attentat" est limité, peu probable, particulièrement hors grandes métropoles. Par contre les risques incivilités, agressivité, en particulier à l'encontre des femmes, sont présents dans les transports publics. Des actions sont indispensables.
  • Couleurs éclairage

    Berbineau - 11 Novembre 2017 - 09h11
    Imposer les enrobés clairs à la mobilité douce (celle qui n'a pas des phares à diodes de la mort pour éclairer des surfaces sombres où on ne distingue pas les "pièges" sur lesquels un vélo peut valdinguer alors qu'une voiture passe dessus quasiment sans la sentir.
  • Conception/ /maintenance

    Berbineau - 11 Novembre 2017 - 09h06
    Les pistes cyclables (intégrées ou séparées) sont toujours les endroits où on retrouve des plaques d'égoût, des chambres de tirages, des bouches à clef...

    Ce sont aussi les derniers endroits où l'on répare les nids de poules, passe la balayeuse,met en route des travaux de reprofilage .

    Un audit sur l'alignement des obligations d'entretien pour toutes les infrastructures,
    Des TP "je roule à vélo sur le résultat de ma conception" dans les écoles d'ingénieurs,
    Quelques révisions des manuels de conception :
    franchissement d'un rond-point , il vaudrait mieux que ce soit difficile pour les voitures que pour les vélos(freinages et relances successifs, par exemple, ou longueur des parcours...)
    Quand un chantier s'organise, préserver (réglementairement) la place du vélo/piéton/deux roues, affirmer, en fonction du lieu, la priorité éventuelle de ces deux modes ( rénovation de la Station de Métro Pont de bois et de ses abords à Villeneuve d'Ascq.


  • Imposer une étude sécuritaire pour certains aménagements routiers

    shineray - 07 Novembre 2017 - 16h52
    Au dessus d'une certaine ampleur, on devrait imposer qu'un bureau d'étude spécialisé dans la sécurité routière valide les travaux projetés par les mairies. En effet, celles-ci font parfois les études de conception des projets d'aménagement routiers avec leur propres techniciens, qui ne sont pas toujours compétents sur ce sujet. Et donc, des ratés surviennent, comme des aménagements dangereux ou qui engendrent davantage de pollution.
    Dans ma commune (Saint Sylvain d'Anjou), les automobilistes ont dû franchir une ligne blanche continue pendant quelques années, afin de circuler sur la chaussée opposée à cause de la présence d’îlots mal conçus. Maintenant que l'aménagement a été modifié, les nouveaux îlots ont été démontés et refaits, mais c'est toujours aussi dangereux, alors que la volonté initiale est d'abaisser la vitesse des véhicules.
    Une autre fois, les techniciens ont repeint les passages piéton avec de la peinture "du commerce" glissante achetée en grande surface de bricolage...
  • Des petites vidéos diffusées sur les chaïnes publiques pour rappeller les régles élémentaires de sécurité

    Serge Louvel - 07 Novembre 2017 - 16h17
    Réaliser des "clips" télévisés sur nos chaînes publiques pour rappeller des régles élémentaires aux automobilistes comme aux cyclistes :

    Sécurité des cyclistes :
    - Port du casque recommandé (voire obligatoire comme en Espagne en dehors des agglomérations)
    - Vêtements clairs ou fluos (il est important d'être vu !)
    - Lumières avant & arrière
    - Rétroviseur (+ important que la sonnette - presque inutile en dehors des agglomérations)
    - Rouler en file et en petit groupe !
    - Respecter le code de la route

    Coté "automobiliste" :
    - ralentir à la vue & l'approche du cycliste (R413-17-1)
    - clignoter pour signaler la manoeuvre de dépassement (R412-10)
    - s'écarter de 1,5 m hors agglomération (R414-4)

    NicolasDumoulin
    Il est admis que le port du casque n'est pas la meilleure protection des cyclistes : ce sont les aménagements et le comportement des véhicules lourds. Par ailleurs l'obligation du port du casque est contre productive comme cela s'est révélé là où cela a été mis en place. Le port du casque obligatoire contraint le cycliste et diminue la pratique du vélo en ville, et donc empêche la pacification de la circulation et rend les cycliste plus vulnérable (lien supprimé) Cordialement,
    • Pas d'accord
      0
    Serge Louvel
    1) D'abord vous lisez incomplètement ma proposition : je dis port du casque recommandé ! Voire obligatoire hors agglomération (comme en Espagne) 2) Le port du casque contraint le cycliste ? J'entends toutes sortes d'arguments : - on est décoiffé, on a chaud, c'est lourd, c'est moche ... Bref des arguments qui ne devraient pas tenir devant les traumatismes craniens en cas de chute ou d'accident. Et que ceux qui n'en portent pas assument jusqu'au bout : pas de casque, alors vous payez les frais de soin en cas de trauma cranien ! Pourquoi devrai-je payer pour des gens qui ne comprennent pas que le casque n'est pas un élément décoratif ! Prendre un pare-brise même à 30 km/h n'est pas anodin ! Cordialement
    • Pas d'accord
      0
    Parlonsvelo78
    Si la sonnette est inutile hors agglomération, c'est qu'elle l'est en agglomération pour prévenir les piétons ?
    • Pas d'accord
      0
  • Numériser les outils de maintenance dans le ferroviaire

    Christine Revault d'Allonnes-Bonnefoy.députée européenne - 07 Novembre 2017 - 15h38
    La numérisation des outils de maintenance constitue un enjeu majeur pour l’amélioration de la qualité du service et de la sécurité ferroviaire. La maintenance prédictive doit progressivement l’emporter sur la maintenance curative.
  • mettre l’accent sur volet préventif.

    Christine Revault d'Allonnes-Bonnefoy.députée européenne - 07 Novembre 2017 - 15h38
    En matière de sécurité routière, il faut mettre l’accent sur volet préventif notamment en ciblant d’avantage les personnes les plus exposées à des risques d’accidents. Il faut aussi mieux prendre en considération l’état de l’équipement routier dans les enquêtes et dans les statistiques nationales qui ne prennent pas en compte aujourd’hui ces données liant accident et infrastructure. Au niveau institutionnel, comme le proposent plusieurs études, il conviendrait de rapprocher la Délégation à la sécurité et à la circulation routières (rattaché au Ministère de l’Intérieur) de la Direction générale des infrastructures, des transports et de la mer, pour justement mieux coordonner les différents volets (répressif, prévention, infrastructures) de la politique de sécurité routière.
  • autoroute

    philippesergeroger - 07 Novembre 2017 - 11h32
    les véhicules de services sont lents : il serait bien de mettre à l'arrière une cage automobile à barre de déformation pour absorber l'énergie des chocs (l'avant d'une voiture récente modifiée pour recueillir les déchets, les cônes oranges ...)

    il y aura moins d'accidents mortels
    shineray
    cela fait longtemps que de pays comme la Belgique ont imposé l'usage d'atténuateurs de chocs à l'arrière des véhicules de service utilisés sur les autoroutes
    • Pas d'accord
      0
    shineray
    Il y a pourtant longtemps que c'est utilisé en Belgique: les véhicules de service utilisés sur ls autoroutes sont équipés d'atténuateurs de chocs à l'arrière. Mais il est vrai que cela renchérit le coût des travaux et de la maintenance.
    • Pas d'accord
      0
  • on sait, alors on attends quoi ?

    Juan - 04 Novembre 2017 - 17h46
    on sait que des mesures permettent de réduire les accidents:
    - réduire les vitesses
    - réduire les vitesses lorsque plusieurs modes sont réunis ( motorisés, vélos, piétons ...), sinon séparer les flux (piste cyclable "en site propre", chemin piétonnier ...)
    - transferts modaux vers les moyens les plus surs: basculer une part du transport camion, auto vers ferroviaire, vélo, marche > infrastructure adéquates ... des milliers de passerelles piétons et vélos à construire ( des emplois non délocalisable ...), des voiries à reprendre ( pont sur la Seine Draveil-Juvisy: transformer la 2*2 voies auto en 2*1 voies, avec voie vélo et TC dans chaque sens ..... des centaines de pont comme cela dans le pays )
    - améliorer la visibilité de tous, notamment la nuit. Réglementation pour que les vélos neufs vendus soient correctement équipés .... mettre des pneus avec bandes réfléchissante ne couterait (presque) rien, système d’éclairage digne de ce nom ... campagne de communication ....
  • Radar automatique à chaque feu et couloir cyclable

    Vincent PIEPIORA - 26 Octobre 2017 - 16h37
    Dans notre capitale, j'observe trop souvent:
    - des véhicules stationnés sur les pistes cyclables (ou couloir de bus),
    - des sas vélo occupés par les voitures et 2RM
    - et enfin de pistes cyclables utilisées par les 2RM.

    J'ai l'impression qu'il n'y a jamais de sanction alors qu'il y a un vrai risque de sécurité pour tous les cyclistes.
    Dans d'autres villes européennes (Londres par exemple), il y a des caméras automatiques qui verbalise systématiquement les contrevenants.
    Je ne comprends pas pourquoi cette politique n'est pas mis en place à Paris pour chaque feu et chaque piste cyclable.
    Parlonsvelo78
    Le LAPI doit être utilisé pour augmenter la verbalisation des véhicules en stationnement dangereux sur les bandes et pistes cyclables ainsi que les passages piétons. 800 villes de France vont dans le cadre de la réforme du stationnement, confier plus ou moins la perception du forfait de post-stationnement à des sociétés privées équipées de LAPI. Les opérateurs de ces sociétés privées doivent être habilités à appuyer sur un bouton en présence d'une infraction. Ces infractions pourront ensuite être validées par un fonctionnaire de police habilité à verbaliser puis transmises au système qui gère le Contrôle Sanction Automatisé.des vitesses. Ceci est pratiqué à Madrid.
    • Pas d'accord
      0
  • Rouler plus vite = moins de consommation et moins de temps passé sur la route

    Trux Trentehuit - 24 Octobre 2017 - 16h15
    C'est bien simple.

    Tout tient en une phrase : "plus on roule vite, à trajet équivalent, moins on passe de temps sur la route, donc moins on consomme et moins on est dangereux longtemps". La solution ?

    J'en ai une autre : plus on diminue la vitesse, moins on a de risques soit disant ? Eh bien roulons à 0km/h comme ça il n' ya plus de soucis - pas de pollution, pas d'accident.

    Et sinon on fait quoi pour les milliers de morts de maladie nosocomiales ?

    Et les 40000 accidents domestiques ? A quand des radars dans les casserolles et sous les escabeaux ? A quand le casque obligatoire en perceuse ?

    Bref...

    Tout aussi intelligent qu'une grosse partie des idées qu'on voit ici. On est bien barrés avec des idées comme ça.

    Serge Louvel
    Oui, et avec des commentaires comme ceux-là, on recule ! Bref, totalement inutile et hors sujet !
    • Pas d'accord
      2
  • imposer le transport par réseau ferré des marchandises: diminution des risques et de la pollution.

    camery - 24 Octobre 2017 - 10h22
    construire un axe ferré nord sud pour imposer le ferroutage ou le multimodal (flux européen nord sud)
    Mettre en place une taxe camion aux frontières de la France, qui contribuerait à financer l'axe ferroviaire.
    L'exemple de la Suisse, pays de montagnes, est explicite.
    Les camions allemands pour ne pas payer la Maut (taxes de transport) passent par les axes français dans l'est de la France.
    La France est traversée par une majorité de flux routiers qui n'apportent que risque et pollution sans aucun retour si ce n'est les péages d'autoroutes.
    L'ensemble des pays européen est plus avancé en multimodal que la France.
    Le transport ferroviaires des marchandises était plus accessible et efficaces dans les années 80
  • SNCF

    Bzz - 23 Octobre 2017 - 18h35
    C’est en catimini que l’entreprise publique SNCF va supprimer son offre auto-train qui permettait aux particuliers d’acheminer leurs véhicules par voie ferrée. Cette offre, souvent utilisée en période de vacances, permettait, à un coût raisonnable, d’acheminer en toute sécurité et sans fatigue des usagers sur 12 destinations de province différentes, tout en contribuant à diminuer le nombre de véhicules sur nos routes.
    Bref, une vraie offre écologique de service public !

  • davantage de sécurité en vélo

    fanette47 - 22 Octobre 2017 - 22h14
    Je souhaite que les pistes cyclables créées soit à chaussée séparées pour securiser les déplacements et que les points noirs soient éradiqués. Je vais prendre mon trajet quotidien à Lyon domicile nounou travail. Le trajet est globalement bon avec des pistes cyclables bien pensées mais les points noirs me gênent d'autant plus que je voyage avec mon fils d'un an et que j'ai besoin de me sentir en sécurité. Mon trajet n est pas forcément le plus direct. J allonge le trajet afin d avoir un parcours serein. Malgré cela j'ai un gros point noir au niveau du pont gallieni car rouler sur une voie de bus est dangereux de même les traversées de routes sont complexes, le matin les voitures envahissent tout et il faut zigeaguer pour pouvoir traverser les routes à traverser avant ce pont côté berthelot... avec un enfant compliqué de zigzaguer... et dangereux! Ensuite plus loin jai le choix entre le cours charlemagne où la piste cyclable est tous les matins envahie de camions et voiture, sans oublier
    fanette47
    Sans oublier les places de parking accolées à la piste d'où les voitures sortent et risquent de ne pas voir le vélo arriver. Et la rue delandine à sens unique avec les vélos en contresens... Très dangereux à mon goût car les voitures se serrent peu et les voitures garées de chaque côté menacent de nous écraser. Voilà pour mon experience personnelle. Fanny
    • Pas d'accord
      1
  • Véhicules autonomes. La solution ?

    MoveNow - 21 Octobre 2017 - 09h41
    Quelles sont les causes principales des accidents ? En fait il y a une cause principale : le conducteur.
    Remplaçons les conducteurs par des "robots" et le nombre d'accidents diminuera de façon drastique.
    Les technologies ne sont peut-être pas encore tout à fait au point mais elles le seront inévitablement dans les années à venir. La France doit investir massivement dans les véhicules autonomes (automobiles, bus, poids lourds).
    Evidemment il y aura un impact social énorme et il faut s'y préparer pour gérer la transition.
    Trux Trentehuit
    C'est qu'on sera vachement mieux protégé si des machines conduisent à notre place...
    • Pas d'accord
      0
    Anti-autophobe
    Le conducteur = cause principale des accidents, c'est un mythe ! Dans les années 70, on a tout misé sur les véhicules (accusés d'être peu sûrs) et les infrastructures routières (points noirs). La direction de la sécurité routière était alors au ministère des transports. Puis on n'a voulu voir que le conducteur, accusé de tous les maux, au point que même dérapant sur une route viroleuse mal entretenue, on l'accusait lui, pour défaut de maîtrise (bien pratique pour déresponsabiliser l'Etat). La sécurité routière est donc passée depuis 5-6 ans, logiquement, au ministère de l'intérieur. Avec les résultats que l'on connaît : la mortalité routière stagne depuis...
    • Pas d'accord
      0
    Pascal
    C'est vrai que les logiciels informatiques sont rarement pourvus de bug !!! -:)
    • Pas d'accord
      0
  • Faciliter au maximum les sorties de périphérique

    Matthieu Laurens - 18 Octobre 2017 - 22h45
    Il faut faciliter au maximum les sorties de périphérique pour faire en sorte que le trafic s'évacue en priorité. Le but est d'éviter que des files entières de véhicules à l'arrêt ne remontent jusqu'à la bande roulante car des gros delta des vitesses et/ou des gens qui pilent au dernier moment pour se rabattre créent de gros risques dans ces zones là.
    Mais évidemment ça oblige à repenser la voirie: rallonger la sortie, doubler les voies, éviter les feux rouges seulement 100mètres après une sortie ou raccourcir le temps au maximum quand le trafic est chargé (feu dynamique ou intelligent), créer des voies d'évitement de rond
    point pour ceux qui prennent la première à droite...Et il doit y avoir encore plein de solutions
    Thom
    Pour limiter l'écart de vitesse entre les véhicules qui bouchonnent pour sortir et ceux qui roulent sur les périphériques, on peut aussi réduire la vitesse aux heures de pointe. Sur l'A9 à hauteur de Montpellier la vitesse est réduite pour fluidifier la circulation quand il y a du monde.
    • Pas d'accord
      0
  • Visite médicale après 70 ans

    Matthieu Laurens - 18 Octobre 2017 - 22h14
    Il serait intéressant de rendre obligatoire une sorte de visite médicale après 70 ans (ou 75 ans) afin de s'assurer que les détenteurs de permis sont encore aptes à rouler. Et ceci tous les deux ou trois ans. Et à la charge de chacun.
    Le même principe existe déjà pour les voitures de plus de 4 ans ça s'appelle le contrôle technique...
    D'ailleurs certains pays voisins le font déjà.
    Ainsi on pourrait éviter d'avoir sur les routes des personnes qui font des manoeuvres hasardeuses, qui n'y voient rien ou n'entendent pas. Car ce genre de comportement fait aussi prendre des risques aux autres usagers de la route.
    Thom
    Avec peut-être en plus 1h de conduite avec un moniteur d'auto-école, qui jugera si la personne est apte à conduire.
    • Pas d'accord
      1
    Anti-autophobe
    En 2007, un inspecteur général de l'équipement a rendu un rapport au ministère des transports en avouant à demi-mots que le contrôle technique des véhicules n'avait en rien permis la réduction des accidents. Je crains la même conclusion avec la visite médicale des seniors, pour une raison simple : cette tranche d'âge n'est clairement pas la plus accidentogène de la population. Elle prend en général moins souvent la voiture, moins sur les grands axes, pas beaucoup l'autoroute et très peu la nuit. Et ceux qui finissent par avoir trop peur de conduire finissent par se faire conduire...
    • Pas d'accord
      1
  • Victor pachon

    17ortz - 18 Octobre 2017 - 14h27
    Ces dernières années des incidents importants ont eu lieu sur les voies ferrées (Brétigny, Denguin …). Les investissements ferroviaires ont été consacrés trop exclusivement aux LGV créant ainsi une dette colossale pour la SNCF.
    Seuls 9% des usagers des trains utilise les TGV. Il est donc juste de consacrer les investissements, désormais en faveur des trains du quotidien.
    Outre la maintenance nécessaire et urgente en certains points, la résorption des passages à niveau, l’installation de signalisations performantes doivent être à l’ordre du jour.
    Ainsi sur le tronçon Bayonne-Dax, la mise en place des BAL (Blocs automatiques lumineux) à la place des BAPR (Blocs Automatiques à Permissivité Restreinte), associés à l’indication permanente de contresens ont permis une augmentation conséquente de la capacité et la sureté de la ligne.
    Pourtant les premiers BAL ont été installés en France à partir de 1946.

    Il est donc temps de réajuster nos priorités budgétaires.
  • rappel du code de la route... (prevention) et + de controles (repression) ?

    Francois Fvr - 15 Octobre 2017 - 19h20
    1) nous sommes affligeant au niveau de l'utilisation du téléphone en voiture (ou a vélo !!).
    sensibilisation ou répression, il faut réagir

    2) combien d'automobilistes respectent les distances de sécurité lors d'un dépassement ? (d'ailleurs qui les connait ??? => prévention...)

    3) on ne peut demander à 1 seule partie de faire des efforts ! Il faut inciter les cyclistes à avoir un comportement (encore !?) + exemplaire : cesser de rouler de front quand qqn veut doubler, ne pas griller des feux rouges à pleine vitesse en agglomération, ne pas circuler sur les trottoirs... La courtoisie est 1 cercle vertueux !!
    Serge Louvel
    Totalement d'accord ; très peu d'automobilistes connaissent et respectent les règles élémentaires de sécurité lors d'un dépassement d'un cycliste. En France, très peu d'automobilistes respectent les règles de sécurité : - ralentir à la vue & l'approche du cycliste (R413-17-1) - clignoter pour signaler la manoeuvre de dépassement (R412-10) - s'écarter de 1,5 m hors agglomération (R414-4) Suggestion : - Réaliser des "clips" vidéos diffusés sur nos chaînes publiques pour rappeller des régles élémentaires aux automobilistes comme aux cyclistes. (respect du code de la route). - Police en vélo ?
    • Pas d'accord
      0
  • casque pour tous en vélo

    Laurent Brault - 15 Octobre 2017 - 18h47
    la loi dit casque obligatoire jusqu'à 12 ans et après la vie n'est pas importante ?

    Demande t-on dans les voitures ceinture obligatoire jusqu'à 12 ans ?

    Que veut-on vraiment la sécurité oui ou non ?

    Merci de votre retour car il est discipline avec des ados de leur imposer quelque chose que la loi n'oblige pas alors que pour leur sécurité et celle de tous ce serait idéal !
    Thom
    En France, 14% des victimes de traumatismes crâniens sont des enfants et des personnes âgées à pieds ou à vélo. Donc effectivement, la loi ne permet de réduire les risques que d'une petite fraction de ces 14%. Par contre, 42% des victimes de traumas crâniens sont des adultes conducteurs ou passagers d'une voiture. (chiffres de 2002, je n'ai rien de plus récent) Si on veut vraiment la sécurité, il faut aussi (et surtout) des casques dans les voitures. Et si vous voulez faire porter un casque à vos ados, portez-en un vous-même pour montrer l'exemple; ça marche très bien, c'est ce que je fais (en vélo, pas en voiture). Et plus on habitue les enfants jeunes, plus vite ça devient un réflexe.
    • Pas d'accord
      0
    Serge Louvel
    Entiérement d'accord avec Laurent ! J'ai fait une randonnée à vélo (France - Espagne) et en Espagne, le port du casque est obligatoire hors agglo. Moi même cycliste (sur route), j'ai fait plusieurs chutes et j'ai cassé 3 casques !!! Imaginez l'éta de ma tronche si je ne portais pas de casque. Qui ne connait pas un ami, un proche qui a fait une chute ou a été renversé par une voiture ? J'ai un ami qui a été percuté par une voiture en ville, et sans son casque, il ne serait plus de ce monde ! Alors casque ou pas casque ? La question ne se pose plus ! Quand je vois que certaines associations (la FUB entre autre) n'est pas pour le port du casque obligatoire, je suis consterné. Serge (Lannion - Bretagne)
    • Pas d'accord
      4
    Anti-autophobe
    Arrêtons avec ça ! On a vécu pendant des dizaines d'années sans casque obligatoire à vélo. Rendre le casque obligatoire à vélo est la meilleure solution pour perdre une bonne partie des cyclistes... qui retourneront à la voiture. Eh oui, plus il y a de contraintes, moins il y a de pratiquants ! Cette course à la sécurité est pitoyable. Et inutile, dans le cas du casque à vélo. Il y a plus de traumas craniens à pied ou en voiture qu'en vélo. On oblige aussi les piétons !?
    • Pas d'accord
      1
    Anti-autophobe
    Serge et Laurent... Personne ne vous interdit de porter un casque, alors ne venez pas em... ceux qui ne veulent pas en porter ! Quant aux stats, je fais moi aussi plus confiance à la FUB qu'au doigt mouillé de quelques aspirants hygiénistes sécuritaires...
    • Pas d'accord
      1
    Christophe Collard
    le nombre de commotions cérébrales et très élevé chez les conducteurs automobiles ! commençons donc par imposer le port du casque aux occupants des véhicules automobiles !
    • Pas d'accord
      0
  • Améliorer et optimiser l'existant

    Gege59227 - 14 Octobre 2017 - 11h49
    Pistes d’idées pour améliorer l’existant :
    -Diminuer le nombre de voitures, et inciter le covoiturage
    40% des trajets en voiture en agglomération font moins de 3km; une distance facilement faisable à pied ou
    en vélo. On peut donc réduire de presque 40% (il doit y avoir une part de gens qui n'ont pas la chance
    d'être en suffisamment bonne santé pour se déplacer par eux-mêmes) la circulation automobile en ville et
    le risque d'accident qui va avec. Donc Il faut donc favoriser les déplacements actifs en ville.
    Faire la reconnaissance des Pistes cyclables dans tout le territoire, et
    uniformiser ces infrastructures (exemple avec une couleur bien visible).
    Bien délimiter ces zones cyclables.
    Des transports collectifs publics et bien entretenus.
    Gratuité des transports en commun, rétablissement des lignes de train et réembauche par la SNCF de
    personnels dédiés à l'entretien des installations.
    - Mettre en place des visites médicales périodiques obligatoires.
    -Réaliser des études d’urbanisme por
  • sécurité des usagers des voies publiques

    Serge Benisty - 13 Octobre 2017 - 18h49
    La sécurité des piétons sur le trottoirs est sacrifiée au monde des fabricants d'engins de transport individuels qui inventent sans cesse de nouveaux engins roulant sur les trottoirs, dangereux pour les piétons et autres usagers vulnérables ( handicapés, poussettes de bébés, etc....). IL faudrait d'une part , soumettre les fabricants à un contrôle administratif accru sur la compatibilité de leurs engins avec une circulation piétonne,et d'autre part , enjoindre aux maires d'interdire l'usage de tout engin à moteur électrique de circuler sur les trottoirs
    Pour répondre au besoin des jeunes d'utiliser ces engins sans mettre en danger les piétons,les maires devraient être incités à créer des structures permettant l'usage des engins en questions (parcs à circuits, ou pistes inter-communes).
    Question :est-il normal que la prévention et la répression des infractions soit laissée à la discrétion des maires, que les préoccupations électorales peuvent pousser à un certain laxisme?
  • Diminuer le nombre de voitures

    Thom - 12 Octobre 2017 - 22h01
    Moins de voitures = moins d'accidents.

    D'après le Cerema, en France, 40% des trajet en voiture en agglomération font moins de 3km; une distance facilement faisable à pied où en vélo. On peut donc réduire de presque 40% (il doit y avoir une part de gens qui n'ont pas la chance d'être en suffisamment bonne santé pour se déplacer par eux-même) la circulation automobile en ville et le risque d'accident qui va avec.

    Il faut donc favoriser les déplacements actifs en ville.
    Serge Benisty
    Pour diminuer l'addiction à la voiture, il fut faire comme pour le tabac:rendre de + en + cher le stationnement; procéder à l'enlèvment de tout véhicule en dépassement d'horodateur, et pour cela motiver les agents de la Police Municipale par un avancement ,par exemple
    • Pas d'accord
      0
    Anti-autophobe
    .Moins de voiture = moins d'accidents !? Totalement faux ! Depuis 40 ans, le nombre de véhicules a été multiplié par 3 et le nombre de tués a été divisé par 5. Ca tient en partie à ce qu'on appelle la visibilité sociale... Mais pas que : il y a eu les efforts sur les infrastructures, sur les véhicules.
    • Pas d'accord
      2
    Anti-autophobe
    3 km facilement faisable à pied ? Vite dit : c'est quand 3/4 de marche à pied ! Et pour le vélo, c'est très bien tant qu'il ne pleut pas ou qu'on n'a pas de courses à faire. Faut arrêter avec le mythe de la voiture qu'on utilise juste pour le plaisir !
    • Pas d'accord
      4
    Adrien L.
    Je fais les courses pour 3 personnes en vélo depuis des années à 5 km de chez moi (vélo Poste acheté à vil prix et retapé, pluis passage au vélo cargo) et je vais travailler en vélo depuis un an à 15 km de mon domicile. Nombre de fois où j'ai pris une. averse : trois fois (une par trimestre en moyenne, largement le temps de sécher la cape de pluie). Bilan physique depuis un an : -6 kgs et du muscle en plus, résistance à la fatigue. Bilan psychologique : meilleure résistance au stress. Bilan financier : 5000 € d'économie. Le passage de la voiture au vélo est donc une question de volonté avant tout. Pas d'excuse ne pas vouloir se donner la peine.
    • Pas d'accord
      2
    Thom
    @Anti-autophobe Oui, en agglomération moins il y a de voitures, moins il y a d'accidents. Je fais mes courses à vélo, et beaucoup de gens sont dans la capacité physique de le faire (après, l'envie c'est autre chose). Il faut arrêter avec le mythe de la pluie qui empêche de rouler. Je vais travailler toute l'année à vélo (5km), je dois rouler moins de 5 fois par an sous la pluie. Et 3km en vélo c'est 12 minutes.
    • Pas d'accord
      0
  • Pistes cyclables reconnaissables dans tout le territoire

    wilk - 11 Octobre 2017 - 17h36
    En Hollande toutes les pistes cyclables sont facilement identifiables à leur couleur très visible (rouge) et homogène sur tout le territoire.
    Chez nous elles sont difficiles à identifier, dès qu'il n'y a pas le pictogramme de vélo on peut les confondre avec une bande quelconque.
  • le plus sûr : des transports collectifs publics et bien entretenus

    ikki - 08 Octobre 2017 - 17h32
    Inciter à préférer les transports collectifs : gratuité des transports en commun, rétablissement des ligne de train et réembauche par la SNCF de personnels dédiés à l'entretien des installations.
  • transformer des rues en pistes cyclables

    Sebastianus van Leeuwen - 03 Octobre 2017 - 14h54
    Les concepteurs des aménagements pour les vélos feraient mieux d'aller voir ce qui se fait à l'étranger.
    Il n'y a pas que Paris où il n'est pas facile de faire des pistes cyclables indépendantes dans la vieille ville. Allez voir à Amsterdam.
    Beaucoup de rues sont transformées en pistes cyclables, où des fois les voitures sont tolérées, mais à une vitesse réduite.
  • Changer de paradigme sécuritaire

    eric - 03 Octobre 2017 - 13h51
    On ne peut pas demander à l'Etat de faire tout et n'importe quoi ! Aujourd'hui, la mobilisation est très forte dans la lutte contre le terrorisme, particulièrement dans les transports en commun et aux abords des gares. On ne peut pas continuer à gaspiller nos forces dans la chasse à certaines infractions routières. Il faut changer de paradigme : arrêter de poursuivre des conducteurs qui ne mettent pas les autres en danger. Il faut en finir avec les sanctions contre les ceintures de sécurité non attachées, le port du casque qui doit devenir facultatif, etc... C'est très important pour ce qui vient : car avec les nouveaux modes de transport (trotinettes électriques, gyropodes...), si on commence à plaquer sur ces engins la réglementation qui a cours sur les deux-roues, on va tuer dans l'oeuf ces innovations. Il faut accepter une part de risque dès lors qu'on ne met pas autrui en danger. Pas de temps à perdre avec ces réglementations à la con quand la vie est menacée par des fous furieux.
    Michel Vidal
    Bonjour Eric Si les accidents de la route se déroulaient avec les mêmes règles qu’un jeu vidéo, on pourrait effectivement « reprendre une vie » et ne pas mettre de casque ou de ceinture… Mais hélas, chaque année, des jeunes adolescents ayant un fort potentiel se retrouvent handicapés. Des adultes, bien stabilisés dans la vie professionnelle, ne peuvent plus exercer… et chaque années des décès par milliers ! En faut-il plus ? Cordialement
    • Pas d'accord
      0
    Serge Benisty
    commentaire sans logique !
    • Pas d'accord
      0
    Anti-autophobe
    Michel, les accidents de la route, c'est 3500 tués par an. Les maladies nosocomiales, 5000. Les suicides, 12000, les accidents domestiques 20000 ! Est-ce qu'on fait seulement le 1/10 sur ces causes de mortalité que ce qu'on fait avec la sécurité routière ? Des bilans mensuels, des grandes envolées, des objectifs farfelus (2000 morts en 2020). Je suis assez d'accord avec Eric. L'excès de sécurité peut être nuisible au développement de nouveaux modes de déplacements.
    • Pas d'accord
      3
    Michel Vidal
    Bonsoir anti-autophobe, On se retrouve sur ce fil ! et toujours pas le même point de vue…. Mais l’important est que des personnes pensent sincèrement agir pour préserver des existences. Je ne parle pas des vies de perdues, là malheureusement c’est la fin de la partie. Mais vous multipliez simplement par 10 vos chiffres et vous aurez à peu près le nombre de personnes handicapés. Et là c’est la souffrance pour la victime et surtout les familles. Après tout le monde est libre de piloter une moto de cross au fin fond des bois sans cuir, sans gants et sans casque juste pour justifier ses convictions sur la sécurité....
    • Pas d'accord
      0
  • partageons la route

    Sebastianus van Leeuwen - 03 Octobre 2017 - 11h22
    Je fais des fois du roller de vitesse, de la course à pied ou du vélo sur une départementale. Il n'est pas rare que je me fais klaxonner. La route est aux voiture!!!
    Tout est dans la tête des automobilistes, qui ne sont que automobiliste. Il faudrait généraliser les panneaux "partageons la route", avec des icônes d'autres types d'utilisateurs.
    Serge Benisty
    Si les voitures klaxonnent, c'est pour éviter de vous écraser. C'est à vous de pratiquer votre sport favori dans une structure mieux adaptée, quitte pour cela à vous éloigner de qqs kms de chez vous
    • Pas d'accord
      1
  • signalisation incompréhensible

    jacky - 02 Octobre 2017 - 15h41
    Dans les petites communes, la sécurité est à l'initiative des maires, or depuis quelques temps on rencontre des signalisations totalement incompréhensibles[ rond point avec quatre stop (je dis bien stop et non balise de priorité)] , croisement avec des stop sans qu'il soit possible de connaître qui doit passer en priorité lorsque deux voitures sont arrêtées à la bande blanche (situation non prévue dans le code de la route). Sous un aspect sécuritaire, ces situations ont un effet psychologique désastreux, car certaines personnes et notamment les jeunes n'arrêtent plus, ils s'engagent sur ces ronds-points ou dans ces intersections sans respecter la signalisation, le plus grave, ces personnes ne comprenant rien à la signalisation, ne respectent pas plus les stops lorsque ceux-ci sont placés judicieusement et là les dégâts matériels et corporels sont extrêmement graves.
    Il est urgent de revoir la signalisation dans les petites communes. Il faut un contrôle par des personnes compétentes
    Serge Benisty
    OK , mais il n'y a pas que dans les petites communes qu'il y a des aberrations de signalisation Il faudrait que toute signalisation soit supervisée par un responsable ad hoc de la préfecture, ayant reçu une formation pour.
    • Pas d'accord
      0
  • Contrôler les motos

    On Hfx - 01 Octobre 2017 - 15h07
    Pourquoi laisse-t-on faire les motos ?
    Une voiture qui aurait les caractéristiques d’une moto ne serait pas homologuée car trop dangereuse.
    La vitre avant fumée est interdite en voiture, la burqa aussi, mais on ne peut pas reconnaître un motard sous son casque.
    Faites une remarque à une moto qui monte sur le trottoir et vous recevrez peut être un coup de casque.
    On dit que les politiques ont peur de déplaire aux journalistes qui circulent à moto...
    eric
    Les seuls pays à avoir temporairement interdit l'usage de la moto sont les dictatures, c'est cela que vous voulez pour la France ? Pour résoudre le problème de la non-reconnaissance faciale du motard, il suffit de suspendre l'obligation du port du casque... Aucun politique n'aura, pour l'instant, ce courage-là, dans un pays où la liberté de comportement reste perfectible...
    • Pas d'accord
      1
    Michel Vidal
    Bonjour, Un peu rapide et simpliste ce raccourci contre les motards ! La visière teintée sert à protéger contre la lumière du soleil => L’automobiliste porte lui des lunettes de soleil. On ne peut pas non plus le reconnaitre complétement. Le motards sur le trottoir qui donne des coups de casques => ce motard-là, il doit être dans votre ville ! Car, ce n’est pas une habitude chez les motards de massacrer leur matériel de sécurité. Vue le prix d’un casque et le fait que le cerveau ne se trouve pas encore dans les pieds ; c’est en principe un équipement « chouchouté ».
    • Pas d'accord
      1
  • Vitesses

    Daniel Tansaout - 30 Septembre 2017 - 23h50
    Pourquoi les constructeurs de véhicules créent des engins qui peuvent dépasser les 300 km/h alors qu'en France, la vitesse est limitée ?
    eric
    C'est pour faire parler les bavards ! La course aux performances a eu plusieurs effets heureux : améliorer le rendement des moteurs (un moteur de 150 ch actuel consomme moins qu'un moteur de 40 ch des années 70) et le dimensionnement des organes de sécurité (système de freinage, suspension...) pour répondre aux vitesses potentielles de ces engins a grandement profité à la sécurité routière...
    • Pas d'accord
      0
    eric
    J'ajoute que si l'Allemagne dispose aujourd'hui d'une économie automobile florissante, c'est parce qu'on peut rouler no limit sur ses autoroutes. Cela a donc un sens d'acheter une Porsche en Allemagne. Et parce que l'Allemagne vend du haut de gamme (donc des véhicules à forte marge), le secteur automobile y est riche, puissant et novateur. L'Allemagne a une longueur d'avance sur nous pour l'invention et la fabrication du véhicule du 21ème siècle...
    • Pas d'accord
      0
  • Téléphone en conduisant

    Daniel Tansaout - 30 Septembre 2017 - 23h46
    Bonjour. La technologie et technicité des véhicules évoluant; pourquoi ne vous demanderiez vous pas aux constructeurs de véhicules d'ajouter des capteurs ( détecteurs d'ondes ) dans la " zone conducteur ", afin non seulement d'avertir ce dernier de l'interdiction d'user de son téléphone, mais aussi de le brouiller ?
    Serge Benisty
    Bien vu !
    • Pas d'accord
      0
  • La prévention cause nationale

    Jean-Luc Guillier - 30 Septembre 2017 - 13h03
    Faire la prévention de la maternelle au lycée, Puis stage en entreprise et ou avec les assurances.
    Michel Vidal
    Bonne idée. Il faudrait impliquer les entreprises en introduisant dans les formations obligatoires des modules de prévention routière. Le temps de formation légal existe et n'est pas totalement utilisé. Les formations entreprises sont bien souvent les mêmes d'une année sur l'autre et ont une vocation "scolaire imposée" car il faut l'employeur est obligé de les dispenser...
    • Pas d'accord
      0
  • Limitations de vitesse - promotion des itinéraires cyclables

    velorution - 29 Septembre 2017 - 10h23
    Les accidents de la circulation sont fortement liés au facteur vitesse. L'extension des zones 30 et zones de rencontre en centres urbains est une des solutions.
    Hors centres urbains, il convient de renforcer le contrôle des vitesses automobiles et de développer les pistes cyclables en site propre, avec itinéraires vélo en continu;
    pierre2
    15 million de PV pour "excès de vitesse" pour 50 fois moins de PV pour alcoolémie excessive, alors que c'est l'alcool le facteur numéro un des tués sur la route. Vous ne croyez que traquer le km/h de trop, ça suffit comme ça ?! Sinon, pour info, ce sont les psychotropes au sens large (alcool, stupéfiants, médocs, fatigue) qui sont le plus meurtriers, pas la vitesse . On n'a pas d'accident parce qu'on roule à 80, 90 ou 100 sur une autoroute, ni parce qu'on roule à 120, 130 ou 150 sur autoroute...
    • Pas d'accord
      0
    pierre2
    J'ajoute que c'est sur autoroute, là où la vitesse est la plus élevée, qu'il y a le moins d'accident. Le lien vitesse-accident, en tant que tel, ne veut strictement rien dire !
    • Pas d'accord
      0
  • Adapter / apaiser les véhicules

    jay jeremie - 29 Septembre 2017 - 00h11
    Simplement, les véhicules actuels ne sont pas adaptés à une conduite raisonnable en ville.

    Sur les véhicules actuels ( une 508 pour ma part ), les premières vitesses ne sont pas adaptées à une conduite apaisée en ville. Il est par exemple relativement désagréable de conduire en deçà des 30km/h.

    Il pourrait être proposé par les constructeurs ( ou imposé par les pouvoirs publics ) des modes de conduite qui favorisent la souplesse de conduite et abaissent la pollution en ville, un étagement des boites de vitesse plus favorable à la conduite en ville, des klaxons à 2 tons ( comme pour les bus ), des aides à la conduite qui évitent et avertissent des zones ou le conducteur doit être particulièrement vigilant : écoles, zones piétonnes, de rencontre, ..., des GPS hybrides avec une prise en compte des autres modes de transports.

    pierre2
    On peut prendre le problème par l'autre bout : ce qui n'est pas raisonnable, c'est d'imposer le 30 km/h en ville à des voitures qui par construction sont destinées à aller rapidement d'un point A à un point B. Il y a d'autres manières de sécuriser cyclistes et piétons que d'imposer à tous de se comporter comme un cycliste ou un piéton...
    • Pas d'accord
      0
    jay jeremie
    Désolé, mais votre raisonnement ne tient pas 1 seconde. mon véhicule peux rouler à 226km/h, 60 mètres par seconde, est-il souhaitable que je puisse le faire en ville car c'est possible ? La ville,là ou les humains, bipèdes pour la plupart, résident en grand nombre, on doit donc privilégier la place du piéton (on en est très loin ... ) et y adapter le reste de l'environnement urbain. Cela dit, les voitures y sont car elles permettent une projection parfois plus rapide, ou de charges plus importante, mais aucune agglomération, y compris celle ou le piéton y est quasi inexistant ( los angeles par exemple ) ne voit ses vitesses moyennes correspondre aux capacités des véhicules, ni dépasser les 30km/h.
    • Pas d'accord
      0
  • Une solution pragmatique et démocratique pour la réduction des vitesses sur les routes de campagne

    RoadSafetyAngel - 27 Septembre 2017 - 18h45
    1/ La vitesse sur les routes de campagne est de 90km/h, sauf exceptions. Parfois c'est adapté, parfois ça ne l'est pas. D'où de nombreux accidents et des victimes. Il est parfois difficile pour une autorité publique de prendre la décision de réduire la vitesse. Il faut parfois attendre la multiplication d'accidents pour que la décision soit prise.
    2/ Une idée serait d'abaisser la vitesse à 80km/h sur TOUT le réseau routier. Mais, le problème est que des limitations sans justification ne sont pas comprises, et donc pas respectées. Il y a un problème d'acceptabilité.
    3/ Je propose que la vitesse soit fixée par le Code de la Route à 80km/h, sauf exceptions : c'est à dire en ouvrant la possibilité à l'autorité publique de remonter la vitesse maximale autorisée à 90km/h (et bien sûr de la baisser si besoin). Ainsi, c'est par un acte positif que l'autorité publique locale remontera la vitesse, selon les circonstances locales.
    4/ Nul doute qu'elle réfléchira avant d'exercer cette liberté.
    pierre2
    D'où vient cette obsession malsaine de la limitation à 80 km/h ? De la propagande de la sécurité routière pour rentabiliser les radars ? Quoiqu'il en soit, c'est la vitesse excessive ou inadaptée qui est source d'accidents, pas le fait de rouler à 95 sur une grande nationale rectiligne ? J'ajoute qu'un économiste de renom (Jean Poulit) a montré que baisser la vitesse de 10 km/h, c'est perdre deux points de PIB ! Les chômeurs apprécieront...
    • Pas d'accord
      0
  • Un tarif Jeunes voir une gratuité sur les autoroutes

    Baptiste Chevalier Duflot - 27 Septembre 2017 - 10h54
    Alors que la mortalité routière des jeunes reste importante et qu'on sait qu'elle peut être réduite sur autoroute, pourquoi ne pas permettre aux jeunes permis d'emprunter notre réseau autoroutier à tarif réduit voir gratuit ?
  • Supprimer les trottoirs dans les rues

    axuritdu66 - 26 Septembre 2017 - 22h16
    Cela semble absurde au premier abord. Mais supprimer les trottoirs abaisse le risque d'accidents. Cela s'appelle des zones de rencontres.
    Un panneau 30 km/h ne permet pas de faire ralentir les voitures.
    En mélangeant les piétons et les voitures, de fait, les usagers sont plus vigilants et roulent au pas par instinct.
    De même, supprimer les bandes cyclables sur trottoir élimine les accidents avec les piétons.
  • Pistes cyclables et ronds points

    Elise Delavent - 25 Septembre 2017 - 21h39
    Dans ma région il y a beaucoup de pistes cyclables et beaucoup de cyclistes. Un problème persiste : La piste cyclable est traversée par différents ronds-points que l'on empreinte alors avec les voitures. C'est extrêmement dangereux car on va moins vite en vélo avec un enfant en siège bébé qu'en voiture. Avec ma fille nous avons été renversées avec perte de connaissance et séquelles... par une très vieille dame à qui le permis n'a pas été retiré. Pour éviter que d'autres ne repeignent comme moi les ronds-points de leur sang je propose que les pistes cyclables débouchent à ces endroits là sur le trottoir si besoin avec un bateau pour pouvoir y monter et un passage sécurisé marqué au sol pour pouvoir traverser à côté des piétons. Je propose également qu'on arrête de laisser un permis à vie alors qu'on peut visiblement à 80 ans ne plus avoir le réflexe de freiner (on a beau rouler peu et lentement, pour les piétons et cyclistes ça ne pardonne pas le jour où...)
    Serge Benisty
    Entièrement d'accord pour faire passer une visite de contrôle annuel aux conducteurs ^gés de plus de 70 ans. Ce sont de vrais dangers , surtout par temps sombre .
    • Pas d'accord
      0
  • les autocars longue distance

    joëlle - 25 Septembre 2017 - 17h38
    Avec les bus Macron, de plus en plus de bus sillonnent la France, or les médias nous informent sur des accidents le plus souvent dus au chauffeur : endormissement, malaise, excès de vitesse.
    C'est la raison pour laquelle je propose qu'il y ait 2 chauffeurs dans les cars. je sais bien que cela augmenterait les coûts. Mais il en va de la sécurité des personnes transportées.
    Joëlle lachaud
    Nordexpress
    Pourquoi ne pas arréter de remplacer des lignes de chemin de fer existantes par des liaison assuré par car Macron, comme le fait toujours la SNCF?
    • Pas d'accord
      0
    ikki
    Supprimer les bus Macron, rétablir les trains !
    • Pas d'accord
      0
  • Obliger les mairies à aménager les zones 30

    POIRIER Laurent - 24 Septembre 2017 - 13h59
    Encore une fois le mauvais exemple à Aix-les-bains = mettre juste des panneaux.

    Obliger la mairie à mettre en oeuvre une véritable politique de déplacement et de sécurité des transports doux
  • Assurer une meilleure prise en compte des cyclistes

    oreorelien - 24 Septembre 2017 - 12h40
    Le vélo se développe de manière croissante et généralisée sur le territoire français. Or, et bien souvent, le cycliste est encore trop mal considéré par les automobilistes professionnels ou non de la route, les transporteurs mais aussi les transports en communs avec lesquels les cyclistes cohabitent souvent via les lignes dédiées originelles au bus. Il s'agirait donc de reconsidérer cette perception faite du cycliste et de donner les moyens techniques mais aussi sociétaux de développer le cyclisme comme une pratique sûre et respectée au sein des villes et des territoires. Trop souvent la cohabitation entre modes actifs et motorisé est vécue comme une confrontation et peut parfois résulter en accidents.
    pierre2
    Je n'ai jamais vu des automobilistes pas prévenants envers leurs collègues cyclistes sur la route. Tout le monde a fait du vélo dans sa vie, tout le monde sait que c'est une population fragile. Par contre, ici, depuis que je suis arrivé, je n'arrête pas de voir des cyclistes casser du sucre sur le dos des automobilistes ! Les "agresseurs" ne sont pas ceux qu'on croit...
    • Pas d'accord
      0
  • Apaiser la circulation en agglomération

    Alain Rozenbaum - 24 Septembre 2017 - 12h15
    Dans les agglomération (et pas seulement en centre-ville), il faut absolument apaiser la circulation. Il n'est pas normal qu'on puisse avoir peur pour nos enfants quand ils traversent la rue.
    Pour cela, il faut en priorité réduire les vitesses : 30 km/h doit être la norme en ville (sauf sur quelques axes principaux, équipés de voies de bus, de pistes cyclables et de trottoirs).
    Il faut aussi revoir les aménagements pour inciter les automobilistes à la prudence plutôt qu'à la vitesse : une seule voie dans chaque sens, des rond-points de petit diamètre, des ralentisseurs, des radars et des contrôles de police. Et pas de 2x2 voies avec terre-plein central en ville !
    pierre2
    J'ai connu un temps où on roulait à 60 km/h en ville quand je faisais du vélo. Je n'ai jamais eu peur. Ni en temps que piéton. Faut un peu arrêter d'avoir peur de son nombril. Si chacun fait attention à soi et aux autres, c'est une éducation, tout se passe bien.
    • Pas d'accord
      0
  • Urgence de la réduction des vitesses

    Cycy - 22 Septembre 2017 - 11h26
    La réduction des vitesses en agglomération permet de réduire l'impact environnemental de la circulation routière. C'est aussi un facteur de réduction des accidents.

    Je propose donc une vitesse maximale de :
    10-20km/h dans les centre ville (extension des zones de rencontre)
    30 kmh en agglomération hors voie rapide
    70 km/h sur voie rapide/rocades/périphérique
    90 km/h sur autoroute

    La sensibilisation à la conduite responsable est primordiale et doit s'accompagner, comme dans certains pays par une politique de sanction beaucoup plus lourde et dissuasive pour limiter les comportements dangereux que nous constatons tous au quotidien. La multiplication des amendes par 10 me semble être un minimum car actuellement les contraventions sont trop faibles.
    Une plus grande présence des forces de l'ordre dans l'espace public est indispensable à l'application de contraventions payables immédiatement (ex Belgique) après le constat du délit comme prévu dans le programme de notre actuel Président


    michel
    Bof ! à 10 ou 30 km/h, une voiture pollue plus qu'à 70 km/h. Quand à la sécurité routière, saviez-vous que c'est l'endormissement la cause numéro un des tués sur autoroute. Et vous voulez les faire rouler à 90 km/h ??
    • Pas d'accord
      1
    Cycy
    Oui, cela a notamment un effet sur la gravité des accidents et sur la production de polluants et de CO2.
    • Pas d'accord
      2
    Cycy
    De plus, la réduction à 30km/h permet d'inciter à l'utilisation des transports en commun et des modes doux qui deviennent ainsi attractifs
    • Pas d'accord
      4
    Michel Vidal
    Il y a des chances que ce soit complétement inefficace... Dans les villes et agglo, certainement, mais en dehors, pas du tout. Sur autroute, la vitesse n'est pas la première cause d'accident, c'est surtout l'utilisation des objets connectés... (smartphone, tablette, GPS, assistance de conduite intégrée, ect...) et l'assoupissement.
    • Pas d'accord
      0
  • Libérer la visibilité aux intersections

    Albireo - 21 Septembre 2017 - 10h46
    Les véhicules stationnés à l'angle d'une intersection bloquent bien souvent la visibilité, ou même parfois l'accessibilité des piétons à la traversée de la chaussée. Il faudrait généraliser le remplacement de la place de stationnement auto à l'angle d'une intersection (ou juste devant un feu) par des arceaux pour vélos.
    Antoine Wandel
    Ou par des stationnement pour moto / scooters....
    • Pas d'accord
      1
    Damien LE GOFF
    La loi existe (R.417-11 du Code de la route 8:c) arrêt et stationnement très génant "Sur une distance de cinq mètres en amont des passages piétons dans le sens de la circulation, en dehors des emplacements matérialisés à cet effet, à l'exception des motocyclettes, tricycles et cyclomoteurs ; " En outre recommandations du CEREMA , http://www.certu-catalogue.fr/plan-d-actions-pour-les-mobilites-actives-pama.html préconisant justement des aménagements de neutralisation en amont des carrefours par le biais d'arceaux vélos ou de végétations basses bordurées. Les arceaux motos sont plus problématiques car la gène en terme de visibilité est encore existante mêm si moindre qu'avec une voiture.
    • Pas d'accord
      0
  • Libérer la visibilité aux intersections

    Albireo - 21 Septembre 2017 - 10h45
    Les véhicules stationnés à l'angle d'une intersection bloquent bien souvent la visibilité, ou même parfois l'accessibilité des piétons à la traversée de la chaussée. Il faudrait généraliser le remplacement de la place de stationnement auto à l'angle d'une intersection (ou juste devant un feu) par des arceaux pour vélos.
    Sylvain
    Et faire respecter l'interdiction de stationner sur les passages piétons ou dans les angles des carrefours par les "j'en ai pour 2min"
    • Pas d'accord
      0
  • Renforcer la sécurité et la surveillance des installations dans les transports collectifs

    mbar85 - 21 Septembre 2017 - 10h41
    Pour les transports collectifs, il faudrait mettre en place des moyens pour éviter que les fraudeurs et voyous empruntent les transports (notamment bus, métro et trains), ce qui passerait par :
    - faire travailler plus de contrôleurs,
    - à long terme, mettre en place dans toutes les gares et stations des portiques solides que l'on ne pourrait pas passer sans billet,

    Pour éviter les actes de malveillance, la vidéosurveillance par caméra ou même des drones paraîtrait une bonne solution.
    En cas de problème, un numéro d'appel (type 3117) accessible quel que soit le mode de transport serait pas mal pour que l'on puisse signaler tout problème ou risque d'accident.
  • Responsabiliser davantage les gens en voiture

    mbar85 - 21 Septembre 2017 - 10h35
    Pour les transports sur route, il faudrait déjà responsabiliser davantage les gens quel que soit le mode de transport (Vélo, scooter, voiture, camion...) :
    - dans la mesure du possible, la création de pistes cyclables permet de mieux séparer les vélos des voitures et du reste, ce qui réduit le risque d'accident,
    - surtout le gros point noir : l'attitude des gens au volant qui passe par modérer sa vitesse, ne pas griller les priorités, ne pas mettre en risque les piétons et autres usagers et mieux respecter les autres.
    Du coup, si les automobilistes d'eux mêmes ne se responsabilisent pas, on se retrouve obligés de mettre en place des mesures impopulaires (Radars, ralentisseurs et autres) et le pire dans tout ça c'est que ce sont très souvent ceux qui ne demandent rien qui se retrouvent à payer pour les autres (inattention au niveau d'un radar alors que personne n'était mis en danger, amortisseurs et suspensions qui s'usent plus rapidement à cause des ralentisseurs...).
    Positiveye
    Bien que comprenant votre point, les automobilistes ne sont pas les seuls fautifs. L'application des règles par les autorités à tous les usagers sans compromission permettrait de remettre les comportements sur les rails. Cela va prendre du temps....
    • Pas d'accord
      0
  • réduire le FRET de Transit

    bust88 - 21 Septembre 2017 - 09h03
    Il faut absolument réduire le transport de FRET par la route ou le limiter à des déplacements inférieur à 200km le reste doit être mis sur le rail ou le fluvial qui reste des moyens de transport écologique et sécuritaire.
    Développer des pôles intermodaux routiers-ferrés et fluviale, recentrer et développer des dépôts de marchandises aux abords des grandes agglomérations.
    Coustet Brigitte
    Je circule dans toute l Europe depuis 12 ans et presque partout les poids lourds paient une vignette! Pourquoi pas chez nous! Entre Irina et Poitiers...c est infernal! Surtout après les week-end interdits...2 files sur 3 de camions les uns derrière les autres..sans compter les accidents et les bouchons produits!
    • Pas d'accord
      0
  • piste de réductions d'accidents : les usagers

    Victor Gasia - 20 Septembre 2017 - 23h45
    Les accidents de la route sont très majoritairement dues à des facteurs humains. L'arrivée des véhicules autonomes sera probablement la plus grosse contribution à venir de réduction d'accidents.
    En attendant et pour tout le reste, il faudrait étudier non pas les causes des accidents (comme c'est fait actuellement) mais les antécédents de ces causes. Dire qu'un automobiliste à grillé le feu rouge (ce qui a causé un accident) c'est bien, il faudrait se poser la question de savoir pourquoi il a grillé le feu ? (feu peu visible ? distraction dans l'habitacle ?, Stress ?, retard ?, etc.) et s'occuper de ces antécédents plutôt que s'occuper des causes en sanctionnant à tout va sans comprendre pourquoi...
    Pascal
    C'est déjà ce qui est fait !
    • Pas d'accord
      0
  • piste de réductions d'accidents : les infrastructures

    Victor Gasia - 20 Septembre 2017 - 23h37
    Parmi les infrastructures problématiques, il y a celles qui créent les accidents (par exemple une ornière) et celles qui aggravent les conséquences d'un accident (par exemple les glissières de sécurités pour les motards). Les services de voiries s'attachent à supprimer les premières (responsabilité juridique), il faudrait que les usagers puissent les signaler facilement lorsqu'ils les identifient.
    Pour les secondes, il faudrait recenser ces infrastructures, les classer par type de dommage qu'elles peuvent causer et réfléchir avec les associations d'usagers à leurs aménagements.
    André Gomez
    En ce qui concerne le doublement des rails de sécurité, surtout en virage, il est dommage que la France qui l'a pourtant voté au Comité Européen de Normalisation ne l'applique pas sur ces propres routes.
    • Pas d'accord
      0
    Victor Gasia
    Pour les rails de sécurité non doublé en virage, j'ose espérer qu'il s'agisse de dispositifs anciens et que plus aucun nouveau rail installé en virage ne le soit sans écran de protection motard.
    • Pas d'accord
      0
  • formation au cyclisme dans les écoles

    chumb - 20 Septembre 2017 - 20h33
    profitons des cours d'école élémentaire pour y tracer des parcours cyclables. J'ai souvenir de policiers municipaux qui étaient venus former ma classe de CM2 il y a 30 de cela, avec panneaux de signalisation, faux feux etc... On pourrait avoir pour objectif que chaque enfant sorte à 16 ans du système scolaire en sachant nager, circuler à vélo et réanimer qqn. Des compétences d'utilité publique.
    pillon marianne
    J ajouterais de renforcer la création de pistes cyclables pour permettre aux collégiens et lycéens de se rendre en cours à vélo. Et d'augmenter le nombre d'établissement avec parc à vélo. Ou des casiers pour ranger une trotinette ou des rollers. Même en primaire : j'emmène mes à pieds à l'école, ils souhaiteraient parfois prendre leur trotinette, mais pas de possibilité de les stocker sur place. Je ne peux pas porter 2 trotinettes au retour. Cela leur permettrait pourtant de mieux appréhender l'espace urbain, car ceci est un apprentissage.
    • Pas d'accord
      0
    Birdy92
    Formation et donc aussi un minimum d'équipements de sécurié et de protection.
    • Pas d'accord
      0
    Baptiste Chevalier Duflot
    Quand j'étais petit, on avait eu ça à l'école. La prévention est très importante effectivement.
    • Pas d'accord
      0
    Voies Vertes Savoie
    généraliser les activités vélos dans les écoles primaires qui ne sont pas assez nombreuses. Ainsi à l’aube de l’entrée au collège, les enfants sont plus aguerris sur leur vélo. Ces activités sont plus importantes que celles de savoir rouler en peloton pour aborder la ville à vélo
    • Pas d'accord
      0
  • faire la guerre aux véhicules sur les pistes cyclables

    chumb - 20 Septembre 2017 - 20h30
    on voit très souvent des véhicules stationner sur les pistes cyclables, et cela oblige le cycliste à quitter sa voie dédiée et rejoindre le trafic normal. Verbalisons verbalisons verbalisons. A force de verbaliser, les gens comprendront.
    Victor Gasia
    A force de verbaliser, les gens se crisperont, mépriseront encore plus les cyclistes, voteront pour des candidats anti cyclistes car l'opinion aura changer et le résultat sera catastrophique pour le développement du vélo. Il faut, au contraire, apporter une réponse à un problème, en l’occurrence un problème de stationnement. S'il n'y a pas de place, les automobilistes se garent n'importe où. Par ailleurs, si la piste cyclable était séparé, il n'y aurait pas de voitures dessus.
    • Pas d'accord
      0
    Positiveye
    100% d'accord. Les autorités doivent faire respecter les règles urbaines. Sans cela, rien ne changera. La mise en place des radars automatique a permis de changer les comportements des français parce que l'on touchait à leur portefeuille. Au pire, cela fait rentrer de l'argent dans les caisses des collectivités en appliquant le principe de "pollueur - payeur". En effet, ce sont parfois les plus riches qui ont les plus mauvais comportements....
    • Pas d'accord
      1
  • des pistes cyclables concues par des cyclistes

    chumb - 20 Septembre 2017 - 20h27
    on voit trop souvent des pistes cyclables concues en dépit du bon sens. Cela va de la piste qui s'arrête sans prévenir à celle qui soudain débouche sur des galets (du vécu!), ou encore la piste qui nécessite de franchir 2 passages piétons pour être rejointe... Laissez la conception à des cyclistes du quotidien, pas des urbanistes qui ne roulent qu'en voiture. Il est souvent moins dangereux d'ajouter une simple bande cyclable le long de la chaussée que de créer une piste sur un trottoir, piste qui ne sera pas respectée par les piétons et créera donc inutilement des conflits piétons/vélo. De sucroît, ces fameuses pistes sur trottoir sont souvent mal vues des automobilistes qui tournent à droite aux intersections, et ne voient pas/ne regardent pas si un cycliste arrive dans leur dos. Alors que s'ils venaient de le doubler sur une bande cyclable sur la chaussée, ils en tiennent compte. A cet égard, le boulevard Magenta à Paris est un execellent exemple... de ce qu'il ne faut pas faire!
    Fred
    En tant qu'urbaniste et cycliste au quotidien, je suis d'accord (comme quoi les urbanistes ne roulent pas tous en voiture ! Tant que l'on imaginera les pistes cyclables comme un résidu de l'espace routier, voire piéton, le pseudo pistes cyclables resteront dissuasives pour des usagers au quotidien.
    • Pas d'accord
      0
    Baptiste Anvel
    ouais, ou encore les accès à la piste cyclable du tunnel de la croix Rousse, à Lyon : pas pratique du tout, voire dangereux dans un des deux accès
    • Pas d'accord
      0
  • 600 000 VHU chaque année disparaissent des radars et circulent peut-être !

    BAT75015 - 20 Septembre 2017 - 19h14
    L'actualité nous rappelle que des véhicules dangereux circulent en France. 1000 véhicules rappelés par la DSCR en 2017; 5000 auparavant.
    Selon nos calculs, il y aurait 600/700 000 véhicules déclarés VHU, qui devraient être traités par les centres agréés VHU et qui ne le sont pas ... Cela, par an; ce qui veut dire que 2-3 millions de véhicules hors d'usages circuleraient ... Nous ne savons pas où ils sont.
    Il est possible d'identifier ces VHU; pour cela, il faudrait que les assureurs, les experts automobiles acceptent de partager l'information pour qu'elle soit exploitée, et mise à disposition auprès des professionnels.
    C'est ce que nous proposons avec notre projet et qui est très facile à mettre en œuvre, si les acteurs acceptent de collaborer.
    Nous attendons ici un soutien du législateur pour pouvoir finaliser la solution
    Baptiste Anvel
    Le problème c'est qu'on classe dans VHU un peu tout et n'importe quoi.. Les 3/4 des voitures qui sont à la casse pourraient encore rouler.. Au lieu de ça on les jette et le fait de les détruire engendre de la pollution... Donc VHU ne veut pas forcément dire dangereux
    • Pas d'accord
      0
  • Pour un changement de mentalité vis à vis des cyclistes

    Stéphane Vaxelaire - 20 Septembre 2017 - 15h33
    J'utilise régulièrement le vélo pour mes déplacements domicile-travail, j'ai pu constater que les cyclistes sont perçu comme des enquiquineurs qui ralentissent la circulation, il faut donc leur "interdire" l'accès à la voirie. J'ai également constaté lors de mes déplacements que ce n'est pas ma présence qui ralenti les automobilistes mais les aménagements de circulation : feu tricolore ou rond point... Nul besoin d’aménagements cyclables le plus souvent mal conçus et pour lesquels il n'y a pas la place dans nos rues. Ces derniers ont même tendance à délégitimer la présence d'un cycliste sur la voirie. Par contre, il m’apparaît nécessaire de renforcer la sensibilisation des automobilistes à la pratique cycliste en l'intégrant à la formation du permis de conduire par exemple. Il faut aussi mettre fin au sentiment d'impunité de certains automobilistes qui se permettent beaucoup trop d'incivilité vis à vis des cyclistes : non respect des distances sécurités, refus de priorité...
    Alain Gillot
    Il faut que le cycliste bénéficie de la même protection que le piéton à savoir "la loi du plus faible"
    • Pas d'accord
      2
    Positiveye
    En prenant l'hypothèse que l'automobiliste respecte les règles, ce n'est pas parce qu'un cycliste ou un piéton est "faible" qu'il ne doit pas être prudent et respecter lui aussi les règles: s'arrêter au bonhomme rouge, ne pas griller les feux sans autorisation express. Cette "loi du plus faible" comme vous dites n'engendre que des comportement déviants, incitant les usagers à forcer le passage et à prendre des risques aberrants. Impact: tout le trafic en pâtit dont les autres cyclistes eux-mêmes
    • Pas d'accord
      1
    Cycy
    Tout à fait d'accord, il paraît normal d'évaluer l'aptitude des conducteurs à respecter les cyclistes et les piétons (lors du passage du permis et également lors des stages de conduite destiné à la récupération de points).
    • Pas d'accord
      1
    Loic
    "Nul besoin d’aménagements cyclables le plus souvent mal conçus et pour lesquels il n'y a pas la place dans nos rues." -> C'est faux, les seuls villes du monde qui ont une utilisation du vélo significative sont celles qui ont des aménagements cyclables. Evidemment la clef réside dans le fait de bien conçevoir ces aménagement, notament les largeurs: au danemark les pistes cyclable sont deux fois plus larges qu'en France!
    • Pas d'accord
      1
    david
    Il faut que le cycliste soit aussi sanctionné en cas de faute : feux grillés, stop, circulation sur trottoir,etc.... Mode de circulation doux ne doit pas signifier "tout est permis".
    • Pas d'accord
      0
  • Rendre les vehicules communicant

    Benoît Surroca - 20 Septembre 2017 - 15h33
    Les pouvoir publiques pourraient, sur une duree de 15ans (par example) obliger les nouveaux véhicules et les véhicules existant a s'équiper en "balises" de communications.
    Ces balises pourraient permettre d'embarquer un identifiant unique (tel que la plaque d'immatriculation), un lecteur de limitations de vitesse avec son ecran, ainsi qu'une "boite noire".
    L'identifiant permetrait d'identifier voire localiser un vehicule sur l'ensemble du territoire relativement rapidement.
    Les limitations de vitesses, seraient communiquer a la "balise", permettant ainsi d'avertire le conducteur de la vitesse maximale autoriser, sans mauvaise surprise ni entourloupe de panneau caché ou de probleme de GPS non a jours.
    Enfin, la "boite noire" permettrait de superviser l'accéleration, la vitesse, le freinage et l'orientation du volant, afin de les communiquer aux vehicules environant, qui s'ils sont automatisés, pourrent mieux repérer le véhicule et comprendre les actions qu'il entreprend.
    Charlotte
    euh....c'est un début de dictature ça nan ?
    • Pas d'accord
      0
    André Gomez
    L'aide à la conduite me parait une bonne chose, l'automatisation une catastrophe, nous voyons déjà la perte de vigilance lié à des assistances trop présentes. Avec les systèmes que vous proposez, tout les véhicules non équipés ne seront pas visibles et pas pris en compte par ces usagers qui vont se fier uniquement à leurs instruments. Le téléphone est déjà une calamité sur nos routes. Et quant sera t'il des piétons, vous allez aussi les équiper pour qu'ils soient pris en compte par les autres usagers.
    • Pas d'accord
      0
    Victor Gasia
    Big Brother is watching you ? Il me semble que j'avais déjà répondu à ce commentaire mais peut être que Big Brother a déjà œuvré ... Plus sérieusement, je trouve très inquiétant ce type de dispositif car il pose un réel problème de protection de données et surtout de contrôle. Un pouvoir malveillant peut tout a fait détourner le système et automatiser les sanctions directement au moment où l'infraction est commise.
    • Pas d'accord
      0
    Baptiste Anvel
    personne n'est d'accord pour posséder des technologies trop perfectionnées, qui pourraient être utilisées à mauvais escient par des gens peu scrupuleux, et ce à tous les niveaux... Le concept de la voiture intelligente tel qu'on le connaît aujourd'hui est déjà suffisant, à savoir ABS, ESP, alerte franchissement de ligne, et véhicule à l'arrêt devant. Pas besoin de faire en sorte de permettre à n'importe quel hacker de pouvoir espionner les gens
    • Pas d'accord
      0
  • Réduction de la vitesse en agglomération - vers une circulation apaisée et un partage de la voirie

    Damien LE GOFF - 20 Septembre 2017 - 15h06
    Réduire à 30 km/h en agglomération la vitesse des véhicules sauf sur les grands axes de circulation et déployer les zones de rencontre (limitation à 20 km/h) favorisant les modes actifs (vélos, piétons et autres) dans des secteurs particuliers (école, centre ville, gares, lotissements)
    Victor Gasia
    De manière générale, je ne pense pas que le mélange entre voitures et véhicules légers soit judicieux... Finalement ça stresse tout le monde et crée plein de situations d'accidents. Je propose plutôt de vrais zones sans voitures, et le reste, des aménagements adaptés sans avoir à baisser la vitesse (de vrais trottoirs et pistes cyclables séparés, quitte à supprimer une voie de circulation).
    • Pas d'accord
      0
    Cycy
    Tout à fait d'accord. Certaines métropoles étendent actuellement les zones de rencontre. A terme, il me semble logique que la priorité soit accordée aux modes doux, avec disparition progressive des feux qui correspondent à une gestion routière et non urbaine de l'espace. Les pays scandinaves l'ont bien compris. La priorité doit systématiquement être accordée aux piétons et cyclistes afin qu'il n'y ait plus d'ambigüité sur le mode prioritaire. Plus d'ambigüité signifie une gestion compréhensible de la circulation pour tous et donc moins d'accidents.
    • Pas d'accord
      0
    Jeremy Buron Pellaumail
    40km me parrait plus resonable et plus facile à faire entrée dans les habitudes, en revanche il faut laisser beaucoup plus de places aux vélos/trottinette/...
    • Pas d'accord
      0
    Baptiste Anvel
    ah bah j'allais évoquer la même chose.. Circulation apaisée.. Je roule tous les jours en camion pour livrer notamment en centre-ville, et c'est incroyable de voir le nombre de tarés que je peux croiser...
    • Pas d'accord
      0
  • pistes dédiées

    Zab - 19 Septembre 2017 - 17h10
    Favoriser les pistes dédiées aux vélos et autres véhicules propres (trottinettes électriques...) protégés par des glissières de sécurité ou autres éléments de séparation et en tout cas séparées des autres véhicules
    Rémi
    Attention tout de même à ce que ces éléments n'empêchent pas un vélo d'accéder à la piste cyclable ou d'en sortir, et que le vélo garde sa liberté mais ne soit pas "emprisonné" dans sa piste
    • Pas d'accord
      0
    Victor Gasia
    L'aménagement de la piste dédié est le travail d'un urbaniste. Ce n'est pas le même dans une petite rue ou à coté d'une 2X2 voies. L'aménagement ne doit pas gêner les autres non plus (piétons, personnes handicapées, etc.)
    • Pas d'accord
      0
    Baptiste Chevalier Duflot
    L'important est la "continuité" des dispositifs. Il est important de réglementer afin que les véhicules propres et les transports en communs ne soient pas gênés dans leur circulation. Un exemple : à Paris, l'avenue Jean Jaurès a une piste cyclable qui commence à droite de la chaussée sur le trottoir puis bascule au centre de la circulation avec les bus (!!!) puis revient sur le trottoir à droite... D'autre part, il faut une cohérence nationale voir européenne sur la signalisation de ces pistes cyclables. Trop de piétons ne la voit pas, trop d'automobilistes croient que c'est une aire de stationnement.
    • Pas d'accord
      0
    Sebastianus van Leeuwen
    Tout à fait d'accord. Quel parent ose envoyer son enfant faire chercher du pain à vélo??
    • Pas d'accord
      0
  • Infrastructures cyclables et respect de celles ci

    Florent Duval - 19 Septembre 2017 - 15h14
    Pour que le vélo se développe de bonne infrastructures sont INDISPENSABLE. Mais elle ne sont pas suffisante. La france est terriblement en retard dans sa mentalité. Rien n'est fait pour que les infrastructures cyclables soient respectées. Combien de PV on été mis en France en 2017 pour non respect de SAS vélo ?
    Si les infrastructure sont la mais que personnes ne les respecte alors elles sont inutiles. Les pistes cyclable sont par endroit de simple Zones de stationnement pour voitures et 2RM.
    Zveta
    C'est au combien vrai ! Malgré des messages envoyés à la police municipale, rien n'est fait. Il faut inciter les polices municipales à sensibiliser et verbaliser. Le comble ? Devant les écoles. Côté sécurité, c'est vraiment une aberration...
    • Pas d'accord
      0
    Victor Gasia
    Le problème c'est qu'on ne peut pas décréter une pauvre bande d'asphalte comme piste cyclable juste pour faire du chiffre de kilométrage cyclable. L'aménagement cyclable doit s'intégrer dans l'intégralité de la voirie. Par ailleurs les automobilistes se garent sur ces bandes tout simplement parce qu'il n'y a pas de places de stationnements pour eux. Là encore c'est un problème global. La rue doit être aménagé en tenant compte de tous les usagers, de leurs spécificités et surtout de leurs usages. Je vois mal comment imposer à un artisan qui fait des travaux de rénovation stationner à l'autre bout de la rue, s'il ne peut pas stationner à proximité de son chantier, il se garera n'importe où.
    • Pas d'accord
      1
    Orély Robeez
    Tout à fait d’accord c’est super dangereux et je parle en conséquence de cause. Et aussi que les pistes soient continues et non partagées avec les piétons
    • Pas d'accord
      0
    axuritdu66
    Créer un bande cyclable différente de celle des piétons est très accidentogene. En mélangeant les piétons et les cyclistes, on constate moins d'accidents (les cyclistes ou les piétons acceptent de dévier de leur trajectoire).
    • Pas d'accord
      0

J'ajoute ma contribution

La concertation des Assises Nationales de la mobilité est désormais clôturée.

Back to top