Mobilités plus sûres : réduire les accidents et les risques

Comment adapter le code de la route aux nouveaux modes de déplacements (véhicule autonome, vélo, …) ?

Ajouter ma contribution
  • Faites confiance aux cyclistes !

    ocivelo - 11 Décembre 2017 - 20h54
    Les cyclistes roulent à faible vitesse, ils ont un champ de vision large et entendent bien l'environnement. Dans une dizaine d'années, ils seront plus nombreux que les automobiles dans les villes. Il faut leur faciliter la vie en généralisant les dispositifs existants : cédez-le-passage aux feux, zone 30 en ville. Aujourd'hui, la mise en place de ces dispositifs innovants est laissée à la discrétion des collectivités territoriales, cela prend beaucoup de temps. L'Etat ne pourrait-il pas faire accélérer ce mouvement ?

    Avec tous les avantages du vélo pour la santé, la qualité de l'air et la vitalité urbaine, les vélos plus nombreux, c'est aussi moins d'accidents.

    Ocivélo, association d'usagers du vélo à Saint-Etienne

    Vergnangeal JF
    Oui mais attention au casque avec de la musique...
    • Pas d'accord
      0
  • Réforme du régime de responsabilité et développement du tourner à droite pour les cyclistes

    Edouard Bourdot - 11 Décembre 2017 - 17h46
    Développement généralisé du « tourner à droite » pour les cyclistes, ainsi qu’une réforme du régime de responsabilité en prévision de l’autonomisation progressive des véhicules sont à notre sens souhaitables.
  • Comportement dangereux des cyclistes

    Olivier_R - 11 Décembre 2017 - 13h06
    Le comportement de nombreux cyclistes en ville est de plus en plus dangereux, notamment mais pas seulement au détriment des piétons : non-respect des panneaux STOP, des feux rouges et des passages piétons « protégés » (ils ne le sont plus du tout!), circulation sur les trottoirs, circulation de nuit sans éclairage. Les piétons se sentent de plus en plus agressés. Sans aller jusqu’à créer un permis de conduire obligatoire pour les cyclistes, une formation générale des cyclistes à une conduite courtoise et sûre est nécessaire. L’autorisation donnée aux cyclistes de circuler à contresens dans des rues étroites à sens unique, déjà très encombrées par le stationné, moyennant le marquage à la peinture d’un pseudo-couloir, est accidentogène, il faut y mettre fin immédiatement.
    zBïty
    "L’autorisation donnée aux cyclistes de circuler à contresens dans des rues étroites à sens unique, déjà très encombrées par le stationné, moyennant le marquage à la peinture d’un pseudo-couloir, est accidentogène, il faut y mettre fin immédiatement." FAUX! En Belgique, où le double-sens cyclable existe depuis 11 ans : (lien supprimé) À Paris, ville peu réputée pour sa circulation apaisée, qui comporte 215km de double-sens cyclable : (lien supprimé)
    • Pas d'accord
      0
  • mieux sécuriser les cyclistes dans les croisements de route

    Le Nez au Vent assoc - 11 Décembre 2017 - 11h40
    Pour mieux sécuriser les cyclistes dans les croisements de route, il serait bien de :
    - donner la priorité aux cyclistes sur les pistes cyclables pour les traversées de routes (comme pour les piétons sur un passage protégé)
    - de peindre en rouge les pistes cyclables dans les carrefours et traversées de route afin de mieux signaler aux automobilistes l'arrivée possible de cyclistes.
    - améliorer la signalétique pour les cyclistes avant les carrefours,
    Comme cela existe dans d'autres pays européens.
    zBïty
    Peindre en VERT ? ^^
    • Pas d'accord
      0
  • Assurer la cohabitation des EDP dans les diverses voies de circulation

    Willy Berthelot - 11 Décembre 2017 - 09h23
    Les conditions d’usage des “Engins de déplacement personnels” (trottinettes, trottinettes électriques, gyropodes, …) doivent être clairement encadrées. Une réglementation doit être établie afin d’assurer une cohabitation efficace entre les différents EDP. Exemple : trottoir < 15 km/h < piste cyclable < 30 km/h < route​
    “Lorsque je me rends au travail avec ma trottinette électrique, je me mets en danger en circulant au milieu des voitures, je dérange les piétons en roulant sur le trottoir et les cyclistes ne comprennent pas que j’emprunte la piste cyclable. Je souhaite que les critères d’utilisation de ces différentes voies soient repensés, non pas en fonction du type de véhicule (motorisé ou non) mais selon la vitesse de circulation.”
  • réduire les opportunités de stationnement automobile

    Chrycap - 10 Décembre 2017 - 19h33
    L'espace dévolu aux voitures dans l'espace publique doit être payant et réduit, et plus la voiture est grosse et consomme du carburant plus l'espace public doit être chèrement payé. Réduire cet espace dévolu à la voiture c'est le remplacer par des arbres. Plus il y a d'arbres, plus nous marcherons à pied.
    ALG
    nnnn L'espace public doit être rendu aux piétons. D'accord pour qu'il soit loué aux automobilistes. Donc parking plus chers.
    • Pas d'accord
      0
  • Sens unique et double sens cyclable

    Chrycap - 10 Décembre 2017 - 19h30
    La réduction de vitesse devrait être générale, 90 sur autoroutes, 50 sur nationales et départementales, et 30 en ville, 20 aux abords des écoles. Où allons-nous si vite! Le bruit, la pollution seront réduits et la sécurité augmentée. Les personnes âgées, peu mobiles ou malvoyantes se sentiront en sécurité et c'est la moindre des choses.
    Comme réforme radicale, je propose de multiplier les voies à sens unique avec doubles sens cyclable 10% de plus chaque année dans chaque grande ville ou commune. Parallèlement, je pense qu'il faut inventer des scooters pratiques, utilisables par tous et alimentés avec de méthane issu des déchets ou par de l'électricité auto produite. Les scooters seraient bien sûr produits à partir des carcasses de voitures devenues obsolètes.



  • Transport doux

    Atoutcommunay - 10 Décembre 2017 - 13h26
    - Pour rendre les transports doux plus sûrs et plus solidaires, il faut, dès l’école primaire commencer l’apprentissage : de l’usage du vélo et des règles de sécurité routière.
    Quelques écoles organisent des « classes vertes » à vélo. Il faut les encourager, inciter à le faire en leur facilitant les choses particulièrement en limitant les aspects administratifs.
    - Sécurité dans les transports en commun :
    - Par des campagnes de civisme (télévision, etc…), inciter les gens à réagir - sans se mettre en danger- lorsqu’ils sont témoins d’agressions : ne pas détourner la tête, oser interpeller les autres voyageurs pour montrer que l’on est plusieurs et capables de réagir, déclencher l’alarme …

  • Priorité aux piétons

    titinawack - 07 Décembre 2017 - 18h38
    Rendre sa place à l'homme : la priorité aux piétons doit être rendue obligatoire sur toutes les voies de circulation pour protéger les piétons. Et non plus seulement aux passages piétons.
    Stéphane Ascoët
    En théorie c'est déjà le cas
    • Pas d'accord
      0
  • Les gros véhicules non prioritaires

    titinawack - 07 Décembre 2017 - 18h37
    C'est déjà l'esprit du code mais il faut le graver dans le marbre : un vélo est prioritaire sur un 38 tonnes. Un deux roue doux (moins de 25 km/h sans obligation de faire semblant de pédaler par exemple).
  • 120 km/h sur autoroute

    titinawack - 07 Décembre 2017 - 18h34
    Moins de morts, moins de CO2, moins de fatigue, allons, agissons !
    Chrycap
    90 sur autoroute, 50 sur route départementale et 30 en ville, 20 aux abords des écoles.
    • Pas d'accord
      0
    Chrycap
    90 sur autoroute , c'est la moindre des choses!
    • Pas d'accord
      0
  • 80 km/h sur route

    titinawack - 07 Décembre 2017 - 18h34
    Economies quand tu nous tiens :
    Moins de morts,
    moins de rentabilité temps de la voiture sur les transports alternatifs
    moins de carburant et de CO2...

    Mais qu'attendons nous?
    Rmy Jcquemot
    Un passage à 80 augmentera le nombre de dépassement donc d'accidents. Il faut prendre en compte un seuil psychologique. Une harmonisation des comportement et des vitesses est nécessaire pour réduire au plus les écarts de vitesse entre les gens, donc les accidents. Le Danemark est passé de 80 à 90kmh => baisse du nombre de victimes et d'accidents. De plus, 80km/h en 4e vitesse pollue plus que 90 en 5e.
    • Pas d'accord
      1
  • 30 km/h en ville

    titinawack - 07 Décembre 2017 - 18h32
    A cette vitesse, 1/20 piéton percuté décède, contre 1/2 à 50 km/h. De plus, cette vitesse fluidifie (étonnant non?) le trafic. Il est urgent d'user et d'abuser de cette limitation qui privilégie le vélo, les véhicules 'doux' (genre un deux roues électrique sans pédales qui roule à 25 km/h maxi et limite la prévalence de l'auto .
    Chrycap
    Un cycliste percuté sur un bande cyclable, huit moins d'immobilité, et il marche avec deux béquilles!!!
    • Pas d'accord
      0
  • libéraliser les petits véhicules < 25km/h

    titinawack - 07 Décembre 2017 - 18h30
    Pourquoi pédaler sur un deux roues électrique limité à 25 km/h? Hormis l'image collective, quel avantage pour le quidam? IL serait intéressant de libéraliser l'utilisation des véhicules 'doux' : trottinettes (électriques ou pas), vélos, scooters 'lents ou autre type de petits véhicules. Les industriels trouveront les véhicules adaptés à la ville. En parallèle d'une ville à 30 km/h, plus douce, plus fluide et plus sure, cela ressemble au paradis !
  • Une réflexion commune pour une cohabitation en toute sécurité

    Automobile Club Association - 06 Décembre 2017 - 15h02
    Les engins de déplacement à propulsion électrique : hoverboard, monoroue, gyropode, trottinette électrique se développent fortement.
    Ils ont des intérêts notables puisqu’ils permettent de répondre à des préoccupations écologiques tout en garantissant la mobilité permettant notamment d’assurer les fameux premier et dernier kilomètres.
    Le sujet pose aujourd’hui plusieurs questions notamment à l’échelle française: normes de sécurité de fabrication, statut juridique, offres d’assurance, de formations… Une réflexion commune doit être menée entre villes, aménageurs, représentants des usagers pour penser un statut permettant la promotion de ces modes en toute sécurité et dans un climat de cohabitation et de partage de l'espace.
    Stéphane Ascoët
    Ces véhicules sont une catastrophe écologique qui ne donnent bonne conscience qu'aux flemmards
    • Pas d'accord
      0
  • Giratoires en zone 30

    Vélosapiens - 04 Décembre 2017 - 22h43
    Classer tous les giratoires en ville en zone 30 (en complément d'une pré-signalisation informant l'automobiliste des traversées cyclables) :
    Cela facilite l’insertion des véhicules arrivant des rues adjacentes ou sortant du giratoire, et améliore la réactivité et l’anticipation de l’automobiliste pour la sécurité des cyclistes.
    C'est facile et cela ne coûte pratiquement rien.
    Sachant que désormais les radars sont efficaces dans les courbes, il sera même possible d’en placer là où certains automobilistes se croient entrer dans un anneau de vitesse !
  • Pédagogie et sens du collectif

    Vélosapiens - 04 Décembre 2017 - 22h37
    Pour influencer les attitudes comportementales individualistes, il peut être utile de :
    - réserver pour les apprentis chauffeurs un temps destiné à la pratique du vélo en zone urbaine = délaisser au moins une heure l’auto-école pour la vélo-école !
    - rendre obligatoire, dans le parcours scolaire et jusqu’au lycée, la prévention routière, avec tout ce qu’elle implique dans l’usage de la rue et de la route, en tant que piéton, cycliste, automobiliste …
    - sensibiliser les cyclistes sur la nécessité d’être bien vus par le biais d’actions ciblées organisées par des collectivités territoriales, en lien avec des associations locales d’usagers de la bicyclette, du service de la Prévention routière …
  • Aménagement cyclable

    Vélosapiens - 04 Décembre 2017 - 22h33
    Pour améliorer la sécurité des cyclistes, il paraît indispensable de :
    - créer des voies spécifiques continues. La solution des bandes cyclables est une réponse à minima, valable peut-être dans un environnement urbain contraint, mais qui tend trop à se généraliser en raison de ses faibles encombrements et coût d’aménagement. Les cyclistes ne sont pas des intermittents de la voirie !
    - adapter le Code de la route à la pratique cyclable :
    - prolonger une bande cyclable au droit d’une chaussée séparée par un îlot central.
    - identifier une bande cyclable aux traversées de chaussée avant chaque giratoire, en continuité de celle de chaque rue arrivant sur le rond-point. Signaler systématiquement et en amont, ces traversées cyclables, et implanter un panneau « Céder le passage » destiné aux automobilistes.
    - interdire le stationnement en bataille ou en épis le long d’une rue, dans la mesure où il emprisonne la bande cyclable entre la chaussée et le parking.
  • AMMENAGEMENT VOIRIE

    VELOMOBILE - 28 Novembre 2017 - 15h34
    Validons de manière légale la préséance des bandes et pistes cyclables sur les automobiles à chaque croisement, sauf exception dument documentée et soumise à une autorité de contrôle compétente:
    A chaque croisement les cyclistes (qui s'efforcent de réduire de déséquilibre de la balance commerciale française lié aux hydrocarbures de 30 milliards d'euros) seront donc prioritaires: cela créera des vocations!
  • SORTIE VELO EN VILLE obligatoire pour passage PERMIS de CONDUIRE

    VELOMOBILE - 28 Novembre 2017 - 15h33
    Stage qui pourrait être délégué à une strucutre comme la FUB
    pour:
    faire connaitre ce mode de déplacement
    favoriser la connaissance et les limites des 2 modes de déplacement
    Favoriser le CONVIVIALITE et l'ESPRIT CIVIQUE
  • Une application pour faire verbaliser les véhicules en stationnement très gênant

    Quentin Porcherot - 27 Novembre 2017 - 23h56
    Nous sommes très nombreux à disposer d'un smartphone avec lequel il est possible de photographier avec une relative discrétion.

    L'idée est de proposer aux utilisateurs qui le souhaitent une application qui leur permet de prendre en photo des véhicules en stationnement très gênant, par exemple sur passage piéton, à proximité d'une intersection ou sur piste cyclable.

    La photo prise par l'application, immédiatement horodatée et géolocalisée, est envoyée à un centre de traitement des infractions où des agents assermentés, à partir des photos, sont chargés de constater les infractions et de dresser les PV.
  • Code de la route

    minard - 25 Novembre 2017 - 18h21
    Modifier les vitesses de circulation en ville. En mettant la norme de base à 30 km/h.
    Supprimer les files de stationnement de véhicules si c'est nécessaire pour installer des double-sens vélos.
    Rendre obligatoire et respecté l'usage du clignotant pour changer de file ou tourner.
    Faire respecter l'éclairage à vélo. Autoriser le feu arrière clignotant pour les vélos,
    Insérer dans le passage du permis de conduire des automobilistes une épreuve de circulation à vélo en ville.
    Faire passer aux cyclistes qui roulent sur les trottoirs une épreuve de circulation à vélo.
    VELOMOBILE
    Validons de manière légale la préséance des bandes et pistes cyclables sur les automobiles à chaque croisement, sauf exception dument documentée et soumise à une autorité de contrôle compétente: A chaque croisement les cyclistes (qui s'efforcent de réduire de déséquilibre de la balance commerciale française lié aux hydrocarbures de 30 milliards d'euros) seront donc prioritaires: cela créera des vocations!
    • Pas d'accord
      0
  • Vélo, Roller, Gyropodes, Trotinettes électriques.... Redéfinir et requalifier les catégories de véhicules

    ASGUM Roller et Skateboard - 21 Novembre 2017 - 15h14
    En ville, difficile de trouver sa place lorsqu'on n'est ni un véhicule ni un piéton. Les rollers et les nouveaux engins électriques devraient enfin être considérés comme véhicules, au même titre que les cyclistes. Circulant à des vitesses allant de 10 à 30 km/h, le partage du trottoir est compliqué, et ces déplacements restent dangereux pour les piétons.

    S'appuyant sur les exemples Belges et Néerlandais, un vrai partage de l'espace public en respectant les plus vulnérables et en adaptant les équipements : prolongement des voies cyclables dans les ronds-points avec priorité aux cycles et assimilés, priorité aux voies cyclables et voies vertes en cas de croisement, respect de la loi Laure avec contraintes pour les récalcitrants, contraindre fermement le stationnement illicite sur voies cyclables, systématiser l'autorisation de remonter les sens uniques.

    Rendre les équipements de sécurité obligatoires : casque, ainsi que des équipements réfléchissants et lumineux la nuit, sans exception
    suspicieux
    "En ville, difficile de trouver sa place lorsqu'on n'est ni un véhicule ni un piéton." Dans certaines villes, c'est encore plus dur pour un automobiliste !
    • Pas d'accord
      2
    VELOMOBILE
    Casques obligatoires.. et pourquoi pas les protèges genoux, dos, poignets... Airbag?! Au moins ça fera marcher le commerce...
    • Pas d'accord
      0
  • sécurité routière

    CERDAN - 20 Novembre 2017 - 11h40
    réduire systématiquement la vitesse dans les nombreux villages de seine et marne par des ralentisseurs : sur la route et pour décaler la circulation ( pots de fleurs intercalées)
    VELOMOBILE
    Validons de manière légale la préséance des bandes et pistes cyclables sur les automobiles à chaque croisement, sauf exception dument documentée et soumise à une autorité de contrôle compétente: A chaque croisement les cyclistes (qui s'efforcent de réduire de déséquilibre de la balance commerciale française lié aux hydrocarbures de 30 milliards d'euros) seront donc prioritaires: cela créera des vocations!
    • Pas d'accord
      1
    bpe
    Ces ralentisseurs et autres obstacles sont de vrais plaies pour les cyclistes. La mise en place d'écluses est nettement préférable.
    • Pas d'accord
      0
    DALIEN
    Ces ralentisseurs sont des dangers pour tout le monde, et si en plus un bus essaie de passer, il n'y a plus de place, il y blocage de la circulation. Il y a des rues où il n'y avait jamais eu d'accident et "grâce" à ces ralentisseurs et autres chicanes ,il y a u un mort.
    • Pas d'accord
      0
  • Adapter le code de la route aux vélos

    Elephant vert - 18 Novembre 2017 - 18h04
    Il faut continuer à adapter le code de la route aux vélos pour rendre son utilisation plus avantageuse et moins contraignante:
    - autoriser les vélos à franchir les stops sans marquer l'arrêt (faire équivalent à un cedez le passage)
    - généraliser les feux rouges signalés par des pancartes tournes à droite,
    - autoriser les vélos dans les tous sens interdits
    - autoriser les vélos à doubler par la droite aux feux
    - ré autoriser la circulation sur les trottoirs à la vitesse d'un piéton

    NE PAS OBLIGER à mettre des protections gilets ou casques obligatoires : ces équipements sont des contraintes qui peuvent freiner le développement du vélo ; c'est les voitures qui nous écrabouillent, il faut chercher à ce que les voitures considèrent les vélos comme des piétons, ou généraliser l'airbag piéton / cycle sur les voitures (Volvo). De plus il y a 160 cyclistes tués par ans et 559 piétons tués, alors si
    suspicieux
    Avec vos propositions, bonjour les accidents ! La recrudescence de la mortalité des cyclistes en ville est justement liée à des petits "accrocs" au code de la route normal. Le Samu s'en est alarmé, sans grand résultat apparemment. Sinon d'accord avec vous sur stopper la règlementite aigue de nos amis de la Sécurité routière. Si le casque a vélo devient obligatoire, c'est des cyclistes en moins. Je le dis aux hauts fonctionnaires qui nous lisent : faut savoir ce qu'on veut ! Et aussi un peu faire confiance aux citoyens adultes et (bientôt multi)vaccinés !
    • Pas d'accord
      2
  • Autoriser les chemins de halage pour les cyclistes

    AF3V - 17 Novembre 2017 - 15h38
    Les conditions de circulation sur les chemins de halage sont fixées en France par l’article 62 du décret du 6 février 1932, retranscrit en 2013 dans le Code des Transports, qui interdit toute circulation si ce n’est à pied ou en véhicule de service sur les berges des canaux. Cette interdiction se concevait à l’époque où se pratiquait le halage des péniches. Elle est aujourd’hui dépassée au regard de l’évolution des techniques de navigation et des évolutions apportées par le « Code de la rue » qui encouragent la cohabitation des usagers. Les chemins de halage sont déjà des itinéraires sécurisés et directs répondant au besoin de mobilité quotidienne des habitants. La réglementation actuelle va à l’encontre de la volonté exprimée par le nouveau gouvernement d’optimiser les infrastructures existantes.
    L’AF3V propose que l’article 62 du décret du 6 février 1932 retranscrit dans le Code des Transports soit modifié pour autoriser les cyclistes à circuler sur l'ensemble des chemins de halage.
    levelocestlavie
    ces chemins de halages sont des voies accessibles, sans autre difficulté (somme toute mineure) que leur revêtement parfois dégradé, permettent de parcourir des distances considérables sans emprunter des routes à fortes circulation, et bien souvent de relier des villes de toutes tailles et les campagnes. Convenablement entretenus et mis en valeur, ils pourraient considérablement accroître le potentiel touristique à peu de frais.
    • Pas d'accord
      1
    Christophe Magnier
    c'est une solution facile et déjà largement pratiquée. Autant mettre le droit en conformité avec la pratique.
    • Pas d'accord
      0
    Philippe Tostain
    L’État est garant de la réalisation du SN3V, VNF est un établissement public de l'Etat, nombre d'itinéraires du SN3V empruntent des chemins de halage, VNF est donc comptable de leur réalisation ou programmation et de la mise en conformité des dispositions réglementaires qui entravent ce programme depuis... 1932 pour la réglementation, 1998 pour le Schéma national.
    • Pas d'accord
      0
    Quentin Porcherot
    Les chemins de hâlage ont l'avantage d'être très peu dénivelés. Mais les ouvrir aux cyclistes pose pas mal de lourdeurs administratives (responsabilité, sécurité) que la loi ferait bien d'alléger.
    • Pas d'accord
      0
  • Adapter code de la route ?

    DL - 17 Novembre 2017 - 11h42
    Ou plutôt en commençant par adapter les véhicules au "mode de déplacement" ! Que fait en ville un véhicule "qui se déplace à 14 Km/h" et, avec sa masse de 1,5 T, est prévu pour garantir la vie sauve à ses "1,06 passagers" en cas d'accident à 150 Km/h ?...
  • LOI SUR LES TROTTINETTES ET AUTRES ENGINS À MOBILITÉ DOUCE

    ortavant pierre - 07 Novembre 2017 - 15h02
    J'ai parcouru en trottinette plus de 6000km dans Paris sans aucun accident et voici mes suggestions pour une loi sur les trottinettes et autres engins électriques:

    -La piste cyclable accessible à toute ces mobilités.
    -le trottoir accessible mais avec une vitesse adaptée aux piétons.
    -la chaussée accessible s’il n’y a pas une piste cyclable praticable.

    Retours d'expérience:
    -Sur les trottoirs: le sourire n'est jamais loin pourvu que l'on se mette au rythme des piétons.
    -Sur les piste cyclables: le partage avec les vélos se passe bien. Le mauvais état de certaines pistes et la présence de pavés peuvent rendre la conduite dangereuse.
    -Sur la chaussée: prendre un sens interdit est souvent plus sécurisant: en ayant la voiture de face il est plus facile de voir un danger.

    Malheureusement tant que le respect de l'autre n'est pas dans toute les consciences une réglementation est sans doute nécessaire.
    Dominique Bied
    en norvège il est autorisé de rouler sur les trottoirs à vélo. En france, les rues pietonnes sont ouvertes aux vélos, alors, pourquoi pas les trottoirs. Les cyclistes sont des gens civilisés et respectueux des piétons dans leur immense majorité.
    • Pas d'accord
      0
    Vélocien
    Distinguer le traitement des trottinettes avec et sans moteur: accès au trottoir sans moteur uniquement. N’autoriser les pistes cyclables que si leur largeur permet un dépassement aisé.
    • Pas d'accord
      0
    suspicieux
    J'ajoute un élément : en arrêter avec nos délires réglementaires. NON AU CASQUE OBLIGATOIRE SUR LES TROTINETTES !!
    • Pas d'accord
      0
  • Et la prévention ?

    Cybert - 05 Novembre 2017 - 22h17
    On le sait, l'anticipation est au cœur de la sécurité...
    L'anticipation, c'est aussi former les jeunes dès le plus jeune âge aux pièges de la route.
    En Val de Marne, la police nationale (par contraintes budgétaires) se désengage des centres de prévention routière : moins de personnel et donc moins de jeunes sensibilisés et formés.
    Le centre de Choisy le Roi doit conserver tous ses effectifs. Ici comme ailleurs...
    Et on le sait, prévenir coûte moins cher que guérir, surtout quand il s'agit de vies sauvées.
  • Tentation réglementaire des trotinettes...

    Anti-autophobe - 26 Octobre 2017 - 13h49
    Je viens de lire dans Challenges un article sur le projet futur de réglementation de la circulation des trotinettes.
    Eh oui, c'est comme ça en France : à peine un objet a-t-il vu le jour qu'on cherche déjà à le réglementer, au lieu de lui laisser trouver sa place naturellement.
    Il est donc question de limiter la vitesse des trotinettes à 6 km/h sur le trottoir (quand des joggers peuvent y courir à 15 km/h ??) et pour rouler plus vite : direction les pistes cyclables (comment faire dans les villes où celles-ci sont peu abondantes ?).
    Pourquoi ne pas proposer aussi le partage de la route, notamment dans les zones 30 ? Et sans casque, s'il vous plaît ! Après tout, rien n'interdit à un piéton de marcher (sans casque) sur la route.
    Cette tentation réglementaire (devrais-je dire totalitaire) à contraindre par la loi tout ce qui a un moteur, même de faible puissance, devient franchement pénible !
  • Adapter le trafic à la voirie si on ne peut pas adapter la voirie au trafic des poids lourds (PL)

    Christophe VANNIER - 25 Octobre 2017 - 11h51
    Certains axes ne sont pas adaptés aux poids lourds (interdiction au delà d'un certain tonnage). Cela n'empêche pas les PL de les emprunter pour éviter les péages spécialement, sans qu'ils ne soient inquiétés. L'Ile de France subit 30% de trafic PL de transit: axes nord-sud et est-ouest. Trafic qui détruit les chaussées, provoque des accidents mortels (d’après les chiffres de la Sécurité routière, la morbidité est multipliée par trois quand un camion est impliqué dans un accident. Les poids lourds font statistiquement moins d’accidents que les autres véhicules, mais les conséquences sont plus graves), provoquent des bouchons quand la route n'est pas adaptée. Un exemple, la N118 avec ses côtes et dévers encombrée tous les jour de la semaine par ce trafic incessant. Est elle adaptée en sortie de l'A10 pour absorber ce flot: non. Qu'est il prévu pour y remédier : rien. Pourquoi : pas de budget. Corollaire et conséquences, le développement du plateau de Saclay, par exemple
  • Appliquer déjà le code de la route tel qu'il existe

    helene.marie - 20 Octobre 2017 - 13h09
    Il ne s'agit pas de modifier, il faut commencer par appliquer le code de la route.

    - rappeler que les cyclistes sont des véhicules au sens du code la route et qu'ils ont l'obligation et le droit de circuler sur toutes les rues et routes de France

    - mobiliser les forces de polices municipale et nationales sur cette question et ne pas en faire une question secondaire

    - ne pas négliger la sécurité routière dans le milieu urbain et les comportements à risques comme l'usage du portable en conduisant

    - verbaliser systématiquement les automobilistes garés sur les aménagements cyclables

    - ne pas traiter les cyclistes comme des délinquants potentiels et exiger des forces de police qu'ils les traitent avec le respect qui est dû à tout citoyen d'une part, et d'autre part aux citoyens qui sont en situation de faiblesse (voiture contre vélo, qui gagne???)


    Isabelle BAILLEUL
    Que les forces de l’ordre applique la loi systématiquement envers les scooters et motos qui empruntent les voies et pistes et sas cyclables, qui se garent sur les parkings vélos et les pistes cyclables ! ...
    • Pas d'accord
      0
    Christophe Magnier
    je suis d'accord: les règles existent et vant d'en pondre de nouvelles il faudrait appliquer celles qui existent (stationnement en double file, sur voies cyclables, respect des distances de sécurité...) et surtout faire preuve de courtoisie et de respect les uns vis à vis des autres
    • Pas d'accord
      0
  • Partage de l'espace et Information

    Gege59227 - 14 Octobre 2017 - 11h54
    - Aménagement des voies de bus sur les grands axes en ville.
    - Adapter l'examen du permis de conduire et la formation des moniteurs.
    - Informer la population des changements concernant le code de la route et former dès le plus jeune âge
    (école primaire)
    -Améliorer la visibilité et lisibilité de toute la signalétique du code de la route dans l’environnement des
    différents déplacements
    Concernant les véhicules autonomes, selon la convention de Vienne en en novembre 68 dont la France est
    l’un des signataires, exige dans son article 8 qu’un véhicule en mouvement ait obligatoirement
    un conducteur et que celui-ci constamment le contrôle de son véhicule >> Dans ce cas l’utilisation de ces
    véhicules pourrait se faire selon un partage de voies dédiées à la circulation de ces véhicules.
    - limiter les effets de coupeurs.
    -Partage de l’espace : Aux Pays-Bas, une expérience de partage de l'espace sans équipement et sans signalisation particulière aux carrefours
    Vélocien
    Insister davantage lors des formations pour le permis de conduire sur la compréhension des besoins des cyclistes : - ils doivent s’éloigner des voitures en stationnement (ouvertures inopinées des portières), - ils doivent démarrer le premier aux feux (pour trouver son équilibre), - il faut laisser un mètre en agglomération et 1,5 m hors agglomération pour dépasser un cycliste même dans un virage à droite (la voiture tend trop souvent à se resserrer à droite), - etc.
    • Pas d'accord
      0
  • Si l'on formait les piétons et on aménageait notre territoire avant tout cela ?

    Michel Vidal - 13 Octobre 2017 - 16h23
    Bonjour,
    Je propose avant de se pencher sur les nouveaux modes de transport, de réfléchir aux actions que l’on pourrait faire en direction des piétons. C’est quand même 500 tués par an et 11.000 blessés, dont 4000 ayant été hospitalisés et qui potentiellement auront un handicap (lourd à léger)
    Or, nous sommes tous des « piétons » avant d’être des usagers de la route.
    On peut jouer sur la pédagogie, la mise en place d'installations sécuritaires, la réglementation dans les aménagements, l’utilisation des nouvelles technologies et aussi… la répression (hélas).
    Mais l’idée est quand même de sauvegarder le maximum de vie même si pour cela il faut délivrer une amende de 40 ou 50 euros….
    Cordialement
    Thom
    Et il faut arrêter de peindre des pistes cyclables sur les trottoirs. Le développement du vélo ne doit pas se faire au détriment des piétons.
    • Pas d'accord
      0
    Emmanuel90
    Euh… Ça ne serait pas plutôt mieux d'éduquer les automobilistes tout-puissants à respecter les autres usagers de la route ?
    • Pas d'accord
      0
    Bregeat Louis
    La encore la législation est prévue, possibilité de passer en ville trente et de généraliser la priorité à droite, reste à l'appliquer, montrer que cela fonctionne car cela fonctionne et le généraliser.
    • Pas d'accord
      0
  • Etre informé des modifications du code de la route

    Thom - 12 Octobre 2017 - 22h47
    Il faudrait surtout que les personnes titulaires du permis de conduire puissent être informé des modifications du code de la route. Les gens qui ont passé leur permis il y a plus de 20 ans ne connaissent pas les double-sens cyclables, les cédez le passage cycliste au feu rouge, les chaussée à voie centrale banalisée, etc.
    Bregeat Louis
    le code de la route a été modifié profondément par les évolutions nombreuses issues du code de la rue et celles ci ne sont connues que d'une poignée d'initiés...
    • Pas d'accord
      0
    CharlineLyon
    "Nul n'est censé ignier la loi" mais il est clair que c'est difficile d'être au courant si on ne va pas chercher l'info ! Des "remises à niveau" devraient être obligatoires à une fréquence donnée, ou des mises à jour envoyées par courrier... Enfin il doit bien avoir plusieurs solutions pour ça !
    • Pas d'accord
      0
  • Adapter l'examen du permis de conduire et la formation des moniteurs

    Loïc Mg - 10 Octobre 2017 - 14h39
    Lors du passage du permis, le vélo n'est jamais abordé pendant la formation. Bien souvent hors agglomération, les cyclistes se font frôler ou violemment klaxonner lorsqu'ils sont à deux car les automobilistes ignorent qu'avec le vent, il n'est pas possible d'entendre une voiture qui vient.
    - Proposer un court avertissement sonore une centaine ou une cinquantaine de mètres avant de dépasser ?
    - En ville, on devrait apprendre à ouvrir la porte avec la main du côté opposé (ce qui se pratique au pays bas) Cela oblige une rotation du corps et un coup d'œil dans le rétroviseur, évitant tout accident à l'ouverture de la porte.
    Martine Benoit
    Bien regarder dans son rétroviseur avant d'ouvrir la porte côté conducteur. Ne pas faire sortir d'enfants du côté de la route, mais du côté trottoir !!
    • Pas d'accord
      0
    Isabelle BAILLEUL
    Les entreprises d’auto-école pourraient être obligées de travailler avec les associations de vélo-ecole présentes partout en France pour former au code de la rue vue du guidon avant le code de la route vue du volan !
    • Pas d'accord
      0
  • Aménagement des couloirs de bus sur les grands axes en ville

    Amaury Boxberger - 02 Octobre 2017 - 16h28
    Voilà 5 ans que j'ai rejoins les routes de notre capital en tant que scootériste. J'ai pu remarquer à de nombreuses reprises des scooters enfreindre les règles de circulation ou créer des situations à risque lors de dépassement ou en se faufilant entre les voitures. Ces situations sont extrêmement dangereuses, font peur à de nombreux usagers de la route et résultent très souvent en accident mortel.
    La police ne pouvant contrôler toutes les infractions il est nécessaire de trouver une solution adaptée afin que automobilistes et scootéristes ne se gênent pas dans leur déplacement. Les voies réservées aux véhicules prioritaires (bus,taxi,cycle) sont trop souvent vide. L'utilisation de ces couloirs pour les deux roues, les véhicules électriques sur certains grands axes permettrait de diminuer grandement les risques d'accident et la qualité de la circulation sans affecter les transports en commun.
    Lançons des tests pour vérifier la faisabilité et l'efficacité de ce projet.
  • Rendre les zones 30 obligatoires dans les villes

    Pascal Ballatore - 30 Septembre 2017 - 11h23
    Tout est dans le titre, sachant que la vitesse est l'une des principales causes d'accidents mortels en France, il serait donc logique et altruiste pour protéger les plus faibles (piétons, cyclistes, etc) de rendre obligatoire la ville à 30km/h au maximum!
    Bregeat Louis
    revenir à la généralisation de la priorité à droite en agglomération serait une mesure complémentaire voir prioritaire au niveau efficacité pour lutter contre la mortalité en agglomération. Les collectivités ambitieuses sur le sujet doivent montrer l'efficacité des ses dispositifs pour convaincre.
    • Pas d'accord
      0
  • Développer le code de la rue et promouvoir la courtoisie

    velorution - 29 Septembre 2017 - 10h31
    Multiplier les panneaux permettant aux cyclistes de franchir les feux (pour les intersections garantissant la sécurité des vélos), libérer les espaces de stationnement auto à proximité des intersections pour améliorer la co-visibilité.
    Travailler sur la satisfaction générée par la courtoisie (campagne média?...) : il est tellement agréable de montrer de la considération aux autres utilisateurs, et d'être considéré!
  • Différenciation des amendes en zone 30 et résidentielles.

    jay jeremie - 28 Septembre 2017 - 23h49
    Pour augmenter la sécurité, il me semble opportun d'instaurer une stratégie similaire à celle de l'implantation des radars automatique il y a une dizaine d'année, en se concentrant à l'échelle des zones ou la cohabitation des véhicules motorisés et des autres usagers est la plus problématique pour ces derniers : les zones résidentielles et le cœur des villes. Avec :

    * Des sanctions plus lourdes dans les zones 30 et résidentielles. Prenons l'exemple de l'excès de vitesse : il est proportionnellement très peu sanctionné en ville, ou le risque de perdre des points est limité au regard de l'importance de contenir les vitesses des véhicules sous un seuil raisonnable en ville.
    * Des contrôles au moins aussi fréquents que ceux que l'on peux rencontrer sur les grands axes, avec des moyens humains et financiers similaires.


  • Drachten, route nue

    Rainbow system - 26 Septembre 2017 - 23h07
    Apaisement de la vitesse par absence de toute signalisation pour la circulation.
    Aux Pays-Bas, une expérience de partage de l'espace sans équipement et sans signalisation particulière aux carrefours a été réalisée connue sous le nom de route nue.
    L'absence de signalisation et d'indications de priorités responsabilise ainsi les usagers sur le partage de l'espace public et sur la nécessité de cohabiter de façon civique.
    Tous les feux et panneaux de signalisation ont été retirés du centre-ville dans le but d'améliorer la sécurité routière, en se basant sur la théorie que les conducteurs prêtent plus attention à leur environnement quand ils ne peuvent se baser sur des règles précises de circulation routière.
    Cette expérience a été jugée particulièrement positive.
    L’ensemble des usagers, satisfaits d'être enfin "responsabilisés" et non pas contraints par des règles incapables de répondre à la diversité des situations, que l'on est obligé de transgresser et qui génèrent des conflits.
    JulietteD
    En seine-et-marne, commune de Vulaines plus précisement, une expérience inverse à été menée: quatre obstacles de voie (nom officiel?) en l'espace de 100m, où il faut céder la priorité à l'inverse de ce qui est établi par le code de la route (donc ici obstacle = priorité) expliqué par une ribambelle de panneaux et de peinture au sol. Résultat, les conducteurs pensent leur passage en terme de chance et habitants de la rue se plaignent du concerto incessant de klaxons. Cette expérience est jugée particulièrement négative. Malhereusement, ce n'est pas qu'une expérience, et ce modèle de bêtise urbanistique semble se répandre.
    • Pas d'accord
      0
    Emmanuel90
    À voir les jugements négatifs sur cette proposition, il semblerait que ce ne soit pas dans l'esprit français, qui veut avant tout savoir où est son bon droit. L'absence de marquage et de signalisation semble intéressant, dans la mesure où cela remet en cause le « bon droit » aveugle et discourtois.
    • Pas d'accord
      0
  • En ville c’est ‘le code de la rue’

    Rainbow system - 26 Septembre 2017 - 22h44
    Le code de la route n’est pas fait pour nous protéger, il sert surtout à définir des responsabilités et à sanctionner. Ce n’est pas un code définissant la façon de se comporter sur la route/rue.
    En agglomération le code de la route doit être remplacé par le code de la rue.
    Priorité à l’usager le plus vulnérable et le plus faible, l’enfant, l’enfant dans sa poussette, le piéton, le cycliste, l’handicapé, le roller, le deux-roues motorisé etc.
    Le cycliste respecte, car tous simplement il respecte sa propre vie, il n’est pas suicidaire.
    On ne peut pas en dire autant de l’automobiliste, une voiture d’une tonne et demie n’a rien à faire dans un environnement urbain.
    L’état doit promouvoir le vélo et la réflexion à mener n’est pas autour du cycliste/du vélo mais la réflexion doit porter sur la voiture à travers le code de la rue.
    Quelles sont les tendances du futur ? Les écoquartiers, Masdar, Dongtan, des villes sans voitures.
    Kramer Cosmö
    "une voiture d’une tonne et demie n’a rien à faire dans un environnement urbain" : bien dis!
    • Pas d'accord
      0
    david
    C'est le deux roues en général qu'il faut promouvoir. Actuellement l'état, à travers la vignette crit'air ne cesse de mettre des batons dans les roues des motos. La France est l'un des seuls pays européens à inclure les 2rm dans ce système. Comme les normes euro ont été mises en place tardivement pour cette catégorie (1999 car jugées inutiles pour les 2rm lors de la mise en place en 1993 par l'Europe), et que cette vignette se base sur cette norme (norme euro4 pour les motos depuis janvier 2017), l'intention de la France de liquider la moto est claire.
    • Pas d'accord
      0
  • Simplfier le code de la route et repenser les limitations de vitesse.

    glunais - 25 Septembre 2017 - 10h00
    Afin de rendre les situations rencontrées sur la route plus compréhensibles par tous, simplifier le code de la route.
    Afin de soulager les conducteurs du stress et d'augmenter la vigilance de ceux-ci, repenser les zones de limitation de vitesse en divisant par deux ou trois les zones différentes (Entre Amboise et Mosnes 7 kms, 13 panneaux de changement de limitation différents, il y a même un cas ou la vitesse repasse de 70 à 90 pour environ 300 mètres puis 70 à nouveau).
  • Normalisation des aménagements cyclables.

    fjbles - 24 Septembre 2017 - 18h59
    Actuellement, chaque agglomération réalise les aménagement de voirie à sa façon, de qualité très variable d'une ville à l'autre.
    Parfois de manière variable d'un chantier à l'autre.

    En résultat, ces aménagements ne sont pas très lisibles. Les usagers ne savent pas toujours ou est leur place, ce qui est source de conflits.

    En dehors des zone de rencontre, ou l'espace est partagé et les priorités bien définies, il est necessaire:
    - De normaliser les signalisations et les marquages au sol des pistes cyclables
    - De distinguer les pistes des trottoirs
    - De distinguer les pistes cyclables des voies pour motorisés.

    Il est aussi nécessaire que les aménagements soient efficaces pour être utilisés (et ne pas être source de conflits cyclistes <-> motorisés):
    - Une piste cycable doit avoir le même régime de priorité que la voie qu'elle longe
    - Elle ne doit pas comporter de chicanes et de traversée d'intersection via les passages piéton, ni de fin de piste avec rabattement sur la chaussée.

    Isabelle Leibl-des Pallières
    Il ne s'agit en aucun cas de marquage au sol pour sécuriser les pistes cyclables mais bien de voies séparées et sécurisées!
    • Pas d'accord
      0
    Loïc Mg
    Il existe déjà des recommandations qui ne sont pas respectées, celles ci devraient se transformer en norme et être complétée notamment avec vos propositions.
    • Pas d'accord
      0
    Loïc Mg
    @Isabelle Leibl - des Pallières tout à fait d'accord, mais dans les nombreux cas où ce n'est pas possible, différencier la bande cyclable par une autre couleur serait plus qu'utile (cf. l'Allemagne ou cela marche très bien.
    • Pas d'accord
      0
    Loïc Mg
    J'ajouterais que cette normalisation devrait aussi prendre en compte les situations de chantier, où bien souvent il n'existe pas de déviation de la piste cyclable, et où bien souvent, elle sert de voie de parking...
    • Pas d'accord
      0
  • Poliçoùtai

    Julien Damenez - 24 Septembre 2017 - 16h35
    Trop de morts sur nos routes, et même si je roule peu (10000km par an), je vois très peu de policiers le long de nos routes, et même en ville.
    Pourtant ce n'est pas comme si dans ma ville la hausse du nombre de tués n'était que de 200% ! ! !
    A la sortie des écoles, c'est l'hémorragie, peu de parents attachent leurs enfants, et je ne parlent pas des enfants sans siège auto.
    Les STOP sont grillés en permanence, plus de 85% des automobilistes grillent des stop dans ma ville de Champigny, pourtant que fait l'Etat ou autre?
    Ben rien.

    Champigny sur Marne, sur la RD3, c'est une infraction toutes les 11 secondes par sens de circulation, mais que fait la Police?

    Oui, il faut des contrôles, et plus souvent, tous les jours.

    alors, il faut une police de la route, qui ne ferait que ça h24, car quand je vois des reportages journaux/TV, où un policier n'arrête pas un automobiliste roulant à 74 en ville au lieu de 50 car "on cherche à sanctionner les grosses infractions" ! Super...
    Victor Gasia
    Champigny sur Marne, sur la RD3, c'est une infraction toutes les 11 secondes par sens de circulation et pourtant il n'y a pas d'accident toute les 11 secondes... C'est bien la preuve que les contrôles de polices ne servent à rien pour empêcher les accidents !!!
    • Pas d'accord
      0
    Jp1789
    Ce Monsieur devrait aller directement en prison, il serait surveillé tout le temps comme il le souhaite, et pourrait dénoncer ses compagnons de cellules.
    • Pas d'accord
      3
  • Permis multi modal

    Fb91 - 24 Septembre 2017 - 13h56
    Celui qui passe son permis n'apprend qu'à passer son permis. En aucun cas on lui apprend à se comporter vis à vis des autres usagers.

    Je propose un apprentissage multi modal.
    Pour avoir le sacrifice saint permis B
    2 h de vélo en ville
    4 h de 125cm3 sur le périphérique..
    Un petit tour de 3.5T, avec ses angles morts monstrueux et son porte à faux arrière.

    Et tout les 5 ans, une heure de chaque, avec un moniteur, pour valider qu'on a bien appréhendé les 254 modifications du code de la route que les députés ont votés en loucedé.

    Antoine Wandel
    Complètement d'accord, chacun se sent dans son véhicules et ne prends pas en compte, ne passe pas, que les autres usager ont des spécificités. Une sensibilisation au partage de la route et aux spécificités des autres usagers devraient faire parti intégrante des épreuves du permis de conduire.
    • Pas d'accord
      0
  • Les zones 30 ou 20 ne doivent pas être traversantes

    Marie-Florence Chabbal Ton - 23 Septembre 2017 - 18h30
    Toutes les rues à 30 ou à 20 ne doivent que desservir les résidentiels et doivent terminer en impasse pour la circulation motorisée, comme aux Pays-Bas
    Thom
    J'aurai plutôt dit que les villes ne doivent pas être forcément entièrement limitées à 30km/h. Mais je n'ai rien contre les zones 20 traversantes; c'est par exemple le cas de ma rue (étroite) qui dessert une école maternelle et une école primaire. Préserver des axes à 50km/h permet d'y renvoyer le trafic principal (à condition d'être correctement aménagés) et du coup de limiter le nombre de voiture dans les quartiers résidentiels ou à proximité des bâtiments publics ou des commerces afin d'y favoriser la vie.
    • Pas d'accord
      0
  • Mettre en place des départs différés pour les cycles

    vincentxavier - 23 Septembre 2017 - 13h54
    Les intersections sont un des points noirs de la cohabitation entre les différents modes de transports. Offrir un départ différé pour les cycles permettrait de traverser les carrefours (en particulier dans le cas où il faut tourner à gauche) de façon beaucoup plus sûre.
    Victor Gasia
    Actuellement la solution que j'emploie, c'est de me caler au feu pour piéton plutôt qu'au feu pour voiture. Il a quelques secondes d'avances sur les feux pour voitures.
    • Pas d'accord
      0
    Xigane
    C'est dans une certaine mesure le but des sas vélo (souvent ignoré par les voitures). Ceci dit, des pays d'Europe ayant énormément développés le vélo n'utilisent pas ce système.
    • Pas d'accord
      0
    annesou
    Je valide cette proposition !
    • Pas d'accord
      0
  • Respecter les dispositions déjà prévues par la loi concernant la mis en place d'aménagements cyclables

    vincentxavier - 23 Septembre 2017 - 13h44
    La loi n° 96-1236 du 30 décembre 1996 sur l’air et l’utilisation rationnelle de l’énergie, (loi LAURE) a instauré une obligation de mettre en œuvre a minima des itinéraires cyclables, matérialisés soit par des pistes, soit par des bandes (https://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?cidTexte=LEGITEXT000006074220&idArticle=LEGIARTI000006833430&dateTexte=20090518) Cette obligation a été rappelée par un arrêt de la cour d'Appel Administrative de Nantes (https://www.legifrance.gouv.fr/affichJuriAdmin.do?oldAction=rechJuriAdmin&idTexte=CETATEXT000021646257&fastReqId=722875933&fastPos=1) en 2010. Pourtant, encore trop de rénovation de voiries se font sans respecter cette disposition légale.

    Il est du ressort du ministère en charge des transports d'instruire les rappels aux collectivités concernées.
  • les aménagements cyclistes sont encore une variable d'ajustement.

    thomas rio - 22 Septembre 2017 - 20h03
    les pistes cyclables sont considérées comme des parkings par la plupart des autres usagers motorisés – particulièrement à Paris.
    Par les automobilistes pressés (« j’en ai pour 5 minutes ») expliquent-ils en se garant sur les pistes cyclables. Beaucoup s’y garent pour téléphoner.
    Par la maréchaussée (quelle que soit l’urgence, elle prend toujours le temps de ne pas se garer en double file – ce dont elle a le droit pour remplir ses missions – et cherche une place sur une piste cyclable ou un couloir de bus)
    Par les chantiers (les travaux publics qui n’auraient jamais l’idée de couper une voie de circulation sans ménager une déviation, se contentent de neutraliser la piste cyclable. idem pour les marchés qui coupent régulièrement les voies. il y a très peu de sanctions et donc peu de changement.
    Mes enfants ont le droit de circuler en vélo d’après le code de la route, mais ce droit n’est pas praticable en réalité. On renonce donc à emmener ses enfants si la piste n'est pas sécurisée.
    Kramer Cosmö
    d'autant plus que les chantiers s'étalent sur plusieurs mois, et qu'ils drainent des poids lourds très encombrants/dangereux... souvent lorsqu'un immeuble est construit, le parking est terminé en premier, mais pas utilisé par les artisans intervenants sur le chantier (je ne parle pas des PL trop grand) mais préfère se garer en quinconce sur le trottoir, merci les poussettes et vélo. Poussez-vous les pauvres que je m'y mette. Une bonne amende de catégorie 4 pour entrave à la liberté des autres...
    • Pas d'accord
      0
  • Que les autorités soient intransigeantes sur l'applicaiton des règles de circulation

    Positiveye - 21 Septembre 2017 - 21h26
    Me déplaçant uniquement en vélo, je cautionne à 100% l'usage du vélo en milieu urbain. Il est cependant nécessaire de replacer tous les usagers à leur place et rappeler les règles de respect mutuel. Bien que se déplacer soit un droit, respecter les autres et les règles de circulation sont des devoirs. Plus le temps passe, plus la circulation est anarchique (ex. vélos, scooters et maintenant voitures grillent les feux sans vergogne) et donc dangereuse pour tous: piétons, cyclistes, motards et même automobilistes. Si l'on demande aux automobilistes de faire des efforts (ce qui est nécessaire), il faut responsabiliser tous les usagers de la route. Comme dans les pays du Nord, le code des assurances est fait de telle manière qu'un piéton "grillant un feu" risque une amende salée mais aussi être déclaré responsable de l'accident qu'il pourrait créer, car il prend un risque pour lui-même et surtout entraîne des réactions en chaîne des autres usagers. Cela fluidifierait aussi le trafic
    Victor Gasia
    Je partage l'idée qu'il y a derrière mais pas du tout la méthode. PLuto^t que d'employer les termes d' "intransigeants" et "règles" j'emploierais plutôt "incitation" et "partage". Il est nécessaire et même indispensable de prendre en compte TOUT les usagers et d'inciter au partage de l'espace public en bonne intelligence.... Ce ne sont pas forcément les plus modestes qui ne respectent pas les autres mais au contraire les plus fortunés qui n'ont que faire des sanctions pécuniaires.
    • Pas d'accord
      0
    Christophe Collard
    Tant que les trottoirs feront moins d'1 m. de large et seront encombrés par les poubelles, les voitures en stationnement illégal, les mobiliers urbains et autres bornes de recharge et horodateurs, votre proposition ne peut que prêter à sourire. Commençons par redonner sa vraie place à la marche et au piéton !
    • Pas d'accord
      0
  • Distinguer vélo et automobile dans le code de la route

    Julien D - 21 Septembre 2017 - 13h37
    Le code de la route, en appliquant les termes "conducteur" et "véhicule" indifféremment à un vélo ou un une automobile, est devenu obsolète.
    L'État ne peut pas continuer à promouvoir ce type de mobilité douce et ignorer le fait que le code de la route tel qu'il est aujourd'hui peut mettre en danger le cycliste. L'État ne peut pas continuer à promouvoir ce type de mobilité douce et ignorer le fait qu'une large majorité des cyclistes ne respectent pas le code de la route.

    Afin d'éviter aux cyclistes de devoir parfois choisir entre sécurité et respect de la loi ; afin d'avoir des règles respectées par tous, il faut mener une réflexion autour de la place du cycliste/du vélo dans le code de la route.
  • Simplifier le code de la route

    Victor Gasia - 21 Septembre 2017 - 00h00
    Plus il y a de panneau, plus il faut en retenir et il faut en apprendre et d'autant plus de confusion, d'erreur de lecture (y compris pour les véhicules autonomes) et d'accidents.
    Multiplier les panneaux, c'est pour donner plus d'informations, mais est ce tout nécessaire d'avoir une information hyper précise au risque de ne pas la comprendre ? Ne vaut-il pas mieux avoir une information moins précise mais être sûr que tout le monde la comprenne ?
    Par exemple "danger de traversée d'usagers vulnérables" est ce nécessaire de savoir si c'est des cyclistes, des piétons ou des trottinettes ? Dans tous les cas, la seule information qu'il faut retenir c'est d'être extrêmement vigilent.
    Julien Damenez
    Personne ne le respecte, il faut le durcir et non l'alléger.
    • Pas d'accord
      0
    Victor Gasia
    Si personne ne le respecte c'est parce que personne ne le comprends ! Il faut le simplifier pour qu'il soit compréhensible par tous et pas que par les bac +15..
    • Pas d'accord
      0
    Thom
    Des progrès ont été fait pour normaliser et homogénéiser la signalisation, notamment pour les giratoires. Après, conduire un véhicule demande de l'attention. Plus la signalisation est précise, mieux on peut adapter notre conduite à la situation.
    • Pas d'accord
      0
  • les cyclistes en danger

    Elisabeth - 20 Septembre 2017 - 13h54
    A chaque feu, laisser une bande bien identifiée pour que les cyclistes puissent s'arrêter et attendre devant les voitures, pour que celles-ci les voient mieux.
    Stephane Chauvin
    La bande (SAS) existe à beaucoup de carrefour, mais celle ci n'est quasiment jamais respectée...
    • Pas d'accord
      0
    Victor Gasia
    Elle n'est quasiment jamais respectée ni par les automobilistes, ni parmi les cyclistes (moi le premier). En fait, je préfère me mettre devant le feu (donc devant le SAS cycliste) et me référer au feu piéton qui passe au vert quelques secondes avant le feu. Ainsi, je pars bien avant les voitures et j'ai le temps de démarrer et traverser en toute sécurité avant que les voitures ne partent.
    • Pas d'accord
      0
    Manumammouth
    les SAS existent déjà à Paris, mais ne sont pas respectés. Une solution simple serait de supprimer les feux tricolores les plus bas (il y en a souvent deux sur un poteau, un haut et un bas). En ne laissant que celui du haut, cela obligerait les voitures à resté éloignée un minimum et donc respecter le SAS vélo. Par contre pour que les scooters respectent ce SAS vélo, je n'ai pas d'idées...
    • Pas d'accord
      0
    Bruno Adele
    En fait le soucis, c'est que les feux tricolores, sont positionnés en début de SAS, et les voitures se positionnent pile devant (peur peut être que certains leurs passent devant ?). Si l'on analyse le comportement des automobilistes, on remarquera qu'hormis le feux tricolore, ils ne respectent rarement les marquages aux sols. Il faut donc étudier ou placer le feux rouge. Me concernant, je placerais le feux tricolore en fin de SAS et positionnerais un feux tricolore horizontal à 10 à 30 cm du sol (le feux se déclencherait quelques secondes avant).
    • Pas d'accord
      0
    annesou
    C'est déjà le cas à Rennes (35) mais les automobilistes ne le respectent pas toujours. Il conviendrait que ça soit verbalisé de temps en temps pour rappeler les règles et le pourquoi de ces bandes.
    • Pas d'accord
      0
    Christophe Collard
    Cela s'appelle un sas vélo !
    • Pas d'accord
      0
  • Etablir un code de la rue

    Zveta - 20 Septembre 2017 - 12h31
    La route est faite pour la voiture. Bien passer le message, notamment lors du permis de conduire, que les cyclistes, les piétons et autres usagers (trottinette...) sont au même niveau que les automobilistes, ont les mêmes droits et que la place d'un cycliste est bien sur la route et pas dans les caniveaux ou sur le trottoir...
    pillon marianne
    Au permis, on nous apprend que le piéton est prioritaire partout. Mais dans la réalité, c'est une tout autre histoire... La place du cycliste n'est même pas effleurée par contre...
    • Pas d'accord
      0
    Victor Gasia
    Multiplier les codes, les règles, les chartes, etc n'est (à mon avis) pas la solution. Au contraire, il faut simplifier le code de la route pour qu'il soit simple et qu'il ait le minimum de cas particulier. Ainsi, le plus grand nombre de personnes pourraient le comprendre et pas uniquement les érudits.
    • Pas d'accord
      1
    Julien Damenez
    Déjà faudrait interdire aux voitures et aux 2 roues de stationner sur les trottoirs.
    • Pas d'accord
      0
    Nicolas Vannier
    La meilleure solution serait une entente cordiale et de la courtoisie entre usagers, que ce soit d'auto à auto ou d'auto à vélo , vélo à piéton, ça m'arrive même d'être gêné par un autre vélo quand je à vélo, le problème est complexe et passe par une éducation solide de tout les usagers.
    • Pas d'accord
      0

J'ajoute ma contribution

La concertation des Assises Nationales de la mobilité est désormais clôturée.

Back to top