Mobilités plus soutenables : revoir les modèles économiques et la gouvernance

Qu’avez-vous à proposer sur ce thème ?

Ajouter ma contribution
  • Propositions: revoir les modèles économiques et la gouvernance PROPOSITIONS 2

    Edouard Bourdot - 11 Décembre 2017 - 17h51
    4– Réforme de l’assiette des cotisations sociales:
    Notre modèle consiste à s’appuyer sur les entreprises artisanales. Or, le système de cotisation est aujourd’hui injuste à leur égard. Prélevant pèse fortement sur le travail, donc fortement sur les artisans. A cet égard, nous préconisons une CSG élargie afin d’alléger le poids que fait peser notre système social sur nos entreprises.
    • La prise en compte, pour la détermination des personnes redevables et le calcul de l’assiette de cotisations, des différentes sources de revenus afin que tous les citoyens qui perçoivent des revenus contribuent au financement de notre système social.
    • S’agissant des entreprises, il convient de prendre en compte leurs marges, modulées le cas échéant en fonction de l’importance des salaires.
  • Propositions: revoir les modèles économiques et la gouvernance PROPOSITIONS 1

    Edouard Bourdot - 11 Décembre 2017 - 17h51
    1- Un aménagement des incitations fiscales sur les véhicules « propres » de façon à concerner un plus grand nombre de produits (acquisitions de VO récents pour les particuliers, acquisition de véhicules de remplacement pour les réparateurs, locations ou achats de véhicules à double commande pour les écoles de conduite …)
    2- L’application d’un taux de TVA à 7% sur les opérations d’entretien et de réparation automobile éco-entretien pour encourager son développement.
    3- L’application d’un taux de TVA à 7 % sur les contrats d’apprentissage de la conduite passés entre une école de conduite et un consommateur.
  • Propositions: revoir les modèles économiques et la gouvernance CONSTAT

    Edouard Bourdot - 11 Décembre 2017 - 17h50
    Nous observons une tendance de plus en plus marquée à surtaxer l’automobile et les produits associés, pour les besoins des finances publiques. Une telle fiscalité porte incontestablement atteinte aux intérêts de nombre de nos concitoyens dont l’automobile constitue souvent le seul moyen de transport adapté ou un outil de travail indispensable. Par ailleurs, les incitations fiscales portant sur les véhicules propres ont tendance à être de plus en plus restrictives, de telle sorte que leur efficacité risque de devenir très relative.
  • Des entreprises actrices de la mobilité

    CapAuNordEntreprendre - 11 Décembre 2017 - 08h29
    L'association des entreprises des territoires nord de Marseille développe des solutions innovantes (projet Nord We Go) de mobilité pour les entreprises de son réseau (micronavettes, parkings relais, stations d'autopartage, applications de copiétonnage, etc.).
    Le financement de certaines offres "privées" pourrait être mutualisé dans un "Syndicat de la mobilité inter-entreprises".
    Deux questions se posent :
    - comment offrir une offre globale aux salariés intégrant les pass mobilité que la Métropole est en train de mettre en place ?
    - Peut-on envisager de bénéficier d'une part du versement transport des entreprises pour financer ce réseau ?
  • MaaS et Mobilité Courante, même combat (2)

    'mobilité-courante' - 10 Décembre 2017 - 19h05
    Nous proposons que les acteurs au niveau national et/ou territorial, en même temps qu'ils surveillent de près l'évolution des expériences étrangères en cours , se lancent dans des expérimentations coordonnées.Bien entendu il est nécessaire de mettre en place une co-construction avec les professionnels mais aussi les citoyens (usagers pour certains, potentiels usagers pour la plupart). L'instance de coordination, d'évaluation , de diffusion des bonnes pratiques, de critique , et propositions d'amélioration des moins bonnes pourrait être l'A.F.I.M.B.(Agence Française pour l'Information Multimodale et la Billettique).

    Cela n'est pas une mode, mais la seule chance de compétitivité de "chaînes de mobilité" par rapport à la voiture-solo "de tout A à tout B".
  • MaaS et Mobilité Courante même combat (1)

    'mobilité-courante' - 10 Décembre 2017 - 19h01
    Le concept de MaaS n'est pas plus utopique (ou moins) que celui de la "mobilité courante" .
    Le concept de Maas est né en scandinavie en 2014. L'un de ses pères, Endre ANGELVIK d'OSLO, s'appuie sur la métaphore de l'électricité. La "mobilité courante" née en 2012, s'appuie sur la métaphore de l'eau courante.La MaaS vient d'expériences de grandes Villes . La "mobilité courante" vient d'expériences sur des terrains plus divers comme le département mi-rural,mi-urbain de l'Oise (Oise-Mobilité),et aussi quelques régions. La MaaS, à l'aide des nouvelles technologies de communication vise l'optimisation d'un "mix de mobilités".La "mobilité courante" s'appuye sur les besoins des usagers potentiels (tout le monde). Allant dans le sens du "droit à la mobilité" elle inclut ...la mobilité "inclusive".La métaphore rappelle à une "obligation de résultats".
  • L’indispensable liaison

    saonerhin - 09 Décembre 2017 - 15h41
    La liaison fluviale Saône-Rhin, inscrite comme Seine-Nord dans le Grenelle1 de l’environnement, est indispensable au développement du transport fluvial en France, au maillage du réseau des voies navigables modernes et à son interconnexion avec celui de l’Europe.
    En 2018, à l’issue de la loi d’orientation, le projet Saône-Moselle.Saône-Rhin, doit donc être réintégré dans les projets prioritaires du SNIT (comme elle l'est dans le RTE-T de l'Union Européenne), et la procédure de débat public (suspendue fin 2012), relancée.
  • L’A45, un axe mutli-scalaire

    Alain SOWA - UIMM Loire - 08 Décembre 2017 - 13h44
    Construire la nouvelle portion d’autoroute entre Lyon et Saint-Etienne n’aurait pas d’effet que pour ces deux villes, mais bien un effet régional, voire national. Car en créant l’A45, on crée en fait un axe multiscalaire : on rattache Lyon à Saint-Etienne, on relie l’Auvergne à Rhône-Alpes, on joint plus efficacement Toulouse et Lyon, on fait la liaison entre l’Espagne, la Suisse et l’Allemagne, on améliore enfin la voie de communication routière Gibraltar / Saint-Pétersbourg sans feu de circulation…

    Alain SOWA - UIMM Loire
    Florent Missemer
    ...Et avec ma petite auto, une fois passé le bouchon de Brignais, je roulerai jusqu'à Vladivostok, cool !
    • Pas d'accord
      1
    Fred-B
    Comme si monsieur tout le monde pouvait voyager sur l'«american way of life» !
    • Pas d'accord
      1
  • La responsabilité des entreprises

    Caribou62 - 07 Décembre 2017 - 20h03
    Certaines entreprises d'envergure nationale ferment régulièrement des sites en province pour regrouper leurs équipes dans des grandes métropoles pour faire des économies et des gains de productivité. Elles contraignent ainsi leurs salariés à de la mobilité forcée et à un allongement des temps et des coûts de trajet. Ces trajets se font souvent bien souvent en véhicule individuel, pour des raisons de souplesse horaire ou de manque de transports en commun adaptés. Dans le même temps, ces entreprises font du greenwashing en publiant des rapport sociaux où elles défendent l'usage du vélo,etc... Les salariés se retrouvent quant à eux stigmatisés en tant que vilains pollueurs.
    Les kilomètres les moins polluants sont ceux qu'on n'effectue pas. L'efficacité dans ce cas serait de trouver une solution pour inciter les entreprises à maintenir les petits sites distants au plus près des territoires, et non pas de taxer ou de contraindre les salariés qui sont plutôt les victimes dans cette histoire.
  • Veut-on laisser mourir Saint-Etienne ? Non ! Il faut construire l’A45

    Dominique RICHARD - 07 Décembre 2017 - 14h27
    OUI à l’A45 ! Veut-on laisser mourir Saint-Etienne ? Car en reportant la construction de l’A45, attendue depuis neuf ans maintenant (DUP en 2008), on ne risque pas moins que de faire mourir cette ville, qui connaît pourtant déjà des difficultés. Prix de l’immobilier, attractivité de la ville, création d’emplois, solde migratoire… Laisser l’A47 vétuste et accidentogène en l’état, c’est condamner à mort la métropole stéphanoise, et ses habitants qui effectuent chaque jour le trajet entre Lyon et Saint-Etienne. C’est condamner les entreprises stéphanoises qui n'auront plus qu'à choisir entre mourir ou délocaliser. Oui à l’A45 !

    Dominique RICHARD - MEDEF Loire
    ocivelo
    Saint-Etienne meurt de l'omniprésence des voitures, occupant une grande part de l'espace public, ce qui repousse les habitants à l'extérieur. Une autoroute avec son cortège de rocades et de grandes surfaces ne fera qu'amplifier le phénomène. Ce diagnostic est commun à toutes les villes secondaires : Une partie de la solution réside dans la sobriété des déplacements : les cyclistes sont de très bons clients du commerce de centre-ville, leurs économies générées par les déplacements sont réinvesties en dépenses culturelles et commerciales de proximité...intéressant, non ?
    • Pas d'accord
      2
    Cez
    Ocivélo, êtes vous déjà venu à st etienne ? le centre ville est dans une cuvette, et très bien desservi en transports en communs, aucun intérêt de prendre le vélo si c'est pour emprunter les mêmes voies que le tram qui passe toutes les 2/3minutes. Le centre ville s'est dégradé au moment où justement tout était fait pour empêcher aux voitures l'accès au centre ville ! Toutes les villes sont différentes et les moyens de transport très utiles et très utilisés ailleurs (le vélo en l’occurrence) n'est pas des plus pratique partout !
    • Pas d'accord
      3
    Cez
    Je témoigne en tant que simple citoyen stéphanois qui a utilisé le vélo dans d'autres villes comme moyen de transport mais qui ne l'utilisera certainement pas à St Etienne !
    • Pas d'accord
      2
    ocivelo
    Ocivélo est l'association des usagers du vélo à Saint-Etienne. Malgré le peu d'aménagements cyclables, nous confirmons que circuler à vélo dans Saint-Etienne reste commode et rapide. La pratique du vélo s'y développe avec notamment l'usage du vélo à assistance électrique qui permet d'effacer les difficultés liées au relief. Le plus grand frein au développement du vélo dans cette ville, comme dans tant d'autres, est la circulation automobile !
    • Pas d'accord
      0
    Cez
    Vous devez donc mieux connaitre le sujet du vélo que moi sur le centre de St Etienne, Effectivement le vélo à assistance électrique est un grand pas pour lever l'obstacle du relief : à voir sur le velivert ? Il faut encourager le vélo certe mais je ne pense pas que le priver de voitures encouragera les gens à davantage les utiliser.
    • Pas d'accord
      1
    Christophe Collard
    Aller Dominique, adieu à toi et sans regret ! La ville la mieux desservie en infrastructures autoroutières et ferroviaire en Rhône-Alpes, c'est Valence et Valence est encore plus mal en point que Saint-Etienne sur le plan économique; non une autoroute "La Fouillouse -Brignais" se terminant à chaque extrémité par des bouchons ne servira pas Saint-Etienne; bien au contraire; nous devons relocaliser notre économie, conserver des territoires naturels et agricoles de qualité, aider nos jeunes à créer de l'activité non délocalisable. Les délocalisations, ils les feront, A45 ou pas; il n'y a qu'à voir ce qu'est devenue la promesse d'1M d'emplois pour le CICE
    • Pas d'accord
      1
    Mary Jeann
    Monsieur, en quoi l'A45 va-t-elle aider Saint Etienne??? L'accès se fera en périphérie de la ville... Et va engorger un secteur qui l'est déjà! et va atterrire ou? à Brignais? secteur engorgé aussi! Pensez-vous vraiment que les Stéphanois vont l'emprunter Monsieur? Et bien, en tant que Stephanoise je vous répond que non!!! Je préfère emprunter l'autoroute actuelle et pouvoir jouir de la campagne stéphanoise faite de vergers et de champs qu'une campagne dénaturée par une autoroute inutile qui ne nous servira pas à nous, stephanois!!
    • Pas d'accord
      0
  • Contribution issue de l'atelier assises de la mobilité des députés LREM Haute-Savoie, Savoie et français de l'étranger

    Alexis Cintrat - 07 Décembre 2017 - 11h12
    • Le financement ne doit pas être seulement punitif, mais également incitatif par la mise en place de bonus, de voies de circulation dédiées…
    • Libérer les entreprises du versement transport en échange de la mise en œuvre d’actions concrètes dans le domaine des transports à destination des usagers des territoires concernés.
    • Les tarifs des transports reportés sur l’usager doivent être le reflet des coûts réels.
  • Transformer le train de nuit Paris/Briançon en train hôtel de qualité

    PERSPECTIVES HAUT ALPINES - 07 Décembre 2017 - 09h52
    Nous proposons de reprendre l’idée du « train hôtel » étudié il y a 10 ans par le Département avec le soutien de la Région. Nos voisins italiens utilisent un tel train de nuit pour relier Milan et Vienne (Autriche). Il possède différents niveaux de couchage allant du simple siège inclinable à la luxueuse chambre individuelle équipée de sanitaires. L’idée novatrice serait que ce « train hôtel », ambiance chalet alpin, arrive et parte de la gare du Nord en desservant Roissy afin d’assurer les multiples correspondances, permettant aux touristes du monde entier d’arriver aussi aisément dans les Hautes-Alpes que dans les autres massifs alpins.
    Si le projet de retrouver une liaison ferroviaire confortable avec Paris en utilisant le réseau ferroviaire existant (et récemment amélioré) n’est pas réalisable à court terme par SNCF, nous envisageons qu’il soit pris en main par les acteurs économiques départementaux.
Back to top