L’A45 entre Lyon et Saint-Etienne, un des projets les moins chers !

Benoît FABRE - MEDEF Loire - 04 Décembre 2017 - 19h10
A travers les Assises, on a compris que l’élément le plus important, c’était l’élément budgétaire. Et l’Etat ne s’en est pas caché, en affirmant qu’il ne pouvait continuer à faire des promesses qu’il ne pouvait tenir, à valider des projets qu’il ne pouvait pas financer. Mais alors que pour certains grands projets (LGVs, canal Seine-Nord, tunnel Lyon-Turin, Paris Grand Express…), il faut plusieurs milliards, voire des dizaines de milliards, l’Etat refuserait de financer l’A45 qui ne lui coûterait « que » 400 millions, et dont l’investissement initial est déjà en grande partie assumée par le concessionnaire et les collectivités ? Avec les JO 2024, dont le coût sera faramineux (et a-t-on fait des études de rentabilité économique pour ce projet ?), qu’on ne nous dise pas que l’Etat n’a pas d’argent !
ocivelo
400 millions d'euros d'investissement...combien de fonctionnement sur la durée de vie de l'ouvrage ? Développer l'usage de l'automobile, c'est consommer toujours plus de carburant importé : du gaspillage. En comptant le budget de fonctionnement, la balance penche clairement du coté du train ! Et pourquoi ne pas penser aux voies vertes et liaisons cyclables ? c'est cela le moins cher et le plus profitable pour les territoires en mal d'attractivité.
  • Pas d'accord
    1
Alexis Fraisse
Les projets autoroutiers sont des aménagements du siècle dernier qui n'ont pas leur place dans la mobilité du futur.
  • Pas d'accord
    1
Fabrice Maicel
Ironie : Pour être écolo, je pense qu'on devrait revenir au transport hippomobile, tout-terrain, tout-temps, plus écologique et plus respectueux de l'environnement (encore que avec les émanations de méthane dû au pets des chevaux... :-) ) Mais faudrait pas que le cours de l'avoine s'envole ! Plus sérieusement le juge de paix pour évaluer les infrastructures est et reste le cout global au km par usager transporté. Et au quotidien, c'est vrai qu'il y a un avantage pour le train en terme de transport "de masse", à condition de l'envisager dans un système multimodale décentralisé (une gare ferroviaire en connexion avec des parking relais et une gare routière par exemple.,
  • Pas d'accord
    0
Back to top