Mobilités plus soutenables : revoir les modèles économiques et la gouvernance

De quelle manière les règles d’urbanisme pourraient-elles contribuer à une meilleure mobilité ?

Ajouter ma contribution
  • Réajuster les normes en matière de stationnement Vélo

    AITF - 11 Décembre 2017 - 16h09
    Objectif : favoriser un usage et une possession du vélo sans obérer la constructibilité des opérations nouvelles, notamment pour les entreprises, en réajustant l'arrêté ministériel du 13 juillet 2016.
    • Revoir à la hausse la norme pour le stationnement des vélos au domicile, qui correspond à un taux de possession vélo en deçà de la réalité
    • Revoir à la baisse la norme pour le stationnement des vélos au lieu de travail, qui correspond à un usage du vélo de 20-25% ne correspondant pas à une réalité observée, en laissant plus de marge aux collectivités locales pour inscrire ces normes dans leurs PLU, en fonction des objectifs de mobilité qu’elles auront défini.
  • Innover sur le stationnement dans les nouvelles opérations urbaines

    AITF - 11 Décembre 2017 - 16h04
    Objectif : faciliter la sortie des nouvelles constructions en s’appuyant sur les nouveaux modes de mobilités et sur les nouvelles technologies pour déroger plus facilement aux normes de stationnement et pour renforcer la mutualisation de l’offre privée en cours.
    • Permettre aux opérateurs de déroger plus facilement aux normes de créations de places de stationnement dès lors qu’ils mettent en place des solutions alternatives satisfaisantes, notamment en s’appuyant sur l’autopartage et en éclaircissant l’application de l’article 42 de la loi sur la transition énergétique, inopérante en l’état actuel d’écriture.
    • Favoriser l’essor de la mutualisation de l’offre de stationnement privée permise par l’arrivée de nouvelles technologies, tout en respectant les règles de sécurité liées à l’accueil d’un public extérieur au sein de ces parkings.
  • Développer les infrastructures routières intelligentes

    Norauto France - 11 Décembre 2017 - 09h38
    La congestion du trafic est un enjeu majeur, qui fait perdre un temps précieux à chaque conducteur et engendre une pollution incroyable. Nous devons rendre nos routes plus intelligentes, en adaptant les infrastructures aux conditions de circulation :
    - nombre de voies variable
    - limitation de vitesse variable en fonction du trafic, pouvant même aller au-delà des limitations actuelles lorsque les conditions sont réunies
  • Valoriser les logements vélo compatibles

    Parlonsvelo78 - 09 Décembre 2017 - 21h42
    Il faut valoriser les immeubles qui offrent un vrai service à l'utilisateur de vélo ou à celui qui pourrait le devenir en déménageant en :
    - définissant des critères de qualité du stationnement vélo en fonction de la taille des locaux, la sureté de l'accrochage, la surveillance, la propreté, l'éclairage, l'accès (normes PMR)...
    - définissant des critères de raccordement au réseau cyclable de la ville (distance et sécurité de l'accès) où se trouve le logement ce qui valoriserait les logements dans les villes plutôt cyclables
    - attribuant une étiquette du même genre que l'étiquette énergie : A = vélo très compatible à G = vélo impossible
    - formant les sociétés chargées de l'évaluation.
  • Créer, étendre et rénover du stationnement vélo dans l'habitat ancien

    Parlonsvelo78 - 09 Décembre 2017 - 21h34
    Le vélo est un système de transport qui nécessite un stationnement sûr aux deux extrémités du trajet.
    Non seulement il faut développer le stationnement des vélos dans les pôles d’échange (Cf. demande de la FUB de 200000 nouvelles places) mais il faut aussi développer du stationnement vélo pratique et sûr dans les habitations. L’habitat ancien doit faire l’objet de véritables mesures d’incitation à créer ou rénover du stationnement de qualité : décision de travaux à la majorité simple par les syndicats de copropriétaires, aide financière via des CEE, pour l’habitat collectif privé. Pour l'habitat social, il faut proroger et élargir le dispositif ALVEOLE initié par la FUB, Il faut donner de la visibilité aux bonnes pratiques d’aménagement des locaux et communiquer sur les astuces (récupération d'un local concierge ...).
  • La mutualisation des parkings privés de stationnement vers un usage complémentaire public

    Nantes Métropole-Département Déplacements - 07 Décembre 2017 - 16h13
    La mutualisation des parkings privés de stationnement vers un usage complémentaire public représente un réel enjeu économique mais également de réduction de la place de l'automobile dans l'espace public. Dans le cadre d'expérimentations, il conviendrait d'envisager une réduction des contraintes et normes de stationnement en cas de mutualisation. Quelles modalités de suivi et de contrôle pour éviter les usages déviés de l’exonération des minimums à réaliser.
    Fabrice Maicel
    Je crois qu'il y a une startup française qui propose déjà ce genre de service (désolé pour la pub mais c'est pour illustrer) : il s'agit de la société ZENPARK. Le concept de parking partagé est assez récent mais c'est une idée que les pouvoirs publiques devrait suivre pour avoir rapidemment un retour d'expérience pertinent.
    • Pas d'accord
      0
  • Faire évoluer les règles d'urbanisme

    Nantes Métropole-Département Déplacements - 07 Décembre 2017 - 16h08
    Faire évoluer le droit de l'urbanisme, de manière à ce qu'un bailleur social soit dans l’obligation de corréler la location d'un appartement à la location d'une place de stationnement. Cela résoudrait un nombre certains de sous-occupation de parkings tout en libérant l'espace public de véhicules. Aujourd’hui, pour des raisons économiques, le locataire ne loue pas de place de stationnement, ce qui entraîne des problèmes de sécurité et d’inutilité des parkings en sous-sol, tout en reportant sur les espaces publics les véhicules des résidents. Si la place de stationnement est liée à l’appartement et fait partie du loyer, l’ensemble bénéficiant des APL, toutes ces tensions et incapacités d’agir localement seraient réduites.
    Cette règle pourrait également s'appliquer plus largement, dans des périmètres définis, pour toute location de logement ou de bureau, dès lors qu'on possède un véhicule.
  • Meilleure coordination entre les collectivités locales

    vope33 - 06 Décembre 2017 - 17h28
    Il faudrait une meilleure coordination entre les différentes collectivités locales en charge des transports collectifs (suppression du nombre de communes, organisation des transports par les conseils départementaux au lieu des intercommunalités).
    Il y a toujours des barrières entre les différents réseaux de transports dès que l'on passe d'une collectivité à une autre...
    Nordexpress
    Ou donner à le SNCF la responsabilité complète des circulations ferroviaires, évitant ainsi le plus possible les problèmes de coordination.
    • Pas d'accord
      0
  • Pistes cyclables obligatoires

    vope33 - 06 Décembre 2017 - 17h07
    Il faudrait obliger les collectivités publiques (départements et communes) à construire des pistes cyclables parallèles à la route pour chaque nouvelle création de voie publique et privée (ex: nouveaux lotissements), et pour toute restructuration de voirie.
    Il s'agit de développement durable et d'anticipation.
    Fabrice Maicel
    ... comme aux Pays-Bas !! Ce serait le pied.
    • Pas d'accord
      0
    zBïty
    Et plus généralement redessiner la rue selon les usages qu'elle supporte, et non d'après les exigences automobilistes...
    • Pas d'accord
      0
  • arrêt des délocalisations

    adsg - 04 Décembre 2017 - 10h59
    « Vivre et travailler au pays »
    Ne pas délocaliser les emplois, services publics et centres de santé loin des zones d’habitat, ou des zones desservies par les TC
  • favoriser l'usage du vélo et des transports en commun

    tgiguet - 02 Décembre 2017 - 23h37
    Mettre en place les mesures (non coûteuses) de développement de l'usage du vélo : doubles sens cyclables, limitation de la vitesse, en même temps que le dégagement de voies propres pour les transports en commun dans les zones urbaines congestionnées.
    Ensuite, une politique ambitieuse développerait un réseau de voies vertes (jusqu'à la sortie des villes), des possibilités de stationnement sécurisé pour les vélos et favoriserait réellement les déplacements actifs (marche, vélo) en pensant qu'ils sont un des maillons de l'intermodalité.
  • Prise en compte dans les PLU, PDU et PLH des mobilités actives, zones piétonnes, intermodalité, densifier l'habitat

    CESE ADT - 01 Décembre 2017 - 12h38
    Le CESE préconise que : PLU et PDU prennent davantage en compte les mobilités actives ; les PLH intègrent un volet volontariste consacré au vélo et à la marche ; les projets d’aménagement et d’urbanisme prennent en compte les enjeux de mobilité ayant un impact sur la santé et/ou une dimension sociale en développant les zones piétonnes et des parcs de stationnement pour favoriser usage des transports en commun et mobilités actives ; la mise au point d’itinéraires cyclables en site propre soit étendue aux infrastructures existantes, et non plus seulement à l’occasion de constructions ou de rénovations des voies urbaines.
    La conception de l’espace public doit intégrer les besoins de mobilité des femmes, tel le recours à l’automobile pour de courts trajets, liés à la conciliation des temps.
    Dans le rural, le CESE appelle à densifier l’habitat en centres bourgs et à promouvoir le développement du logement social dans les bourgs centres où le taux de logements vacants est faible.
  • STATIONNEMENT VELO

    VELOMOBILE - 28 Novembre 2017 - 15h18
    Tous les bâtiments neufs devraient intégrer des places de stationnement vélo sécurisées en nombre suffisant + des casiers avec cadena et prise électrique pour recharger les batteries
    Leroro83
    Et être légèrement reculés pour laisser la place à des voies piétons et cycles bien séparées des autos
    • Pas d'accord
      0
    Mathieu44
    Pour le transport des jeunes enfants est la possibilité de stationner également des remorques vélo à proximité des écoles maternelles et s'assurer que certaines pistes cyclables ne leur soient pas interdites (rétrécissement, obstacles )
    • Pas d'accord
      0
  • AMMENAGEMENT VOIRIE

    VELOMOBILE - 28 Novembre 2017 - 15h09
    Validons de manière légale la préséance des bandes et pistes cyclables sur les automobiles à chaque croisement, sauf exception dument documentée et soumise à une autorité de contrôle compétente:
    A chaque croisement les cyclistes (qui s'efforcent de réduire de déséquilibre de la balance commerciale française lié aux hydrocarbures de 30 milliards d'euros) seront donc prioritaires: cela créera des vocations!
    Leroro83
    Rajouter des passerelles légères pour piétons et cyclistes avec concours artistes et paysagistes pour l'esthétique
    • Pas d'accord
      0
    lhuma
    Laisser les cyclistes prioritaires sur tous, c'est autoriser à faire n'importe quoi en vélo. Mettre des caméras pour déceler les comportements dangereux pourrait bien remonter la dette en complément des radars.
    • Pas d'accord
      0
    DALIEN
    Il n'y a sans doute plus seul vélo qui soit fabriqué en France, alors que la France fabrique encore presque 2 millions de voitures par an, qui seront de plus en plus électriques, et ce qui fait travailler de l'ordre de 10 % des Français!
    • Pas d'accord
      0
    Parlonsvelo78
    Rassurez-vous Btwin fabrique environ un million de vélos par an en France, Cycleurope, Arcade, Intersport et les autres encore un bon million. L'économie du vélo cela existe même si on en parle peu et elle exporte !
    • Pas d'accord
      0
  • Simplifier l’implantation des espaces logistiques

    Pole mobilité - Compublics - 22 Novembre 2017 - 16h19
    L’implantation d’espaces logistiques est soumise à des régimes d’autorisations relatifs aux installations classées pour la protection de l’environnement (ICPE) et aux normes Seveso, lesquels sont souvent considérés par les acteurs du secteur comme trop contraignantes.
    Le problème se pose de manière d’autant plus forte dans les espaces mixtes qui accueillent d’autres activités que celle de la plateforme logistique. C’est le cas des parcs de stationnement qui, du fait de la réduction de leur fréquentation, sont aujourd’hui considérés comme un gisement intéressant pour l’implantation d’espaces logistiques urbains.
    Le Club du Dernier Kilomètre de Livraison (CDKL) invite le gouvernement à étudier les conditions d’une simplification des régimes d’autorisations et de la règlementation applicables aux espaces logistiques urbains et infrastructures afférentes (réseaux d’avitaillement en énergies/carburants alternatifs notamment) afin d’en faciliter le déploiement.
  • Faciliter le déploiement d’espaces logistiques urbains et des infrastructures d’avitaillement en énergies/carburants alternatifs

    Pole mobilité - Compublics - 22 Novembre 2017 - 16h18
    La réintégration de la fonction transport-logistique dans les cœurs de ville constitue une variable stratégique pour la baisse des émissions polluantes et le développement de nouvelles solutions de transports plus propres. Si les prérogatives en matière d’implantation d’espaces logistiques reviennent pour l’essentiel aux autorités communales et intercommunales, l’Etat peut encourager les collectivités à préserver les espaces logistiques existants et à favoriser le développement de nouveaux espaces. Cela peut passer par une communication du gouvernement auprès des associations d’élus pour une meilleure prise en considération de la logistique et des infrastructures afférentes (réseaux d’avitaillement en énergies/carburants alternatifs notamment) dans les documents (plans locaux d’urbanisme, schémas de cohérence territoriale et schémas régionaux d'aménagement et de développement durable du territoire).
  • Règles d'urbanisme:

    DL - 17 Novembre 2017 - 11h53
    En intégrant la mobilité à égalité avec les autres besoins fondamentaux et la priorisant dans une vision globale. Si on peut, par exemple en vallée du Lot, comprendre que des entreprises de transport routier et fluvial, pensant à court terme défendre leurs intérêts, soient à l'initiative d'une "association pour la voie verte en vallée du Lot" entraînant le déferrement de la ligne Cahors-Capdenac, comment ne pas s'étonner que les élus des collectivités territoriales locales y voient là "un projet structurant" ?!!!
    titinawack
    Que d'obscures paroles, j'ai pas compris. Une voie verte plutôt qu'une voie ferrée abandonnée, cela me semble mieux non?
    • Pas d'accord
      0
  • Favoriser la création d’une place servicielle pour la livraison à domicile dans les nouveaux immeubles collectifs

    Pole mobilité - Compublics - 15 Novembre 2017 - 18h59
    L’intégration d’équipements logistiques en zones urbaines denses constitue un défi au regard du coût du foncier et de la congestion en voirie. Dans le même temps, l’évolution des modes de consommation et le développement du e-commerce entraînent un éclatement et une multiplication des flux de livraison.
    L’intégration au sein des nouveaux immeubles collectifs d’une place dite « servicielle » permettrait de réduire les situations de stationnements inappropriés en voirie en permettant au chauffeur livreur de pénétrer au sein de l’immeuble. Cette même place pourrait, en outre, être ouverte à des opérateurs de services urbaines (chargés de relevés des compteurs gaz et électricité, réparateurs, services médicaux et infirmiers).

    Le Club du Dernier Kilomètre de Livraison invite le gouvernement à étudier les moyens de favoriser l’intégration de cette place servicielles au sein des immeubles collectifs.

    VELOMOBILE
    Tous les batiments neufs devraient integrer des places de stationnement vélo sécurisées en nombre suffisant + des casiers avec cadena et prise electrique pour recharger les batteries
    • Pas d'accord
      0
  • Intégrer les objectifs de déploiement de réseaux d’avitaillement au sein des documents locaux d’aménagement du territoire

    Pole mobilité - Compublics - 15 Novembre 2017 - 18h37
    Dans le prolongement du cadre d’action national pour le développement des carburants alternatifs, le Club des Voitures Ecologiques estime stratégique de trouver des déclinaisons territoriales de cette feuille de route nationale.
    Les Plans climat-air-énergie territorial (PCAET), les schémas régionaux d'aménagement et de développement durable du territoire (SRADDT), les Schémas de Cohérence Territoriale (SCOT) ainsi que les Plans locaux d'urbanisme (PLU) pourraient intégrer des schémas directeurs sur le déploiement des stations d’avitaillement alternatif.
    Ces documents sont d’autant plus stratégiques qu’ils donnent les grandes orientations des territoires y compris en matière d’infrastructures.
    Le Club des Voitures Ecologiques et le Club du Dernier Kilomètre de Livraison estiment nécessaire que des exigences en matière de déploiement de station d’avitaillement en carburants alternatifs puissent être formulées au sein des PCAET / SCOT / PLU.
  • Ne plus prendre pour modèle les quartiers d'affaires

    Franck Bennehard - 14 Novembre 2017 - 13h30
    Les villes sont pensées comme une multitude de quartiers qui n'ont pas pas les même vocation. Des quartiers d'habitation, des quartiers marchands, des quartiers d'affaires, des quartiers "usines". Les habitants doivent sans cesse se déplacer d'un quartier à un autre.
    Revoyons la politique de la la ville pour qu'il puisse y avoir des bureaux, des usines, des commerces autour des lieux d'habitation. Cela réduira les grandes migrations du matin et du soir pour aller ou revenir au travail.
  • Revoir toute la copie du développement des 40 dernières années

    Didier Cade - 08 Novembre 2017 - 23h32
    On a favorisé d'étalement urbain,on a fait rêver toute la nation avec la maison individuelle.
    On a fait rêver tout le monde avec la mobilité ...toujours plus vite , toujours plus loin...
    On a favorisé l'implantation de ZAC dans les zones agricoles.on a privilégié le commerce, l'argent, le déplacement physique au mépris du développement intellectuel, de la culture (intellectuelle et vivrière).
    On favorise le transport et le rêve du voyage contre la qualité de vie au quotidien.
    Il est urgent de faire tout l'inverse!!
    VELOMOBILE
    Tous les batiments neufs devraient integrer des places de stationnement vélo sécurisées en nombre suffisant + des casiers avec cadena et prise electrique pour recharger les batteries
    • Pas d'accord
      0
    Fabrice Maicel
    Je me suis toujours demandé pourquoi on construisait des ZI/ZAC ou des quartiers d'affaires loin d'infrastructures de transports de masse déjà existantes (ferroviaires (inclus tram et métro), fluviales). Idem, pour la revalorisation de friches industrielles situé en cœur de ville en zone hybride mixant activité professionnelle, loisir et habitat.
    • Pas d'accord
      0
  • Le temps est venu de faire des villes sans voitures!

    Eric Bonnaud - 06 Novembre 2017 - 15h27
    Une ville, un quartier conçus des le départ sans voitures particulières sera beaucoup plus économique a construire et a gérer et beaucoup plus agréable à vivre. Le transport par câble (téléphérique) pouvant relier une gare de trains/bus.
    Leroro83
    En maintenant quand même l'accès aux véhicules de sécurité et à des taxis avec chauffeurs ou demain autonomes
    • Pas d'accord
      0
  • Urbanisme, législation et verbalisation

    fabien v - 18 Octobre 2017 - 19h05
    Des pistes cyclables sur la chaussée et non sur le trottoir, sur de longues distances pour une continuité et séparées des voies auto par des bordure de 20 cm.

    La reconnaissance ainsi qu'une législation initiatives des nouveaux moyens de mobilité urbaine (micro mobilité qui facilite la multimodalité) électriques, gyroscopiques.

    La verbalisation automatique (par voiture) des stationnement (voiture et moto) non payés ainsi que ceux hors emplacement ou sur trottoirs.
    Didier Cade
    avant de vouloir encore utiliser la matraque il faut rappeler que l'automobiliste paye les routes, les péages, sa voiture( achat et entretient), son assurance, son essence... l'usager du bus ou du train même pas la totalité du coût du moyen de transport alors ne parlons pas de l'infrastructure
    • Pas d'accord
      3
    VELOMOBILE
    Tous le monde paie pour les routes, les cyclistes devraient donc y avoir un espace protégé et sécurisé!
    • Pas d'accord
      0
    VELOMOBILE
    Attention, les marquages peintures ont tendance à s'effacer rapidement dans le temps: il faudrait donc conseiller des marquages résines ou plots ou ciment
    • Pas d'accord
      0
    Leroro83
    DE VRAIES BARRIERES de SEPARATION et le problème est réglé !
    • Pas d'accord
      0
  • Téléphérique urbain

    Mickael Delahaye 1 - 17 Octobre 2017 - 22h58
    Voilà un mode de transport doux, peu coûteux à mettre en place, diminuant la durée des travaux et les problèmes de circulation, innovant, silencieux. Les contribuables lui disent merci.

    De nombreuses villes de part le monde l'on adopté et le numéro 1 mondial est français ( la compagnie des Alpes).
    VELOMOBILE
    Suivons l'exemple de pays "sous développés" comme la bolivie: les téléphériques urbains y sont géniaux!
    • Pas d'accord
      0
    Leroro83
    Et devrez accepter vélos, poussettes, fauteuils d'handicapés
    • Pas d'accord
      0
    Leroro83
    Sans compter que cela résoud le problème de fréquence ; Nous savons faire des transports par câble à cabine débrayable en station à raison de 4000 passagers/heure sans besoin de personnel dans les cabines (sauf sécurité tard le soir) : TRES ECONOMIQUE !
    • Pas d'accord
      0
  • Imaginer des villes où l'on voudrait marcher

    Jeanne Foucher - 16 Octobre 2017 - 08h13
    Il s'agit de repenser notre lien avec l'espace l'urbain, pour que la ville ne soit pas seulement une interface entre le domicile et le lieu de travail qu'il faudrait traverser le plus rapidement possible. Chacun doit pouvoir apprécier de s'y déplacer à son rythme, d'y passer des moments.

    Les aménagements et donc les règles d'urbanisme doivent y contribuer, notamment en n'étant pas centrés sur les déplacements automobiles et en n'étant pas uniquement déterminés par une logique de productivité des trajets.

    Pour des exemples concrets, je m'en remets à des travaux plus précis que je ne saurais l'être sur le concept des "walkable cities" ("villes marchables" ?).
  • Règles d’urbanisme et mobilité, un mariage attendu.

    Nicolas Naert - 14 Octobre 2017 - 12h01
    Redonner sa place à la mobilité dans l’article L.122-1-3 du code de l’urbanisme relatif au PADD du SCoT par exemple en hiérarchisant les enjeux territoriaux selon les trois trames essentielles: les espaces non bâtis à protéger (l’armature naturelle), les espaces bâtis ou les zones de développement urbain (l’armature urbaine), et l’armature de la mobilité. Lors de l’élaboration des PLU ou PLUi, tenir compte d’un temps d’accès aux commerces pour définir la limite des secteurs d’extension de l’habitat. Inclure dans la procédure d’élaboration d’un SCoT un débat en présence de l’AOM (ou les AOM) sur l’articulation entre urbanisme et mobilité. Au terme de ce débat seraient définis les objectifs et les moyens pour décliner l’obligation d’assurer une densité urbaine dans les secteurs desservis par les TC et les réseaux de transport.

    Didier Cade
    le problème de l'urbanisme c'est qu'il justifie l’étalement urbain: loi sru oblige même des petits villages ruraux, agricoles et touristiques à faire 25% de logements sociaux...comme ils sont exsangue ils ouvrent à la construction par des promoteurs qui font de grands ensemble de mixité sociales et les communes ne sont toujours pas dans le clous car les nouveau arrivants justifieront de nouveaux programmes...et les terres agricoles disparaîtrons...
    • Pas d'accord
      0
  • Faire appliquer la règlementation en vigueur depuis presque un quart de siècle

    Thom - 12 Octobre 2017 - 23h56
    Si la Loi sur l'Air, l'Urbanisme et la Rationalisation de l’Énergie était appliquée, il y aurait des pistes cyclables partout. Les gens auraient une réelle alternative à la voiture pour aller travailler, déposer les enfants à l'école ou faire les courses.

    En 2015, le déficit commercial de la France était de 45 milliards d'€, dont 31 milliards dus à l'importation de pétrole. Il faut se passer de cette énergie, et vite!
    Malau
    C'est bien vrai, mais il semblerait qu'il faille attendre que les élus d'une ville utilisent le vélo dans leurs déplacements quotidiens, pour qu'ils appliquent cette loi!
    • Pas d'accord
      0
  • Un projet de déplacement = une traduction dans les PLU(i)

    cgodefroy - 11 Octobre 2017 - 12h11
    Le plan de déplacements d'une collectivité doit, à défaut d'être un préalable à l'élaboration des documents d'urbanisme, une pièce pleine et entière dans le cadre des études du document, d'une façon suffisamment aboutie pour permettre de prévoir les emplacements réservés (ER) nécessaires à la réalisations des équipements et infrastructures de mobilité: voies vertes, pistes cyclables, aires de co-voiturage ou d'auto-stop dynamique, arrêts bus/navettes...
  • Cohérence urbanisme transport

    Nicolas Bonne - 09 Octobre 2017 - 22h27
    Densifier près des stations de transport lourds (voir DIVAT à Lille)
    Interdire la construction et l'extension des centres commerciaux de périphérie
    Conditionner l'ouverture à l'urbanisation des terrains à la desserte en transports collectifs
    Imposer des locaux vélos (voir des vélos libres services propre à une résidence) et une intégration de la mobilité dans tout les projets immobiliers d'envergure
    Eric Bonnaud
    J'approuve !
    • Pas d'accord
      0
  • Les règles d'urbanisme ont peu d'effet

    km952 - 06 Octobre 2017 - 20h49
    Agir indirectement par le règlement de l'urbanisme a peu d'effet. Les mécanismes économiques sont plus efficaces. Les villes américaines sont étalées avant tout parce que le carburant a toujours été très bon marché.
    Des règles plus permissives qui faciliteraient la création de logements proches des zones d'emploi réduiraient la rente foncière qui oblige certains à s'éloigner pour se loger mieux et moins cher.
    La fluidification du marché du logement, dans le secteur HLM notamment, faciliterait l’ajustement domicile travail.
    L'urbanisme opérationnel, l'aménagement peut contribuer à créer des environnements qui favorise une mobilité plus durable. Mais, cela prend du temps.
    Une tarification plus proche des coûts, externalités comprises, est un plus sur moyens d'agir sur les comportements sans attendre de reconstruire la ville complètement.
  • Titre de transport Universel

    Maxime Maraval - 05 Octobre 2017 - 05h27
    Je pense qu'il serait positif de crée un titre de transport multi departement et même régional avec un abonnement tous les mois une somme serait débité mais après je peu prendre le ter qui et dans mon village dans le sud aller jusqu'à la grande ville prendre un TGV aller sur Paris et prendre un rer et les bus cela permettrait à tous français une meilleure mobilité réduirai la pars de voiture
    km952
    Ce système a l'inconvénient de ne pas faire supporter à l'usager le coût marginal de sa mobilité. Cela augmente la mobilité et par voie de conséquence la congestion et le besoin d'investir ...
    • Pas d'accord
      0
    Eric Bonnaud
    Pourquoi pas les transports en commun gratuits, ce serait une belle incitation a ne plus prendre la voiture..
    • Pas d'accord
      0
  • Ce qui est effarant pour notre démocratie...

    eric - 03 Octobre 2017 - 14h32
    C'est que beaucoup de gens (ici mais ailleurs aussi) ne sont capables de penser qu'en termes d'interdiction ou d'obligations, beaucoup plus rarement en termes d'incitations ou d'innovations. Ainsi la plupart de nos amis cyclistes ont la dent dure, voire rancunière, contre les automobilistes (l'inverse n'est pas vrai) et voudraient s'accaparer la ville pour eux tout seuls ! Désolé, mais la ville appartient à tous et il faut trouver le moyen de faire cohabiter tout le monde et tous les usages sans chercher à dresser les uns contre les autres. Et si l'on en est à vouloir bouter hors de la citer une partie de ses usagers, alors c'est qu'il est temps de s'interroger sur ce que nos villes sont en train de devenir, et s'il est sain de poursuivre dans la même voie...
  • Très simple !

    eric - 03 Octobre 2017 - 14h20
    Il suffit de faire l'exact inverse de ce que fait la mairie de Paris : supprimer des places de parking, ralentir et complexifier la circulation, créer des pistes cyclables qui ne servent à rien, et ne faire aucun effort sur l'offre de transports en commun. Il faut au contraire : créer des parkings gratuits en différents points de la ville (en périphérie, à proximité de l'hyper-centre et à proximité des gares), réserver les voies de bus aux vélos et motos, proposer la gratuité des transports en commun... Il faut également redynamiser les villes de moyennes importance au détriment des grandes métropoles, déjà surpeuplées, faire en sorte que les communes rurales ne deviennent pas des villes-dortoirs pour citadins stressés. On ne fera pas l'économie sur cette question de l'urbanisme d'une réflexion sur l'aménagement du territoire. Au lieu de chercher à faciliter la construction en zone tendue, il faut au contraire l'en dissuader...
  • Eviter les concentrations d'activités non diversifiés

    Klayr - 01 Octobre 2017 - 17h02
    L'urbanisation crée des "pôles" de commerces, de logements, d'éducation, de bureaux, sans articulation intelligente des mobilités entre ceux-ci.
    Ces concentrations d'activités imposent des déplacement d'un pôle à l'autre aux même heures, créant bouchons, pollution, frustration... Ex: les ensembles de bureaux sans aucun équipements de restauration situés à <5km de centre commerciaux où les lieux de restauration sont concentrés créent des déplacements motorisés d'une zone à l'autre: les parkings de bureaux sont délaissé à l'heure du déjeuner tandis que ceux des restaurants situés à deux pas sont bondés, et inversement le reste de la journée. L'aménagement des zones de bureaux devraient imposer la présence de services du quotidien, commerces, restauration, en les rendant accessibles à pieds, à vélo, ou en TC aux heures de nécessité.
    A défaut d'effacer les trajets domicile/travail les autres trajets du quotidien peuvent disparaître en repensant l'aménagement des ZAC/ZI/Poles de recherche..
    alexandra2412
    Sur ce même constat des routes empruntées aux mêmes moment générant des embouteillages et de la pollution supplémentaire j'ai proposé des incitations au télétravail ici : https://www.assisesdelamobilite.gouv.fr/participer/mobilites-plus-propres-reduire-lempreinte-environnementale-de-nos-deplacements/quavez
    • Pas d'accord
      0
  • Urbanisme commercial et commerce par internet

    qcgqp - 30 Septembre 2017 - 17h16
    A quand le stationnement payant sur les parkings des zones commerciales et une taxation coercitive des achats sur internet. Mais je rêve un peu car ce qui est efficace au plan de l'environnement risque de bousculer fort les intérêts de ceux qui gouvernent le monde (GAFFA, industrie automobile, grande distribution, industrie des VRD,..)
    eric
    A quand le stationnement gratuit en centre-ville ? A minima zone bleue ?
    • Pas d'accord
      0
  • Plus de pistes cyclables.

    France2030 - 29 Septembre 2017 - 18h46
    Plus de pistes cyclables.Ni plus ni moins.
  • Limiter le besoin de se déplacer

    Elie Zoghbi - 27 Septembre 2017 - 15h13
    Dans un monde en perpétuelle évolution, il est possible de se faire livrer ses courses, de communiquer numériquement et même de faire ses papiers en ligne. Cela marque une étape considérable du développement mais met en lumière des problèmes.

    Paris, ville monde, est un exemple parfait de ce qui manque aux autres mégapoles françaises. Le milieu rural en est d'ailleurs l'exemple inverse en ce qu'il est totalement enclavé. Cependant, il n'existe pas de juste milieu. Les autres villes françaises manquent cruellement de travail, de services, de moyens et sont, à quelques égards, laissées à l'abandon. Cela me surprend de voir que nos voisins Européens ont œuvré afin de développer plusieurs de leurs villes sur leur territoire national afin d'harmoniser l'égalité des citoyens face au milieu où ils vivent.

    Si l'on veut assurer un réseau urbain de qualité, encore faut-il que cela serve à quelque chose. Réglons les disparités urbaines et nous réglerons une partie des problèmes de transport.
    eric
    Vous avez raison. Je crois qu'une grosse partie de nos problèmes vient de ce que nous n'arrivons pas à limiter la croissance anarchique des grandes métropoles françaises, qui s'imaginent, comme la grenouille de la fable, se faire aussi grosses que Paris. Il faut prendre le chemin inverse. Stopper cette évolution et favoriser l'essor des villes moyennes. Acte courageux qui nécessitent un gros effort en matière d'aménagement du territoire, plutôt que de vouloir accompagner un mouvement qui en réalité nous échappe...
    • Pas d'accord
      0
  • Densifier intelligemment

    axuritdu66 - 26 Septembre 2017 - 22h04
    Il est nécessaire de densifier les villes. Mais surtout pas en créant des lotissements résidentiels avec de minuscules parcelles en périphérie de la ville.
    Il faut de la mixité. Lier habitats et commerces, immeubles et maison. Tout en luttant contre l'étalement urbain.
    Les maires n'ont pas tous conscience des désastres (mobilité, urbanisme) qu'ils causent en ouvrant des lotissements en périphérie.
    Les villages sont assez etendus. Il devient nécessaire de geler les zones périphériques pour favoriser les projets de densifications. Cela limitera de fait les problèmes de mobilités.
    Laura G - PAA
    Tout à fait d'accord, en milieu périurbain ou rural, les transports en commun sont déjà compliqués à mettre en place faute de "masse critique", alors plus l'étalement urbain est important, plus cela implique d'arrêts pour répondre à la pseudo-demande, mais moins l'offre est compétitive avec la voiture.... c'est un cercle vicieux... et l'étalement urbain est irréversible... Le canton de Vaud en Suisse a mis en place une règle intelligente : sont ouverts à l'urbanisation uniquement les terrains à proximité immédiate (dans un rayon de 10 min à pied) de l'arrêt de transports en commun, du pôle de services ou de l'école. De plus, les formes d'habitat sont adaptées pour atteindre une certaine densité.
    • Pas d'accord
      0
  • Bus/planif (SCoT/PLUi)

    Charles - 26 Septembre 2017 - 10h56
    Si on veut bien faire évoluer la planification, en débranchant le PLU au profit d'une planification à une échelle plus en rapport avec les bassins de vie (SCoT et PLUi) et si on veut bien considérer que le bus représente une solution économique et techniquement souple, il y aurait peut-être matière à faire des procédures de planification locale des moments de réflexion sur le développement de la solution bus. Un volet spécifique "bus" par exemple, pourrait être envisageable?

    S'agissant de développement du bus (propre évidemment), et de ses articulations intermodales, une forte communication en faveur de ce moyen de transport qui ne bénéficie pas a priori d'une excellent image, serait par ailleurs à envisager
  • Encadrer le marché foncier

    François Spanagle - 25 Septembre 2017 - 18h39
    Le marché du foncier et l'un der principale vecteur de l'étalement urbain aujourd'hui. Ce dernier n'a cessé de favorisé la voiture au dépens des autres modes dans des espaces peu dense, très spécifique, et disons le extrêmement laid.

    Il est plus que nécessaire de re-dynamiser nos centre villes, véritables espaces ou peuvent coexister plusieurs modes, en encadrant le marché du foncier en péri-urbain. Il faut faire une lois globale de taxation sur les espaces commerciaux, qui comprend la surface, l'éloignement du centre-ville, mais aussi la surface du parking. Afin de financer la rénovation des centre urbain, la mixiter fonctionnelle, et la pluralité des modes de transport.
  • Réduire fortement la publicité sur la voie publique

    SOFIA mobilité - 25 Septembre 2017 - 12h38
    La France possède des paysages superbes qui attirent des millions de touristes. Mais cet environnement est gâché par le spectacle hideux qu’offre nos entrées d’agglomération (panneaux publicitaires 4x3, enseignes agressives, etc.).

    Il faut sortir de cette situation qui produit sur la voie publique périphérique ce paysage laid et très peu incitatif à la pratique de la marche ou du vélo.

    Actuellement les agglomérations les plus vertueuses élaborent avec difficulté de nouveaux Règlements Locaux de Publicité (RLP), alors que de nombreuses villes ne font même pas respecter les leurs, parfois vieux de plus 30 ans.

    Il faut donc se pencher sérieusement sur la question et envisager un règlement national qui limite la surface des publicités à 1 mètre sur 2 au lieu de 4x3 actuellement.

    En régulant ainsi, on obtiendra un paysage plus éclairci qui favorisera la mobilité cyclable et piétonne, et les messages publicitaires resteront tout aussi efficaces.
  • Les bus doivent être impérativement en site propre

    Marie-Florence Chabbal Ton - 23 Septembre 2017 - 18h21
    S'il y a de la place, les bus ont un couloir de bus large pour vélo/bus/taxis. Pas de parking le long des couloirs de bus

    S'il n'y a pas de place, il faut interdire la voirie aux heures de pointe (7h-10h et 16h30-19h30) à tous véhicules sauf transports collectifs, vélo, taxi, covoiturage à +3 personnes.
  • voies cyclables

    stephane - 23 Septembre 2017 - 09h49
    Créer plus de voies cyclables dédiées et surtout penser le vélo comme un mode de déplacement. Cela implique des voies continues et non des bouts de trottoirs de-ci de-la. Cela implique aussi une gestion du réseau et de l'entretient comme pour les routes. Peut être créer 1km de piste pour 1km de route.
    Modifier les normes pour augmenter la largeur des pistes cyclables souvent trop étroites.
    Peut être créer des voies cyclables le long des autoroutes de nos banlieues parisiennes séparées par une barrière verte, ceci pour permettre le développement du vélo non seulement dans Paris mais aussi pour les déplacements banlieue-Paris à vélo.

    Laura G - PAA
    La Finlande a créé des pistes cyclables de part et d'autre de quasi toutes ses routes nationales et départementales afin de favoriser la pratique du vélo. Même avec le climat finlandais, la part modale du vélo atteint 20% ! Comme quoi, tout est possible...
    • Pas d'accord
      0
  • Favoriser les modes doux

    JeromeB - 22 Septembre 2017 - 21h24
    D’une manière générale, il faut absolument favoriser les modes doux et rendre l’usage de la voiture difficile : 
    — imposer pour chaque nouvelle construction des emplacements vélos facilement utilisables et sécurisés (pas un local pourri en sous sol) en nombre suffisant (un PAR personne minimum : une famille de 4 doit avoir 4 emplacements)
    — pour chaque rue/avenue/boulevard, etc. EXIGER qu’une PISTE (pas voie) cyclable soit également construite
    — limiter très fortement le stationnement dans l’espace public
    — imposer la construction de stationnements vélos à de très nombreux endroits (1 place de stationnement auto = 8 places de stationnement vélo)
    — imposer un nombre minimal de rues piétonnes
    — diminuer drastiquement l’espace de voirie disponible à l’automobile
    — imposer, pour l’ancien, la création de stationnements vélos, à l’extérieur si nécessaire pour chaque immeuble
    joëlle
    C'est encore plus vrai en milieu rural, où il n'y a pas de piste cyclable la plupart du temps, d'un village à l'autre ou des villages jusqu'à la ville. En montagne les routes sont dangereuses pour les vélos. Aucune route ne devrait être rénovée sans y inclure une piste cyclable.
    • Pas d'accord
      0
    JulietteD
    Tout à fait d'accord (avec les deux) - relier à vélo le village voisin qui abrite boulangerie et gare (!), pourtant situé à quelque kilomètres seulement est découragé par une route sinueuse et étroite où le relativement faible passages de voitures les rendent d'autant plus dangereux (vitesse, conduite hors-voie). Pour ce qui est de place de stationnement vélo, le Royaume-Uni fait bien mieux en la matière (on en trouve à tous les coins de rue et tous les endroits stratégiques: supérettes, poste, cinéma etc) et c'est très encourageant au quotidien de savoir qu'on n'aura pas à chercher des heures un lampadaire ou une pauvre grille pour faire l'affaire...
    • Pas d'accord
      0
    Jokandjog
    pour une vrai politique de déplacement doux, souvent les pistes cyclables en ville sont utiles pour les statistiques mais inutilisables car non sécurisées, non entretenues ou squatter par les autos ou moto
    • Pas d'accord
      0
  • Limiter les déplacements par l'habitat

    liop - 22 Septembre 2017 - 15h38
    Beaucoup de monde veut le confort d'une maison avec jardin et se plaint ensuite des embouteillages sur les routes. On pourrait favoriser l'habitat en zones denses plutôt qu'en lotissement, favoriser les locataires par rapport aux propriétaires pour que chacun puisse habiter au plus près de son nouveau travail, et limiter ainsi les besoins en déplacements motorisés.
    JulietteD
    AirBnB n'aide pas vraiment à aller dans ce sens-là...
    • Pas d'accord
      0
  • Intégration d'un critère environnemental dans le calcul des dotations aux collectivités

    Cycy - 22 Septembre 2017 - 14h38
    L'Etat pourrait moduler les dotations aux collectivités en fonction de la politique environnementale des collectivités, avec majoration pour les communes favorisant :
    les zones de rencontre
    l'extension du réseau cyclable
    la sécurité des déplacements
    la densification des centres urbains
    la limitation de l'étalement urbain
    le renouvellement urbain (sur friche pourquoi pas sur les routes!)
    ...
  • Urbanisation

    Cycy - 22 Septembre 2017 - 11h40
    La source première de l'augmentation des trafics motorisés est l'étalement urbain.
    Il convient de manière urgente de revoir les règles d'urbanisme pour limiter les besoins en déplacements longue distance :

    -Supprimer la règle de stationnement minimal par logement construit dans les documents d'urbanisme. Plutôt limiter le nombre de stationnement par immeuble construit, dans tous les cas inférieur à 1 place par logement (plutôt réserver les places aux foyers prioritaires, exemple Londres).
    -Durcir la loi SRU qui conditionne l'urbanisation à l'existence de réseaux de transport (donc geler l'urbanisation dans les territoires ne disposant pas de ces réseaux).
    -Construire en priorité dans les centre ville donc inciter au renouvellement urbain (pour cela adopter une nouvelle loi favorisant une gouvernance responsable, l'intercommunalité et la fusion des trop nombreuses communes)
    Perrine Richard
    Proposer aux collectivités de réaliser des logement semi-collectif tel que cela existe depuis les années 70 en lieu et place du pavillonaire qui ne favorise ni les transport ni l'entreaide sociale !
    • Pas d'accord
      0
    qcgqp
    Durcir la loi SRU, c'est rétablir la mesure de conditionnement de l'urbanisation qui était initialement prévue et qui a été supprimée par le Sénat
    • Pas d'accord
      0
  • Stationnement vélo dans les copropriétés et constructions neuves (logement & bureaux) par les PLU

    Edouard - 22 Septembre 2017 - 11h02
    Dans les grandes villes au moins, toutes dotées de PLU, un local vélo sécurisé devrait être rendu obligatoire dans toute construction neuve (logement ET bureaux), et dimensionné de la même manière que le nombre de place de parking voiture est encadré par des règles stricts (avec souvent un mini et un maxi en fonction du nombre de logements ou de la surface de bureaux), avec accès facile à la rue, arceaux métalliques ancrés au sol, ...

    On pourrait aussi simplifier les règles de majorité nécessaire à la création d'un local vélo dans les copropriétés existantes (de la même manière que les règles ont été simplifiées pour l'installation de bornes de rechargement pour les voitures électriques).
    gregoiresr
    Effectivement, une fois qu'on a décidé de prendre son vélo, on se rend compte de ces "petites" difficultés, qui sont le stationnement dans son domicile et à destination (travail, école, loisirs, commerces, etc.)
    • Pas d'accord
      0
    millepatte1
    certaines villes exigent 2 parkings pour un appartement F3 mais aucun parking vélo, même pour des appartements à quelques mètres d'une gare RER, une abération
    • Pas d'accord
      0
    eric
    Exact. Idem pour les deux-roues motorisés. Il manque de places sécurisées, à la fois à côté ou dans les logements et sur la voie publique.
    • Pas d'accord
      0
    Parlonsvelo78
    La règle que vous décrivez existe pour les habitations neuves depuis le plan national vélo de 2012, sauf qu'elle est inconnue, pas toujours rappelée à l'article 12 du PLU (voire sciemment oubliée) et l'application n'en est quasiment pas contrôlée. Idem pour les immeubles tertiaires à un seul propriétaire.
    • Pas d'accord
      0
  • Faire un travail de fond sur la répartition de la population à l'échelle nationale

    Positiveye - 21 Septembre 2017 - 22h03
    Les transports sont un problèmes, certes. Le fond du problème est que la France souffre d'une politique nationale menée durant les dernières années ayant conduit à une trop forte concentration des entreprises dans un nombre réduit de grandes villes. Bien que ce ne soit pas un exemple sur tout, l'Allemagne a une meilleure répartition des entreprises sur son sol. Peut-être mon propos donnera-t-il l'impression d'être idéaliste... Une gestion coordonnée en central par un gouvernement pragmatique, supporté en local par des équipes pragmatiques ayant une vision d'ensemble, pourrait permettre d'intensifier la répartition REELLE des pôles d'activités à travers la France. Cela aurait pour impact de mieux répartir les flux de personnes, ainsi que les financements des transports entre les régions/villes, limiter la désertification de certaines zones, et créer de l'activité économique indirecte.. et j'en passe. C'est un gros morceau, engageant bcp de parties prenantes... Est-ce seulement un idéal?
  • Solutionner les trajets école/maison

    Steph.B - 21 Septembre 2017 - 18h57
    Le constat est là: bouchons et problèmes de stationnement autour des écoles. Pourtant les enfants sont censés aller dans leur école de quartier ou collège de secteur.
    Malus écologique pour ceux qui contournent la carte scolaire ou font le choix du privé de façon volontaire.
    Bonus écologique pour ceux qui vont à leur école à pied.
    Mettre des stationnement pour les vélos, trottinettes... dans les écoles élémentaires.
    Développer l'autonomie du déplacement à pied pour les enfants se rendant à l'école:
    -sécuriser les routes d'accès
    - inciter à l'accompagnement collectif par un adulte: déplacement type pédibus ( emplois municipaux, contrats civiques...)
    - éduquer au déplacement à pied (bénéfice pour la santé...)
    - sécuriser les parents pour qu'ils osent laisser leur enfant (mise en place dans les écoles d'une alerte SMS par l'équipe si l'enfant n'est pas arrivé....mais il faut des secrétaires dans les écoles pour cela. Cercle vertueux : plus ils sont nombreux, plus ils sont en sécu.
    millepatte1
    éduquer également au déplacement en vélo
    • Pas d'accord
      0
    vchiu
    Pourquoi un malus pour le choix du privé ? Si le privé est plus proche que le public, que fait-t on ? Mes enfants prennent le RER pour aller à l'école. Est-ce un souci ?
    • Pas d'accord
      0
  • assoir la fiscalité locale sur l'emprise au sol

    pierre - 20 Septembre 2017 - 14h22
    le rendement des TC est d'autant plus important que la ville est dense
    aujourd'hui, la taxe d'habitation et le foncier bâti sont assises sur les sufaces habitables. Que l'on habite dans 100 m2 sur un terrain de 1000 m2 ou que l'on soit dans un immeuble de 10 étages.
    or les effets du mode d'occupation de l'espace ne sont pas les mêmes dans les 2 cas.

    assoir la fiscalité local sur l'emprise au sol permettrait d'avoir un effet incitatif sur les programmes dense et dés incitatif sur les saloperies de lotissements en second et troisième couronne.

    non mais.
    Edouard
    En accord avec cette proposition. Une piste pour la taxe d'habitation ? Attention, ça ne peut pas être fondé uniquement sur ce facteur. Les habitants des zones denses seraient très peu taxés, or ce sont aussi ceux qui bénéficient le plus des dépenses de la ville (transports, mais aussi culture, propreté, ...). Même si un travail de pédagogie est à faire pour expliquer en quoi, même si on habite éloigné du centre, qu'on roule en voiture individuelle, et qu'on paye sa taxe d'enlèvement des ordures ménagères, on est quand même source de (sur)coût pour la collectivité : entretiens des réseaux (route, eaux usées, eau potable, ...), frais de ramassage scolaire, ... d'autant plus élevés que la densité est faible.
    • Pas d'accord
      2
    vchiu
    C'est déjà le cas actuellement. Les taxes locales sont beaucoup plus élevées dans les villes pavillonnaires, simplement parce que les charges sont à répartir sur un nombre proportionnellement plus faible de foyers. De toutes façons, la France a l'une des plus forte taxation foncière d'Europe et ce n'est pas pour autant que ses TC sont plus performants. Le problème réside plutôt dans le coût très faible des Transports individuels et celui très élevé des TC pour des raisons déjà abordées ailleurs.
    • Pas d'accord
      0
  • Faire des vrais éco-quatier

    Zveta - 20 Septembre 2017 - 12h43
    La mode est aux éco-quartiers... Mais quand on creuse, le principe d'éco-quartier se révèle souvent n'être pas respecté : un éco-quartier, ce n'est pas que des petits immeubles colorés avec un touche de bois et des récupérateurs d'eau de pluie, c'est un quartier où la voiture est très peu présente, avec les commerces au sein du quartier, des voies cyclables et piétonnes et de TC qui les relient au centre ville et aux bâtiments administratifs, c'est un quartier accessible à tous (mobilité mais aussi au niveau des loyers) pour permettre de se rencontrer, un quartier qui laisse la place au végétal, aux mode de déplacement doux, aux énergies renouvelables locales...
    Perrine Richard
    Et arrêter de proposer des éco-quartier dont le seul moyen d'accès est la voiture ! pour avoir le label, il faudrait assurer le lien aux transports en communs
    • Pas d'accord
      0
    titinawack
    Ouuui, un accès au travail et aux commerces via bus, métro ou vélo systématique avant de vendre la parcelle de l'adjoint au maireen charge de l'urbanisme!
    • Pas d'accord
      0
  • un ville plus intégrée et sans voiture

    ClémentM - 19 Septembre 2017 - 23h43
    mettre en avant de nouvelles règles d'urbanisme, afin que les résidents puissent profiter de tous les services de la ville dans le périmètre autour de leur habitation, et limiter les grands déplacements: travail, commerces, loisirs, bars, parcs... en un mot: mieux intégrer la vie des résidents dans le quartier, et faire davantages de rues piétonnes. celles-ci favorisent une ambiance conviviale, et les chaussées peuvent être remplacées par du mobilier urbain (terrains de pétanque, bancs, jeux pour enfants...).
    Pour chasser ainsi les voitures du centre ville, il faut construire des parkings en périphérie, où les citadins peuvent accéder rapidement, et garer leurs voitures pour un coût raisonnable sur de longues périodes.
  • penser globalement la vie des résidents

    Zab - 19 Septembre 2017 - 17h19
    Essayer de faire des lieux de résidence des lieux de vie et de travail plutôt que de segmenter l'urbanisme entre zones industrielles ou commerciales et zones résidentielles. Soutenir les entreprises et commerces qui s'y établissent , ainsi que dans les centres villes en voie de désertification, prévoir les dessertes pour faciliter les déplacements dès la création de quartiers ou leur réhabilitation.
    millepatte1
    la création de zones commerciales en périphérie des villes se paye cher en termes de transport, elles sont souvent pas ou mal desservie par les transports en commun et peu accessible à pieds ou en vélo. Elle contribuent à la désertification des centres villes ce qui rend difficile la vie sans voiture.
    • Pas d'accord
      0
    Jokandjog
    Vous avez raison, à l'ère du télétravail, le salariat se concentre dans les métropoles. Il existe de nombreuses villes moyennes qui pourraient accueillir plus de population si on se donnait comme objectif à court terme de favoriser "la mobilité des flux numériques" grâce à la 4(5) G et si le train était réhabilité car de nombreuses voies existent encore.
    • Pas d'accord
      0
  • L'ère numérique...

    Le ministère - 15 Septembre 2017 - 18h59
    Plutôt que d'améliorer la mobilité, ne faut-il pas en limiter le besoin? Les métropoles sont saturées tant sur les routes que dans les transports collectifs, elles ne seront pas en mesure de supporter une augmentation continue des déplacements à long terme. La relation entre le bureau et l'emploi doit évoluer à l'ère numérique: télétravail, bureau en libre service dans chaque quartier etc...
    Johan DELAHAYE
    Mixité de l'aménagement : Les rénovations urbaines et les créations de nouveaux quartiers/villes doivent se faire avec des quotas de logement/emplois/services à respecter. Interdire la construction de nouvelles zones mono-catégories (zones industrielles, zones commerciales, zones résidentielles) qui imposent des mobilités pendulaires stériles.
    • Pas d'accord
      0

J'ajoute ma contribution

La concertation des Assises Nationales de la mobilité est désormais clôturée.

Back to top