Pour un fond vélo national : le président doit tenir sa promesse

La ville à vélo - 07 Novembre 2017 - 21h20
Parmi les promesses de campagnes du candidat Macron sur le site (lien supprimé), on trouve :
1) Participer au financement des aménagements cyclables en collaboration avec les villes, dans le cadre d'appel à projet "territoires cyclables"
2) Finaliser les itinéaires EuroVelo français (horizon 2020) et mettre en œuvre le schéma national des véloroutes et voies vertes à (horizon 2030)
3) Rendre systématique l'apprentissage de la mobilité à vélo à l'école primaire
4) Abaisser la vitesse maximale de référence à 30 km/h en ville (le maire pouvant par arrêté maintenir le 50 km/h sur les axes principaux)
5) Augmenter le plafond d'exonération de l'Indémnité Kilométrique Vélo jusqu'à 385€ par an

La rentabilité socio-économique des aménagement cyclables est largement supérieure à celle des projets routiers : le seul impact santé suffirait à rendre un fond national dédié au vélo rentable.
Il est temps que l'état prenne acte de la pertinence du vélo et y consacre un budget comme promis.
La ville à vélo
Cet avis est dans "la question "investir dans les transports" car, contrairement aux dépenses "de désenclavement" dans les autoroutes, les dépenses dans les infrastructures cyclables sont plus que compensées par des baisses des coûts publics dans les domaines de la santé, des autres transports, de l'urbanisme, etc !
  • Pas d'accord
    0
Back to top