Mobilités plus solidaires : réduire les fractures sociales et territoriales

Qu’avez-vous à proposer sur ce thème ?

Ajouter ma contribution
  • Repenser l'aménagement du territoire...

    pierre2 - 12 Décembre 2017 - 03h04
    Cela a peut-être déjà été dit. Il est vain de continuer à développer les métropoles. Cela tend les prix immobiliers, complique les déplacements, augmente la pollution, et fracture les territoires. Il faut donc miser sur les villes moyennes. Y développer l'emploi (mesures fiscales ?), le logement, les services publics, les commerces. Pour rééquilibrer la présence humaine, aujourd'hui trop focalisée sur Paris, Bordeaux, Lille, Marseille, Lyon...
  • Mobilités solidaires

    thie78 - 11 Décembre 2017 - 23h21
    Je demande la suspension de tous les projets de lignes TGV en cours et le renoncement à lancer de nouveaux projets, en raison du coût énorme de ces investissements et de la vision économique induite centrée sur les facilités de déplacement accordées aux dirigeants de sociétés. Cela empêche la SNCF d'investir ailleurs sur des projets qui faciliteraient la vie des gens dans la pauvreté.
    Le territoire est suffisamment maillé par le TGV pour que le développement économique ne patisse pas de telles décisions.
    Cordialement
  • Libérer les espaces publics à proximité des HLM

    AITF - 11 Décembre 2017 - 16h30
    Objectif : revoir les modalités d’application de la loi de lutte contre les exclusions (1998), qui, en dissociant les loyers du stationnement et du logement, a contribué à une sous-utilisation massive des parkings des bailleurs HLM et à saturer les espaces publics voisins, nuisant à la mobilité des piétons et cyclistes.
    • Ouvrir une réflexion avec les bailleurs sociaux sur l’absence de lien entre loyers des logements et des places de stationnement dédiées (article L442-6-4 du code de la construction et de l’habitation).
    • Envisager un lien entre la possession de voiture et la possibilité de résilier le bail pour la place de stationnement (ou ne pas en prendre) : lien avec le fichier des cartes grises?
  • Expérimentation de covoiturage partiellement subventionné par la Région

    pseudonyme - 10 Décembre 2017 - 12h13
    Créer une application qui mutualiserait tous les services de covoiturage en ligne en partenariat avec eux.
    L’application est limitée au département pilote en parallèle des services de transport commun pour en étudier le succès et aux 15-25 ans, population la plus demandeuse et la plus pénalisée.
    L’application est proposée et téléchargée via le site transports publics de la RÉGION pour tous les 15-25 ans et lors des inscriptions pour tous les scolaires de plus de 15 ans.
    Paiement par carte (avec autorisation parentale pour les mineurs de 15 à 18 ans).
    Chaque demande de covoiturage est facturée 1euro10 comme un trajet bus à l’utilisateur, la différence est payée au site de covoiturage par la région.
    Nous comptons sur l’effet boule de neige pour augmenter le parc des transporteurs avec l’assurance d’avoir des compléments de revenus réguliers et un paiement sans risque, la traçabilité et la sécurité qu’elle amène tant au niveau du transporteur que du véhiculé.
    Re-création du lien social
  • L'autostop sécurisé en milieu rural, plutôt que le covoiturage trop confidentiel, car trop contraignant

    Ric3264 - 08 Décembre 2017 - 18h44
    Bonjour,
    Les nouvelles technologies permettent d'envisager la généralisation de l'autostop en permettant sa sécurisation.
    Il faut mener de front:
    - la mise en place étudiée d'aires d'auto-stop équipés (garage à vélos...) et en liaison intermodales avec les pistes cyclables, les arrêts de bus:
    - en bordure des voies peu circulées
    - à proximité mais en dehors des voies davantage circulées;
    - inciter les chauffeurs à rester connectés avec une application smartphone de type KAROS ou OUIHOP afin d'être toujours disponibles en les améliorant par la mise en place de commandes vocales pour libérer le chauffeur de toute contrainte d'inscription ou de déclaration préalable de son itinéraire à venir.
    Il faudrait légiférer pour contraindre chaque collectivité à assurer la mobilité pour tous ceux qui n'ont pas la possibilité de conduire une voiture, en fixant une obligation de calendrier de "mise en mobilité", à l'exemple de la loi sur l'accessibilité de 2015 pour les ERP.
  • Pour aider les territoires ruraux

    blugat - 08 Décembre 2017 - 10h05
    Les territoires ruraux sont les grands sacrifiés des projets de développement et particulièrement dans les transports. Au lieu de faire la course au toujours plus vite entre les "pôles urbains", il faudrait maintenir et sécuriser les TER et les Intercités, puis rouvrir des lignes existantes pour développer le maillage du territoire y compris pour le fret. Il ne faut pas perdre de vue que la rénovation coûte beaucoup moins cher et qu'il faut faire des économies... Aussi il faudrait consulter la population pour les grands projets et autres qui la concernent, pour atténuer le sentiment d'abandon qui favorise les votes pour les extrêmes.
  • Contribution issue de l'atelier assises de la mobilité des députés LREM Haute-Savoie, Savoie et français de l'étranger

    Alexis Cintrat - 07 Décembre 2017 - 11h11
    • Accepter le coût du transport et se focaliser sur l’offre.
    • Lever les contraintes législatives ne permettant pas de faire des arrêts de bus des endroits relais.
    • Donner les moyens au co-voiturage de se développer.
  • L'éducation - Premier rempart aux fractures

    Cap au Nord Entreprendre - 07 Décembre 2017 - 10h40
    Le premier rempart aux fractures sociales et territoriales est, comme toujours, l'éducation. Pour Cap au Nord Entreprendre, l'éducation nationale doit inclure dans ses programmes un volet "savoir identifier et utiliser les transports en commun" en s'appuyant sur les structures de proximité à vocation sociale".
    2.5 points du chômage sont liés à la mobilité. Ce chiffre est loin d'être négligeable et encourage la réflexion pour mettre en place des actions dès le plus jeune age.



  • Fractures sociales et territoriales - Marseille Nord, un exemple emblématique

    Cap au Nord Entreprendre - 06 Décembre 2017 - 17h04
    Dans les territoires Nord de Marseille, la fracture est davantage territoriale. Cap au Nord Entreprendre s’investit pour améliorer les conditions de mobilité des 250 000 habitants et des 85 000 salarié-e-s qui peinent chaque jour à atteindre leur domicile, les services administratifs mais aussi les portes de l’entreprise.
    En réduisant la fracture territoriale, c’est bien la fracture sociale qui s’efface. En effet, l’accès aux services publics, aux entreprises, aux biens et aux services en général génère indubitablement une amélioration du cadre de vie De plus, un vrai projet pédagogique doit être porté par l'Education Nationale qui doit éduquer à la mobilité ( la sociabilité du voyage est bien acquise et non pas innée).
    Aussi, les AOMD et les opérateurs publics de mobilité se doivent de fournir un service fiable attractif qui peut aussi reposer sur un modèle hybride privé/public (avec des appli innovantes de copiétonnage, de transport à la demande, etc.).
  • Des smart cities, offrant flexibilité et inter-connectivité entre les différents modes de transport

    Automobile Club Association - 06 Décembre 2017 - 14h47
    Une approche des déplacements selon le concept des "smart cities" (sans exclusion de la voiture) permettant des solutions de mobilité offrant choix, flexibilité et inter-connectivité entre les différents modes de transport.
    Il faut :
    - Développer des systèmes de gestion du trafic en temps réel (signalisation variable, parkings intelligents, paiement stationnement à distance…), de logistique urbaine (itinéraires PL, livraison...)
    - Promouvoir le développement du covoiturage par des outils à la portée de tous.
    - Coordination des acteurs de la mobilité (service public, sociétés, start-up…) pour créer des outils de gestion de la mobilité locale et régionale (centre ou portail de mobilités…).
    - Exploiter l’open data des transports pour organiser avec l’aide des nouvelles technologies une mobilité intermodale simple d’utilisation.
    - Développer les programmes innovants de formation de tous les usagers permettant conduite et cohabitation responsables.
  • Faire ses courses à proximité, au même tarif qu'à 60km

    Isabelle Pascal - 06 Décembre 2017 - 04h24
    Nos centres-ville disposent (dans le meilleur des cas) de superettes, avec un choix limité, des tarifs peu attractifs, incitant à se déplacer en masse vers les hyper grands centre commerciaux, éloignés et accessibles donc aux seuls propriétaires de voitures, plombant les finances des autres.
    On peut imaginer des magasins en centre ville (rendu accessible par TC), avec stock mimimal ( 1 à 5 exemplaires de chaque objet), produits frais locaux. On choisirait un article en approchant son téléphone et en validant la commande. La livraison pourrait se faire à domicile. Les tarifs doivent être identiques à ceux trouvés dans les grands centres. Le paiement pourrait se faire en ligne. Seule la "livraison immédiate" serait sujette à taxe supplémentaire. Un transport collectif des denrées ou autres objets pourrait être quotidien à destination de la commune adhérant à ce projet. La commune pourrait éventuellement être mise à contribution pour ce service de transport, ou l'organiser.

  • véhicule modulaire

    Isabelle Pascal - 06 Décembre 2017 - 04h00
    inventer un véhicule qui dissocie traction et habitacle.
    Une traction "locomotive des routes" développée par nos constructeurs automobiles, avec plateforme inter-active et connectée, permettant un transport en commun optimisé, un habitacle privatif "mni-wagon" avec ancrage rapide et sûr à la locomotive.
    Solution idéale pour les personnes qui ne conduisent pas, moins chère que l'achat d'une voiture, qui peut s'adapter aux inventions de traction propres au fil du temps.
  • « Moins de voitures individuelles, plus de solidarité entre habitants »

    Evreux Nature Environnement - 05 Décembre 2017 - 17h07
    Nos propositions
    Réserver des places parking sur les zones commerciales avec station de bus pour permettre les déplacements dans et à travers la ville en bus.
    Organiser les transports en commun en partenariat avec les entreprises et sous la responsabilité financière de celles-ci. 
    Gratuité de tous les transports en commun pour les binômes, personnes agées ou handicapés accompagné par une personne valide.
  • accès aux services de proximité essentiels

    Démocratie - 04 Décembre 2017 - 21h54
    Je ne crois pas qu'il puisse y avoir un accès de tout à tous.
    Cette volonté est illusoire. Les lieux d'habitat sont des choix de vie.
    Ville urbaine = services, culture, dynamisme bruits
    Ville bourgs = tranquillité, quelques services
    Il y a néanmoins certains services nécessaires : médecins/pharmacie , éducation/écoles, alimentation, vie associative. Ces éléments sont à répartir dans tous les lieux de vie majeurs, du quartier de ville aux bourgs centres.
  • ne plus délocaliser

    adsg - 04 Décembre 2017 - 10h41
    Ne pas délocaliser les emplois, services publics et centres de santé loin des zones d’habitat
    abribus et trottoirs pour les accès aux arrêts TC
  • Rural, jeunes, filles, centrales et plateformes de mobilité, voiture partagée, apprentissage du permis de conduire

    CESE ADT - 01 Décembre 2017 - 12h11
    La difficulté à se déplacer est accrue pour les jeunes ruraux.ales qui n’ont pas leur permis et notamment les filles, qui font moins d’autostop. Le Conseil économique, social et environnemental (CESE) préconise : la mise en place de centrales de mobilités favorisant covoiturage et autopartage, de plates-formes de mobilité mettant à disposition des véhicules 4 ou 2 roues si possible électriques prêtés ou loués à bas coût ; l’apprentissage du code de la route et du permis de conduire dans certaines structures en charge des jeunes ; d’aller vers la prise en charge financière des transports en communs pour les jeunes ruraux.ales là où elle n’est pas encore mise en œuvre.
  • Pour une approche temporelle de la mobilité

    Tempo Territorial - 30 Novembre 2017 - 16h15
    Tempo Territorial propose plusieurs pistes d’actions ou de réflexions, s’appuyant sur l’expérience de ses membres :
    -Structurer l'aménagement temporel du territoire : réinterroger le zonage fonctionnel, analyser le territoire en fonction des temps d'accès, ajuster les infrastructures et la vitesse autorisée en fonction des temps d'accès souhaités ;
    -Optimiser l'offre de transports en l'adaptant aux pratiques et besoins des usagers dans le temps : Rendre attractive l’offre de TC (temps de déplacement performants, horaires et fréquences adaptés aux rythmes de vie et aux pulsations du territoire) ; améliorer la coordination temporelle entre réseaux de transports; étaler des flux ;
    -Adopter l'offre de mobilité à la diversité des rythmes de vie actuels : offrir aux usagers un « bouquet de services de mobilité » qui corresponde à leurs pratiques réelles.
    Retrouvez la totalité de notre contribution : (lien supprimé)
  • Encourager la mise en accessibilité des réseaux de transport pour tous les handicaps et l’usage de solutions alternatives

    Groupe RATP - 29 Novembre 2017 - 21h53
    suite de la réponse :
    La RATP propose :
    - d’étudier une extension des financements publics aux autres travaux que ceux relatifs à l'accessibilité des seuls UFR pour traiter l'ensemble des handicaps (par exemple, pour RATP aujourd'hui, un programme d'investissement de plusieurs dizaines de M€ comme Equisens est financé uniquement sur fonds propres RATP alors que la mise en accessibilité des gares pour les UFR est co-financée).
    - de demander aux GART d'intégrer dans les exigences des AO les certifications type S3A / Handéo ;
    - de mettre en place une carte d’accès au transport en commun permettant de s’assurer que l’équipement utilisé (fauteuil, scooter. est compatible avec le mode de transport public utilisé ;
    - de donner son effet à la loi sur l'accessibilité numérique en publiant le décret relatif à l'article 106 qui oblige les entreprises délégataires de service public à avoir des sites internet accessibles (c'est le cas du site RATP).
  • Encourager la mise en accessibilité des réseaux de transport pour tous les handicaps et l’usage de solutions alternatives

    Groupe RATP - 29 Novembre 2017 - 21h52
    La RATP investit fortement pour permettre aux personnes souffrant de handicap d’utiliser ses réseaux et les niveaux d’accessibilité sont complémentaires entre les réseaux ferrés et de surface.La RATP a notamment massivement investi dans l’accessibilité des bus et des tramways. Pour les Utilisateurs de Fauteuil Roulant (UFR), cet effort doit être relayé et maintenu dans le temps par les collectivités territoriales en charge de la voirie.
    Odile Maurin
    Il faut surtout que la RATP se décide à rendre accessible son métro comme l'ont fait d'autres grandes capitales avec des métros aussi anciens. Par exemple Barcelone dans le métro est à 80 % accessibles pour les personnes en fauteuil roulant. On attend d'ailleurs toujours que la RATP rende public le rapport existant qui fait le point sur les possibilités techniques de mise en accessibilité du métro parisien pour chaque station avec le coût financier. L'obstination de la RATP à ne pas sortir ce rapport en dit long sur les possibilités qui existent. Il n'y aura pas de véritable égalité tant que les personnes handicapées, notamment celles en fauteuil n'auront pas droit à des transports rapides comme le métro.
    • Pas d'accord
      0
  • non à la lgv, oui au maintien du réseau existant

    karenla - 28 Novembre 2017 - 12h52
    la nécessité de maintenir le réseau existant en le modernisant et en le sécurisant pour assurer des transports du quotidien desservant aussi bien les villes que les zones rurales. Ce sont les TER et les Intercités qui seul permettent cette mobilité et non les TGV sur LGV dont la vocation est de relier, sans s’arrêter, les métropoles entre elles ;
  • non à la lgv, oui au maintien du réseau existant

    karenla - 28 Novembre 2017 - 12h52
    la nécessité de maintenir le réseau existant en le modernisant et en le sécurisant pour assurer des transports du quotidien desservant aussi bien les villes que les zones rurales. Ce sont les TER et les Intercités qui seul permettent cette mobilité et non les TGV sur LGV dont la vocation est de relier, sans s’arrêter, les métropoles entre elles ;
  • Réduction ou gratuité pour les demandeurs d'emploi

    Françoise RICHARD - 26 Novembre 2017 - 18h27
    faire accéder,sans complication, à un tarif dégressif pour les demandeurs d'emploi sans devoir annuler son précédent contrat et donc de ne plus bénéficier d'autres transports inclus dans la carte originelle.
  • NON à la LGV Bordeaux-Toulouse OUI à la modernisation de la ligne actuelle

    wim1945 - 25 Novembre 2017 - 11h09
    On ne peut pas négliger les 92% d'avis négatif sur les 20.000 contributions à l'enquête publique , qui ont résulté à un « Avis défavorable », conclusion de l’enquête publique qui met en cause le fond du dossier et le manque de tenir compte avec l’étude sérieuse sur l’alternative de modernisation de la ligne existante et pour 4 fois moins cher et réalisable à court terme !

    Nous refusons le projet de ligne à grande vitesse :
    Projet inutile , ruineux et catastrophique pour l'environnement humain et naturel
    Nous soutenons la proposition alternative de modernisation de la ligne actuelle
    APNB
    Oui le réseau classique doit être rénové et entretenu, mais c'est la cours des compte qui veut réduire les TGV à la seule desserte des LGV. Le TGV doit être un train rapide comme les autres et permettre de desservir des villes grandes ou moyennes éloignées, comme cela était le cas au début de l'exploitation. La transversale sud fait partie des grands axes de transport de la France et doit compléter le réseau de LGV
    • Pas d'accord
      0
  • Le CODERAIL Montluçon propose :

    CODERAIL - 24 Novembre 2017 - 17h34
    Au vu de la position géographique du bassin de Montluçon situé aux confins de 3 Régions
    administratives (Auvergne-Rhône-Alpes, Centre-Val-de-Loire et Nouvelle Aquitaine),
    -Maintien du statut national des deux lignes Bordeaux-Montluçon-Lyon et Paris-Montluçon-Ussel-
    Le Mont Dore pour permettre l'accès à ces localités mais aussi l'accès aux autres dessertes en
    correspondance dans ces localités.
    -Mettre en place la prise en charge publique des coûts de transport scolaires et domicile/travail ainsi
    que la mise en place d’une tarification notamment ferroviaire plus accessible.
    -Ré humaniser les gares et les trains par la présence de personnels aux guichets et dans les trains.
    APNB
    Un train rapide Paris-Montluçon doit être maintenu sans changement à Vierzon (éventuellement par voitures directes sur un Paris-Limoges) et sans demi-tour par Bourges
    • Pas d'accord
      0
  • Rétablir une équité territoriale

    France Nature Environnement - 23 Novembre 2017 - 11h34
    Parmi les nombreuses actions à mettre en œuvre pour tenter de rétablir une équité territoriale, voici quelques pistes qui nous semblent aller dans le bon sens.
    - Donner aux Autorités Organisatrices de la Mobilité (AOM) des objectifs précis de déploiement de plateformes de mobilité solidaires offrant des services mutualisés (conseils en mobilité, covoiturage, autopartage, transport micro-collectif pour publics précaires, apprentissage de la pratique du vélo…) ;
    - Revenir à la TVA à 5,5% pour les transports collectifs de voyageurs pour accroitre la capacité financière des Autorités Organisatrices de la Mobilité… ;
    - Maintenir, voire développer les tarifications incitatives (sociales, travail, ...), permettre l’accès des TGV et TET (trains d’équilibre du territoire) aux usagers du quotidien porteurs d’une tarification ou d’un abonnement régionaux .
  • aeroport de chateaudun

    alain bonolas - 23 Novembre 2017 - 09h18
    le developpement civil de l'aéroport de chateaudun peut désenclaver l'eure et loir
    servir l'économie locale avec le pole pharma et la cosmétic valley
    aider à la mobilité touristique des habitants et développer le tourisme vers la vallée des rois, vallée dela loire
    grace à lanouvelle ligne de train chartres- chateaudun - tours, la facilité d'accés routier, la réduction des temps de transport et la richesse économique sont des garanties de succés
    aidons à la bonne mise en place de cet aéroport qui existe déjà et qui ne demande que sa valorisation civile
    bon envol
  • Repeupler les campagnes par le développement des transports en commun gratuits , des services et une ambiance conviviale

    kalinka - 23 Novembre 2017 - 02h10
    Madame , Monsieur ,
    Pour réduire les fractures sociales et territoriales , il faut repeupler les campagnes .Pour ce faire ,le développement des transports en commun gratuits , la présence de services , de commerces , l'accès à la culture sont indispensables . Ceci étant pour attirer des personnes issus de tous les milieux sociaux et de tous les pays, des entreprises françaises et étrangères respectueuses de l'environnement , il faut aussi, au passage , remettre en cause l'attitude de certains élus locaux et certains agents publics qui impulsent une ambiance délétère en causant des tracasseries à des habitants , en les discriminant , en portant atteinte à leurs libertés car cela contribue aussi à la désertification du territoire et redonner l'envie de vivre en milieu rural et de rester à ceux qui viennent .
    Vous remerciant pour la mise en place de ces assises , je vous prie d'agréer , Madame , Monsieur , l'expression de mes salutations distinguées .
  • Une gestion au niveau national du transport ferroviaire

    kalinka - 23 Novembre 2017 - 01h48
    Madame , Monsieur ,
    Pour réduire les fractures sociales et territoriales , je pense qu'il faut gérer le transport ferroviaire au niveau national car la gestion régionale s'avère plus coûteuse et aussi discriminante .Actuellement d'ailleurs , les personnes vivant dans les territoires ruraux subissent une discrimination territoriale car ce sont celles qui déja bénéficient de moindres services et qui ,paradoxalement ,disposent aussi de moins de transport en commun entres autres par rail alors qu'elles en ont pourtant le plus besoin . Il y a également des ruptures lorsque l'on passe d'une région à l'autre .
    Vous remerciant pour la mise en place de ces assises , je vous prie d'agréer , Madame , Monsieur , l'expression de mes salutations distinguées .
  • gratuité et développement des transports en commun notamment du rail en mileu rural et mise en accessibilité

    kalinka - 23 Novembre 2017 - 01h28
    Madame , Monsieur ,
    Pour réduire les fractures sociales et territoriales , je propose :
    1) d' instaurer la gratuité des transports collectifs et les développer en milieu rural en privilégiant le rail en augmentant les dessertes et horaires , en rétablissant les trains de nuits , en rouvrant les gares et en entretenant les lignes , en construisant de nouvelles.
    2 ) de multiplier également les transports collectifs gratuits pour les déplacements dans le village et inter village.
    Cela permettra d' attirer des touristes de tous les coins de France et du monde entier . Au passage , actuellement les touristes ne peuvent pas découvrir le patrimoine des villages y compris classés parmi les plus beaux de France faute de transport en commun .
    3 ) de rendre tous les transports en commun accessibles .
    Vous remerciant pour la mise en place de ces assises , je vous prie d'agréer , Madame , Monsieur , l'expression de mes salutations distinguées .


  • Pour du transport à la demande zonal, et du covoiturage intégré à l'offre de transport public

    Stéphane Coppey - 22 Novembre 2017 - 18h08
    Communiquer tous azimuts sur l’offre de transport public, notamment via des centrales de mobilité régionales, confédérées le cas échéant à l'échelle nationale, et surtout relayées par une multitude d'initiatives privées exploitant les données publiques de transport (open data)
    Développer les services de transport à la demande de type zonal, articulés sur les principaux pôles d'intermodalité
    Constituer, ou renforcer, des lignes de transport collectif (TC) par du covoiturage organisé, avec suivi temps réel des véhicules, paiement des covoiturés au tarif TC et rétribution du covoitureur
    'mobilité-courante'
    C'est exactement l'agenda que s'est donné le club national pour la "mobilité courante" (comme l'eau courante).L'avantage des systèmes intégrés comme le SISMO de l'Oise est qu'is sont construits pour intégrer progressivement les "nouvelles mobilités". Le moment n'est-il pas venu d'une large diffusion des exemples existant, de leur évaluation, permettant aux acteurs dees bassins de vie de les reprendre avec adaptation aux situations locales?
    • Pas d'accord
      0
  • FERROVIAIRE – NANTES-BORDEAUX, L'OFFRE DOIT ETRE AUGMENTÉE

    APNB - 20 Novembre 2017 - 12h01
    Le rapport INEXIA de 2010 commandé par les régions et département concernés envisageait une modernisation complète de la ligne, avec l'objectif de la rendre plus compétitive, l'étude dévoilait que le trafic potentiel de l'époque (supérieur au trafic actuel) pouvait être multiplié par 2 à 2,5 sur pratiquement toutes les destinations.
    Après les travaux prévus en 2019-2020 il est indispensable de réduire les temps de parcours et d'augmenter l'offre.
    Renforcement de la desserte des Intercités avec un cadencement aux 2 heures (5 à 6 AR / jour) et le rétablissement de quelques prolongations vers Rennes (rapport Duron) Quimper et Irun, redonnant à cet axe son rôle de drainage de l'Arc Atlantique.
    Augmentation du nombre des TER Nantes-La Rochelle (1 AR actuellement) avec le rétablissement des arrêts à Marans et Velluire (Fontenay-le-Comte à 12 km), voire d'autres arrêts pour desservir le sud Vendée et la banlieue nord de La Rochelle
    B Richard
    Je partage pleinement cette position ; l'indigence de la desserte actuelle sur une zone en croissance est un non-sens écologique.
    • Pas d'accord
      0
  • Respecter l'accessibilité de tous les transports

    Etienne Membrives - 18 Novembre 2017 - 13h36
    La loi du 11 février 2005 impose le principe de l'accessibilité en autonomie aux personnes en situation de handicap de tous les transports. Ce principe doit être concrétisé en pratique pour tous les transports publics, actuels et à venir. En particulier, le service disponible doit:
    - être équivalent au service pour valides: pas d'obligation d'enregistrement préalable, mêmes amplitudes horaires, mêmes dessertes;
    - être effectivement disponible: équipements d'accessibilité entretenus, redondants si nécessaire, et pannes considérées comme des interruptions de service;
    - s'appliquer à tous les transports: cette obligation doit s'appliquer à tous les modes, que ce soit les bus, les trains, trams, métro, mais aussi aux nouveaux transports ou ceux délégués: taxis, nouvelles mobilités.
  • Thème solidarité

    DL - 17 Novembre 2017 - 11h39
    Questions essentielles à prendre en compte prioritairement dans le choix des solutions, par ex. :
    - Un développement de transport collectif peut bénéficier à tout le monde alors que les personnes les plus vulnérables sont souvent celles qui subissent les désagréments de la voiture (pollution, bruit, …) et sont écartés financièrement de leurs "innovations techniques" (qui achète actuellement des voitures neuves ?).
    - Ne surtout pas céder au miroir d'une société robotisée ! Quelle que soit la solution technique la solidarité humaine doit rester essentielle. Quelle frange de population n'est pas en mesure de prendre un titre de transport sur une borne, ne peut pas réserver son itinéraire sur internet ?...
  • LE TRAIN PENDULAIRE PEUT AMELIORER LA PERFORMANCE DES LIGNES CLASSIQUES

    APNB - 17 Novembre 2017 - 11h11
    En France on oppose souvent le train pendulaire au couple LGV/TGV et on en déduit que le train pendulaire n'a pas d'intérêt. Mais en fait le train pendulaire serait très intéressant sur les lignes qui ne peuvent pas être doublées par une LGV, simplement parce que le trafic serait insuffisant pour justifier l'investissement. Au moment ou le train est fortement concurrencé par l'automobile, l'autocar, l'avion ses derniers arguments sont la vitesse et le confort. Le gain de vitesse en courbe est de 15 à 20% ce qui permet un gain de temps non négligeable qui pourrait s'ajouter aux gains apportés par une régénération des voies, ou d'autres modernisation.
    Cela peut concerner des lignes comme Paris-Clermont, Paris-Toulouse, Bordeaux-Marseille (si GPSO et LNMP sont abandonnés), Nantes-Bordeaux, Nantes-Lyon, Lyon-Bordeaux, Paris-Caen-Cherbourg … de quoi justifier l'achat d'un parc suffisant (SNCF ne voulant pas de petits parcs)
    ROYAN64
    Ajoutons qu'un de 15 à 20 % en vitesse donne un gain de 15 à 20 % en temps, donc proportionnel au temps de parcours initial, quelque soit la vitesse, même si celle-ci est faible. Par exemple, 20 % sur un trajet de 60 min c'est 12 minutes ; un petit quart d'heure donc sur des lignes sinueuses parcourues à des vitesses peu élevées
    • Pas d'accord
      0
  • EN FINIR AVEC LE DIKTAT DU CLASSEMENT UIC

    APNB - 17 Novembre 2017 - 10h40
    La loi impose à SNCF Réseau de ne plus entreprendre, sur son budget de maintenance, de travaux importants, dont les régénération de voies, sur les lignes classées UIC 7 à 9.
    Hors, ce classement dépend du tonnage roulant et avec la chute du transport de fret et l'allègement des matériels voyageurs bien des lignes sont passés dans cette catégorie.
    Le pire est pour les lignes frontières entre régions sur lesquelles il n'y a pratiquement plus de trafic TER. C'est ainsi que la ligne TET Bordeaux-Clermont a été interrompu pour cause de non maintenance entre Ussel et Clermont à la frontière de deux régions.
    Il faut donc que l'Etat remplace ce critère UIC par des critères tenant compte de l'aménagement du territoire et du maillage du réseau.
    Ceci permettrait à SNCF Réseau de prendre en charge, sur son budget, ces lignes en danger qui sont souvent passible de TET, en garantissant un indispensable maillage du réseau sans être soumis au financement des CPER, ne répondant pas à la même logique.
  • FERROVIAIRE – UNE GRAND PLAN DE PROGRES NECESSAIRE POUR NANTES BORDEAUX

    APNB - 16 Novembre 2017 - 18h43
    Connait-on en Europe deux grandes métropoles comme Bordeaux et Nantes aussi mal reliées par le rail. Seulement 3 AR quotidiens en presque 5 heures pour 375 km.
    L'infrastructure est dans un état déplorable avec bientôt 34% du parcours limité à 60 km/h. Certes des travaux sont prévus aux CPER mais ils sont insuffisant, une seule voie rénovée entre La Roche/Yon et La Rochelle avec une coupure totale de la ligne pendant 15 mois!
    La performance de la ligne doit être amélioré par un GRAND PLAN DE PROGRES
    L'interdiction d'investissement sous prétexte d'un classement UIC 7 doit être levé car le potentiel de trafic est bien supérieur au trafic actuel handicapé par la lenteur et une offre insuffisante TET et TER.
    Un calendrier de renouvellement des voies doit être établi avec pour objectif d'augmenter les vitesses plafond partout ou c'est possible. Une étude précise de l'APNB démontre que 3h30 est possible sans modifier le tracé, 3h15 avec un automoteur pendulaire et sans dépasser le 160 km/h.
  • Désenclaver l'occitanie

    Jeandoc - 15 Novembre 2017 - 23h03
    Habitant Lyon je connais l'utilité du TGV qui a amené de nombreuses sociétés à s'installer à Lyon, Rennes, Lille ou maintenant Bordeaux car à 2 heures ou moins de Paris.
    Comment peut-on espérer devenir une grande métropole européenne sans TGV?
    Quelle société va préférer s'installer à Toulouse plutôt qu'une métropole européenne beaucoup mieux desservie qu'elle en transport.
    L'occitanie ne doit pas être sacrifiée , le TGV doit venir à Toulouse.
  • Le train, mobilité propre et sûre doit contribuer au developpement des territoires

    François GERARD - 14 Novembre 2017 - 22h48
    Le train : transports plus sûr et produisant moins de CO2, infrastructures moins dévorante d’espaces agricoles, vecteur de développement économique et social d’une ville et d’une région
    Le TGV a un double intérêt pour la Bretagne :
    relier rapidement la Bretagne à Paris, à Lyon ou à Marseille et au-delà à l’espace européen et en seconde partie de ligne à l’ouest de Rennes, sans rupture de charge, relier aux grandes centres métropolitains les territoires périphériques et desservir les villes centres d’agglomération espacées entre elles entre 50km/60km. Ainsi, pour la ligne sud de Bretagne : Rennes- Redon-Vannes-(Auray)-Lorient-(Rospenden)-Quimper
    Le TER a une fonction de service quotidien pour les travailleurs, les étudiants et les scolaires et de proximité pour toute la population… Pour cela, le cadencement doit être organisé pour répondre aux besoins professionnels et sociaux à savoir une desserte toutes les 30 mn maximum aux heures de pointes le matin et en fin de jour
  • Le train, mobilité propre et sûre doit contribuer au developpement des territoires

    François GERARD - 14 Novembre 2017 - 22h39
    Le Comité de Défense et de Promotion de la Desserte Ferroviaire de Redon et du Pays de Redon soumet aux Assises de la Mobilité cette brève contribution concernant le transport ferroviaire… qui pourrait être développée si les Assises le souhaitent.

    - Le train a de multiples fonctions : transports produisant moins de CO2, infrastructures moins dévorante d’espaces agricoles, transport plus sûr et vecteur de développement économique et social d’une ville et d’une région
    - En dehors des lignes TGV propres, la complémentarité des TGV et TER à cause de l’utilisation communes des voies doit être respectée. Tout sillon occupé par un train (TGV, TER, Intercité ou Frêt) a des conséquences sur l’organisation générale de la grille horaire de la ligne…
    - Le TGV a un double intérêt pour la Bretagne :
    o relier rapidement la Bretagne à Paris, à Lyon ou à Marseille et au-delà à l’espace européen…
    o en seconde partie de ligne à l’ouest de Rennes, sans rupture de charge, relier aux grandes cent
  • Création d'un service public d'accompagnement humain via les transports en commun

    Christian Call - 14 Novembre 2017 - 13h32
    Toulousain et aveugle de naissance, j'ai beaucoup de mal à me représenter l'espace urbain et à m'y déplacer seul.

    Pour aller plus vite sur certains trajets, pour laisser les mini bus aménagés pour les personnes handicapées à celles et ceux d'entre nous qui en ont le plus besoin et par souci écologique,, j'aimerais pouvoir utiliser les transports en commun ordinaires, tout en bénéficiant à moindre coût de l'aide bienveillante d'un guide sensibilisé à la déficience visuelle, qui m'accompagnerait de la porte de mon domicile jusqu'à l'accueil de mon lieu de destination.

    Ce service indispensable pour moi, au moins à court et à moyen terme, me permettrait progressivement de me familiariser avec le réseau métro-bus Tisséo, de gagner en confiance avec le temps, de prendre des repère et peut-être de devenir un jour autonome pour certains trajets réguliers.
  • Création d'un service public d'accompagnement en porte à porte via les transports en commun

    Christian Call - 14 Novembre 2017 - 13h18
    Toulousain et aveugle de naissance, j'ai beaucoup de mal à me représenter l'espace urbain et à m'y déplacer seul.

    Pour aller plus vite sur certains trajets, pour laisser les mini bus aménagés pour les personnes handicapées à celles et ceux d'(entre nous qui en ont le plus besoin et par souci écologique,, j'aimerais pouvoir utiliser les transports en commun ordinaires, en bénéficiant à moindre coût de l'aide bienveillante d'un guide sensibilisé à la déficience visuelle, de la porte de mon domicile jusqu'à l'accueil de mon lieu de destination.
    C'est accompagnement indispensable pour moi, au moins à court et à moyen terme, me permettrait progressivement de me familiariser avec le réseau métro-bus-ra Tisséo, de gagner en confiance avec le temps, de prendre des repère et autonome pour certains trajets réguliers.

    Christian Call
    Comment corriger mon texte ?
    • Pas d'accord
      0
  • Quais accessibles

    Carodp - 11 Novembre 2017 - 14h55
    Bonjour Mon fils est en fauteuil et je suis scandalisée de voir que les quais du rer à sartrouville ou Houilles sont mal faits que monter dans le rer est infaisable . Même valide et en forme, attention à ne pas tomber. Régler les quais ou les rer à niveau serait La première chose à faire, pour tous pas quand fauteuil (personnes âgées , maman et bébé dans poussettes etc...) . Ne plus vouloir de voitures à Paris c’est améliorer largement les transports en commun avant de sanctionner . Nous avons passé plusieurs semaines à New York en prenant le métro tous les jours et plusieurs fois par jour sans souci et sans aide de personne le bonheur. Donc c’est faisable chez nous non? Je ne pense pas que le métro parisien soit classé ....et qu’on arrête de nous bassiner avec les normes car en Europe (Allemagne, Belgique ça le fait )et puis prenez un fauteuil pour essayer de voir les difficultes. N’oubliez pas non plus tous les autres formes de handicap, histoire d’inclure tout le monde merci
    Xavier Lavaud
    En France la variété de hauteur des quais est invraisemblable alors qu'en Grande-Bretagne les quais sont presque toujours au même niveau que les voitures. Tout le monde en bénéficie et il en résulte un gain de temps. Les handicapés ne sont pas les seuls à en profiter, améliorer l'accessibilité, en plus d'être solidaire c'est rentable.
    • Pas d'accord
      0
  • Et si on parlait des droits des usagers ?

    UVN-FNAUT - 11 Novembre 2017 - 12h32
    Les droits des usagers doivent être au cœur des mobilités. En ce sens les nouvelles mobilités ne se préoccupent pas des droits des usagers.
    Consultation obligatoire des associations d'usagers lors des évolutions de services.
    Prévoir une rémunération des associations d'usagers vu tout le temps passé en colloques, assises , et réunions diverses, le tout souvent pour remédier aux manques du service client des opérateurs de transports ou des autorités organisatrices
  • OUI AU FERROVIAIRE !

    JF31 - 10 Novembre 2017 - 18h21
    Utilisateur du TGV et et du TER, je contribue pour faire valoir que le transport ferroviaire est le seul et unique transport dit propre ! Pour cela, il faut impérativement créer pour le département de la Haute-Garonne la LGV Bordeaux/Toulouse et rouvrir la ligne TER Montréjeau/Luchon soit en traction électrique soit en train a hydrogène. Ne pas oublier non plus le transport de marchandises pour ôter de nos routes et autoroutes tous ces flots de camions pollueurs ! Est ce que ces demandes sont une utopie ?????? Vos assises nationales nous le diront !!!!!!!!!!!!!!
  • Des bus sur les voies dédiées aux bus !

    Conseil syndical Angevine 1 - 10 Novembre 2017 - 09h37
    Il y a plus de 4 ans, une voie dédiée aux bus a été construite sur l'avenue du Général Leclerc à Boissy-Saint-Léger (94), au droit du quartier d'habitations "la Haie Griselle", dans le sens province vers Paris. Il y a même un arrêt de bus ! A ce jour, cette voie dédiée aux bus n'est toujours pas utilisée, aucun bus n'y circule. Que se passe t-il ? Les habitants de la Haie Griselle sont patients, mais quand même... Qu'attend-on pour utiliser cette infrastructure de transport collectif ?
  • Stop à la mobilité à 2 vitesses

    TchouTchou - 07 Novembre 2017 - 16h11
    Voitures et bus sur les territoires ruraux et la panoplie complète pour les territoires urbains!
    Pour répondre aux besoins actuels de déplacement sur tous les territoires, il faut une solidarité Nationale et Régionale permettant de maintenir ou développer les services de transports publics et garantir une égalité territoriale. Concrètement, il faut trouver les moyens financiers pour le maintien des dessertes ferroviaires (TER et TET) là où les infrastructures existent et développer des moyens complémentaires et solidaires comme le transport à la demande.
    Ouvrir à tous les territoires la possibilité d'emprunter les transports scolaires par des non scolaires.
  • La SNCF n'est pas une compagnie aérienne

    MichelChel - 07 Novembre 2017 - 09h20
    Il est regrettable que les directions de la SNCF, soutenues par les ministères des transports successifs, considèrent la SNCF comme une sorte de compagnie aérienne dont les objectifs sont
    - la longue distance le plus vite possible;
    - le "nettoyage" des "petites" lignes afin de laisser cette place bien nette pour... les compagnies privées à venir.

    Le transfert des charges des "petites" lignes aux collectivités locales va faciliter la privatisation. Elles ont elle-même beaucoup d'autres chats à fouetter et vont masquer la privatisation totale avec des PPP corrupteurs.

    Le Service Public des transports ferroviaires, EN MÊME TEMPS de proximité ET de longue distance n'est pas une vieille Lune. C'est une nécessité sociale mais qui n'intéresse pas ces gens qui escomptent faire encore plus grossir leurs comptes dans les paradis fiscaux en prenant leur petit % sur tous les échanges. Parce qu'ils n'en ont jamais assez.

    Parce que la "mobilité" est une question Politique qui touche à l'Economie.
  • Une solution pour plus de mobilité solidaire et rurale

    vincent desmas - 05 Novembre 2017 - 21h57
    La solution est d'apporter un service de déplacements à la demande qui répondrait aux besoins de mobilité de proximité dans tous les territoires ruraux en manque de moyen de locomotion. En créant une plateforme de réservation, (site internet, application et hotline), qui mettrait en relation passagers et conducteurs, pour mieux se déplacer dans la commune ou en intercommunalité. Cette solution permettrait aux communes de répondre à toutes les demandes de déplacement au quotidien.
    'mobilité-courante'
    Cette solution existe dans l'Oise depuis 5 ans ("oise-mobilité"); avec en plus le calcul d'itinéraire intermodal et multimodal(avec, si nécessaire, une prise en charge au téléphone par un humain. Cela nécessite une volonté partagée sur un territoire, avec une gouvernance à l'échelle d'un bassin de vie.La plate-forme peut-être à une échelle régionale ou départementale(mutualisation), mais s'appliquer à des secteurs plus petits. Le club national pour la "mobilité courante" (comme l'eau courante) propose l'extension de ce modèle sur l'ensemble des territoires hors métropoles.
    • Pas d'accord
      0
  • Une remarque sur l'agenda sur les assises de la mobilité

    LCPARFER . - 01 Novembre 2017 - 05h47
    La plupart des ateliers territoriaux sont organisés dans les grandes villes.
    Chaque territoire plus ou moins dense est différent et a ses spécificités, ses problèmes de mobilité à résoudre.
    A part celui du 16/11 à Lyon, dommage qu'il n'y ait pas d'atelier programmé dans notre secteur, le canton de Charvieu-Chavagneux du Nord Nord Isère (38), à la frontière de 2 départements Rhône (69) et l'Ain (01).
    Jusqu'à présent les limites de gouvernances ont été un frein au développement du TC, espérons que la compétence transport transférée à la Région Auvergne Rhône Alpes depuis 2015 débloque tout cela.

    Cependant, les assises nous donne l’opportunité de s'exprimer.

    Merci Madame la Ministre aux transports Elizabeth Borne de votre initiative !
    feumba armelle
    Je vous remercie de l'écoute que vous m'accordez. Pour mon voyage Angers-Strasbourg , j'ai fait 2 déplacements en gare pour m'entendre dire que l'enregistrement se fait désormais en ligne bien que je sois référencée par un identifiant accès plus depuis 2015. ok, PAS DE PROBLEME. je vais donc en ligne sur SNCF Acces plus á 17h58 . 1h après Acces plus ne répond qu'il faudrait s'adresser á OUIGO mais que ceux-ci sont fermés á 18h. Le lendemain je reçois la merveilleuse réponse de OUIGO. Demande Hors délai -Assistance refusée JE SUIS EN FAUTEUIL ROULANT, j'ai une carte d'invalidé a 80%. Hors délai et on me laisse sur le carreau. Je prends un avocat. Je m'épargne une humiliation de plus.
    • Pas d'accord
      0
    feumba armelle
    C'est la 2eme fois que j'encaisse sans rien dire. Le vase est plein la.
    • Pas d'accord
      0
  • mobilite

    yves duigou - 29 Octobre 2017 - 17h38
    habitant Blaye 33 c'est une galere d'aller a Bordeaux .Pour aller au chu a 8h30 ma femme est obligee de partir le matin entre 6h et 6h30.Ne pourrait-on pas utiliser l'estuaire de la gironde pour avoir une liaison fluviale rapide ecologique au centre de bordeaux
    APNB
    Il existe aussi une voie ferrée entre Blaye et la gare de St Mariens-St Yzan qui peut être réactivé pour les voyageurs
    • Pas d'accord
      0
  • Réduire les inégalités : la LGV Toulouse-Paris, une nécessité

    Jean-Pierre 31 - 29 Octobre 2017 - 10h45
    Je suis un usager régulier du TGV Toulouse-Paris surtout pour des raisons familiales car mon fils travaille et habite à Paris. J’ai déjà beaucoup apprécié la réduction d’une heure du trajet depuis le mois de juillet et le confort des nouveaux trains. Je vais être grand-père et entends monter plus souvent encore à Paris. Gagner une heure pour faire Toulouse-Paris en 3h10 est pour moi important. Je pense qu’il est temps de corriger l’inégalité territoriale qui place Toulouse à l’écart des lignes à grande vitesse. L’inégalité est aussi sociale : ceux pour qui le voyage en avion est trop cher ont moins de facilité pour rejoindre Paris. Jean-Pierre 31
    Nordexpress
    Le mieux serai de proposer des trains de nuit, le trajet vous semble alors encore plus court puisque vous dormez. Vous arrivez reposer tôt le matin et pouvez profiter pleinement de votre visite sans temps mort de transport. En plus cela coûte beaucoup moins cher au contribuable qu'une LGV et dessert plus de villes intermédiaires avec des personnes dans la même situation que vous (voulant se rendre à la capitale rapidement). Et enfin cela consomme moins d'énergie car la vitesse est moindre.
    • Pas d'accord
      0
    Eric Boisseau
    Il existe un train de nuit Toulouse - Paris performant dans lequel on dors bien, et pas cher. Cela coute zéro€ au contribuables. De même il existe une desserte aérienne performante avec un prix du billet très attractif pour les séniors. Cela coute également zéro € au contribuable. Donc, la question se pose du fléchage des 9 milliards d'€ que couterait la réalisation de GPSO. Ces 9 milliards d'€, on en a besoin pour moderniser de manière performante le réseau ferré existant et développer l'offre de transports publics, et pas seulement la 3° ligne de métro de Toulouse. Soyons solidaire de tous les territoires mal reliés entre eux.
    • Pas d'accord
      0
  • Lgv paris toulouse

    Tieri - 26 Octobre 2017 - 10h20
    Toulouse sera bientôt la troisième ville de france et n est toujours pas connectée a paris par tgv c est scandaleux , je suis animateur local d un comité de la REM et avant le deuxième tour ds présidentielles Castaner est venu à toulouse et nous a promis la lgv soi disant une décision toute chaude du candidat . J espère que ça n est pas ça la « politique autrement ! »
    Hugues Bernard
    Moi je suis socialiste et j’ai bien connu Christophe Castanhers je sais que c’est un homme de parole donc je pense que ça va te faire mettre la pression
    • Pas d'accord
      0
    Jean-Pierre 31
    Tout à fait d’accord : le vote Macron était aussi un vote pour la LGV Toulouse-Paris !
    • Pas d'accord
      0
  • Développer les transports ruraux inter-villages

    Alice Pain d'Epices - 25 Octobre 2017 - 18h22
    Dans les petites communes, les gens sont isolés...
    S'il y avait des navettes régulières, les enfants, personnes âgées et personnes à mobilité réduite pourraient se déplacer plus aisément, rendre visite aux voisins, famille, amis, élus, médecins, commerces...
    Ça pourrait être les jours de marchés, les week-ends, les jours fériés, pendant les vacances scolaires...
    S'inscrire par téléphone ou Internet pour tel ou tel jour pour tel circuit à telle heure...
    Créer ou recréer du lien social là où il y a carence...
    Claude Saint Brice
    Péréniser et améliorer les liaisons train encore existantes
    • Pas d'accord
      0
    Emmanuelle Ruiz Quest
    A l'image de Rézopouce dans le sud ouest, l'organisation de l'auto stop permet de favoriser les déplacements en rural comme en milieu urbain. Pour cela, les communes choisissent des arrêt d'auto-stop aux endroits pertinents et les signalent,, enregistrent passagers et conducteurs qui reçoivent un n° (pour déclarer le déplacement par texto), sensibilisent les différents publics à l'intérêt de la prestation. pour faciliter les petits déplacements pour aller chez le médecin, à la piscine, faire les courses... Accessibles aux jeunes de + de 16 ans avec autorisation parentale... . Une alternative peu couteuse.
    • Pas d'accord
      0
  • Mettre fin à la stigmatisation des tarifications solidaires

    Rose Beaudrit - 25 Octobre 2017 - 09h29
    Lorsque j'étais en service civique, j'ai bénéficié d'un tarif Solidaire pour le TER. J'allais travailler 3 jours par semaine et, sans ce tarif, ça aurait été compliqué pour moi de poursuivre mon activité. Pourtant, j'ai été révolté de voir l'absence totale de souplesse de cette tarification. Je ne pouvais prendre qu'un ticket à la fois, daté du jour et non pas de la semaine comme cela se fait sur les tarifs normaux. Je devais donc me rendre à la borne tous les matins et tous les soirs. Et si jamais vous vous trompez de date ou de destination (les machines SNCF sont tellement ergonomiques -ironie-), le billet n'est pas remboursable du tout. Ni échangeable. Cette absence totale de flexibilité ne permet pas de se sentir comme un usager "normal". Remplir votre formulaire et donner tous les justificatifs ne suffit pas, ensuite, on se sent encore "contrôlé", freiné dans sa mobilité.
    Cet exemple pour rappeler la nécessité de FAIRE RIMER SOLIDARITE AVEC RESPECT ET QUALITE DE SERVICE.
    Stéphane68
    Bien d'accord ; de même, il est anormal que le tarif famille nombreuse fasse l'objet d'incohérences ; ex / la carte FN "rouge" qui interdit le demi tarif sur réseau idf , contrairement à la carte FN "bleue".
    • Pas d'accord
      0
  • PRIME A LA CONVERSION - OU EN EST ON POUR LES PAUVRES ?

    Stéphane68 - 24 Octobre 2017 - 17h00
    Qu'ont donné comme résultats les primes à la conversion ? Qui en a profité pour acheter de l'électrique ou du hybride ? Les pauvres ?
    Pourquoi le plan 2018 propose -t-il désormais des primes pour acheter du véhicule essence, même d'occasion ? En finançant jusqu'à la MOITIE DU PRIX TOTAL. Objectif de 100 000 véhicules bénéficiant de la prime sur 2018 ? contre moins de 20 000 précédemment ?
    Ces échecs montrent qu'il faut une réflexion beaucoup plus approfondie qu'une simple prime : il faut une offre GLOBALE associant l'ETAT, les constructeurs, les financiers, les assureurs pour offrir une VOITURE DURABLE avec financement sur 15 ans à taux à zéro ou presque, garantie sur 15 ans adossée à un contrat d'entretien. Pour offrir au PLUS GRAND NOMBRE une voiture longue durée SECURISEE et mieux entretenue et donc moins polluante. Sur la base d'un paiement mensuel réduit au maximum.
  • VOITURE DURABLE

    Stéphane68 - 24 Octobre 2017 - 16h49
    Pour réduire les fractures sociales et territoriales, il est urgent de penser VRAIMENT le durable : inciter les constructeurs automobiles à offrir des garanties sur véhicules sur longue durée à 10 ou plutôt 15 ans avec contrat d'entretien plus économique avec forme de propriété ou seulement de location/usage.
    C'est possible pour un grand nombre : avec un système d'abonnement longue durée qui réduit donc le coût mensuel ; un peu comme un abonnement téléphonique.
    Le système inclus de garantie et entretien permettra aussi de réduire L'INSECURITE SOCIALE liée à l'utilisation d'une voiture.
    Voilà un concept qui permettra de réduire la fracture sociale et territoriale ; de plus, il offre DAVANTAGE DE LIBERTE ET DE SOUPLESSE ; les gens s'organisant comme ils LE SOUHAITENT.

    Conséquence : moins de pollution avec des véhicules mieux entretenus avec aussi une logique renforcée de réparation au lieu du "tout jetable" ; et utilisation plus durable des ressources précieuses de la Création.
  • Désenclaver les quartiers en massifiant les écomobilités par transport guidé à 9 ME du km

    Pierre-Louis PERRIN - 21 Octobre 2017 - 08h45
    Conformément aux exigences des PDU, il est possible de désenclaver des quartiers et des zones industrielles grâce au Télérail (des télécabines 6 places à énergie solaire sur un rail aérien intégré dans la ville à 4 m de haut) à des coûts logistiques (9 ME du km).

    Le Télérail permet de retirer 5 grandes nuisances (accidents, embouteillages, bruits, pollution, places de pkg).
    Il est accessible aux PMR en toutes sécurité et tranquillité
    Il propose une écomobilité massifiée sécurisée dans des milieux urbains très contraints.
    Il créé du foncier aérien qui dessert des gares multiservices de 50m2 au sol tous les 900/1000 m.
    Il convoit 3000 personnes/h et 2000 tonnes de fret/h sans rupture de charge à 30/50 km/h dans chaque sens.
  • THEME : plus solidaires : réduire les fractures territoriales 4/4

    codegass - 20 Octobre 2017 - 11h23
    Il faut donc une politique cohérente en matière de transport ferroviaire, politique qui s’inscrira véritablement dans l’objectif de réduire l’empreinte environnementale de nos déplacements.

    Propositions :
    - Baisser de façon très significative les tarifs des trains Intercité et TER pour toutes les catégories d’usagers.
    - Supprimer les réservations obligatoires sur les Intercités
    - Remettre en cause le système de péages ferroviaires
    - Mettre en place une autorité régionale et nationale de validation des tarifs, autorité composée de représentants des usagers, des Régions, de la SNCF et du Ministère.
    Stéphane68
    Oui à une politique cohérente : mais avec la baisse des prix proposée ici, où va-t-on ? La SNCF est-elle surendettée oui ou non ? L'Etat est-il surendetté oui ou non ? Qui va payer ; une augmentation de la dette de l'Etat ou celle de la SNCF ? Ou de nouveaux impôts ? Payés par les automobilistes déjà ultra taxés au profit du ferroviaire ? La SNCF fait-elle des efforts d'économies en fonctionnement et en personnel à l'image du ministère ?? Il aura fallu une nouvelle ministre pour dire STOP aux nouveaux projets car on n'a plus d'argent. Développons plutôt ce qui marche c'est-à-dire la voiture : au moins dans les zones peu denses en favorisant son accès au plus grand nombre.
    • Pas d'accord
      0
    Claude Saint Brice
    1000 fois pour cette proposition..
    • Pas d'accord
      0
  • THEME : plus solidaires : réduire les fractures territoriales 3/4

    codegass - 20 Octobre 2017 - 11h23
    Cette forme de réduction constitue une discrimination flagrante entre les usagers au niveau de la grille tarifaire. De surcroit, l’interdiction de ces trains aux usagers susmentionnés les oblige à prendre d’autres trains et allonge le temps de trajet ce qui leur inflige une double peine.
    On se retrouve ainsi avec des cas ubuesques où par exemple, pour faire Paris St Sébastien le matin, on met 5h, soit le temps de trajet proposé en 1894 …
    Or l’Etat est censé avoir validé ce type de tarification en tant qu’Autorité Organisatrice.

    Par conséquent, ces tarifs prohibitifs poussent les usagers à abandonner le train et se rabattre sur la route (cars, covoiturage). La SNCF joue elle-même un double jeu en concurrençant ses propres trains avec ses propres cars et a même racheté une société de covoiturage.Le système actuel de péages ferroviaire l’y incite fortement.
  • THEME : plus solidaires : réduire les fractures territoriales 2/4

    codegass - 20 Octobre 2017 - 11h22
    Propositions :
    - Mettre en place des dessertes de cabotage d’Aménagement du Territoire en parallèle de dessertes de pointes ce qui permettrait de rétablir les dessertes Intercité à St Sébastien comme promis par 3 Préfets et le Ministère des Transports
    - Rétablir les dessertes Intercité supprimées depuis 2007 sur la ligne POLT

    Avec la politique de Yield Management, la tarification est assimilable à une jungle et reste très discriminatoire, les gares les plus importantes étant favorisées au détriment des petites.
    Cette discrimination se retrouve au sein d’un même train ou un usager peut voyager pour 19€ ou 99€. Les abonnés Fréquence sur Paris St Sébastien ont vu le tarif de leur billet augmenter de 60% en 10 ans.
    Afin d’afficher un semblant de politique de bas tarifs, la SNCF a créé des trains Eco à tarifs réduits, mais qui sont interdits aux usagers payant en espèce, chèques, chèques vacances papier, … et ne sont pas vendus aux guichets.
  • THEME : plus solidaires : réduire les fractures territoriales 1/4

    codegass - 20 Octobre 2017 - 11h21
    Plusieurs lignes Intercités sont transférées aux Régions ce qui pose un certain nombre de questions :
    - Les moyens suivront-ils et de façon pérenne, c'est-à-dire réactualisés au niveau des financements ?
    - quid du maintien du caractère national de ces lignes comme par exemple Bordeaux Lyon où la Région Nouvelle Aquitaine met en place des dessertes jusqu’à Montluçon, mais la région Rhône Alpes Auvergne ne prend pas le relais.
    Ces fractures territoriales se traduisent également dans la politique des dessertes Intercités pratiquées par la SNCF sur la ligne POLT. Elle part du principe que les trains ne peuvent pas aller vite et s’arrêter partout. C’est faux. Avant la refonte de 2007, nous avions plusieurs cas d’Intercités directs qui précédaient de quelques minutes un autre Intercité qui s’arrêtait partout et les 2 étaient pleins, preuve qu’une desserte de pointe tout à fait nécessaire peut coexister avec une desserte de cabotage d’Aménagement du Territoire tout aussi nécessaire.

    Claude Saint Brice
    Plutot qu'un autoroute poitier limoges améliorer la liaison sncf existante avec a l'arrivée de vrai liaisons de transport en commun
    • Pas d'accord
      0
  • Egalité Paris-banlieue parisienne

    Ségo - 19 Octobre 2017 - 13h51
    Paris et sa banlieue est une métropole de plus de 11 millions d'habitants. Et tous les transports s'arrêtent le soir, notamment vers la banlieue (proche et surtout lointaine). Si le but est de pousser les Franciliens à utiliser moins la voiture (voire ne plus en avoir du tout), il ne faut pas penser en terme de département mais de région voire au-delà. A titre de comparaison, des métropoles beaucoup plus petites telles que Zurich et Prague ont des trains de banlieue toute la nuit. Cela me paraît normal que le rythme ralentisse, mais pas qu'il n'y ait rien parfois entre 22h et 6h du matin.

  • réduire les fractures sociales et territoriales

    maarif33 - 18 Octobre 2017 - 19h25
    La mobilité est au cœur d’un certain nombre de problèmes : isolement, dégradation de la santé, désœuvrement/délinquance, déficit de formation et d'insertion, sentiment d'abandon et précarisation, taux de chômage important avec une forte progression du vote extrémiste

    C’est, et cela n'est plus à démontrer, le lot de nombreux territoires ruraux en France. C'est l'objet du TRANSPORT DE PROXIMITE A LA DEMANDE. Pour répondre à cet impératif, nous pensons qu'il est nécessaire d’impliquer les Communautés de Communes. MAIS AUJOURD’HUI la CDC d’un territoire n’a pas obligation de demander la délégation compétence Transport de Proximité à la Demande
    POUR DEMAIN, POURQUOI PAS POUR DEMAIN, Transformation des textes législatifs et réglementaires pour faire d’une compétence facultative une compétence obligatoire.
    'mobilité-courante'
    Le Club national pour la "mobilité courante" (comme l'eau courante), a fait des propositions allant dans le même sens. A une nuance près: La loi Notre venant seulement d'être adoptée, cela prendra du temps pour obtenir la modification (transformation d'une compétence facultative en compétence obligatoire). En attendant il faut inciter très fortement les CDC à s'emparer de votre TPD et, dans le même temps, de se considéréer comme responsable d'un "mix de mobilités" sur son territoire (ou désenclavant son territoire).
    • Pas d'accord
      0
  • Le coût des LGV devient insoutenable,

    pantxo - 18 Octobre 2017 - 18h32
    il faut donner la priorité à la rénovation de l’existant pour mieux desservir les territoires
    - Coût au km : LGV Bretagne 18,68M€ ; Tours-Bx 22,94M€ ; GPSO phase1 avec aménagements ferroviaires 33,67M€ (dossier DUP) ; Dax-Espagne 43,5 M€ (CGI)
    - Coût minute gagnée : Bretagne 113 M€ ; Tours-Bx 139M€ ; GPSO1 150,71M€
    - Dette ferroviaire : 1996 : 36,08Md€ courants ; 2016 : 53Md€ Avec le TGV il faut aller vite d’un point à l’autre, ne pas s’arrêter. Le TGV, en écrémant la clientèle la plus rémunératrice des lignes classiques, entraîne leur abandon progressif, SNCF les déclare déficitaires et les supprime. Pour Mobilité21 : l’objectif d’un schéma de mobilité durable est d’assurer le niveau de service dont les territoires et leurs populations ont réellement besoin dans une approche qui, pour être soutenable, doit être adaptée aux situations. Le rapport Bianco préconise des trains circulant à 200 km/h, utilisant le plus souvent possible les voies existantes. Le TGV (8% des usagers du train
    Tieri
    C clair
    • Pas d'accord
      0
  • Favoriser l'installation d'entreprise en zones péri-urbaines

    Martine Benoit - 17 Octobre 2017 - 15h17
    Habitante de Plaisir (78), j'ai constaté en allant travailler à Vélizy en voiture que je mettais minimum 3/4h-1h tous les matins et 1 h tous les soirs pour effectuer ce trajet de 25 km.
    En fait, il n' y a pas de train qui s'y rend au départ de Plaisir ; je ne parle pas d'un bus éventuel qui de toute façon, à moins de partir à 6h du matin ne mettra pas moins d'une heure pour arriver à destination.
    Je ne parle pas des gens qui viennent de plus loin et qui doivent donc partir encore plus tôt.
    Bref, dès 6h du matin, vous en avez pour 3 h de bouchons sur cette route.
    Donc, améliorer les transports c'est bien mais faire en sorte d'attirer les entreprises en zones péri-urbaines ce n'est peut-être pas mal non plus pour éviter de trop longs temps de trajet, de fatigue et de pollution.
  • Poursuivre la création de nouvelles lignes LGV

    Nico Nico - 16 Octobre 2017 - 22h33
    Habitant dans le Sud de la France, nous avons entendu parler à plusieurs reprise d'une ligne LGV nouvelle Montpellier Perpignan depuis plus de 30 ans. Aujourd'hui, l'arc méditerranéen n'est toujours pas terminé, et la liaison entre l'Italie et l'Espagne est arrêtée en France, entre Perpignan et Montpellier. Pourtant, ce projet n'est pas nouveau. Seule la ligne actuelle existe, et le résultat est une saturation hors norme : un train en moyenne toute les 10mn, entre train intercite, fret, TGV, TER... Le résultat ce sont des trains bondés, qui ne donnent plus envie de les prendre, des retards incessant (dès qu'un train a du retard, ce retard se répercute sur tous les autres trains de la ligne). Le train peut permettre de faciliter les échanges, favoriser l'emploi, la culture, et il est dommage d'arrêter ces projets nécessaires. Incitons les personnes à le prendre, à limiter l'usage de la voiture, car des trains plus ponctuel, moins chargés, encouragent plus à les prendre.
  • Contribution Haut Maroni fluvial

    collectiflawa - 15 Octobre 2017 - 16h54
    de Collectif du Lawa
    FLUVIAL :
    11→ Détaxer le carburant des transporteurs
    12→ Valorisation et reconnaissance des piroguiers et accès aux assurances et des équipements adaptés
    pour les travailleurs du fleuve.
    13→ Reconnaître le fleuve comme voie de transport et d'échange. Aménagement des règles en matière
    fluviale. Dérogation de l'état pour que le fleuve soit navigable et traçage des voies.
    14→ Pas d'aménagement structurel du fleuve car risque d'importantes dégradations environnementales
    par la modification de la dynamique hydrologique du fleuve( c'est à l'état d'adapter ses règles et ses
    normes aux contraintes du fleuve et non l'inverse).
    15→ Création d’infrastructures fluviales (ex : aménagement de mouillage pour les pirogues, port
    adapté et aux normes…)
  • Transport terrestre en zone isolée

    collectiflawa - 15 Octobre 2017 - 16h53
    tiré de Plateforme de revendications des collectifs
    d'habitants du Maroni
    TERRESTRE :
    16→ Aménager, refaire le tracé et garantir l’entretien de la route de Maripasoula – Papaïchton.
    Reconnaître officiellement cet axe comme voie de circulation.
    17→ Favoriser le transport collectif public et assouplir les règles pour favoriser la circulation.
    18→ Oui au désenclavement terrestre des communes isolées :
    Un axe de circulation terrestre entre Saint-Laurent / Grand Santi / Papaichton / Maripasoula.
    Un axe de circulation terrestre entre Maripasoula, Saül, Bélizon et Cayenne.
    Les habitants du fleuve souhaitent privilégier la circulation ferroviaire plutôt que routière.
    19→ Favoriser l’installation d’une station essence avec le carburant détaxé aligné sur les prix du
    carburant du littoral.
  • investissements ferroviaires au-delà de BORDEAUX

    Aurora Broadus - 15 Octobre 2017 - 11h50
    Bonjour.
    Monsieur MAROS SEFCOVIC Vice-Président de l’UE a déclaré dans l’émission
    télévisée "Dimanche en politique" de FR3 Aquitaine le 6/10/2017 :
    " plusieurs projets de transports existent en Aquitaine, mais on va vérifier, avec le
    Plan JUNKER et la BEI, la participation de l’UE à ces projets."
    Question : vu la concurrence en montant et en délai entre GPSO (Grands Projets grande vitesse Sud Ouest) et la réouverture complète de la ligne Pau>Saragosse le GPSO sera-t-il lancé avant son concurrent ??
  • Connaitre les besoins des utilisateurs et trouver des solutions.

    Adrien Pagani - 14 Octobre 2017 - 11h50
    Les données récoltées doivent être mise à disposition au niveau régional pour pouvoir agir sur un secteur « local » et ainsi être plus efficace qu’une campagne nationale.
    Sur le plan régional : réorganiser ; en mettant un maximum en commun ; les moyens de transport existant :
    - Mises-en place de plusieurs « mini gare » regroupant différents types de transport en commun qui seraient positionnés dans des lieux stratégiques (mairie, centre hospitalier…) en créant ainsi un effet « atome éclaté ».
    - Mettre en relation ces divers types de transport en commun avec des tickets « destination ». Ils seraient à disposition de personnes réalisant chaque jour le même trajet (salarié, étudiant). Cela permettrait de faciliter l’accessibilité et de proposer des tarifs avantageux.
    - S’adapter en fonction des circonstances dans les zones rurales : développer des systèmes technologiques (application tel, borne de réservation de navettes …)
  • Ne pas séparer ruralité et agglomération pour les Transports

    Camille Offant - 13 Octobre 2017 - 15h28
    La tendance qui consiste à penser le territoire et donc les transports en deux zones distinctes est évidemment une erreur lourde en CO2!
    C'est un débat actuel en IDF avec les batailles d’égaux entre la présidente de région, les présidents de département, les maires etc etc.
    J'imagine que l'on a exactement les mêmes problèmes partout.
    Bref, il ne faut pas être grand clerc pour comprendre que des transports inexistants, inefficaces, obsolètes et pour le coup hors de prix font que les travailleurs prennent leur voiture pour les trajets banlieue/banlieue et banlieue/agglo.
    Il faut bien comprendre qu'il y a la voiture de confort type le CSP + parisien, le haut fonctionnaire, l'élu etc et la voiture obligatoire pour 90% des gens du fait de l'absence totale d'alternative
    lucycat
    Tout à fait d'accord,. J'ajoute qu'en plus la tendance me semble être un bricolage à la marge (allo-stop, covoiturage) et une absence de volonté à généraliser des transports en commun accessibles à tous, en zone urbaine ou en zone rurale.
    • Pas d'accord
      0
  • Rendre à nouveau le train attractif face à l'avion

    cgodefroy - 11 Octobre 2017 - 11h35
    Sur les déplacements intra-nationaux, l'arrivée des avions low-cost est en train de mettre complètement "hors-jeu" l'offre ferroviaire sur trajets long, hors TGV. A quel prix environnemental? Pourtant le TGV n'est pas l'unique alternative:
    - renforcer les trains de nuit, qui permettent de se déplacer confortablement dans son temps de sommeil,
    - revoir le réseau d'infrastructures ferroviaires en privilégiant les liaisons hors IdF pour supprimer les temps de charge à Paris: "périphérique ferroviaire" faisant le tour de la France + réseaux traversants NE-SO et NO-SE
    - abandonner les tarifs actuels de type "1er arrivé, 1er servi" et revenir à une offre simple et lisible, de type CFF (réseau Suisse): carte de réduction 25%, 50% ou 75% sur coût unique au km (éventuellement augmenté d'un coefficient de niveau de service)
  • Favoriser la mobilité familiale

    cgodefroy - 11 Octobre 2017 - 11h21
    Aujourd'hui, l'éclatement des familles fait qu'enfants et parents se retrouvent souvent géographiquement très éloignés. Or le coût et les temps de mobilité sont souvent dissuasifs et limitent la fréquence des déplacements pour se rendre chez ses proches.
    A quand un "pass' proches" attractif pour un trajet déterminé (mais suffisamment souple aussi sur les gares de départ et d'arrivée: rayon de 50km?) d'occurrence, disons, mensuelle?
  • Connexions TER Régionaux

    LOUGOVOY - 11 Octobre 2017 - 07h40
    Avec les dernières modifications d'horaires SNCF certaines connexions TER ne sont plus assurées dans la journée... à quelques minutes près !
    Exemple le train de 9h41 Paris Brive arrive à présent 6mns plus tard et ne permet plus de prendre la correspondance de 14h0 6, la seule dans la mi journée=> il faut donc prendre un train à 6h41 pour attraper ce TER (ligne d'AURILLAC ) et attendre 3h à Brive ! La SNCF renvoie soit vers "La Région", responsable TER soit vers une association d'usagers .... c'est un vrai loupé alors que des concertations auraient "eu lieu pendant plusieurs mois"
    C'est bien d'assurer 'les transports quotidiens du matin et du soir locaux "mais pas au détriment des correspondances de la journée des "non locaux" .On ne peut revenir ainsi + de 50 ans en arrière en réenclavant les Régions les plus isolées.
    C'est un vrai sujet à remettre sur l'ouvrage.
    Arrthur de Gottal
    Ce problème existe avec de nombreuses lignes TER "rurales". Au lieu de les soutenir (devoir et obligations de SNCF réseau), les lignes "faibles" sont menacées de fermetures comme par exemple Grenoble-Gap. Ces fermetures entrainent automatiquement un usage plus important de la voiture, une baisse de service avec des cars moins nombreux et moins rapides, et enfin une baisse du trafic qui impactent directement les autres trains en correspondance.
    • Pas d'accord
      0
  • Arrêtons de punir l'autosoliste

    Mogsy Cridigo - 09 Octobre 2017 - 18h37
    Ce n'est pas toujours par égoïsme. Il peut avoir des courses à faire, des enfants à aller chercher, des TC qui ne sont pas assez souples, des horaires qui varient, des contraintes... Celui qui est autosolo à un instant n'est pas nécessairement un sal...
  • halte à la suppression du train de nuit Pairs Nice

    jean laurent PEUBE - 09 Octobre 2017 - 12h58
    J'ai voyagé pendant plus de 40 ans à travers la France avec des trains de nuit, qui d'ailleurs avaient des arrêts intermédiaires nombreux, ce qui était bien utile et permettait pas bien, souvent d'éviter les nuits à l'hôtel. Ce système permettait de ne pas empiéter sur des horaires de réunions de travail. Les horaires des TGV sur les longues distances n'ont pas les mêmes intérêts . Le tain de nuit Paris Nice a l'intérêt de ne pas couper les journées. Par pitié, ne le supprimer pas!
  • Outre Mer et continuité territoriale

    Knat - 08 Octobre 2017 - 21h00
    La continuité territoriale et le developpement du tourisme dans des régions dom sinistrées comme la Reunion imposent d inclure un axe Dom dans la réflexion sur la mobilité.
    Sans compter l importance des matières premières, la possibilité de faire des études en métropole ou à l étranger avant de revenir dans l île...
    Repenser les aéroports outre mer est une priorité pour les Dom tels la Réunion.
  • rétablissement des trains de nuit

    larroque - 08 Octobre 2017 - 17h25
    Je travaille entre Reims et Nice depuis 1990.
    De 1990 à 2002 les déplacement étaient très simples grâce aux trains de nuits qui circulaient quotidiennement entre ces 2 villes (accrochage/décrochage des 2 wagons venant de Reims au train Paris-Nice à la gare de Culmont Chalindrey). Cela permettait de partir à 20h d'une ville et d'arriver à 8h du matin à l'autre.
    En 2002 les 2 wagons pour Reims ont été supprimés ce qui nous oblige à passer par Paris pour prendre le train de nuit à la gare d'Austerlitz : allongement de la durée de transport, changement de gare obligatoire...
    En 2017 la SNCF veut supprimer le train de nuit Paris-Nice, ce qui m'obligerait à me reporter sur les trains de jour avec une durée minimum de voyage de 8h, ce qui est inenvisageable quand on travaille.
    Je vais donc être obligé de prendre l'avion.
    Au lieu de moderniser l'offre des trains de nuit la SNCF a volontairement laissé se dégrader ce système de transport exceptionnel pour relier les régions entres-elles.
    Caroline
    Usagère des trains de nuit, en particulier de la ligne Paris-Portbou, je trouve regrettable la suppression de très nombreuses lignes depuis 2007. Ces lignes de train de nuit permettent de connecter tous les territoires (en France mais ausi avec nos pays voisins), elles rendent service à des très nombreuses personnes qui les utilisent pour différents motifs (professionnels, familial, loisirs...). Aujourd'hui, après quelques mois de suppression, la ligne Paris-Portbou est remise en service mais avec des conditions moins intéressantes (arrivée plus tardive le matin, uniquement les we) ; ces conditions sont-elles provisoires? Pour avoir pris ce train dernièrement, croyez moi il est très fréquenté! J'ai pr
    • Pas d'accord
      0
    ZabBtz
    Entièrement d'accord ! La suppression des trains de nuits Paris-Irun crée également un réel déséquilibre ! C'est toute l'offre du service public de la SNCF qui se trouve entièrement remise en cause. Les diverses suppressions des trains de nuit conduisent à une réelle inégalité des usagers et ont un coût non négligeable sur l'empreinte carbone. Une des plus mauvaises idées que la SNCF a eues ces derniers temps.
    • Pas d'accord
      0
  • Liaisons inter-régionales

    BrunoG - 06 Octobre 2017 - 22h23
    J'ai du effectuer la liaison Le Mans - Chartres à une occasion. Arrivée au Mans en début de soirée, pas un train pour Chartres. Idem pour les cars... pas moyen de se rendre à Chartres. Ce sont pourtant de villes de taille conséquente, et pas si éloignées l'une de l'autre (un peu plus d'une heure par l'autoroute). Seuls des trajets directs pour la capitale étaient proposés. Il faut renforcer les liaisons interrégionales si l'on souhaite mettre fin à la primauté de la voiture comme mode de transport, occasionnel comme régulier.
    Thomas
    Entierement d'accord. Il manque dans le pays des liaisons directes en train, entre les grandes villes. Beaucoup de voies ferrées sillonnent le pays, elles sont pour la plupart utilisées pour y faire circuler des TER qui s'arrêtent partout ; elles pourraient etre utilisées aussi pour y faire circuler des liaisons entre grandes villes (les couts fixes sont identiques quel que soit le nombre de trains sur une journée. le reseau ferré doit etre mieux utilisé )
    • Pas d'accord
      0
    LOUGOVOY
    J'abonde c'est un vrai sujet un peu partout en France depuis la dernière révision des horaires qui ne permettent plus d'assurer certaines connexions SNCF TER même .... "historiques" !
    • Pas d'accord
      0
    Anti-autophobe
    C'est effectivement un vrai sujet. Le problème est que nous n'avons pas les moyens financiers de cette politique. C'est pour ça que la voiture a percé. Rappel : dès qu'il y a deux personnes dans une voiture, c'est plus rentable que le train. Sans compter que vous pouvez aller ou vous voulez quand vous voulez, et que vous y êtes souvent plus rapidement (de porte à porte, pas de ville à ville).
    • Pas d'accord
      0
    APNB
    Vous pouvez aussi rester des heures dans les ambouteillages (venez donc faire un tour sur la rocade de Bordeaux). Et dites moi, combien coûte à la nation les temps et l'essence perdu...et les accidents de la route !
    • Pas d'accord
      0
  • Faire une enquête statistique sur les déplacements domicile - travail et étude de longue distance

    jphubert - 06 Octobre 2017 - 11h31
    Les déplacements domicile-travail et étude à plus de 50km sont de plus en plus nombreux mais mal représentés par les enquêtes sur la mobilité, locales et nationales. Certaines professions sont plus concernées (militaires, universitaires) mais le phénomène se répand avec la précarisation des emplois et la concentration des services.
    Les sources de référence (Recensement et DSN) sont lacunaires sur les transports. La fréquence des déplacements est inconnue or il y a un facteur 5 entre le quotidien et l'hebdomadaire. Combien de temps durent ces situations de travail éloigné ? Les actifs en assument-ils seuls la charge financière - transport ou éventuellement logement ? On sait peu de choses précises sur des déplacements très coûteux en temps et en argent, et qui représentent un marché important pour les TER, les péages et le covoiturage. Des statistiques précises seraient précieuses.
  • Permis solidaire

    Mission Locale Sarthe Nord - 05 Octobre 2017 - 15h11
    Bonjour
    Au moins une auto-école solidaire par territoire rurale, avec des pédagogies spécifiques pour les publics à faible niveau ou en difficultés d'apprentissage...
  • Créer un impôt de péréquation sur la pollution (suite et fin)

    eric - 04 Octobre 2017 - 16h33
    Le calcul de cet impôt pourrait reposer sur la taille de la population ou le taux de polluants (particules fines, oydes d'azote etc... à définir) dans l'atmosphère - si la technique le permet, on pourrait y intégrer le taux d'émission de GES (gaz à effet à serre) - et être prélevé :
    1. sur les dotations de l'Etat aux collectivités (diminution de la dotation aux régions peuplées, augmentation aux autres)
    2. et/ou par le biais d'une taxe additionnelle sur les taxes foncières des particuliers et des entreprises (positive sur les régions peuplées et négatives sur les autres)
    On aurait ainsi un transfert de recettes vertueux entre les régions riches et les régions pauvres, et une incitation à équilibrer industries et démographie au lieu du système actuel qui privilégie les régions déjà surpeuplées et surpolluées.
  • Créer un impôt de péréquation sur la pollution

    eric - 04 Octobre 2017 - 16h27
    Considérant :
    1. que la pollution ne reste pas sagement là où on l'a émise (à l'hiver 2015, la pollution aux particules fines sur le nord de la France était due aux centrales à charbon allemandes)
    2. qu'elle est proportionnelle à la taille de la population en un lieu donné (usines, chauffage, déplacements...)
    Je propose de créer un impôt géographique permettant une péréquation entre les régions/départements/métropoles peuplées et polluées et celles qui sont dépeuplées et peu polluées. Paris paierait, la Creuse recevrait. Ce serait plus juste que Crit-air qui pénalise un Creusois qui monte à Paris avec sa vielle Peugeot, alors que c'est le Parisien qui est majoritairement la cause de la pollution parisienne... Paris serait ainsi incité fiscalement à moins polluer, sur la base de mesures pragmatiques et efficaces et non pas poudre aux yeux (comme l'est le système Crit-air)
  • Haltes SRGV

    Aurora Broadus - 03 Octobre 2017 - 18h15
    Un lien intermodal entre TGV et TER-rapides serait les haltes SRGV (Service Régional Grande Vitesse). Les GPSO (Grands Projets Sud-Ouest sur Bordeaux>Toulouse/et/Irun) prévoient une halte SRGV Sud des Landes pour que les habitants des territoires enclavés Pyrénéens ralient (à 250 kms/h maxi) soit Bordeaux soit Toulouse et l'arc méditerranéen. Cela représente un gain de temps de 50% pour un une part de 15% de l' investissement, et correspond aux paramètres avancés par Madame BORNE. Par contre Madame POMPILI oublie, en préférant l'aménagement des entrées des villes A et B plutôt qu'un LGV ne procurant qu'un gain de 30 minutes, que le milliard d'€ pour l' entrée ferroviaire de Bordeaux-Nord était nécessaire à la LGV Tours>Bordeaux. Il en sera de même pour Bordeaux-Sud vers les GPSO. Dire que les déplacements longs ne représentent que 1% des déplacements mais mobilisent 16% des investissements, c'est oublier que la LGV accroît l'afflux de voyageurs vers les liaisons intermodales.
  • Stop aux zones d'activité sans desserte en transport en commun

    HC - 02 Octobre 2017 - 13h10
    Trop de zones d'activités se développent, sans que la question de la desserte en TC ne soit mise en avant. Ce phénomène est contreproductif, puisqu'il génère à la fois une augmentation des trafics routiers aux abords de ces structures (souvent desservies par l'autoroute) et du même coup, vide les centre-ville qui eux sont dotés des infrastructures de transport en commun.
    Ainsi, un travail sur les documents de planification (PLU, PDU, SCOT, ...), mais aussi une sensibilisation auprès de nos politiques pourraient permettre de recentrer le débat pour imposer la desserte en TC de ces équipements très attractifs.
    Par ailleurs, ces zones sont gérées par des entreprises privées qui ne respectent que trop rarement les obligations d'accessibilité. Une action gouvernementale ou au moins locale pourrait contribuer à réduire cette inégalité.
    Enfin, la question des vélos dans ces zones est trop souvent oubliée, il faut en faire une obligation.
    Adrien L.
    Je dirais même stop aux zones d'activités tour court : elles tuent les centre ville et favorisent l'étalement urbain effréné. Sans pour autant créer d'emplois d'ailleurs : en centre ville une boutique de taille moyenne emploie 4 à 5 personnes. Une unité de même superficie en centre commercial "moderne" (ces hideux paquebots posés sur des hectares de zones fraîchement bétonnées par dessus la terre) a besoin de seulement 2 personnes, optimisation fonctionnelle oblige. Il est pas beau le progrès ?
    • Pas d'accord
      0
  • Développer la gratuité des transports publics

    Louisa Genestal - 02 Octobre 2017 - 10h30
    Certaines villes le font déjà, il faut étendre cela
  • Financement (thème transversal)

    André Lottin - 29 Septembre 2017 - 12h21
    Créer un fonds d'investissement pour les transports, pour pallier autant que possible les inégalités (de ressources et aussi de besoins) entre les populations et les territoires.
    Ce fonds pourrait être financé par un prélèvement faible mais très large sur toutes les consommations d'énergie destinées au transport. Si cela ne suffisait pas (je n'ai pas la capacité de faire une simulation), compléter par une taxe, là encore faible mais large, sur chaque unité d'outil de transport commercialisée, du vélo et autres 2 roues aux poids lourds, en modulant selon la surface d'occupation du sol et le niveau de pollution engendrée (ce serait une sorte de compensation au droit à occuper l'espace public). Possibilité aussi d'ajouter une taxation de ce type sur les cartes grises.
    Le problème démocratique sera celui de l'utilisation de ce fonds. D'où la nécessité de rendre des comptes et d'un contrôle démocratique.
  • Aller travailler avec des béquilles!

    LouiseDbequilles - 28 Septembre 2017 - 23h51
    Bonjour,
    Une entorse temporaire fait réaliser la difficulté pour tous d'aller au travail avec une mobilité réduite.
    Aujourd'hui, pour quelqu'un qui se casse un pied ( et je ne parle même pas des PMR avec une carte d'invalidité) il n'existe pas de solution de prise en charge temporaire (et que l'on peut mettre en place sans trop de paperasse) pour se rendre au travail ( j'evoque bien sûr un travail assis derrière un bureau et sans contrainte physique particulière! ).
    Pourquoi ne pas imaginer un service de transport en commun parallèle, et plus agile à s'adapter aux invalidités plutôt que de dépenser des millions à faire des travaux de rénovation qui ne seront jamais complètement achevés et donc accessibles à tous?
  • Transfert des rames TGV de Paris-bordeaux suite à l'arrivée des rames Océane sur Limoges-Paris

    limo - 28 Septembre 2017 - 17h48
    Suite à la mise en service du TGV Tours-Bordeaux avec les nouvelles rames Océane, notre association demande le transfert des rames retirées sur l'axe Brive-Limoges-Paris ce qui permettrait d'améliorer:
    - Le confort (seuil de gravité plus bas)
    - Le temps de parcours (vitesse remontée à 220 km/h au lieu des 200 km/h actuel), le trajet se ferait en 2h40 contre 3h03 actuellement.
    - Accéder à la Wi-Fi
    - Fiabilité du matériel
    - Améliorer l'image de marque par rapport aux rames inter-cité qui sont à bout de souffle.
    C'est un transfert qui peut se faire dès 2018 sans aucun INVESTISSEMENT.
  • Trains électrique sur voies non électrifiés

    Nordexpress - 28 Septembre 2017 - 17h15
    Le voyage ferroviaire reste le moyen de transport le plus écologique… lorsqu’il est électrique.
    Toutes les voies de chemin de fer ne sont pas électrifiées et leurs électrifications reste couteuse.

    Alors pour favoriser ce mode de transport économe en énergie, ne pourrait-on pas développer des trains électriques qui peuvent circuler sur des voies non électrifiées? Ils utiliseraient d’une façon classique le pantographe pour capter l’électricité lors de circulation sous caténaire et des batteries lorsque la voie n’est pas électrifiée.

    Les batteries seraient rechargées au terminus sur une section de voie dédié avec caténaire en attendant le retour et lorsque le train est alimenté par caténaire/pantographe.
  • Maisons de la mobilité

    MIG57 - 28 Septembre 2017 - 15h05
    Bonjour,
    Je pense qu'aujourdhui la mobilité doit s'appuyer sur un support global existant , le maillage ferroviaire du territoire Français en est un, il faut le remettre à niveau sur le plan structurel et remettre au centre la maintenance et la régénération. Avec cet outil nous pouvons offrir aux communes les plus reculées un moyen de transport fiable et non polluant mais aussi un lieu, en utilisant les anciennes gares, ou la mobilité au sens large s'interconnecte. En créant ces maisons de la mobilités on pourra mettre à disposition du citoyen, des vélos, des véhicules électriques mais aussi des services avec connexion WEB et point de livraison internet, relais La Poste et petit commerce . En s'appuyant sur une offre TER plus dynamique et élargie à un partenariat privé éventuellement, le but sera de désenclaver des zones de territoire frappés par la désertification pour redonner de la vie, du lien social et un nouvel élan économique
    MIG57
    Très bonne idée !!
    • Pas d'accord
      0
  • Les insulaires des petites îles de France métropolitaine se meurent

    Palantine - 27 Septembre 2017 - 20h56
    Les insulaires des petites îles de France métropolitaine se meurent : suicide, chômage, culture réduite voir pour certains inexistantes, scolarité limitées, salaires bas, passage du permis nécessitant 2 h de bateau pour une heure de conduite, internat sur le continent pour les lycéens, quasi impossibilité de travailler sur le continent et de vivre sur les îles, marchandises et essences plus cher, enfants expatriés au tarif touriste.
    Peu nombreux, peu médiatisés et pacifistes, les petites îles se dépeuplent gravement.

    Les transports y sont pour beaucoup.

    Ils seraient possible, vu que ça existe déjà dans d'autres pays européens, d'envisager la gratuité du bateau pour les insulaires.

    De plus, il serait intéressant de réfléchir aux accès aux îles afin de pérenniser les activités touristiques sur du plus long terme et donc d'organiser les différents moyens de transport nécessaire à l'accès au bateau de façon intelligente et pérenne sur l'année.

  • Accessibilités aux ERP

    infoscitoyen - 27 Septembre 2017 - 10h51
    Bonjour,
    Il serait que des plus convenable que l'accessibilité des ERP (Gare SNCF de Belleville sur Saône) soit réalisée dans les plus brefs délais.

    Etant moi-même Handicapé avec RQTH et carte prioritaire et de stationnement, la gare de Belleville sur Saône n'a aucune disposition pour permettre un minimum d’accessibilité aux personnes à mobilités réduites.

    Dans le sens Lyon Mâcon Paris

    J'ai contacté les services concernés, Régions, SNCF et autres et toujours pas de travaux en vue ni de réponses appropriées

    Avez-vous des solutions à nous proposer ?

    Je vous en remercie par avance
  • S'inspirer du modèle australien et néo-zélandais

    Thomas Vignon - 26 Septembre 2017 - 11h04
    Je m'inspire de mon expérience en Australie et Nouvelle-Zélande pour vous parler des passages piétons situés au niveau des carrefours à feux tricolores.
    En France, aucun signal n'existe pour les personnes malvoyantes afin de leur indiquer qu'elles peuvent traverser la voie en toute sécurité...
    En Australie, en Nouvelle-Zélande ce système existe, il s'agit d'un boitier poussoir qui émet deux sons, un premier composé de "bips" espacés de 2 secondes lorsque le feu piéton est rouge et un second toujours composé de "bips" très rapide lorsque le feu piéton passe au vert. De plus, ce système permet, lorsqu'on appuie dessus, de faire passer les feux voiture au rouge et ainsi donner la priorité aux piétons et cyclistes.
  • mise en pratique de l'accessibilité aux personnes présentant un handicap

    Odile Etienne - 25 Septembre 2017 - 15h47
    Beaucoup de citoyens pensent que les entreprises ne veulent pas se soumettre aux normes pour faciliter l'accès aux personnes en situation de handicap et qu'elles touchent des subventions pour le faire.
    Pourtant, il n'en est rien et elles sont harcelées par des courriers, des appels téléphoniques les menaçant d'avoir des amendes voire de la prison. Or, financièrement, la plupart sont déjà étranglées par les charges, la concurrence déloyale des supermarchés et ne peuvent faire face à de nouveaux investissements.
    Les obliger à ces normes sans aide, c'est, pour beaucoup signer leur arrêt de mort!
    Qui va y gagner? Sûrement pas les personnes en situation de handicap, ni le tissu social des Centres villes qui se désertifient, ni les maires, ni l'ensemble des citoyens...ni même l'économie.
    Le gouvernement s'en soucie-t-il ? Est-ce même délibéré??? Espérons que non!
    O.Etienne
  • fracture sociale et numérique

    Sophie Mopin - 25 Septembre 2017 - 15h32
    la fracture existe également en agglomération.
    les centres villes sont assez bien desservis mais les personnes en difficultés habitent en périphérie et sont envoyées en périphérie pour travailler dans des zones industrielles par exemple, mais l’accès à ces zones sont très compliqués notamment sur des horaires décalés.
    De plus, la modernisation des billets électroniques ou des inscriptions par mail sur des sites de tous genres augmentent la fracture de ces personnes n'étant pas capable d'être autonome.
    il ne faut pas oublier dans les personnes fragiles, les personnes n'étant pas autonomes pour utiliser ces transports existants, et pas uniquement les personnes handicapées mais toutes celles qui rencontrent des difficultés de lecture, d'écriture et de compréhension.
  • fracture sociale et numérique

    Sophie Mopin - 25 Septembre 2017 - 15h19
    lfracture sur le territoire existe également en ville, les transports en commun desservent bien les centres villes, malheureusement les personnes en difficultés habitent en périphérie et sont d'ailleurs envoyés vers d'autres périphéries pour travailler(zone industrielle
  • Repenser l'aménagement du territoire !

    pierre2 - 24 Septembre 2017 - 20h32
    Au lieu de continuer de développer des mégapoles déjà sursaturées, ne vaudrait-il pas plutôt mettre le paquet sur les villes moyennes, par exemples les chefs-lieux de département ?
    Il est probable que pour loger le même nombre d'individus, cela nous coûtera moins cher. C'est sans doute moins coûteux de développer des moyens de transport collectifs à St-Etienne ou au Mans qu'à Bordeaux ou Marseille.
    On devrait aussi pouvoir sauver un peu plus de ruralité, et baisser globalement le coût du logement.
    A quoi servira le Grand Paris quand tout le monde voudra le fuir parce que la vie, entre le temps de transport, le coût du logement, la violence urbaine, et l'absence de verdure, y sera tellement pénible ??
  • Mettre en place un Hyperloop entre Lyon et Paris

    Calliste Hanriat - 24 Septembre 2017 - 15h52
    Pour résoudre le problème du logement de Paris très cher, il serait intéressant de permettre aux populations de vivre ailleurs, comme dans le sud du pays. Le fait d'installer un système allant à 1200km/h entre Lyon et Paris permettrai de connecter le sud et le nord de la France avec le Sud. Les professionnels pourraient se déplacer à Paris à la journée, les postulants sudistes aux postes parisiens pourront envoyer leur CV sans avoir peur de déménager. La SNCF est déjà un bon actionnaire de la société Hyperloop One et devrait songer à concurrencer l'avion de cette manière.
    Calliste Hanriat
    intérêt pour l'emploi : les entreprises Parisiennes pourront ratisser plus large et les postulants pourront venir de toutes horizons. Interet social : Accès à la ville de Paris beaucoup moins couteux qu'en TGV (billet hyperloop à 10€ pour 20 minutes) et donc pas besoins de logement Parisien. intérêt écologique : transport électrique, supprimant l'intérêt de l'avion pour ce trajet.
    • Pas d'accord
      1
  • déplacement ds le centre ville pietonnier

    Armande Peter - 23 Septembre 2017 - 21h19
    apres avoir utilisé les transports qui permettent tant bien que mal de rallier la ville depuis les zones périphériques semi-rurales (un bus dernier départ 18h30 du centre ville),il faudrait envisager d'installer des trottoirs roulants ds l'hypercentre ,car pour nous, personnes à mobilité réduite et marche difficile,cela,faciliterait les achats et le lèche vitrine pour continuer à faire vivre les commerces du centre ville ;sans voitures ,les ruraux n'ont accés à aucun spectacle et vie nocturne,les parkings sont exorbitants et les handicapés pris en otage,une ville propre ,des vélos ,des trams ,parfait pour les valides!!, mais ,nous autres....(vous avez vu la tete du chauffeur si on demande un peu plus de temps pour monter ou descendre quand les marches le permettent)....cela n'aurait pas un coût extravagant ,ma proposition relève de l'utopie car ,combien de bâtiments publics restent encore inaccessibles.........
  • Remonter à la source de la fracture : un redécoupage pour une meilleure desserte

    Ijédle - 23 Septembre 2017 - 16h18
    Le problème de ces fractures est dû en partie à une organisation administrative du pays qui ne correspond pas aux dynamiques spatiales et démographiques actuelles. Par exemple, le CA du Grand Avignon (17 communes) s'étend sur le Gard et le Vaucluse, soit déjà deux régions différentes (Occitanie et PACA) alors qu'en se basant sur les données de l'INSEE, on remarque que l'unité urbaine d'Avignon est beaucoup plus vaste (59 communes) et s'étend même dans les Bouches-du-Rhône. Une restructuration du territoire est donc nécessaire afin de concentrer les mêmes besoins et éviter des conflits budgétaires entre certaines collectivités ainsi que du favoritisme qui bloquent des projets de territoire.
    Si des études statistiques sont faites sur les dynamiques des territoires, ce n'est pas pour rien. Il faut se baser sur celles-ci afin de pouvoir mettre en lumière les axes majeurs, les troncs sur lesquels viennent les branches qui permettent de desservir les zones périurbaines et rurales.
  • Transports et hyper-ruralité

    Françoise 1 - 22 Septembre 2017 - 11h29
    Aujourd'hui, on parle d'hyper-ruralité, de fracture territoriale pour certains territoires tels que la Haute Corrèze, la Creuse. Auto-partage, covoiturage, bien sûr, navette autonome, pourquoi pas ! Mais, le plus simple me semble être de ré-ouvrir les liaisons ferroviaires rurales, les petites gares, offrir la gratuité aux plus démunis, faciliter l’accès aux hôpitaux, aux consultations médicales spécialisées, à l’emploi, aux télétravailleurs. Il faut travailler sur le concept de « Smart Village » comme sur celui des « Smart Cities ».
  • Libérer la conduite pour autrui

    bruno doomingue - 21 Septembre 2017 - 09h05
    Aujourd'hui, si j'ai du temps et un véhicule, j'ai le droit d'accueillir autrui en covoiturage pour partager mon chemin. Mais je n'ai pas le droit de lui vendre le service de ma conduite dans mon véhicule sur SON chemin. Pourquoi? Pour protéger les personnes dont c'est le métier de la concurrence que je leur ferais.
    C'est comprehensible en zone dense ou taxis et VTC peuvent prospérer.
    Ce ne l'est pas en zone diffuse ou il n'y a ni services de taxis de proximité ni VTC faute d'un marché solvable propre à leur permettre d'exercer leur métier a plein temps.
    Pour réduire le désert de mobilité il faut libérer dans certains territoires la possibilité de faire de la conduite à temps partiel (étudiants, jeunes retraités, femmes au foyer) en s'appuyant sur des plateformes électroniques, en mettant en place une régulation minimale (contrôle annuel du véhicule, visite medicale, transparence sur les tarifs et les revenus) et en autorisant la subvention de certains transports sous condi
  • Projet N.E.A.R (Navette Electrique Autonome sur Rail).

    David Lorence - 20 Septembre 2017 - 21h38
    Ascensoriste de métier, j'ai imaginé un moyen de transport complémentaire, qui utiliserait les anciennes voies ferrées abandonnées, et qui fonctionnerait simplement et sans contrainte d'horaires comme un ascenseur. A l'échelle d'une communauté de communes, cette navette relierait des communes ou des quartiers a un centre d'emploi, culturel, éducatif ou commercial..
    Le réseau SNCF, a ses début, était tentaculaire. Il reliait nombres de petites communes. Il s'est réduit d'années en années au profit des grandes villes, des grands trajets, et des temps réduit. Ce maillage intercommunal a peu a peu disparu, alors qu'il était un lien social évident.
    Aujourd'hui les petits trains a vapeur ont disparu, mais ils peuvent être remplacé par de nouvelles technologies. Apprenons à ralentir, et redonnons du sens au transport en commun.
    Montferrat
    Très bonne idée reste le problème de la maintenance et de la signalisation notamment sur voie unique.
    • Pas d'accord
      0
    Montferrat
    Votre idée est très complémentaire de la mienne Il faut aussi penser une plateforme digitale permettant pour un trajet de centraliser toutes les offres permettant de bâtir son porte à porte le plus performant: covoiturage, NEAR, TRAIN le cas échéant si pas possible autrement, bus, hélico (augusto) . Je pense qu'une offre de modes de transports complémentaire est la solution certainement pas d'opposer individuel et collectif. Le collectif est plus adapté pour les transports de nombreuses personnes vers des points de liaison (hub) permettant en relais de descendre jusqu'au porte à porte , san député plus enregistre mais nécessaire
    • Pas d'accord
      0
    Montferrat
    Votre idée est très complémentaire de la mienne Il faut aussi penser une plateforme digitale permettant pour un trajet de centraliser toutes les offres permettant de bâtir son porte à porte le plus performant: covoiturage, NEAR, TRAIN le cas échéant si pas possible autrement, bus, hélico (augusto) . Je pense qu'une offre de modes de transports complémentaire est la solution certainement pas d'opposer individuel et collectif. Le collectif est plus adapté pour les transports de nombreuses personnes vers des points de liaison (hub) permettant en relais de descendre jusqu'au porte à porte , san député plus enregistre mais nécessaire
    • Pas d'accord
      0
    Montferrat
    Une erreur de frappe à la fin: lire "sans doute plus energivore mais" au lieu de :"san député plus enregistre mais" MDR
    • Pas d'accord
      0
  • Favoriser l’autopartage public et privé

    SOFIA mobilité - 20 Septembre 2017 - 19h30
    L’autopartage public devrait être systématiquement proposé dans les grandes métropoles.
    Un quota de véhicules serait disposé par communes ou quartiers, facilement repérables près de bâtiments publics connus. Les utilisateurs ayant préalablement établi un contrat avec l’agglomération ou l’opérateur pourraient prendre possession d’un véhicule facilement et rapidement, presque à la manière d’un Vélib’.

    L’autopartage privé devrait aussi être favorisé dans la copropriété. Les logements seraient ainsi vendus avec ce service de véhicules en pool. Cela permettrait à des résidants d’éviter de posséder une automobile.

    La réservation de ces véhicules s’effectuerait sur internet, un peu à l’image de qui se passe dans une grosse entreprise.

    Tous les véhicules proposés en autopartage devront être électriques et de dimension modeste.
    Les constructeurs automobiles pourront trouver dans ces types d’usage de nouveaux débouchés compensant les ventes classiques d’automobiles aux particuliers.
  • Trajets ruraux tous les 7 ou 14 jours

    Denis - 20 Septembre 2017 - 15h59
    Pour les personnes qui ne sont pas assez autonomes (voiture et marche), plutôt que d'inventer des trajets quotidiens presque vides :
    Un car pourrait prévoir des aller-retours vers un centre urbain (ou commercial) distant de 20 à 40mn, permettant des démarches administratives, commerciales ou culturelles, d'une demi-journée (ou une journée), et cela une fois par semaine.
    Chaque jour de la semaine serait affecté à une ou deux communes rurales n'ayant pas de ligne régulière pratique. Ainsi, les personnes pourraient programmer leurs déplacements (rendez-vous ou autres) et recréer du lien social.
    Eventuellement, un autre centre urbain pourrait être programmé en alternance pour une même commune.
    AugustoPinochet
    c'est une bonne idée ca, mais y aura t'il suffisamment de gens qui prendrons ce car pour que ca ait de l'interet. De plus comment être sûr que toutes les personnes visés soit au courant du projet ?
    • Pas d'accord
      0
    Armande Peter
    tres bonne idée ,meme le car scolaire pourrait servir ,mais ,les maires n'ont pas envie de se casser la tete pour une dizaine d'habitants semi valides!!!!
    • Pas d'accord
      0
    pierre2
    Dès qu'on est trop loin de la métropole, l'équation est difficile à résoudre : le transport en commun, soit c'est tous les jours pour aller bosser, mais c'est très long, soit c'est de temps de temps, pour aller faire ses courses, mais c'est trop rare pour contenter tout le monde. L'idéal serait de pouvoir disposer de grands parkings gratuits à la périphérie des villes.
    • Pas d'accord
      0
  • Axing

    Black jin bou - 20 Septembre 2017 - 14h58
    Imaginer une version UBER et équitable des TAXIS avec une licence et une gestion des réductions d’impôts pour les utilisateurs, un complément d'aide pour ceux qui son sous licence , une assistance 24h/24 avec des prix concurrentiel compléter d'aide social et gestion des cartes de transport local. avec une priorité pour les personnes à mobilité réduite. les gens préfère le local. avec un système pareil Uber et compagnie feront moins de concurrence les Taximan pourront continuer leur tarif en solo ainsi que de récolté les bonus via Axing le tout coupler avec des aides et un service plus sociale qui donne la chance au personnes à mobilité réduite de profité d'un transport en priorité. les conducteurs avec licence et véhicule adapté aux handicape auront évidement un plus dans les aides reversé par l'état. avec cette idée on réuni définitivement tout le monde et le couplage aide et impôts permet d'avoir un plus qui n'existe pas dans le monde UBER actuellement.
  • Penser le porte à porte y compris en milieu rural - 4

    Montferrat - 20 Septembre 2017 - 14h42
    - de supprimer des lignes ferroviaire obsoletes et coûteuses tout en améliorant la desserte voyageur de manière très forte :
    Milan- Marseille 3h30 en train
    Paris - Gap via Aix TGV en 4h30 / 4h15 au lieu de 6 h au mieux
    Relier la vallée de la Durance et les hautes vallées à Milan (2h30 de Gap) et Turin (1h45)

    Les liaisons avec les autres points du territoire depuis Manosque Sisteron Gap Embrun Briancon pourraient se faire en bus avec bien moins de rupture de temps qu'aujourd'hui

    Le Piémont est partant pour cofinancer le tunnel
    Enfin, dans le cadre du réchauffement , qui peut penser raisonnablement que d'ici 50 ans les grandes villes, situées en plaine, seront toujours aussi attractives?
    Les territoires collineens, de montagne pourraient devenir des refuges vivables... encore faut il anticiper et ne pas les rendre inaccessibles

    Voilà ma contribution
    Prêt pour en discuter plus en détails car le sujet est complexe et mérite des développements

    Lp
  • Penser le porte à porte y compris en milieu rural - 4

    Montferrat - 20 Septembre 2017 - 14h42
    - de supprimer des lignes ferroviaire obsoletes et coûteuses tout en améliorant la desserte voyageur de manière très forte :
    Milan- Marseille 3h30 en train
    Paris - Gap via Aix TGV en 4h30 / 4h15 au lieu de 6 h au mieux
    Relier la vallée de la Durance et les hautes vallées à Milan (2h30 de Gap) et Turin (1h45)

    Les liaisons avec les autres points du territoire depuis Manosque Sisteron Gap Embrun Briancon pourraient se faire en bus avec bien moins de rupture de temps qu'aujourd'hui

    Le Piémont est partant pour cofinancer le tunnel
    Enfin, dans le cadre du réchauffement , qui peut penser raisonnablement que d'ici 50 ans les grandes villes, situées en plaine, seront toujours aussi attractives?
    Les territoires collineens, de montagne pourraient devenir des refuges vivables... encore faut il anticiper et ne pas les rendre inaccessibles

    Voilà ma contribution
    Prêt pour en discuter plus en détails car le sujet est complexe et mérite des développements

    Lp
    AugustoPinochet
    vous avez de bonnes idées ! Que pensez vous de la mienne , complémentaire à celle que vous proposez
    • Pas d'accord
      0
    bruno doomingue
    Votre titre est aguicheur mais deceptif. Vous ne parlez pas de Porte à Porte. Seulement de ferroviaire. Le ferroviaire est l'opposé du Porte à Porte. La vraie question, c'est: quel mode inventer pour au final amener chacun jusque chez soi. Cela passe par une offre de transport individualisée diffuse, assurée par des entreprises ou des particuliers travaillant parfois à temps partiel, appuyés par une plateforme organisant la rencontre de la demande et de l'offre. Avec peut être des subventions de certains transports ou certaines personnes.
    • Pas d'accord
      0
    Montferrat
    L'individuel est une impasse Voyez Los Angeles par exemple il faut une complémentarité Un transport rapide avec moins de rupture sur et peu polluant pour les longs trajets et des dessertes pour un grand nombre de voyageurs puis en relais des modes plus agiles' Ce que vous proposez sinon c'est de multiplier encore les infrastructures pour de l'individuel C'est le même problème pour tous les réseaux, pas seulement de transport C'est vrai aussi pour l'urbanisme L'individuel n'aboutit qu'à dévorer l'espace, l'énergie, multiplier ,es réseaux, les frais de maintenance pour des bulles individuelles. Il faut penser global et complémentaire
    • Pas d'accord
      0
  • Penser le porte à porte y compris en milieu rural - 3

    Montferrat - 20 Septembre 2017 - 14h28
    - après avoir mis 2h30 pour faire Paris Valence TGV ( environ 600 km), un voyageur voulant se rendre à Gap va mettre encore, minimum, 3h30 (si la correspondance est assurée...) pour faire Valence Gap ( environ 150 km).
    Voilà une vrai rupture temporelle et inégalité territoriale...
    3 lignes maintenues et entretenues pour une telle performance....!
    Construire une ligne ferroviaire neuve fret double voie électrifiée pour une vitesse de 160 km/h minimum partant de Miramas, passant à Aix TGV , pour remonter la Durance jusqu'à Briancon , avec un tunnel pour rejoindre Suse en Italie permettrait ainsi :
    - de relier Barcelone et Milan , de connecter Fos, de faire un hub TGV voyageur à Aix TGV ( une ligne fret peut accueillir des trains voyageur)
    - de soulager l'axe rhodanien pour les traffics de l'axe méditerranéen
    - d'irriguer les territoires des hautes vallées en souffrance d'accessibilité ( tourisme, nouvelle économie...)
    bruno doomingue
    Qu'il faille supprimer certaines lignes ne répondant plus aux besoins de gain de temps et qu'on. E conserve que par démagogie, oui. Mais qu'on les remplace par de nouveaux modes lourds, c'est économiquement non pertinent. Et c'est le chemin inverse de celui enfin proposé ici consistant à privilégier les modes légers, plus individualisés, plus souples, moins coûteux.
    • Pas d'accord
      0
  • Développer le transports collectifs en Hélicoptère

    AugustoPinochet - 20 Septembre 2017 - 14h24
    Tirant partie de mon expérience en Amerique du Sud ( Militaire au Chili et pilote d'Hélico a Sao Paulo) je vous propose aujourd'hui mon idée pour réduire les fractures territoriales grâce au transport.
    L’hélicoptère, sous sa première forme a aujourd'hui plus de 70 ans. C'est l'un des véhicules permettant de se déplacer dans les airs , le plus utilisé avec l'avion.Il en existe toutes sortes de formes et on peut l'utiliser de différentes manières: protections civiles, usages militaires, usages privés, tourisme ...
    Étonnamment celui-ci n'est absolument pas utilisé comme moyen de transports en commun.
    Pourtant ces avantages sont plutôt nombreux.
    En effet , l’hélicoptère est un moyen de transports sûr ( plus que le car par exemple), qui peut accéder à des zones géographiques éloignés ou peu peuplés facilement. Cela dynamiserait à coup sur nos territoires.


    AugustoPinochet
    Vous pouvez proposer vos idées supplémentaires dans les commentaires
    • Pas d'accord
      0
    Armande Peter
    à 25 e la minute de vol ,nous ,campagnards ,avons peu de moyens ,mais l'idée est valable
    • Pas d'accord
      0
  • Penser le porte à porte y compris en milieu rural - 2

    Montferrat - 20 Septembre 2017 - 14h12
    Ainsi, sur un exemple concret, celui de la desserte des Alpes du sud:

    Données :

    - nous avons 3 lignes ferroviaires peu performantes pour relier Briancon en cul de sac... Pourtant, le sillon de la Durance est de tout temps le lieu de passage principal entre l'Italie et l'arc méditerranéen
    - La production industrielle européenne se déplace vers l'est de l'Europe. Il faudra rappatrier les marchandises par Trieste puis Milan pour les amener vers le triangle Londres Paris Benelux : les cols alpins sont saturés donc est prévu une liaison fret Lyon Turin. Sage mais...pour le nord. Quid de l'arc Méditerranéen? Il est prévu de faire redescendre depuis Lyon par le sillon rhodanien...il est saturé .
    - Milan et Turin ont un port limité (Gênes) le port de Barcelone est aussi difficile à agrandir. La zone de Fos sur Mer ne s'est jamais vraiment développé alors que le territoire est parfait: proximité du Rhône, autoroute, aéroport, noeud ferroviaire de Miramas, TGV à Aix TGV
  • Penser le porte à porte y compris en milieu rural - 1

    Montferrat - 20 Septembre 2017 - 14h02
    Bonjour,
    Je parle ici du train, mode de transport le plus économe en énergie par rapport à la route.
    Le TGV c'est bien mais....si on ne pense pas les correspondances et la continuité sans rupture brutale c'est mieux... le TGV est pensé pour relier des grands centres . Ce choix neatait peut être pas judicieux pour relier toutes les capitales régionales. Sans doute oui pour relier des bassins de population de 3/4 millions de personnes , en France comme avec nos voisins, afin de garder une rentabilité globale comprenant le prix de l'infrastructure puis son entretien par un taux de remplissage constamment élevé. Pour d'autres destinations, une ligne ferroviaire classique améliorée pour atteindre environ 200km/h aurait été plus judicieux, afin...de moderniser aussi le réseau secondaire, celui permettant de relier les préfectures et villes moyennes . Plus de budget désormais, difficile à faire donc. Cependant, il faut au moins se poser la question de ce qui existe déjà afin de rationaliser

J'ajoute ma contribution

La concertation des Assises Nationales de la mobilité est désormais clôturée.

Back to top