Rénover les lignes existantes pour permettre à l'usager des hinterlands l'accès au trains du quotidien

Jean-Robert THOMAS - 02 Décembre 2017 - 16h01
L'investissement dans le ferroviaire a été trop capté par les infrastructures à grande vitesse entre métropoles. On doit réorienter ce financement vers la rénovation des lignes existantes entre villes moyennes et y faire rouler des rames à vitesse 200-220 km/h max avec des connexions dans les gares existantes.
L'exemple de l'alternative entre une LGV Bordeaux-Toulouse très chère et vouée au transport de quelques privilégiés avec la modernisation de la ligne existante à moindre coût devrait être étudier en détail par SNCF et l'Etat.
laroulette
il y a plus de dix ans que des citoyens se battent pour faire entendre ce point de bon sens élémentaire
  • Pas d'accord
    0
Back to top