Moins emprunter la route non, mieux l’emprunter oui !

Jean-Paul BENMELEH - 29 Novembre 2017 - 11h07
Voitures électriques, voitures autonomes… On s’est bien rendu compte que la route et la voiture en elles-mêmes n’étaient pas remises en question quand elles répondaient aux nouveaux enjeux de transition écologique : on n’a jamais autant favorisé l’utilisation des voitures partagées, ou le recours au covoiturage ! En y réfléchissant bien, l’exigence n’est pas de MOINS emprunter la route, mais de MIEUX l’emprunter. Des projets comme l’A31bis, le contournement Ouest de Strasbourg, l’A45… promettent d’être en phase avec les exigences écologiques, tout autant que d’autres projets d’infrastructure ! L’A45 sera par exemple complètement adaptée à l’utilisation des véhicules électriques.

Jean-Paul BENMELEH, CPME Loire
Cemoi
Si l'on remplaçait toutes les voitures en circulation par des véhicules électriques, il y aurait autant de trafic et d'embouteillages. Il faut donc bien MOINS emprunter la route.
  • Pas d'accord
    1
Alexis Fraisse
Plus de routes c'est plus de trafic, plus de pollution de l'air, du sol et de l'eau, plus d'émissions de gaz à effet de serre, plus de véhicules en circulation, plus de consommation de ressources naturelles, plus d'artificialisation des sols, moins de surface agricole, moins de surface naturelle, moins de biodiversité, plus d'inondations. Donc d'une part il faut MOINS de routes, et il faut MOINS les emprunter.
  • Pas d'accord
    0
Back to top