Mobilités plus intermodales : mieux articuler toutes les offres de transport

Qu’avez-vous à proposer sur ce thème ?

Ajouter ma contribution
  • Formation tout au long de la vie de citoyens multimodaux

    Benoit Beroud - MOBIPED - 12 Décembre 2017 - 22h29
    Les décideurs publics ont tendance à se focaliser sur l'intermodalité plutôt que la multi-modalité. Si l'intermodalité a toute sa pertinence pour concurrencer la voiture, il serait bon de prendre conscience que tous les déplacements ne nécessitent pas transport en commun ou monétarisation du déplacement.

    Pour générer un report modal, il parait indispensable de réfléchir en terme de multimodalité, incluant les schémas de déplacements d'un individu à moyen et long terme.

    La formation à la mobilité est aujourd'hui sacralisée par le permis de conduire. Un plan de formation permettrait de former les citoyens tout au long de leur vie. Il apprendrait à s'orienter, à lire un plan et une grille horaire, à cohabiter, à faire du vélo sur route, à connaître savoir-être et savoir faire, a trouver et utiliser accessoires indispensables, à conduire, à maîtriser le cadre réglementaire (Cf. Belgique).

    Utile pour préparer la dépendance des séniors.
  • EELV_Alsace

    mkugler - 12 Décembre 2017 - 17h53

    Dans le cas de l’Alsace, il est essentiel de (re-)développer en tout premier lieu un transport multimodal de marchandises, à l'échelle national et international, structuré autour du fret ferroviaire et fluvial. La géographie de la région et l'utilisation des transports ferroviaires en Allemagne et en Suisse ont permis la construction d’un réseau solide et complémentaire auquel nous devons nous associer.Pour le transport humain, chaque citoyen.ne doit à terme pouvoir trouver une alternative vertueuse, écologique, abordable et efficace pour ses déplacements quotidiens.
    Nous demandons le développement de transports doux.:
    - Développement d’un réseau cyclable équipé) en milieux urbains et ruraux,
    - Renforcement des lignes TER et re-développement du réseau capillaire (Bollwiller - Guebwiller),
    - Amélioration concertée des réseaux de transports en commun,
    - Promotion du transport partagé équilibré avec le développement de transports longues distances
  • zones rurales

    AuTour - 12 Décembre 2017 - 16h24
    Dans les zones où il n’y a aucun transport en commun, vélo et VAE sur les plus courtes distances et il faudra créer du commun en favorisant le covoiturage, l'autostop sécurisé pour aller vers l’utilisation de voitures électriques (en usage partagé le + souvent possible) dont le dimensionnement des batteries sera adapté à la distance à parcourir pour les rabattements vers les villes ou les parkings-relais.
  • Parking relai gratuit = zone d'altermodalité

    AuTour - 12 Décembre 2017 - 16h15
    Favoriser des parkings-relais gratuits, points clés, correctement connectés aux stations de TC et aux pistes cyclables, la voiture n'a plus aucune raison d'entrer en ville, ceci pour les grandes villes ou les villes de taille moyenne (La Tour du Pin, Morestel, etc.. inclus). On peut y trouver
    outre les TC, vélo, VAE, éventuellement voitures électriques, des services : atelier vélo associatifs par exemple; le déplacement des piétons s’y fait en sécurité pour accéder au mode de transport de leur choix (ou de son besoin) Ils sont logiquement équipés de parkings vélos sécurisés, de bornes de rechargement pour VAE, des plans des différents itinéraires, des fléchages sur les directions à utiliser .
  • moins de voiture en ville 2

    AuTour - 12 Décembre 2017 - 16h13
    En ville la priorité doit être donnée aux transport en commun (TC) et aux mobilités actives.
    Le bilan écologique des voitures électriques n’étant pas extraordinaire, celle ci doivent être réservées à des usages limités : personnes à mobilité réduite, services d’urgences.
  • moins de voiture en ville 1

    AuTour - 12 Décembre 2017 - 16h12
    - Lutter contre les voitures en ville notamment diesel. Limitation de vitesse 30 en ville (panneau 30 en début d’agglomération à la place du 50, grands marquages au sol des voies réservées, vitesses.
    Que la signalisation donne priorité aux piétons et aux vélos.
    Les avantages : + de fluidité et moins de pollution, facilitation des modes actifs en sécurité…).
    Une bonne organisation d'interconnexion des différents modes de transports alternatifs à la voiture individuelle le permettra, à condition d'équipements suffisants et de panneaux de signalisation assez précis sur les différents itinéraires possibles (Cf Parkings relais.)
  • Changer le regard de la société sur les pratiques de covoiturage et d’autostop, accompagner les changements de comportement 2/2

    LAHGGLO - 12 Décembre 2017 - 15h08
    - Mettre en place des systèmes de gratifications : stationnements à tarifs réduits, utilisation des voies dédiées sur les tronçons de voiries, y compris autoroutières, gratifications considérant que les pratiques vertueuses de certains profitent à tous et qu’il convient d’en reconnaitre le prix.

    - répondre à la crainte concernant le trajet de retour pour des trajets en covoiturage, ou autostop

    - Pouvoir apporter des preuves de covoiturage ou d’Autostop pour bénéficier des dispositifs d’incitation, ou des garanties de retour, pour le conducteur comme pour le passager

    - imposer une gouvernance cohérente sur les nouvelles mobilités, par les acteurs publics, à la bonne échelle du territoire.
  • Comment promouvoir la pratique de la marche et le vélo ? (3)

    Nantes Métropole-Département Déplacements - 12 Décembre 2017 - 11h25
    - La réglementation du développement du free-floating en obligeant les entreprises à solliciter une autorisation à la collectivité en charge de l’espace publique et en lui permettant d’instituer une redevance d’occupation de l’espace public. Le développement d'opérateurs privés de vélos en libre service sans borne représente un intérêt réel, cohérent avec la promotion de l'intermodalité. Cependant il convient que l'Etat anticipe les nuisances et coûts induits (contrôle du stationnement sauvage génant, récupération de vélos hors d'usage…) qui devront au final être portés par la collectivité. Il conviendrait d'ailleurs que les agglomérations et communes puissent pénaliser ou interdire le développement des opérateurs qui ne respecteraient pas ces réglementations.
  • Comment promouvoir la pratique de la marche et le vélo ? (2)

    Nantes Métropole-Département Déplacements - 12 Décembre 2017 - 11h24
    Comme cela a été fait dans le domaine des déchets l’État pourrait également inscrire dans les programmes scolaires des actions de sensibilisation à l'impact des comportements de mobilité et des formations à l'utilisation du vélo par exemple au-delà de la thématique sécurité routière.
    - Le financement des infrastructures structurantes( voies express ou autoroutes à vélo ainsi que stationnements vélos au niveau des pôles d'échanges multimodaux), permettant de créer du report modal y compris pour connecter des secteurs mal desservis en transport en communs, par exemple via des appels à projets.
  • Comment promouvoir la pratique de la marche et le vélo ? (1)

    Nantes Métropole-Département Déplacements - 12 Décembre 2017 - 11h21
    - L'incitation financière et la promotion du vélo :
    Concernant l'Indemnité Kilométrique vélo, un premier pas a été franchi en rendant possible pour les employeurs privés et publics le versement d'une indemnité. Cependant ce dispositif est facultatif et il conviendrait de le rendre obligatoire. Un particulier qui utilise son vélo pour les trajets domicile/travail ne bénéficie d'aucun avantage fiscal. Nous proposons , indépendamment de l'IK vélo, qu'un salarié puisse déduire les frais d'achat et d'entretien de son vélo forfaitairement comme c'est le cas pour l'utilisation d'un véhicule sur ses trajets domicile/travail.
    La poursuite des subventions pour l'acquisition des VAE et la mise en place de subventions pour l'acquisition de vélo-cargos ou autres vélos à usage professionnel (cf mobilités plus propres).
    L’État pourrait également lancer des campagnes de promotion de la marche et du vélo en mettant en avant leurs bienfaits : temps, développement durable, coût, santé par exemple.
  • stop lgv sanary

    stop lgv sanary - 11 Décembre 2017 - 20h27
    --Un grand nombre de vélos restent à l'extérieur des gares avec des risques de vol ou de détériorations, il serait une bonne idée d'en faciliter l'embarquement à bord des TER, ce qui permettrait l'usage en sortie de la gare d'arrivée.
    --Dans la même optique, l'agrandissement des parkings aux abords des gares, ils sont souvent pleins, des efforts sont faits pour les aires de covoiturage, des gares routières ou des départs de lignes de tramway, l'idée qui est bonne devrait être généralisée...
  • Changer le regard de la société sur les pratiques de covoiturage et d’autostop, accompagner les changements de comportement 1/2

    LAHGGLO - 11 Décembre 2017 - 15h51
    - s’appuyer sur des réseaux d’acteurs locaux (associations, conseillers en mobilités, plateformes de mobilité, sites Internet, communication grand public).

    - Expérimenter les alternatives à la voiture particulière et faire connaitre les pratiques des précurseurs : Autostop organisé, Bustaxi, transport à la demande zonal, en complémentarité objective avec le réseau des transports collectifs (TC).

    - En zone intermédiaire dense/peu dense faisant l’objet d’une congestion récurrente, il est souhaitable de promouvoir ces dispositifs pour améliorer les rabattements vers les systèmes de TC.

    - Encourager par des dispositions incitatives et règlementaires locales ou nationales.

    - favoriser la "masse critique" des dispotitifs comme le covoiturage, en favorisant l'articulation entre les offres (et non la concurrence)

Back to top