(CESE) Complémentarité, intermodalité, optimisation du transport routier, véhicules décarbonés pour le dernier km

CESE ADT - 01 Décembre 2017 - 12h21
Il faut promouvoir une politique ambitieuse de logistiques de marchandises, repenser les chaînes logistiques mer + fer + route en complémentarité et non en concurrence, et remettre à plat la chaîne logistique dans une logique écoresponsable. La prise en compte de la logistique urbaine pourrait figurer parmi les critères d’accessibilité pour créer une zone d’activité.
Le transport routier, indispensable au pré et post-acheminement et indissociable d’une politique multimodale, restera le principal mode de transport des marchandises par voie terrestre. Son optimisation (meilleure efficacité énergétique des véhicules, réduction des kilomètres à vide, inscription dans le transport combiné) est un enjeu.
Il faut : revoir les chaînes logistiques pour utiliser au maximum les plages horaires de livraison, recourir à des véhicules décarbonés pour le dernier kilomètre, s’appuyer sur la livraison urbaine électrique et mettre en place des centres de mutualisation de livraison de marchandises.
Nordexpress
D'accord sur une chaine logistique combiné mer + fer + route en complémentarité. Favoriser l’entrée dans les zones urbaine par transport ferré ou fluviale pour réduire l’encombrement sur les routes/rues et combiner avec un transport intra urbain par véhicule décarboné. Mais, si nous souhaitons réduire la consommation d'énergie (quel qu'elle soit) des transports interurbains, nous devons favoriser le fret ferroviaire. En effet grâce à la friction moindre entre la roue métallique d’un train sur le rail métallique, comparé à la friction entre le caoutchouc et l’asphalte d’un véhicule routier, le transport ferré à un meilleur rendement énergétique.
  • Pas d'accord
    0
Back to top