Mobilités plus connectées : accélérer l'innovation et la révolution numérique

Qu’avez-vous à proposer sur ce thème ?

Ajouter ma contribution
  • Lutter contre les nuisances des personnes au téléphone

    Stéphane Ascoët - 12 Décembre 2017 - 11h06
    Un gros frein pour l'utilisation des transports en commun est l'omniprésence des personnes qui gênent les autres en parlant dans leur idiotphone. Il faut qu'elles soient systématiquement sanctionnées et peut-être aller vers des solutions de séparation des publics comme pour les fumeurs/non-fumeurs...
    Stéphane Ascoët
    Les diffusions de son par les mini-haut-parleurs hors conversations téléphoniques est aussi un problème majeur de nuisances.
    • Pas d'accord
      0
  • • Mobilités plus connectées accélérer l'innovation et la révolution numérique oui, si saine et libre concurrence

    Edouard Bourdot - 11 Décembre 2017 - 17h23
    Propositions de la FNA : pour le maintien d’une concurrence saine et loyale
    - vigilance accrue des autorités de la concurrence sur le marché afin de garantir l’indépendance des réparateurs et des automobilistes vis-à-vis des constructeurs et bientôt des GAFA
    - observatoire public du marché de l'entretien et la réparation des véhicules
    - d’adapter le contenu de la formation des jeunes à ces nouvelles technologies demandant des compétences de haute technicité
  • Numérisation de l’organisation des circulations des trains

    Nordexpress - 11 Décembre 2017 - 17h11
    Le report modal vers le transport ferré étant préconisé pour des raisons de rendement énergétique nettement meilleurs, une numérisation de l’organisation des circulations des trains permettrait une optimisation de chaque sillon.
    Avec un système numérique de planification de circulation des trains, la définition des sillons alloués aux trains serait automatisée pour optimiser leurs circulations.
    Par ailleurs un système numérique de triage et manœuvre en gare des wagons, effectué par une locomotive autonome, piloté numériquement, permettrait une commutation efficace et autonome des wagons entre différents trains. Évitant aux voyageurs quelques correspondances intra modales, toujours délicates, surtout si on voyage avec des enfants en bas âge, avec une poussette, des bagages encombrants, un vélo, est âgé ou à une mobilité réduite.
    Cela à son tour augmenterait la compétitivité par rapport à véhicule routier privé.
  • La ministre des Transports...

    pierre2 - 08 Décembre 2017 - 15h56
    pourrait commencer par empêcher sa collègue à l'Intérieur de nuire à ses efforts !
    Je viens d'apprendre qu'il est question, soit disant pour la sécurité routière, d'interdire le roulage des trottinettes sur les trottoirs, même à petite vitesse.
    En réalité, c'est une demande de certains lobbys piétonniers.
    Il serait demandé à ces trottinettes de rouler uniquement sur les pistes cyclables. Vu qu'il n'y en a pas partout, autant dire que la mobilité 2.0 va rejoindre toutes les inventions récentes, comme les VTC, Uber, Airbnb, dont l'existence même est menacée par des lobbys qui ne veulent rien partager.
    Il est temps de museler les pseudos-experts de la sécurité routière, au risque de désorganiser toutes ces nouvelles filières.
  • L’A45, l’autoroute soucieuse de l’environnement et connectée

    Daniel VILLAREALE - 08 Décembre 2017 - 13h55
    L’autoroute c’est dépassé ? Faux ! L’A45 s’inscrit dans le projet de « route de demain » : elle sera entièrement composée d’un enrobé capable de capter les molécules d’azote, de produire de l’électricité, et sera même équipée de technologies capables d’assurer les interactions entre les véhicules et la route, ou entre les véhicules eux-mêmes. Que rêver de mieux pour concilier enjeux de transports et enjeux environnementaux ?

    Daniel VILLAREALE - CPME Loire
  • Navette urbaine autonome i-Cristal

    Lohr Industrie - 08 Décembre 2017 - 11h07
    Proposition du groupe Lohr pour une mobilité autonome dans le transport public de passagers

    Les futurs utilisateurs des navettes autonomes attendent un niveau de sécurité, de disponibilité et de confort auxquels ils sont habitués aujourd’hui. Pour assurer un vrai leadership à la France en matière de conduite autonome dédiée au transport des publics, il est utile de s’appuyer sur les compétences de l’industrie française du transport public et d’accorder à l’usage une valeur disruptive finalement toute aussi importante que la rupture technologique.

    Pour ce faire, la future réglementation des navettes urbaines autonomes pourrait valablement exiger que ces dernières proposent les mêmes performances en matière de sécurité (freinage, CEM..) que le véhicule conduit. Vis-à-vis du voyageur et notamment des personnes à mobilité réduite, le véhicule autonome doit également assurer les mêmes prestations qu'un véhicule avec conducteur : systèmes interphonie, vidéosurveillance...
  • Mieux remplir les voitures - L'Autostop

    Maurice Ozil - 07 Décembre 2017 - 13h08
    Il faut encourager le covoiturage spontané qu’est l’autostop.
    - Changer le regard de la société et encourager la pratique d’Autostop
    - Cela passera par des gratifications significatives:
    o proposer des stationnements à tarifs réduits,
    o utiliser à des conditions à définir les voies réservées aux bus et taxis.
    o des compensations financières considérant que les pratiques vertueuses de certains profitent à tous et qu’il convient en conséquence d’en reconnaitre le prix.
    o répondre à la crainte concernant le fait de faire de l’Autostop en stimulant l’adhésion des personnes à une communauté d’intérêt qui donnera du coup les éléments de sécurité recherchés.
    o Le signalement de chaque déplacement par le moyen simple d’un SMS permettra de sécuriser les pratiquants, Cette trace permettrait aussi de gérer les gratifications mentionnées ci-avant.
    o On devra assurer la garantie du retour : taxi pris en charge par la collectivité quelquefois par an sous condition d’un trajet aller.
  • Contribution issue de l'atelier assises de la mobilité des députés LREM Haute-Savoie, Savoie et français de l'étranger

    Alexis Cintrat - 07 Décembre 2017 - 11h10
    • Impliquer l’économie sociale et solidaire dans les services numériques de transports (ex : assistance aux personnes en situation de handicap).
    • Création d’un pass transport universel.
    • Mise en commun des données entre tous les opérateurs de transports privés et publics.
  • Fluidifier le trafic dans l'agglomération de Savines le Lac Hautes Alpes, réduire les bouchons en été et saison de ski

    PERSPECTIVES HAUT ALPINES - 07 Décembre 2017 - 10h19
    Pour améliorer la situation, au-delà des dispositifs de délestage possibles, nous préconisons que pendant ces périodes d’une part la vitesse de la traversée de Savines Le lac soit limitée à 30km/h pour limiter les effets d’accordéon et d’autre part la traversée soit équipée d’un dispositif de feux tricolores à tous les passages piétons, coordonnés et en lien avec l’ampleur des temps d’attente.
    Ces feux ne seraient activés que pendant les périodes concernées, par un automatisme lié à la longueur des bouchons. Quand ceux-ci seraient trop importants, des cycles « vert » coordonnés pour les automobiles permettraient d’évacuer de façon plus satisfaisante le trafic ; Ils alterneraient avec des cycles « clignotant orange » où la vitesse réduite facilitera les cohabitations d’usage, les piétons pouvant par ailleurs déclencher des cycles « rouge » à la demande avec un temps de réaction à préciser.
    Perspectives Haut-Alpines
    PERSPECTIVES HAUT ALPINES
    génial
    • Pas d'accord
      0
  • Ajouter des panneaux INFO TRAFIC permettant de dévier le trafic routier en cas d'engorgement du réseau dans les Hautes-Alpes

    PERSPECTIVES HAUT ALPINES - 07 Décembre 2017 - 10h13
    Installer des caméras de surveillance de trafic dans les zones sensibles pour actionner en temps réel les itinéraires de délestage en période d'affluence touristique. Exemple: pour éviter le bouchon de Chorges, un comptage numérique déclenche, en cas de surcharge de trafic, la mise en service de l'itinéraire bis via Espinasses / col Lebraut. Les services du département ayant la main sur la validation de l'opération (risques de neige). Un panneau numérique donne alors les indications en amont du carrefour des vallées de l'Avance et de la Durance.
    Perspectives Haut-Alpines
  • Un cadre législatif protecteur du consommateur est nécessaire

    Automobile Club Association - 06 Décembre 2017 - 14h41
    La connectivité des véhicules doit permettre le développement de services et l’amélioration de la sécurité routière. L’automobiliste doit savoir quelles données sont collectées, en rester propriétaire et en contrôler l’usage. Un cadre législatif protecteur du consommateur est nécessaire pour qu’il adhère à ces technologies et profite du gain sécurité. Concernant les véhicules autonomes :
    - les tests sur la voie publique devront permettre d’établir des référentiels qui alimenteront efficacement la conception de futures réglementations et l’évaluation du niveau de formation nécessaires.
    – nécessité d’une collaboration des pays à l’échelle internationale pour redéfinir les cadres législatifs.
    - Une préparation active de la phase transitoire au cours de laquelle les 2 catégories de véhicules vont interagir.
    - Un niveau exigeant de la qualité des routes qui pour communiquer avec des voitures doivent être entretenues et performantes.
  • Un citymapper national !

    Jul - 05 Décembre 2017 - 15h02
    Cette application géniale permet de circuler dans la plupart des capitales du monde de façon fluide et efficace.

    Je souhaiterais me déplacer partout en France avec un accès immédiat à l'information sur les transports publics disponibles, quelque soit la zone urbaine ou rurale,

    ... sans devoir attendre à un guichet pour récupérer un plan de bus
    ... ou galérer sur le site Internet de ma commune de destination pour deviner comment s'appelle le service de transport puis télécharger des PDF improbables où peut-être le nom de la station de bus sera le même que celui de l'adresse de ma destination
    ... ou bien me rendre au siège de la société de transport ouverte seulement aux heures de bureau pour récupérer les horaires et les plans
    ... ou bien devoir interroger les chauffeurs de bus sur le parking de la gare faute de plans affichés
    etc...

    Bref, un citymapper national serait le bienvenu !
  • nos déplacements demain

    adsg - 04 Décembre 2017 - 11h06
    Atouts principaux de notre territoire en matière de mobilité :
    1-proximité de gare TER
    2-existence d’une ligne TC
    3 parking de covoiturage
    Difficultés principales rencontrées dans de notre territoire en matière de mobilité :
    1-mauvaise correspondance TC-TER liée à la très faible fréquence de la ligne TC
    2-parking de gare TER plus que pleins
    3 manque d’organisation pour du covoiturage le plus en amont possible
    Nos propositions :
    Faciliter le télétravail
    Amélioration de l’organisation pour du covoiturage le plus en amont possible, entre particuliers ou navettes dédiées
  • outil facilitateur

    adsg - 04 Décembre 2017 - 10h35
    Télétravail, communication pour le covoiturage et l’usage des TC
  • Intermodalité et efficacité des transports en commun, numérique, AOT, DSP

    CESE ADT - 01 Décembre 2017 - 11h54
    Accroître l’attractivité des transports en commun nécessite qu’ils soient intermodaux et plus efficaces. Le numérique permet un bond en avant en fluidifiant la chaîne de services. Le CESE préconise de :
    -Appeler les Autorités organisatrices de transport (AOT) à fixer aux transports collectifs des objectifs ambitieux de développement d’offres de mobilité numérique, en intégrant dans les DSP information multimodale en temps réel, organisation du trajet porte-à-porte et pass mobilité ; pour éviter la fragmentation des solutions, confier à un organisme associant AOT et groupes de transport la fixation de normes à respecter dans les cahiers des charges de DSP et pour les liaisons nationales ;
    -Enrichir les offres des plates-formes numériques de transport public en mettant à disposition des informations sur l’environnement commercial, culturel et de service public (du type galeries marchandes virtuelles) en utilisant la localisation des voyageur.euse.s de manière non intrusive.
  • Adapter les équipements de signalétique aux données de trafic en temps réel

    mc2i Groupe - 29 Novembre 2017 - 22h27
    La congestion dans les métropoles est un des enjeux majeurs de la mobilité de demain. Beaucoup d'innovations s'y attachent, la multiplication des voies dédiées aux transports en commun ou aux covoiturages en est un exemple.

    Une autre solution pour combattre la congestion du trafic dans les métropoles pourrait consister à repenser la gestion des feux de circulation dans les villes. De plus en plus d'installations commencent à être équipé de caméra, des solutions logicielles permettent d'ores et déjà d'analyser et de monitorer le traffic routier.
    Il pourrait alors être envisagé d'adapter les temps le fonctionnement de circulation en fonction des données trafic temps réel.

    Le nombre de données enregistrées aujourd'hui par les équipements de signalisation pourrait aussi laisser entrevoir des solutions de type machine learning pour permettre d'adapter le fonctionnement des feux en fonction des données temps réel mais en fonction d'analyses prédictives.
  • Mettre en place un cadre de régulation favorable au partage de la valeur entre tous les acteurs du marché (suite de la réponse)

    Groupe RATP - 29 Novembre 2017 - 21h50
    3) de permettre une compensation équitable des investissements consentis pour produire des données de qualité. Après plusieurs mois de mise en oeuvre, il s'avère que le système des seuils de facturation à partir d'un socle gratuit est trop facilement contourné par les gros utilisateurs de données pour ne pas payer de redevance. Mettre en place le paiement d'une redevance à partir de la 1ère requête remédierait à cette difficulté. Cette régulation du partage de la valeur entre tous les acteurs du marché est nécessaire (en effet, dans un système 100% « open data », on assisterait à un transfert de la valeur publique, financée partiellement par le contribuable, vers des acteurs du privé pour ne pas dissuader les producteurs des données de base à innover en proposant des services d'information voyageurs et de billettique porte-à-porte inexistants aujourd'hui.
  • Mettre en place un cadre de régulation favorable au partage de la valeur entre tous les acteurs du marché

    Groupe RATP - 29 Novembre 2017 - 21h50
    La RATP travaille à l’agrégation de toutes les mobilités afin de créer une offre de transport « porte à porte », fluide, efficace, multimodale, associée à une offre de nouveaux services numériques permettant au voyageur de tirer l'entier bénéfice de cette nouvelle chaîne de transport avec un service de plus en plus personnalisé. L’excellence que nous visons dans le service offert aux clients ne peut être recherchée que si la loi nous y encourage.
    Ainsi, conformément à la loi, le groupe RATP ouvre ses données. Dans un contexte concurrentiel où la donnée constitue un actif clé de l’entreprise, il est indispensable :
    1) de préserver l’équilibre créé par la loi Macron sur l’open data et de ne pas remettre en cause les principes de respect de l’intérêt général, de fraîcheur, de complétude et de loyauté pour l’utilisation des données
    2) de soutenir financièrement et techniquement les producteurs de données pour les mettre au format demandé (NETEX)
  • Développer des points d'interconnexion de la ville en lieux d'échanges intégrés entre tous les modes de transport,

    Groupe RATP - 29 Novembre 2017 - 21h48
    Les modes de transport (existants, en devenir, futurs ; motorisés ou actifs ; individuels ou collectifs) constituent une “suite servicielle“ sans couture s'ils s'articulent bien, dans des hubs urbains physiques bien insérés à la ville. Avec des espaces plus lisibles et des services très présents, ces nouveaux lieux d'échanges doivent faire disparaître l'effet de rupture de charge qui est un véritable frein au choix du transport public.L'accélération et la dynamisation de l'émergence de hubs urbains contemporains serait facilitée par l'affichage par les pouvoirs publics d'une stratégie volontariste d'amélioration des lieux d'échanges du quotidien, s'appuyant sur l'adoption d'un cadre légal et règlementaire facilitateur (incluant de nouvelles formes de gouvernance) et déclarant les gares routières comme cause prioritaire.En outre, le partage de la voirie doit être régulé tout en poursuivant le développement de systèmes de priorité aux transports public (carrefours, priorité feux,…).
  • Adapter le cadre réglementaire pour favoriser l’émergence et le développement du transport à la demande

    Groupe RATP - 29 Novembre 2017 - 21h42
    Les nouvelles formes de mobilité que sont l’auto- partage, le co-voiturage ou le transport à la demande sont des réponses à des besoins de mobilité non couverts par le transport de masse. Afin de faciliter le développement de ces nouveaux services dans un cadre sécurisé et socialement acceptable, la règlementation actuelle doit être adaptée.
  • Adapter le cadre réglementaire pour permettre le développement à grande échelle des navettes autonomes

    Groupe RATP - 29 Novembre 2017 - 21h41
    Il s’agit à la fois de créer le cadre réglementaire pour les Système Publics de Transports Autonomes (code de la route, Convention de Vienne, normes applicables), d’accompagner les évolutions des infrastructures nécessaires aux projets, de définir le cadre pour l’homologation des véhicules et les autorisations de mise en service. Et, plus globalement, de définir le cadre de régulation s’appliquant aux opérateurs pour les véhicules autonomes. Ces sujets sont actuellement travaillés dans le cadre du programme national « Système de Transport publics Autonomes » dont la RATP a le leadership.
  • Transports du quotidien : covoiturage de masse

    Jean-Charles Martin - 29 Novembre 2017 - 11h15
    Le covoiturage quotidien de masse, possible à présent grâce aux offres comme blablalines, ou encore WayzUp, un moyen de réduire progressivement le nombre de véhicules sur les route, voilà des solutions déjà opérationnelles, éprouvées, bon marché, sympathiques, pour les transports du quotidien !

    Exemple concret d'application :
    Quel est l'intérêt d'un doublement d'autoroute avec la création de l'A45 entre Lyon et st Etienne si :
    1-Les pouvoirs publiques incitent fortement au co-voiturage de masse (pas ou très peu d'argent public à investir),
    2-Les pouvoirs publiques renforcent en parrallèle les offres transports en commun : amélioration ligne TER existante (dans le cadre du programme infrastructure réseau SNCF d'amélioration des lignes existantes),
    3-Les pouvoirs publiques sécurisent progressivement l'A47.
  • Ne plus perdre son temps au parking

    François893925 - 28 Novembre 2017 - 15h47

    •Créer des parkings à étages, automatisés, à l’usage exclusif des voitures électriques : le conducteur et les passagers abandonnent la voiture à l’entrée du parking et la récupèrent à l’heure voulue à la sortie. Les véhicules inoccupés trouvent seuls leur place disponible, avec passage éventuel par une station de recharge automatique, grâce à un filoguidage au sol (solution simple éprouvée depuis trente ans).
    •Gain pour l’automobiliste et ses passagers : dépose et reprise de la voiture au pied de l’immeuble, du bureau, du magasin ou du restaurant, pas de trajet en voiture pour trouver une place libre, pas de trajet piéton en escalier lugubre dans le parking.
    • Gain pour le parking : pas d’ascenseur, pas d’éclairage, pas d’aération, densité augmentée, juste une installation de filoguidage et d'un logiciel. Modification véhicule plus simple qu'un "créneau assisté"
    Mixité particulier/libre service possible.

  • Le CODERAIL Montluçon propose :

    CODERAIL - 24 Novembre 2017 - 17h32
    -Création de Plates-Formes publiques de Mobilité favorisant les transports collectifs et proposant
    une information complète (mode/horaires/prix du transport).
  • Oui à l'Open Data, Non à la confiscation des données par SNCF+RATP, Oui au maintien du papier

    Stéphane Coppey - 22 Novembre 2017 - 18h06
    Améliorer l'accès aux données descriptives de l'offre de transport, avec des bases accessibles à tous (« open data »)
    Conforter les collectivités dans leur rôle d'intégrateur, en faire les garantes de l'intégrité et la cohérence de ces données, et susciter des initiatives privées de mise à disposition de ces données auprès des professionnels comme du grand public (applications smartphones ...)
    Ne pas donner à quelque acteur que ce soit un monopole sur un champ de données
    Faciliter la mise en œuvre de tarifications et de modes de paiement plus aisés, en s'inspirant notamment des systèmes de tarification des opérateurs téléphoniques (pré- et post-paiement, validation par smartphone …).
    Parallèlement, il faut avoir conscience qu'une part importante de la population continuera à ne pas avoir un accès permanent à internet. Il importe donc de maintenir des supports papier, tant pour les horaires théoriques que pour les titres de transport.
  • Se former pendant le temps de transport en train

    Mathieu Andro - 21 Novembre 2017 - 10h03
    Ce temps libre pourrait être consacré :
    - à la formation des voyageurs sous la forme de formations en ligne (MOOC)
    - à la formation des voyageurs par d'autres voyageurs ayant des connaissances ou des compétences à partager ("wagons universités").
    - à la participation à des projets citoyens (Wikipédia, sciences citoyennes, transcription de textes anciens numérisés...)
  • Véhicule autonome ???

    DL - 17 Novembre 2017 - 11h33
    Est-ce l'exemple même de "scientisme", laissant croire que la seule solution est dans la fuite en avant et l'intégration de techniques innovantes ... et uniquement accessibles à une partie restreinte de la population ?
  • Créer les taxis collectifs

    Papo - 16 Novembre 2017 - 11h16
    A Toulouse, si on veut que les gens prennent les transports en commun, les cadences doivent être élevée. Le défaut des transports en commun est d'être en étoile. Déplacements Banlieue à Banlieue trop longs.
    Je propose donc que le réseau Tisséo soit constitué :
    de "radiales" (Banlieue centre ville) desservies par des bus à cadences élevées
    de multiples lignes faisant le tour de Toulouse (à 2, 3, 4, 5, ...km) desservies par des taxis collectifs de petite capacité mais à cadence élevée.
    Tisséo signera des contrats avec des chauffeurs de taxi indépendants. Chaque taxi effectue un trajet fixe. Il est équipé d'un boîtier électronique qui permet de valider l'entrée et la sortie des passagers avec un ticket (ou une carte) de bus ; d'envoyer à Tisséo le relevé des trajets validés. Le passager ne paye qu'un trajet bus mais Tisséo verse au taxi la juste rémunération des trajets. Cette subvention sera possible grâce au moindre coût de la construction et de l'entretien d'infrastructures
  • le covoiturage la priorité N°1 pour concilier avenir, social, environnement

    HOLA - 11 Novembre 2017 - 20h44
    Le covoiturage a une part de marché négligeable dans le transport quotidien.
    Sur la région Parisienne le taux d'occupation des automobiles est de l'ordre de 1,05... autrement 5 voiture sur 100 ont plus d'1 passager, en y comprenant les transports des enfants à l'école....
    Toute amélioration de ce ration
    => gagner du pouvoir d'achat
    => réduire le CO2
    => réduire les besoins en investissements lourds, pour un pays surendetté.

    LE COVOITURAGE POUR LE QUOTIDIEN DOIT DEVENIR UNE GRANDE CAUSE NATIONALE
  • Connecté ç est aussi avoir des corrrespondances qui marchent !

    UVN-FNAUT - 11 Novembre 2017 - 12h24
    Non, le smartphone n'est pas le "tapis volant du XXIè siècle"
    Il faut des correspondances qui fonctionnent et donc des opérateurs qui se parlent et se coordonnent. Les transports collectifs sont beaucoup trop cloisonnés (pas de connections entre deux EPCI par exemple, frontières régionales ("balkanisation") accrues dans les TER, etc...)
    Il faut lancer enfin le 4è aoppel à projets TCSP promis lors du Grenelle de l'environnement, il y a 10 ans déjà !
    Complémentarité vélos – TC : à Berlin on peut prendre son vélo dans le métro et les trams.
  • Le numérique au service de la sobriété

    TchouTchou - 07 Novembre 2017 - 15h26
    Télétravail, visioconférence, relocalisation de l'activité, décentralisation, déconcentration sont nécessaires pour la lutte dans les dérèglements climatique et la préservation des ressources naturelles. De plus le numérique doit être complémentaire aux moyens humains indispensables pour éviter les fractures de toutes sortes.
  • Au service de la société

    TchouTchou - 07 Novembre 2017 - 15h07
    S'appuyer sur le numérique pour diminuer le nombre de déplacement et leur longueur me parait être la priorité plutôt que de chercher dans une soi-disante mobilité innovante. La bonne innovation est celle qui permet du lien social, un service adapté et une qualité de vie préservée.
  • Télétravail et déplacements quotidiens en train

    Armand Portaz - 05 Novembre 2017 - 17h51
    Il serait judicieux que du télétravail réalisé pendant des trajets quotidiens en train soit reconnu officiellement. Cette reconnaissance permettrait de quitter plus tôt son travail et serait un bon levier pour inciter les salariés à prendre d’avantage le train.
    En effet, un des arguments des salariés récalcitrant au train est la perte de temps occasionné par ce mode de déplacement.
    Cette reconnaissance est parfois officieuse pour un salarié prenant un TGV tous les matins. Pourquoi pas l'étendre à tous les trains sous réserve que les conditions de travail le permettent ?
    darwouche
    il faudra faire aussi prendre en compte le problème de la confidentialité dans les transports.
    • Pas d'accord
      0
  • Arrêtons de (faire) croire que le numérique n'est pas polluant ! Et arrêtons de (faire) croire que tout le monde est connecté

    ikki - 04 Novembre 2017 - 12h23
    Arrêtons de (faire) croire que le numérique n'est pas polluant !
    Et arrêtons de (faire) croire que tout le monde est "connecté" !
  • La mobilité du futur en test

    gently33 - 30 Octobre 2017 - 14h13
    La mobilité, enjeu crucial des villes du futur
    Transports en commun comme véhicules particuliers, l’heure de pointe est un véritable enfer pour qui vit dans une grande agglomération.
    Les vieilles villes européennes devenues capitales mondiales, sont encore aujourd’hui dépendantes à bien des égards de leur modèle d’urbanisation des siècles passés. Contraintes de composer avec leur histoire urbaine, ces villes ne cesseront toutefois de croître et d’accueillir toujours plus d’habitants. D’ici 2030, 60% de la population mondiale vivra dans les villes, soit 10% de plus qu’aujourd’hui, et autant de personnes en plus sur les routes.
    Nous proposons de tester des véhicules électriques volants permettant dans un premier temps l'emport d'un passager puis ensuite de 3 passagers. cette technologie arrive chez nous en 2022 et si pour une fois nous préparions dans nos villes ce modèle disruptif....
    Alexis Fraisse
    Quel intérêt de dépenser d'énormes quantités d'énergie pour faire voler des passagers munis de jambes très efficaces pour marcher et faire du vélo ?
    • Pas d'accord
      0
  • Télétravail dans les locaux communaux

    Kheara - 30 Octobre 2017 - 10h55
    Travailler dans un autre environnement professionnel que celui de référence, quelques jours ou demi- journées par semaine, permettrait de renforcer des échanges interprofessionnels, d'améliorer la qualité de vie au travail, de pallier au manque de transports collectifs quotidiens

    Par exemple, en zone rurale, où l'emploi "sinistré", travailler ponctuellement dans la salle communale (à condition sous réserve d'avoir une connexion internet correcte).

  • Des données !

    Christophe - 24 Octobre 2017 - 16h22
    Les données sont le carburant du numérique: sans données pas de services ni d'information !

    L'accès aux données reste toutefois problématique en France (il n'est par exemple toujours pas possible de disposer des horaires TGV pour les trois prochains mois...).
    Les données sont trop souvent absentes, et quand elles sont disponibles, la qualité n'est pas toujours au rendez-vous.
    Les pays européens qui ont pu avancer significativement sur ce problème ont tous eu recours à une obligation de diffusion des données s'appuyant sur un texte législatif. La France n'a pas encore été au bout de cette démarche (il y a bien une loi, mais pas de décret d'application) et, malgré les récentes décisions européennes, et contrairement à nos voisins, rien n'a été décidé sur les formats et outils à utiliser (nous assistons d'ailleurs là-dessus à des pugilats d'arrière garde alors que l'Europe a donné une direction très claire).

    Il est urgent de statuer sur ces points !
    Fozzy27
    Bien sur ! Sans données pas d'applications, sans applications pas d'innovation dans les transports. L'ouverture des données est la base sans laquelle rien n'est possible. Il faut par exemple ouvrir toutes les données d'horaires de bus, de train, de vol, les tarifs, les conditions de circulations afin de créer un environnement suffisamment dense pour que les développeurs puissent s'exprimer et proposer des solutions innovantes
    • Pas d'accord
      0
  • Connecter les utilisateurs à leur cabine de mobilité grâce au transport guidé, le Télérail

    Pierre-Louis PERRIN - 21 Octobre 2017 - 08h37
    Il est possible de réserver une télécabine (comme un taxi) afin qu'une personne puisse se rendre, en toutes sécurité et tranquillité, d'un point A à un point P (directement sans faire du gare à gare).

    Conformément aux exigences des PDU, il s'agit de retirer un grand nombre de déplacements automobiles urbains grâce au Télérail (des télécabines 6 places à énergie solaire sur un rail aérien intégré dans la ville à 4 m de haut) qui sont commandées par les utilisateurs depuis leur smartphone ou sur le quai.

    Le Télérail permet ainsi de retirer 5 grandes nuisances (accidents, embouteillages, bruits, pollution, places de pkg).

    Il propose une écomobilité massifiée sécurisée dans des milieux urbains très contraints (à 9 ME du km).
    Il créé du foncier aérien qui dessert des gares multiservices de 50m2 au sol tous les 900/1000 m.
    Il convoit 3000 personnes/h et 2000 tonnes de fret/h sans rupture de charge à 30/50 km/h dans chaque sens.
  • Hackathons : des accélérateurs de révolution digitale pour les ports

    Port autonome de Strasbourg - 20 Octobre 2017 - 14h58
    Le Port de Strasbourg a participé cette année à son premier Hackathon, le Hacking Industry Camp organisé par Alsace Digitale. Cela a permis de démythifier le digital pour le personnel du port, de se mettre à jour des dernières technologies, mais aussi de lancer une démarche d’innovation au sein du port et d’intégrer le port dans l’écosystème foisonnant des start-ups digitales du territoire.
    Un défi présenté par le port a été primé : Smart maintenance, un simulateur de l’impact de travaux sur le fonctionnement des terminaux à conteneurs. C’est la preuve que les problématiques portuaires intéressent les développeurs du territoire, mais aussi que le personnel du port a su se projeter pour inventer un outil capable de remettre en question nos façons ancestrales de travailler.
    Dans ce cas, comme dans beaucoup, l’innovation est née de la confrontation, sur un sujet technique, de personnes d’horizons et de compétences très différents.
  • THEME : plus connectées : accélérer l'innovation et la révolution numérique 1/1

    codegass - 20 Octobre 2017 - 11h25
    La mise à jour des applications en cas de situation perturbée laisse à désirer :
    - Temps trop long de répercussion d’un retard sur les applications
    - Motifs du retard non indiqué sur les applications
    - SMS de confirmation de la circulation du train, mais pas de SMS en cas de suppression postérieure à la confirmation.

    Propositions :
    - Faire évoluer les applications afin de prendre en compte ces éléments
    - Maintenir les guichets SNCF qui sont une source d’information précieuse en situation perturbée, les agents pouvant être en contact avec les centres de régulation.

  • Pollution indirecte des nouvelles technologies

    Camille Offant - 13 Octobre 2017 - 15h04
    Attention, l'usage des nouvelles technologies dans le transport individuel type gps, wifi, applications smartphones, Intelligences artificielles etc etc engendrent une consommation aberrante à l'échelle de la planète des terres rares indispensables à leur fabrication accompagné évidemment d'une monstrueuse pollution qui annule tout leurs effets bénéfiques.
    Leur exploitation dans une optique individuelle de transport est un non sens.
    Vu leur rareté et leur impact environnemental elles doivent être réservé à des solutions globales et non individuelles.
    En plus d'être innovant, le transport doit être collectif
  • Automatiser la conduite sur autoroute

    David Bauer - 11 Octobre 2017 - 21h52
    Nous parlons souvent de véhicule autonome comme si cela devait inévitablement remplacer le conducteur avec ce que cela pose comme problèmes (infrastructures pas prête, responsabilités, perte d'emploi de conducteurs...)

    Mais la conduite autonome n'est bénéfique que dans l'amélioration de la fluidité du trafic et dans la sécurité renforcé en milieu clos.

    Dans un premier temps créer une ou des voies dédiés aux véhicules autonomes sur autoroute. l'enclenchement du pilotage serait automatique sur ces voies et amènerai à un contrôle total des distances et de la vitesse.

    Dans un 2ème temps quand le parc auto le permettrai tous les véhicules seraient pilotés sur autoroute (facile à mettre en conformité) conduisant inévitablement à du zéro accidents-zéro bouchons.
    Les conducteurs indiqueraient leurs besoins d'aire de repos et reprendraient le contrôle sur les bretelles.
    La techno doit aider l'humain pas le remplacer !
    Camille Offant
    Avez vous pensé à l'impact environnemental global lié à la sur consommation des terres rares nécessaires à la fabrication des véhicules autonomes?
    • Pas d'accord
      0
    Alexis Fraisse
    L'autoroute n'est pas une infrastructure d'avenir. Elle incite à la vitesse, donc à la surconsommation énergétique. Elle incite à un usage exclusif de la voiture (et du camion) au détriment des moyens de transport plus vertueux. Elle incite à l'excès de mobilité en permettant des déplacements longue distance qui n'ont pas lieu d'être dans une recherche de relocalisation de l'économie (travail à plus de 100km, voyage des denrées alimentaires...). Elle consomme d'énormes surfaces qui sont définitivement perdues pour les autres usages (espaces naturels, agricoles, habitation...). Elle coûte très cher à la collectivité, aux usagers et à la planète.
    • Pas d'accord
      0
  • Etapes utiles avant de parler de véhicule autonome

    Franck Revolle - 09 Octobre 2017 - 15h10
    On parle de véhicule autonome qui sait conduire tout seul. Il faudra plusieurs années pour y arriver ( problème légaux, ... )
    Ne serait-il pas utile déjà de mettre des mécanismes d'assistance pour la sécurité, prolongeant l'ABS & Co ? Ce serait plus réaliste, immédiatement utile, et une bonne étape intermédiaire avant une potentielle autonomie complète. Il serait aisé de mettre des assistants pour :
    - proposer une vitesse maximale ( limitations officielle, cartographie GPS à venir dans les 100 mètres qui viennent, densité de trafic & piétons & cyclistes ),
    - proposer un avertissement pour le conducteur ( véhicule avant trop près par rapport à la vitesse, dérive trajectoire par rapport au balisage au sol, cycliste détecté "trop près" )
    - proposer un avertissement pour le conducteur arrière ( trop près, remontée d'information "en chaine" sur un freinage critique en amont)
    - détecter la non attention ( fatigue, .. ).
  • Ajouter de la technologie va augmenter la pollution

    Laurent19 - 09 Octobre 2017 - 10h50
    Arrêtons de toujours vouloir résoudre nos problèmes par la technologie, c'est une fausse solution sauf peut-être dans certains cas spécifiques. Faisons simple, peu couteux, il y a déjà plein de solutions à trouver.

    Et pitié, arrêtons de parler de voiture autonome, c'est juste une perte de temps de s'en occuper. Ça restera un véhicule polluant, dangereux (vous connaissez les bugs ?), gourmand en ressources et en espace et qui coûtera cher à la société. Et ça augmente le risque de panne et le coût des réparations. Sans compter qu'on perd en autonomie : qui saura réparer ce genre de véhicules ?
  • Penser aux zones rurales!!

    Klayr - 01 Octobre 2017 - 17h25
    Si la révolution numérique doit avoir lieu, elle ne doit pas être une fracture supplémentaire entre les villes ultra connecté.e.s et les zones périurbaines et rurales.
    Avant d'envisager un monde futuriste pour les seules métropoles, il est indispensable d'améliorer les services publiques de mobilité sur l'ensemble du territoire: aménagement de pistes cyclables, organisation des TC, équipements de télécommunication adaptés...
    Ne pas oublier le coût indirect de l'hyperconnexion des mobilités: car outre le coût de mise en place de nouvelles technologies facilitant le transfert de données et le coût de maintenance de tels systèmes, il existe un coût environnement de leur traitement et de leur stockage.
    L'investissement pour l'avenir ne doit donc pas négliger les zones rurales et périurbaines, pour lesquelles rattraper le retard d'équipements et d'infrastructures sera moins coûteux et plus durables que des dépenses dans la haute technologie réservées à la population urbaine.
  • Rendre l’équipement de télépéage européen obligatoire à tous les véhicules motorisés

    km952 - 01 Octobre 2017 - 14h44
    Le calcul du péage sera fourni par les outils de calcul d’itinéraire qui recommanderont les parcours et les heures de départ qui minimisent à la fois le prix payé et la contribution à la congestion du réseau de voirie, dès lors que les barèmes du péage refléteront bien, section par section, cette externalité.
    Il est notoire que l’acceptation du péage est faible mais elle peut être plus facile si les tarifs sont faibles au départ et n’augmentent que progressivement alors que l’habitude de payer s’est instaurée.
  • Tarification systématique de l’usage de la route par les véhicules motorisés.

    km952 - 01 Octobre 2017 - 14h40
    Avec les évolutions technologiques, les possibilités se multiplient dans la mobilité comme ailleurs. La voirie urbaine va se trouver de plus en plus sollicitée par des véhicules plus ou moins encombrants. Pour certains usagers et tout particulièrement les véhicules autonomes sans voyageur à bord, la congestion sera peu coûteuse. Les mécanismes d’équilibrage de l’offre à la demande perdront leur effet modérateur et la congestion devra être contenue par d’autres moyens.
    Dans ce contexte, la capacité à tarifer l’usage de la voirie selon le type de véhicule, le lieu et l’heure deviendra incontournable. Plutôt que d’interdire totalement certains véhicules dans certains lieux, le péage permet d’agir de manière plus continue et de satisfaire des besoins pour lesquels la volonté à payer est élevée.
  • Démocratisation sans précédent du vélo

    peaceinature - 30 Septembre 2017 - 14h40
    Un moyen de transport que l'on connait parfaitement bien, qui ne consomme quasiment rien à la production, à l'utilisation ou au recyclage, c'est le vélo. Il faut démocratiser le vélo. La moitié des trajets que nous effectuons en tramway, en bus ou en voiture dans les villes pourraient être réalisés en vélo.

    SI ON VEUT LUTTER EFFICACEMENT CONTRE LE RÉCHAUFFEMENT GLOBAL IL FAUT SE POSER LES BONNES QUESTIONS
    darwouche
    Oui, avec plus de pistes cyclables en voie propre, des parking à vélos, des gardiens de parking et des réparateurs dans les grandes gares.
    • Pas d'accord
      0
  • L'innovation numérique au service de la mobilité et de la lutte contre le réchauffement global, une bonne idée ?

    peaceinature - 30 Septembre 2017 - 14h27
    L'innovation technologique n'apparait, à l'heure actuelle, pas comme un réel moyen de lutter contre le réchauffement global de la Terre. Nous possédons déjà les clefs pour lutter efficacement sans nécessairement avoir besoin d'innover comme en développant l'industrie des voitures électriques. En cause : le préjudice écosystémique du véhicule lors de sa durée de fonctionnement est déplacé voire augmenté lors des phases de production et/ou de recyclage (ADEME : Analyse comparative du cycle de vie des voitures électriques face aux voitures thermiques).
    Les faits est que l'on utilise tous des véhicules pour se déplacer au sein de nos villes alors que nous sommes tout seul dans l'habitacle. Avec un minimum de volonté nous pouvons tous nous équiper de vélos, trottinettes, skates et autres rollers pour se déplacer en intra-muros dans les grandes villes. Cette démarche, associée à de la végétalisation des zones urbaines sera bien plus efficace que n'importe quelle innovation technologique....
  • Introduire la tarification systématique de l’usage de la route par les véhicules motorisés/3

    km952 - 28 Septembre 2017 - 19h26
    Pour favoriser l’acceptabilité, le péage pourrait au départ être totalement compensé par une baisse de la TICPE. La circulation en zone rurale verrait par exemple son coût réduit.
    Il faut donc rendre l’équipement de télépéage européen obligatoire à tous les véhicules motorisés.
    Le calcul du péage sera fourni par les outils de calcul d’itinéraire qui recommanderont les parcours et les heures de départ qui minimisent à la fois le prix payé et la contribution à la congestion du réseau de voirie, dès lors que les barèmes du péage refléteront bien, section par section, cette externalité.
  • Introduire la tarification systématique de l’usage de la route par les véhicules motorisés/2

    km952 - 28 Septembre 2017 - 19h25
    Je peux avoir besoin de me faire livrer un réfrigérateur à une heure de forte demande et en zone dense et il est socialement souhaitable de me le permettre en me faisant payer la capacité routière nécessaire au véhicule utilitaire capable d’effectuer la livraison. Le tarif étant proportionnel à l’encombrement du véhicule, le livreur le plus compétitif sera celui dont le véhicule sera le mieux adapté au colis à transporter.
    Il est notoire que l’acceptation du péage est faible mais elle peut être plus facile si les tarifs sont faibles au départ et n’augmentent que progressivement alors que l’habitude de payer s’est instaurée.
    La tarification de la congestion est une pratique doublement utile socialement. En internalisant les coûts de congestion, le péage réduit la congestion, ce qui profite à tous. Par ailleurs le péage apporte une ressource fiscale qui peut se substituer à d’autres prélèvements dont les effets économiques sont négatifs comme les taxes sur le travail.
  • Introduire la tarification systématique de l’usage de la route par les véhicules motorisés /1

    km952 - 28 Septembre 2017 - 19h23
    Avec les évolutions technologiques, les possibilités se multiplient dans la mobilité comme ailleurs. La voirie urbaine va se trouver de plus en plus sollicitée par des véhicules plus ou moins encombrants et plus ou moins automatiques. Pour certains usagers et tout particulièrement les véhicules autonomes sans voyageur à bord, la congestion sera peu coûteuse. Les mécanismes d’équilibrage de l’offre à la demande qui fonctionnent aujourd’hui perdront leur effet modérateur et la congestion devra être contenue par d’autres moyens.
    Dans ce contexte, la capacité à tarifer l’usage de la voirie selon le type de véhicule, le lieu et l’heure deviendra plus utile encore qu’aujourd’hui pour ne pas dire incontournable. Plutôt que d’interdire totalement certains véhicules dans certains lieux et à certaines heures, le péage permet d’agir de manière plus continue et de permettre la satisfaction de besoins pour lesquels la volonté à payer est élevée.
    Franck Revolle
    Au lieu de mettre des "interdictions", des "dérogations", et des "amendes", il est en effet possible de mettre une tarification modulaire, allant de la gratuité jusqu'au prix dissuasif, permettant effectivement à l'usager de se réguler , car il perçoit le coût.
    • Pas d'accord
      0
  • Création d'un Compte Mobilité

    Gabriel Plassat - 28 Septembre 2017 - 15h10
    Il s’agit de produire un compte mobilité individuel, potentiellement universel. Ce compte regroupera les informations de mobilités produites par différents services, objets, applications. Ce compte pourrait ensuite permettre de s’inscrire dans des services de mobilité comme un facebook, google ou France connect.

    Chaque compte est individuel. Il contiendra les informations suivantes :
    Permis de conduire
    Nombre de point
    bonus/malus assurance
    Km covoituré - nb covoiturage envoyé par les opérateurs de covoiturage
    Km en voiture partagé
    Km parcouru en vélo
    Km en bus, train, métro ou nb de badgeage fourni par les opérateurs

    La personne a accès à toutes les données le concernant et décide à qui il communique telle ou telle donnée. Dans un second temps, la personne pourra s’inscrire dans un service en utilisant son compte Mobilité ce qui permettra automatiquement un échange de données.

    Ce compte permettra de donner des avantages à toutes les parties prenantes.
  • Des prises USB dans les sieges des bus ou metros

    Nicolas Coiffait - 28 Septembre 2017 - 00h28
    J'ai découvert ça a Londres : les bus de transport publics disposent de prises USB incrustées dans les sièges, super pratique pour recharger ses smartphones et autres tablettes. Pour que la mobilité ne topbe pas en panne de batterie ;-)
  • Transports innovants

    kratos - 27 Septembre 2017 - 21h36
    En ville, le tram aérien (par câble ou avec un rail suspendu) apporterait :
    - économie de construction et de fonctionnement
    - confort, sécurité, cadences rapprochées
    - emprise faible au sol
    - franchissement facile des obstacles
    - pas de pollutions

    Navettes autonomes ou tubes :
    - pour acheminement des colis pour alimenter des plateformes en périphérie des villes
    - monorail
    peaceinature
    Pas de pollution c'est faux. Bien souvent ce genre d'innovations sont plus couteuses en énergie et émettent plus de carbone durant les phases de production et de recyclage que les moyens conventionnels fonctionnant aux hydrocarbures...
    • Pas d'accord
      0
  • Forum de mutation extra-entreprise

    Basille Etienne - 27 Septembre 2017 - 12h55
    Aujourd'hui, une personne peu faire un trajet chaque matin pour faire un travail.
    Au même moment quelqu'un va faire le trajet inverse pour aller faire le même travail.
    Il s'agit donc de mettre un place un forum de mutation professionnelle extra-entreprise. Encadré par des lois, et avec le consentement des 2 personnes et des 2 employeurs, il est possible de changer d'entreprise pour réduire considérablement leurs déplacements.
  • Cartographie à jour

    wilk - 27 Septembre 2017 - 11h59
    Etablir une cartographie à jour des pistes cyclables, parkings, limites de vitesse etc, libre et intégrable à openstreetmap.
    Sans cela il est très difficile de développer des applications, faire des simulations, des études etc.
  • Faciliter la circulation des véhicules légers entre les centre-ville et les zones d'activité

    Emmanuelle Champaud - 27 Septembre 2017 - 11h06
    Dans nos agglos les emplois sont situés en zone d'activité éloignées des centre-villes, peu ou mal desservies par les transports en commun (surtout en horaires décalés). Ces zones sont mal aménagées, dangereuses pour les piétons et vélos etc.
    A Marseille notamment, les tentatives de création de service alternatifs complémentaires des Transports en Commun sont limitées par :
    - le fait que ces ZA sont liées au centre-ville par des autoroutes .... limitées à 90 Km/h
    - le fait que la signalisation des routes est quasi absente faisant des quelques km de trajet en vélo ou en Twizy TOTEM (quadricycle électrique) un parcours du combattant !

    Il faudrait donc :
    · Soit autoriser les L7e-A à circuler sur les voies rapides et autoroutes sans péage qui relient les centre-villes et les zones d'activité.
    · Soit à classifier les portions d’autoroutes à proximité de Marseille en route Express Article L151-2
    merci
  • Vente des tickets de métro (Paris) à distance

    Elise Layec - 26 Septembre 2017 - 15h44
    C'est quand même incroyable que ce ne soit pas possible en 2017 !!
    Stéphane Ascoët
    La solution serait la gratuité
    • Pas d'accord
      0
  • Payer son ticket / billet par CB

    Elise Layec - 26 Septembre 2017 - 15h44
    Il suffit de regarder Londres, où il suffit de passer sa CB NFC pour payer son trajet, sans se préoccuper du nombre de zones ou autres complexité.
    Pourquoi faire compliqué quand on peut faire simple ?
  • Personnes connectées

    fredilili - 25 Septembre 2017 - 23h56
    Interdire les téléphone portables dans les bus.
    peaceinature
    Carrément
    • Pas d'accord
      0
  • Equiper les transports en communs avec la WiFi

    Nordexpress - 25 Septembre 2017 - 16h12
    Pour augmenter la connectivité dans le transport il faudrait équiper les bus, métro, RER, TER et Intercité de moyen de communication moderne et rapide, tel que le WiFi. Cela est déjà le cas dans d'autre pays en Europe.
    peaceinature
    Je ne comprend pas en quoi le Wifi pourrait aider... Bien souvent les différents moyens de transports public urbains tentent de se connecter du mieux possible. Les aléas de services tels que les retards sont pour la majeure partie du temps dus à la densité de véhicules circulant. Si les gens prenaient des vélos pour les petites distances ou les trajets cools et que l'on conservait les transports en commun urbains pour les grandes distances ou les trajets rapides, on aurait beaucoup moins de véhicules en circulation, donc moins de pollution urbaine et les transports pourrait se connecter avec encore plus de fiabilité.
    • Pas d'accord
      0
  • Un organisme d'état de l'innovation

    Julien Damenez - 24 Septembre 2017 - 16h56
    Les employés (agents) des transports en communs ne cessent d'innover, pourtant en haut lieu ça bloque.
    La RATP a testé en 2016 l'enregistrement des touristes avec Air France à Denfert-Rochereau, ça a été un succès, mais c'est tombé à l'eau.
    De plus, certaines innovations peuvent ne pas intéresser la RATP, mais le Sytral à Lyon ; un organisme public de gestion de l'innovation serait le bienvenue.
  • Prise en compte de la météo

    Julien Damenez - 24 Septembre 2017 - 16h44
    Déjà il faudrait faire simple.
    Il y en a assez de prendre les transports et d'y tomber malade, dernier exemple en date :
    Il faut 13 degrés dehors, mais 23 degrés dans le bus,
    Puis je prends le RER, et là, le RER marche en clim, super, il caille encore plus dedans que dehors.
    J'arrive aux Halles, il fait chaud.
    Je prends la 4, il fait chaud...

    Connecter les transports à la météo pour avoir la bonne température, rien de très compliqué au 21eme siècle.

  • Detection des infractions grâce à des dispositifs embarqués dans chaque véhicule

    Gonéri Le Cozannet - 23 Septembre 2017 - 18h44
    Les infractions au code de la route sont une source d'insécurité, en particulier pour les usagers les plus vulnérables (piétons, cyclistes). La rareté des contrôles a pour conséquence un relâchement des comportement, que l'on soupçonne d'être à l'origine l'augmentation des personnes blessées et tuées dans des accidents de la route depuis 3 ans.

    Je propose de déployer des dispositifs pour détecter ces infractions à partir des véhicules, afin de sensibiliser les automobilistes à l'importance de respecter le code de la route. Ces dispositifs pourraient être obligatoires et comprendre des webcam (pour identifier les responsabilités dans les accidents), des puces GPS (pour détecter les dépassements de vitesses) et des caméras latérales (pour identifier les dépassements dangereux et les refus de priorité).
    Victor Gasia
    Et pourquoi pas proposer une boite noire dans le véhicule directement relié au services de polices pour envoyer la contravention dès que l'infraction est commise et ce, de manière totalement automatisé ? Techniquement c'est tout à fait faisable, économiquement, l'état ferait des économies et je suis persuadé que déontologiquement ça passerait sans problème ... Big Brother n'est vraiment pas loin ! Si vous voulez tester la version non automatisé, je vous propose d'aller dans une dictature.
    • Pas d'accord
      0
  • Ligne TER Châteaudun - Paris

    fabienverdier - 23 Septembre 2017 - 08h51
    Bonjour,
    Nous avons besoin de plus de renseignements, de plus d'interactions avec les usagers.
    Cela peut aussi passer par la création d'un compte Twitter et Facebook
    Merci
  • Attention

    Charlotte - 21 Septembre 2017 - 21h15
    La connexion c'est bien et cela peut être très utile (pour s'informer, pour signaler etc...) mais pour être connecté il faut utiliser des ondes reconnues dangereuses pour la santé.

    Pour certaines, elles sont même très handicapantes (électro hyper sensibilité etc...) donc oui à des transports connectés mais avec l'assurance que les niveaux d'émission des ondes sont compatibles avec la santé (la France est très en retard dans ce domaines comparativement à d'autres pays de l'UE) notamment des bébés, des enfants et des personnes fragiles.

    Il est également important de prévoir des espaces sans ondes, des espaces protégés (dans les wagons, dans les gares, dans les lieux publiques) afin de ne pas discriminer ceux qui ne supportent pas ces technologies et permettre à ceux qui souhaitent ne pas constamment baigner dedans pouvoir le faire.
    ikki
    Et pour ne pas discriminer ceux qui ne sont pas ou pas bien connectés. Fracture numérique !
    • Pas d'accord
      0
  • Mobilité réellement connectée

    Olivier Bourhis - 21 Septembre 2017 - 16h22
    Nous avons développé une solution ayant pour but d’apporté la connectivité en tous points.

    Notre invention est française, représente un enjeu international qui correspond aux attentes du marché et aux besoin d’une nouvelle infrastructure de connectivité.

    Avantages :
    Avoir une couverture parfaite sans couture à très haut débit jusqu’à 700 mb/s et plus en fonction de l’injection fibre disponible
    Plus de zone blanche sur les routes.
    Plus de passage d’antenne à une autre
    Pas d’effet de doppler avec la vitesse
    Intérêt pour :
    Réseaux de transport publics
    Automobiles connectées et Autoroutes
    Villes
    Téléphériques...


    La connectivité est l’enjeu majeur :
    Besoin
    Productivité
    Ubiquité
    Le long des voies de communications la connectivité est devenue un enjeu majeur et va encore plus le devenir.

    Nos résultats en laboratoires sont prouvés.
    Nous voulons passer à la phase industrialisation

    peaceinature
    Oui mais les ressources on les trouve où ? Les quantités énormes de cuivre et autres métaux nécessaires à la fabrication de ces méthodes. On les trouve où ?
    • Pas d'accord
      0
  • Une app pour signaler les comportements dangereux

    hodjeur - 21 Septembre 2017 - 14h08
    Voitures stationnées sur pistes cyclables, arrêtées dans les sas vélo, 2RM circulant sur piste cyclable : ça suffit ! Et ça décourage les gens de prendre leurs vélos.

    Création d'un app pour signaler les comportements / stationnements dangereux (avec récompense à la clé s'il le faut). En temps réel ou en replay (avec les images d'une caméra embarquée type gopro par exemple).

    Vous seriez étonnés de la vitesse avec laquelle les malotrus vont laisser place aux paisibles, et aux passage de la façon dont les caisses de l'état vont se remplir.
  • Les plateformes permettent aujourd'hui la conduite pour autrui. Pourquoi reste t'elle interdite?

    bruno doomingue - 21 Septembre 2017 - 09h20
    Aujourd'hui, si j'ai du temps et un véhicule, j'ai le droit d'accueillir autrui en covoiturage pour partager mon chemin. Mais je n'ai pas le droit de lui vendre le service de ma conduite dans mon véhicule sur SON chemin. Pourquoi? Pour protéger les personnes dont c'est le métier de la concurrence que je leur ferais.
    C'est comprehensible en zone dense ou taxis et VTC peuvent prospérer.
    Ce ne l'est pas en zone diffuse ou il n'y a ni services de taxis de proximité ni VTC faute d'un marché solvable propre à leur permettre d'exercer leur métier a plein temps.
    Pour réduire le désert de mobilité il faut libérer dans certains territoires la possibilité de faire de la conduite à temps partiel (étudiants, jeunes retraités, femmes au foyer) en s'appuyant sur des plateformes électroniques, en mettant en place une régulation minimale (contrôle annuel du véhicule, visite medicale, transparence sur les tarifs et les revenus) et en autorisant la subvention de certains transports sous condi
  • Investir dans la R&D et encourager la prise de risque

    Mehdi Abbana Bennani - 20 Septembre 2017 - 13h06
    La France dispose d'un haut potentiel d'innovation, de par sa main d’œuvre hautement qualifiée, mais aussi d'un tissu industriel et académique développé. Toutefois, on observe que la majorité des innovations disruptives dans le domaine du transport viennent de l'étranger. Il est important de développer une culture de prise de risque et d'investir dans l'innovation pour garder sa compétitivité à l'échelle internationale et accélérer le déploiement des technologies révolutionnaires sur le territoire.
  • L'innovation des usages numériques au service des mobilités actives

    Denis Pansu - 19 Septembre 2017 - 18h07
    L'innovation numérique s'applique aussi aux mobilités actives et particulièrement le vélo.

    Quand vous croisez usage du smartphone, plateformes de services en ligne et vélo à assistance électrique (VAE), un champs d'usages s'ouvre au bénéfice des vélotafeurs (trajets domicile - travail), des touristes à vélo mais aussi des professionnels à vélo.

    L'apport du numérique est clairement identifié pour dynamiser les économies locales en croisant géolocalisation, visibilité des offres locales et systèmes de réservation/paiement.

    Les briques techniques sont déjà opérationnelles, il suffit de les assembler. Encore faut-il que l'acteur public ait connaissance des ressources et prenne conscience de ce potentiel créateur d'activités et d'emplois non délocalisables.

    Contribuons à formaliser les datas permettant aux acteurs de partager des communs indispensables pour atteindre la masse critique d'utilisateurs et partenaires.
    Franck Hashas
    Bonjour, Denis Pansu a raison en évoquant la nécessité "d’assembler" les briques techniques issues du numérique pour compléter les dispositifs favorisant la pratique du vélo et les mobilités actives de manière générale. Cette démarche mobilité active+numérique est la base du mobilier urbain connecté créé par natural idées. Elles donnent accès à des services de proximité ouverts et dynamiques, nécessaires pour répondre concrètement à des besoins souhaités par les habitants et les acteurs économiques d'un territoire.
    • Pas d'accord
      0
  • interaction plus marquée avec les usagers

    Zab - 19 Septembre 2017 - 16h58
    Des applications pourraient permettre une plus grande réactivité des sociétés de transport en commun pour prévenir et orienter leurs usagers en temps réel et à ceux-ci d'informer d'incidents , de problèmes techniques et de dysfonctionnements notamment des ascenseurs et escalators pour une intervention plus rapide.
    Thomas Leblond
    Bonjour, les agglomérations et les régies de transport public développent de plus en plus des applications et des sites web d'information voyageur. Ces services permettent d'informer en temps réel les usagers sur les perturbations et retards sur les lignes ou les horaires de passages en temps réel, etc. C'est effectivement un très bon moyen de fluidifier et de développer l'usage des transports publics. Notre société a développé dans le cadre de la Centrale d'Achat des Transports Publics ce type de services numériques. Ils ont été déployés dans une douzaine de réseaux de transports publics à travers la France. Nous oeuvrons tous les jours pour développer ces usages et innover sur ces thématiques.
    • Pas d'accord
      0
    Pierre Colleu
    Il faut faire des trains sur coussin d'air avec des rail en béton, écologique, pas cher rapide, voir Bertin
    • Pas d'accord
      0
  • interaction plus marquée avec les usagers

    Zab - 19 Septembre 2017 - 16h58
    Des applications pourraient permettre une plus grande réactivité des sociétés de transport en commun pour prévenir et orienter leurs usagers en temps réel et à ceux-ci d'informer d'incidents , de problèmes techniques et de dysfonctionnements notamment des ascenseurs et escalators pour une intervention plus rapide.

J'ajoute ma contribution

La concertation des Assises Nationales de la mobilité est désormais clôturée.

Back to top