Ajouter ma contribution
  • Assurer à l’échelle européenne l’égalité effective de l’accès aux données techniques et d’usage des véhicules entre les acteurs

    Norauto France - 11 Décembre 2017 - 10h21
    1) Pour les données techniques :
    - Assurer en pratique que tous les fournisseurs de services sont dans une position égale, équitable, raisonnable et non discriminatoire.
    2) Pour les données d’usage :
    - Sous réserve du consentement de l’automobiliste au traitement de ses données via un système d'opt-in permettant au conducteur de choisir si la voiture peut collecter ses données d’usage avant de circuler et de choisir ses fournisseurs de services ;
    - Mettre en place un cadre législatif à l’échelle européenne imposant une solution technique standardisée qui favorise l’interopérabilité entre les différentes applications et permette le libre accès de tous aux données d’usage du véhicule ;
    - Solution technique recommandée : une plateforme d’application embarquée à accès ouvert.
  • Faire de l’automobiliste le propriétaire de ses données d’usage

    Norauto France - 11 Décembre 2017 - 10h17
    Les données d’usage du véhicule – telles que la vitesse, la localisation, l’état général du véhicule, etc. – appartiennent au propriétaire/automobiliste et nécessitent une protection.
    - Le propriétaire du véhicule doit donner son consentement à l’utilisation des données ;
    - Pour des raisons de confidentialité, l’automobiliste doit jouir de la protection des données produites par ses trajets en voiture;
    - Le droit à la portabilité des données du véhicule doit être garanti;
    - Le propriétaire du véhicule doit être informé de l’accès qu'il fournit à ses données d’usage et également pouvoir choisir à qui il concède cet accès.
    La protection des consommateurs est l’un des principes fondateurs du droit français mais également du Marché intérieur européen: la voiture connectée ne doit pas y faire exception.
  • Triage ferroviaire numérisé pour un acheminement optimisé de wagons isolés

    Nordexpress - 08 Décembre 2017 - 14h19
    Pour augmenter le rendement énergétique du transport de marchandises, un report modal vers le rail est préconisé.

    Ce report modal crée un besoin d'acheminer par rail des wagons de marchandises isolés, aujourd'hui réalisé par transport routiers, réactualise le besoin de triage ferroviaire.
    La numérisation du triage ferroviaire, par l'introduction d'attelages automatiques, de locomotive de poussé et d'aiguillages tous connectés et manœuvrés à partir d'un poste centrale numérisé, ainsi que de wagons connectés stockant eux-mêmes les données de destination, permettant un triage efficace, rapide et sécurisé, inciterait à un plus grand report modal vers le rail du transport de marchandises.

    La manœuvre de triage en pente pourra être automatisé grâce à la connexion numérisée des wagons, qui actionnerait les aiguillages selon la destination du wagon et le freinerait lorsque la vitesse du wagon sur le faisceau de triage dépasse une valeur prédéfinie.
  • Problématique des données

    Edouard Bourdot - 07 Décembre 2017 - 17h33
    Les échanges de données résultants de l’arrivée des véhicules connectés, sont supposés offrir davantage de confort et être une source d’économies pour le consommateur. Mais la connexion exclusive et permanente du constructeur avec l’automobiliste fait courir le risque d’avantager son réseau de réparateurs agréés et par la même, d’exclure les artisans de la mobilité.
    - affiner le principe de l’accès aux informations techniques
    - définir les termes utilisés par les opérateurs tels que « format normalisé
    - fixer des exigences précises sur les informations pertinentes relatives à l’OBD des véhicules ainsi que les supports de formation
    - définir la notion de « frais raisonnables et proportionnés» d’accès aux données techniques
    - renforcer l’indépendance des autorités nationales et assurer l’efficacité des sanctions
  • Des propositions pour accompagner le développement de nouveaux services et nouvelles pratiques (2)

    Nantes Métropole-Département Déplacements - 07 Décembre 2017 - 14h52
    - permettre et impulser le développement des nouveaux services et/ ou fonctions numériques en faveur de services en temps réels, personnalisés et voire collaboratifs
    - permettre/favoriser l'expérimentation de nouveaux systèmes de paiement : utilisation de la carte bancaire pour valider un voyage en transports collectifs ou la location d’un vélo en libre service ou un véhicule d’autopartage, même application avec le téléphone…
    - open data : clarifier les formats attendus en vue de leur harmonisation (SIRI, GTFS...) pour élargir les champs d’utilisation des données publiques et engager la réflexion et les échanges sur l’intégration de données d’opérateurs privées mais offrant un service au public (exemple les données de localisation des stations d’alimentation des énergies « propres », GNV, hydrogène, électrique, etc.)
  • Des propositions pour accompagner le développement de nouveaux services et nouvelles pratiques (1)

    Nantes Métropole-Département Déplacements - 07 Décembre 2017 - 14h48
    Le numérique va amener de grands bouleversements dans les mobilités de demain. L’État doit donc être proactif pour accompagner le développement de nouveaux services et nouvelles pratiques très largement portés par des opérateurs privés dont il convient d’accompagner le développement pour qu’il réponde aux besoins de mobilité et à la multiplicité des acteurs à l’échelle nationale  :
    - mettre en place une carte mobilité nationale ou au minimum les interfaces nécessaires permettant à la carte d'être reconnue par l'ensemble des services de mobilités avec un portage fort de l’Etat afin d’impulser une réelle dynamique sur le sujet ( cf l’exemple suisse par exemple)
    - créer un calculateur d’itinéraire national comprenant notamment un portail de recherche d’itinéraire et d’information sur les services de déplacements à l’échelle nationale
    - permettre et impulser le développement des nouveaux services et/ ou fonctions numériques en faveur de services en temps réels, personnalisés et voire colla
  • La voiture autonome en marche

    Automobile Club Association - 06 Décembre 2017 - 14h36
    La voiture autonome, et avant cela semi-autonome permettra une mobilité individuelle à des personnes qui ne pouvaient pas (ou plus) conduire de véhicule.
    Cette révolution en marche va considérablement bouleverser le paysage routier, les habitudes des usagers, et supposera de nouveaux cadres juridiques appropriés et la nécessité de repenser la définition même du conducteur et des règles de responsabilités.
    Enfin, ces innovations technologiques pour être acceptées et pour produire leurs bénéfices "sécurité" de manière optimale supposeront la formation spécifique des utilisateurs.
    Odile Maurin
    ok sous réserve de s'assurer que tous les véhicules autonomes proposés seront accessibles à tous les PMR y compris les personnes ne fauteuil roulant y compris électrique sous peine d'oubleir de nouveau une partie de la population
    • Pas d'accord
      0
  • teletravail

    adsg - 04 Décembre 2017 - 10h32
    Il peut permettre de réduire le nombre de déplacements contraints (télétravail) et permettre l’organisation de covoiturage et transport à la demande
  • LA SNCF, C'EST LE MOYEN-AGE ! la suite

    LIL - 03 Décembre 2017 - 16h58
    Sur l'application Transilien, la SNCF remonte le temps :
    Les trains arrivent avant d'être partis d'après les horaires affichés !
    Est il vraiment trop compliqué d'apporter aux usagers un service de communication sur l'Internet de qualité ?
  • LA SNCF, C'EST LE MOYEN-AGE !

    LIL - 03 Décembre 2017 - 16h54
    Une heure avant le départ, sur l'application Internet SNCF, aucun signalement de trafic interrompu.
    Des journées entières de travail perdues pour les usagers alors que les travaux sur les voies sont programmés mais les passagers ne sont pas informés.

    Sur l'application transilien, l
    suspicieux
    La nouvelle devise de la SNCF : "A nous de vous faire préférer la voiture" ! Ha ha !
    • Pas d'accord
      0
  • Au train où vont les choses, voilà le futur qui se dessine...

    suspicieux - 03 Décembre 2017 - 15h54
    Nous vivrons tous dans des mégapoles video-surveillées par caméras et drônes, et contrôlées par des policiers-robots. Toute conduite individuelle en sera bannie, sauf à bord de petits engins ne dépassant pas 25 km/h.
    Tout déplacement en dehors de celles-ci sera à la fois rationné et payant ; la taxation des routes (à l'instar des autoroutes) sera une réalité non seulement pour les poids-lourds, mais aussi pour les véhicules personnels. Le coût du km dépendra de l'affluence, comme à la SNCF : faible en semaine, important lors des départs en WE et vacances scolaires.
    La conduite humaine sera proscrite au profit des seuls véhicules autonomes.
    Rouler à vélo, à trottinette, à mono-roues... fera l'objet de contraintes sécuritaires fortes (casque, airbag, gilet fluo...).
    Tous les engins seront dotés d'un puce-GPS inaltérable permettant d'en identifier la nature et la localisation...

    Chrycap
    Je suis pour sauf pour le casque qui par temps chaud peut occasionner des malaises. Soyez anarchistes mais à pied!
    • Pas d'accord
      0
  • Fluidification du transport collectif, essor de l'économie collaborative dans le transport individuel

    CESE ADT - 01 Décembre 2017 - 11h46
    Pour le CESE : Dans le transport collectif, le numérique permet un voyage plus fluide : recherche d’itinéraires et d’horaires, billettique, clarification du partage tarifaire entre opérateurs, etc. Il aide à fluidifier les trafics : connaissance en temps réel de la circulation et des perturbations, permet aux opérateurs d’adapter leur offre, d’automatiser des fonctions et d’améliorer la sécurité.
    Dans le transport individuel, le numérique favorise l’essor de l’économie collaborative, où l’usage l’emporte sur la propriété. Des plates-formes de services mettent en relations offres et demandes : covoiturage longue distance ou domicile–travail, autopartage, voiture avec chauffeur (VTC), vélo en libre-service, location de leur voiture par des particulier.ère.s.
    L’utilisation du véhicule autonome pose des problèmes de responsabilité. Il faut s’y préparer en engageant la réflexion sur la révision de la réglementation internationale (Convention de Vienne) en y associant les acteur.rice.s.
    laroulette
    commençons par assurer le haut débit partout...à un cout abordable pour TOUS!
    • Pas d'accord
      0
    suspicieux
    L'usage l'emporte sur la propriété ? Vaste blague. Il suffit de voir le cout annuel pour le contribuable parisien, d'un vélib : 4000 € ! On pourrait en acheter des vélos pour ce prix... Quant au covoiturage (qui n'est qu'un auto-stop payant), il faut bien que des gens possèdent des voitures pour que ça marche...
    • Pas d'accord
      0

J'ajoute ma contribution

La concertation des Assises Nationales de la mobilité est désormais clôturée.

Back to top