La logistique durable des ports de l'axe Seine

Plus propres
|
04 Septembre 2017
En France, 27 % des émissions de gaz à effet de serre sont imputables au secteur des transports. Pour Haropa, réunion des ports de Paris, Rouen et Le Havre, la mission d'un système portuaire est de rendre le transport de marchandises plus rapide, moins cher et moins polluant, tout en veillant à limiter l'impact de ses activités sur l'environnement naturel et urbain dans lequel il s'insère.

Cet engagement environnemental a valu à Haropa de recevoir, en juillet 2015, la distinction de "Best green seaport", attribuée pour la première fois à un ensemble portuaire européen par les professionnels du transport maritime de la zone Asie-Pacifique.

Des transports moins polluants

Port maritime en estuaire, Haropa bénéficie de l'axe Seine pour desservir le deuxième bassin de consommation européen. Un positionnement géographique optimal qui conduit les ports parisiens et normands à promouvoir le report modal et des transports massifiés par voie fluviale pour limiter les rejets atmosphériques polluants : un convoi fluvial équivaut à 250 camions en moins sur les routes et émet 2,5 fois moins de CO2 à la tonne transportée que le transport routier. Pour cela, les ports se dotent d'infrastructures clés :

  • le nouveau terminal multimodal du port du Havre doit permettre le report des trafics de marchandises vers le fleuve et le rail pour une économie de 500 000 tonnes de CO2 par an ;
  • dans la plaine d'Achères (Yvelines), le prochain port Seine-métropole Ouest sera une plate-forme fluviale dédiée au BTP et à l'approvisionnement par voie d'eau du chantier du Grand Paris en matériaux de construction, permettant d'éviter la circulation de 100 000 camions sur les routes.

Pour encourager le report modal, Ports de Paris et le port du Havre accordent une réduction sur la redevance domaniale aux opérateurs qui favorisent le report modal vers le rail ou le fleuve.

Réduire la pollution du transport implique aussi de réduire les émissions polluantes des navires. Haropa participe à la démarche internationale "Environmental ship index" qui réunit près de 30 ports dans le monde et 3000 navires de commerce pour encourager les armateurs à réduire les émissions atmosphériques au-delà des exigences réglementaires. En collaboration avec d'autres ports normands (Dieppe, Fécamp, Le Tréport), la démarche SAFE SECA1 soutenue pat l'Union européenne et visant à identifier et rendre possibles les solutions de carburant plus respectueuses de l'environnement a été engagée en 2014.

1Study for alternative fuels and experiment in Seine and Channel area.

Réduire l'impact des activités industrielles et portuaires

Pour réduire l'impact de ses activités sur l'environnement, chaque place portuaire met en place des actions spécifiques dans différents domaines, tels que :

  • le traitement des déchets des navires : pour encourager le dépôt des déchets liquides, le port de Rouen prend en charge une partie du coût d'enlèvement et de traitement de ces déchets ;
  • l'entretien et le nettoyage des berges de Seine par les ports de Paris et Rouen ;
  • la gestion des dragages où sont mises en œuvre des pratiques exemplaires et des technologies respectueuses de l'environnement ;
  • la gestion et l'entretien des réseaux d'assainissement : au port du Havre, le nouveau schéma directeur d'assainissement doit permettre d'identifier les flux de polluants et de définir un protocole pour les réduire.

Des espaces naturels partagés

Les domaines placés sous la responsabilité des ports de Haropa comprennent de nombreux espaces naturels, souvent protégés : ainsi le port du Havre intervient sur 10 000 ha dont environ 2000 sont situés en zone Natura 2000 abritant plus de 300 espèces d'oiseaux. Le port de Rouen couvre un territoire abritant plus de 1400 espèces végétales et animales et a mis au point un plan de gestion de ses espaces naturels. Ports de Paris s'est engagé dans l'élaboration de trames verte et bleue destinées à préserver et restaurer les continuités écologiques.

Dans leur rôle d'aménageurs, les ports intègrent ces enjeux environnementaux. En amont de chaque projet, les équipes de Haropa évaluent les territoires impactés par les futurs travaux sous l'angle des atteintes possibles à la biodiversité afin d'éviter de les détruire ou fragiliser et proposent des solutions compensatoires si nécessaire (constitution de corridors humides, création de mares pour les batraciens, remise en prairies naturelles...).

L'Union des ports de France s'engage pour le climat !  

Haropa en chiffres

- 5e ensemble portuaire d'Europe du nord

- Près de 10 ports normands et franciliens

- Un trafic maritime et fluvial de plus de 120 millions de tonnes

- 160 000 emplois

 Port de Gennevilliers

Back to top