Atelier territorial à Nogent-sur-Oise : les mobilités périurbaines à longue distance

Ateliers en région
|
15 Novembre 2017
Nogent-sur-Oise a accueilli mardi 7 novembre, le premier atelier territorial organisé en Hauts-de-France. Organisée sous l’égide de Francis Cloris, sous-préfet de Senlis, et Jean-François Dardenne, maire de Nogent-sur-Oise, cette rencontre a permis à la soixantaine de participants d’échanger sur la mobilité dans la bassin Creillois et vers l’Ile-de-France.

Des enjeux de déplacements locaux et longue distance

Dans le département de l’Oise, la mobilité domicile-travail est une des plus importantes de France. Le territoire se caractérise par une part importante de déplacements quotidiens d’actifs vers les pôles d’emplois de l’Ile-de-France, avec des distances et des durées de déplacements domicile-travail bien supérieures aux moyennes nationales. Le territoire est doté de nombreuses infrastructures routières et ferroviaires constituant un atout pour la mobilité des actifs.

Les attentes concernant la réalisation du barreau ferroviaire Roissy-Picardie, pour permettre un accès direct à la zone d’emplois de l’aéroport Charles-de-Gaulle, ont été exprimées par de nombreux acteurs.

Trois thématiques ont été abordées lors de cet atelier : les mobilités plus propres, plus solidaires et plus intermodales. Cela a permis aux participants de souligner les expériences déjà menées sur le territoire comme l’harmonisation des tarifs des transports interurbains à l’échelle du département ou les initiatives de covoiturage.

Construire les services de transports avec les usagers

Cet atelier a aussi permis d’identifier les freins liés à l’intermodalité et à l’usage des transports en commun tels que l’absence de parkings à vélos sécurisés dans les lieux de vie ou encore l'articulation et l'amplitude des horaires perfectibles entre les lignes d’un même réseau.

Plusieurs solutions ont été évoquées et notamment le développement sur le territoire :

  • des services de transports à la demande ;
  • d'une billettique unique avec l’Île-de-France tenant compte des revenus de chacun ;
  • des systèmes d’informations multimodaux au plus près de l’usager, par exemple dans les entreprises, collèges, universités, centres commerciaux.

Les participants ont apprécié l’opportunité de s’exprimer sur les mobilités et souhaiteraient pouvoir être associés aux réflexions que pourraient mener les acteurs locaux et les autorités organisatrices de transport sur le territoire.

Back to top