J-P. Mareschal / Terra

Atelier territorial à Mortagne-au-Perche : les mobilités rurales en question

Ateliers en région
|
30 Octobre 2017
Le Pays du Perche ornais, en Normandie, a été choisi comme l’un des territoires-témoins de l’observatoire en région mené par les Assises de la mobilité. Mercredi 25 octobre se tenait ainsi à Mortagne-au-Perche un atelier participatif encadré par la Préfète de l'Orne Chantal Castelnot, ainsi que par Jean-Claude Renoir - Président du Pays du Perche ornais et Président de la Communauté de Communes du Pays de Mortagne-au-Perche. En tout, une quarantaine d’habitants ont pu faire entendre leur voix concernant l’avenir des mobilités du territoire.

Déplacements en région : quels enjeux ? 

Dans un milieu rural comme le Perche ornais, la possibilité de se déplacer pour accéder à l’emploi, à la formation, à la santé et à la culture est un enjeu primordial. La conjoncture locale se caractérise notamment par une faible densité de population, population d’ailleurs plus âgée que la moyenne régionale... Dans ce contexte socio-géographique, la voiture y est sans surprise le mode de transport dominant. 
 
Penser les mobilités de demain, c’est en partie un changement de culture. Les nouveaux modèles sont envisagés de façon à répondre aux usages et problématiques propres au territoire : accessibilité des services, concentration de l’emploi, vieillissement de la population... De ce point de vue, les solutions pour limiter les besoins de déplacement, passer d’une logique de propriété des véhicules à une logique de fonctionnalité, ont vivement été pointés du doigt au terme des débats. 

Compléter l’offre de transport existante

Dans les territoires ruraux, les déplacements sont le plus souvent obligatoires, résultant de besoins incontournables. L’offre locale actuelle est reconnue : transport interurbain CapOrne, Transport à la Demande, prêt de deux roues…Pour autant les attentes restent fortes sur ce vaste territoire.
 
De la sécurisation des axes pour éviter les conflits d’usage (vélos, tracteurs, camions, voitures individuelles…) à l’harmonisation des offres entre territoires, en passant par l’appui aux initiatives privées (auto-stop organisé, covoiturage…) ; ou encore à la mise en place de systèmes financiers adaptés aux foyers aux revenus les plus modestes (auto-écoles et garages solidaires notamment), les participants de l’atelier ont formulé des propositions concrètes pour réinventer les mobilités de leur territoire. 
 
Les enjeux relatifs au déploiement de la voiture autonome, de flottes mutualisées, de taxis collectifs, de véhicules électriques à autonomie plus attractive, de véhicules en libre-service pour des trajets de rabattement ont été évoqués. Les technologies numériques, sous forme d’applications par exemple, était également au cœur des discussions en tant qu’appui au développement de nouvelles formes de mobilité…
 
Back to top