Panoramas / Flickr

Atelier territorial en Roumois : connecter les mobilités périurbaines

Ateliers en région
|
16 Novembre 2017
Après Mortagne-au-Perche, le deuxième atelier territorial normand des Assises de la Mobilité s’est tenu le 13 novembre à Grand-Bourgtheroulde (Eure), en plein territoire du Roumois. Une quarantaine de participants se sont réunis autour de Thierry Coudert, préfet de l’Eure, et de Philippe Laycuras, sous-préfet de Bernay.

Faire dialoguer les mobilités du territoire

La Communauté de Communes du Roumois Seine bénéficie d’un positionnement stratégique en Normandie le long de l’Axe Seine. Ce territoire périurbain est notamment limitrophe, dans sa partie Est, de la Métropole Rouen Normandie. Ainsi, une grande part des habitants du Roumois Seine travaille hors de ses limites territoriales et la voiture individuelle constitue – de loin – le mode de déplacement privilégié à l’heure actuelle.

Il ressort des débats un enjeu largement partagé : les mobilités de demain doivent s’appuyer sur une mise en dialogue de ces problématiques à l’échelle des bassins de vie, dépassant les limites administratives du territoire mobilisé. Les transformations à venir devront permettre d’optimiser, rationaliser et améliorer les solutions existantes.

Ce dialogue doit également s’étendre à la question de la desserte du territoire en transports collectifs via une réflexion sur la création de quelques pôles d'échanges multimodaux.

Enfin, ces solutions d’avenir ont vocation à être pérennes, afin d’induire de réels changements de comportement. Des financements adaptés doivent donc être mobilisés, comprenant un volet d’incitation fiscale aux mobilités collectives et/ou propres.

 

Les outils numériques comme solution ?

Les solutions numériques ont également été abordées pour améliorer la mise en commun des services mobiles existants sur le territoire. Un certain nombre de dispositifs pourraient ainsi être déployés afin de rendre plus agile et accessible l’offre de mobilité quotidienne : bornes de covoiturage connectées, auto-stop organisé, solutions de paiement intégrées, intermodales et disponibles sur smartphone etc.
Mais ces solutions nouvelles ne pourront voir le jour que si l’ensemble des solutions de transport est piloté localement. Cette dynamique territoriale renforcée pourra alors répondre aux attentes des habitants, sans oublier de satisfaire les besoins spécifiques des personnes dites empêchées (personnes âgées, familles économiquement fragiles) pour construire des mobilités plus solidaires et inclusives…

Back to top