D. Joseph-Reinette/terra

Atelier de l'innovation - Séminaire sur la mobilité sans couture "MaaS" (Mobility as a Service)

Innovation
|
24 Octobre 2017
Ce séminaire s’est tenu le 20 octobre 2017 à La Défense sous la présidence de Jean Coldefy, directeur du programme « Mobilité 3.0 » au sein de l’ATEC ITS France.

Le séminaire était animé par Louis Fernique, mission des transports intelligents du Ministère chargé des Transports et Bernard Schwob, directeur de l’AFIMB – Agence pour l’information multimodale et la billettique. Le député Jean-Marc Zulesi, qui assure la présidence  des Ateliers de l’Innovation des Assises, a également participé aux travaux.Le séminaire a réuni environ 60 experts et praticiens, parmi lesquels : de nombreuses collectivités représentant à la fois les régions : Bretagne, Grand Est, Nouvelle Aquitaine...et les villes et métropoles : Montpellier, Mulhouse, Rouen, Ile-de-France Mobilités (ex- STIF), des opérateurs de transports nationaux comme la SNCF ou Transdev et autres grands exploitants, intégrateurs et gestionnaires d’infrastructures ; des sociétés d'ingénierie, startups, et plateformistes ; et autres petits et grands acteurs du monde de la mobilité intelligente.

Comment définir l’adoption du concept “Mobility as a Service MaaS» ?

L’enjeu était de dessiner les voies françaises d’adoption du concept de «_Mobility as a Service – MaaS_» : l’émergence annoncée de dispositifs intégrant de multiples services de mobilté combinant information multimodale et billettique, selon  différents principes tarifaires: paiement à  la consommation,  forfait, etc..L’atelier a permis d’approfondir des auditions déjà conduites sur ce thème, dans ce même cadre des Assises, par le groupe d’experts  Mobilité plus connectée ».

On a pu tout d’abord mettre à plat, à partir d’études de cas français et étrangers, les premiers projets rattachables à ce concept de MaaS dans le monde mais aussi en France, en décryptant le stratégies des acteurs publics et privés, avec des profils d’initiateurs très divers : nouveaux entrants  pure players_ comme le service Whim à Helsinki, acteurs de l’automobile comme Daimler à travers le service Moovel, projets d’agglomérations ou  de régions en  France. Sur cette base d’analyse ont été débattues de nombreuses questions comme : les objectifs de politique des mobilités et la réalité de la valeur-usager ; le sujet performances-coûts ; les modèles économiques ; les échelles territoriales pertinentes, selon les couches de services considérées ; l’emboîtement des compétences et la complexité des gouvernances locales ; l’accès aux données publiques ou privées, et l’économie de la donnée ; la transparence et la régulation de plateformistes privés ; les postures des collectivités et de leurs instruments (actrices directes ou facilitatrices ? gouvernant par la donnée ? garantes et régulatrices, moyennant quels outils ? etc.) ; mais aussi l’architecture billettique, la protection des bases de données clients, la couverture territoriale et sociale (aires urbaines et hinterlands), etc.

Back to top